SLIDER

Voyage
Affichage des articles dont le libellé est Voyage. Afficher tous les articles

Escapade de château en château au nord de Copenhague

12 févr. 2019


Changement de décor !
Après les paysages sauvages du Danemark du côté des falaises de Møn, nous avons passé une nouvelle journée dans Copenhague avant de reprendre la voiture, direction le nord cette fois-ci.

Cap sur le château de Hamlet !
Ou du moins, celui que Shakespeare a choisi comme théâtre de sa tragédie.

Autant dire que, férue de théâtre comme je suis, il m'était impossible de passer à côté. D'autant que chaque été, la pièce y est jouée par des comédiens qui entraînent les visiteurs de salle en salle ; donnant ainsi vie aux personnages et aux appartements du château.

Voiture louée pour 8h30, nous avions donc une journée complète devant nous.
Pour monter à Helsingør où se trouve le château de Kronborg.
Mais aussi pour faire un arrêt par les deux autres châteaux, repérés sur notre trajet.


Frederiksborg


En commençant par le château qui abrite le musée national d'histoire.

Avec déjà de nombreux musées visités à Copenhague, nous nous sommes contentés de faire une halte pour le voir de plus près (parce qu'il est absolument MA-GNI-FIQUE. Forcément, ses briques ne m'ont pas laissé de marbre !) et se promener dans ses jardins qui sont en accès libre.


En début de matinée, tout était très calme. Nous étions pratiquement les seuls visiteurs à errer dans le jardin baroque puis dans le jardin romantique à l'anglaise...

Une belle promenade qui se termine par une superbe vue sur le château, avec les jardins en contrebas.
Frederiksborg slot
3400 Hillerød

Site internet : dnm.dk

Fredensborg


J'ai bien tenté de me faire inviter pour une tasse de thé, mais il semblerait que les danois, contrairement aux anglais, sont plutôt des amateurs de café ! Alors, comme les cars touristiques de passage, nous nous sommes contentés d'admirer la résidence royale de l'extérieur.

Le château de Fredensborg ne se visite qu'au mois de juillet, notamment parce que la famille royale y vit 6 mois dans l'année, au printemps et à l'automne.


Mais ici aussi, le parc du château est ouvert au public.
Et, en dehors de quelques zones comme l'orangerie ou le potager qui ne se visitent également qu'en juillet, il est possible de faire une belle balade sur toute le domaine.

Au calme.
Avec le bruit du vent dans les feuilles pour fond sonore.


On a même repéré une biche, de loin. Ou un faon peut-être. De passage, juste quelques secondes.
En faisant le moins de bruit possible, on a tenté de s'approcher. De voir si on le retrouvait.
En vain.

On a fait le tour du château, rêvé de piquer quelques idées d'architecture pour notre future maison... et on a repris la route.
Fredensborg slot
Slottet 1B, 3480 Fredensborg

Site internet : kongehuset.dk

Kronborg


Pensant arriver à l'heure du déjeuner, nous avions prévu le pique-nique ; avocats et pain danois, que nous avons sorti à deux pas du parking du château où des tables sont prévues pour les petits (ou gros) creux.

On a eu un succès fou.
Des moineaux, des mouettes et des merles étaient nos plus grands fans.
Ils étaient absolument partout autour de nous, si bien que j'ai même pu tendre un petit bout de pain à un moineau qui est venu le picorer directement dans ma main.

J'étais ravie !
Mais nous avions déjà commis une erreur : n'avoir qu'en tête de manger alors que nous étions sur un parking privé... indiqué par aucun panneau ni aucune barrière à l'entrée, mais il y avait un petit horodateur dans un coin. Et comme la plupart des touristes, si j'en crois les témoignages trouvés sur internet, on s'est pris une amende. 
Donc, attention aux abords du château : cherchez bien l'horodateur pour vous acquitter du droit de stationnement. 


Le château se situe vraiment au bord de la mer Baltique, face à la Suède.
Les canons sont encore tournés vers leur meilleur ennemi, d'ailleurs.

Une petite anecdote qu'ils nous ont raconté : seuls les anglais et les français se seraient plus faits la guerre que les danois et les suédois !


Tous les étés depuis je-ne-sais-combien-d'années, le château accueille une troupe de comédiens qui met en scène et joue Hamlet, dans tout le château. Durant les mois de juillet et août.

Non seulement c'est une superbe occasion d'entendre Shakespeare en langue originale (et rien que pour ça, c'est à ne pas manquer), mais aussi de parcourir le château d'une façon différente. Plus ludique.

On passe, tour à tour, des appartements du roi à ceux de la reine, de la cour extérieure à un couloir... les personnages nous donnent rendez-vous dans tout le château pour connaître la suite, pour assister à une confrontation, une rencontre en secret, un complot, un duel...

Le château prend vie, comme s'il était encore habité, grâce aux comédiens qui s'approprient l'espace.







Une salle est d'ailleurs dédiée aux différents comédiens passés par le château de Kronborg. On retrouve notamment Kenneth Branagh (a.k.a professeur Gilderoy Lockart !) qui a endossé le rôle de Hamlet en 1988... et Jude Law, aussi, est passé par là !
Kronborg slot
3000 Helsingør

Tickets : 95 DKK en plein tarif, gratuit pour les moins de 18 ans
Site internet : kongeligeslotte.dk

Helsingør 


On a terminé la journée dans les rues de la ville.
Colorées. Avec de belles façades en briques. 

On s'est arrêté prendre une boisson chaude, un chaï latte pour moi et certainement un café pour le bûcheron... et puis on est retourné à Copenhague pour nos dernières journées de vacances en terre danoises.

Excursion aux falaises de l'île de Møn depuis Copenhague

18 janv. 2019


Partir sur les routes islandaises m'a donné des envies d'évasion.
De découvertes de beaux paysages. De nature aussi.

Alors quand nous avons préparé nos vacances à Copenhague, nous nous sommes réservés quelques jours hors de la ville.
Le temps d'une journée.
Une voiture louée. 
Rentrant au port le soir venu.

En commençant par une escale sur l'île de Møn, avec pour destination Møns Klint.
Les FALAISES de craie, abruptes, impressionnantes.
Sa plage, en contrebas.
Et puis ce grand bout d'histoire qu'elles renferment.


Parmi les nombreuses couches de sédiments qui ont donné naissance aux falaises, milliers d'années après milliers d'années, il y a cette ligne noire.
Une longue ligne noire qui ressort de ces grandes façades rocheuses blanches.

Une empreinte qui raconte l'histoire de la terre.
Ou du moins, une partie.
L'impact d'une MÉTÉORITE, il y a 67 millions d'années.
La roche projetée dans l'air. La roche enflammée. La roche retombée noircie sur terre. Puis l'extinction massive des espèces qui en a découlé.

Et 67 millions d'année après, cette ligne tracée au cœur des falaises.
Cette ligne noire comme récit de l'histoire de la terre, bien avant que nous ne soyons nés.


Plusieurs circuits de randonnée partent du Geo Center Møns Klint, devant lequel se trouve un grand parking (payant) pour garer les voitures.

Nous en avons choisi un qui commençait par longer le sommet des falaises.
Sous les arbres.
Avec cette étendue d'eau à perte de vue.

Le chemin descendait ensuite sur la PLAGE, au pied de ces falaises absolument colossales vues d'en bas. 

Le circuit est équipé d'escaliers et de passerelles en bois, ce qui le rend relativement facile.
Une bonne paire de chaussures de randonnée, et ce serait presque une promenade de santé...
S'il n'y avait pas les 38 544 marches à remonter une fois sur la plage !


Stevns Klint


On pensait venir faire une simple randonnée dans un site magnifique...

Mais on a fait un véritable voyage dans le temps.
S'arrêtant sur la route sur le site de Stevns Klint qui a permis de mettre au jour cette trace historiquement / scientifiquement et archéologiquement si importante, que l'on peut facilement observer à Møns Klint.

Une petite exposition est d'ailleurs consacrée à cette découverte.
Il y a aussi une aire de pique-nique où l'on s'est installé, au pied du phare, face à la mer, avec nos smørrebrød préparés le matin avant de partir.


Antikvarisk


Je ne l'avais pas prévu ainsi, cet article.
Mais mes doigts sur le clavier en ont décidé ainsi.
Vous remontez, vous aussi, le temps. 

Ce jour-là, c'était un dimanche.
Et c'est de la façon la plus hyggelig possible (en terres danoises, c'était carrément the-place-to-hygge) que nous l'avons passé. 
Délaissant la montre au profit de rencontres fortuites.
Comme ces ANTIQUAIRES le long des routes.

Partout.
Dans les petits villages, de grandes maisons indiquaient "Antikvarisk".
On s'est arrêté, plusieurs fois. Pour le plaisir de chiner.


Keldby et Elmelunde


Nous avions tout de même noté quelques arrêts.
Des sites d'intérêt, comme on dit.
Dont deux églises au décor absolument superbes. Et différents.

Des peintures médiévales au plafond.
Un peu passées à présent. Presque pastel.


Vallø slot


On avait commencé la journée par une PROMENADE dans le parc du château de Vallø.
En amour devant sa façade en briques. Forcément.

À regarder, aussi, un vol de tourterelles. 
Très bas. Entre quelques arbres.
Presque à notre hauteur.

Le château ne se visite pas de l'intérieur, mais l'accès au parc est libre.
Une belle façon de commencer la journée. Et de faire une halte sur la route avant de continuer en direction du sud.


Egalement sur le Danemark : 



Deux jours de parenthèse blanche à La Plagne

9 janv. 2019


C'est assez récent, finalement.
Quelques années, tout au plus.

Mais depuis, chaque hiver, j'ai envie de voir la NEIGE. La montagne enneigée. De me prendre un grand bol d'air bien pur, que je tente vainement de conserver dans mes poumons jusqu'à mon retour à Lyon.

Cela peut paraître cliché, "le bol d'air pur" de la montagne.
Mais quand on y est, qu'on prend le temps d'inspirer profondément, on le ressent. Cet air différent. Frais et vivifiant aussi. Mais surtout bien moins chargé que celui de la ville. Plus léger. Plus respirable. Bref, moins pollué.

Alors fin décembre, j'ai empaqueté gants, bonnets, bottes fourrées, pantalon de ski, manteau en laine et... pull de Noël, pour deux petits jours à La Plagne, à l'occasion de l'ouverture d'un nouvel hostel : le Ho36. 


Un nuit au Ho36


Ici, pas d'écran plat 58 pouces au-dessus du bar, pas de sachets de cacahuètes à 50 € dans le mini-bar de la chambre.

L'hostel, c'est un peu un slow hôtel.
Une auberge de jeunesse en mieux.

Avec une grande pièce à vivre où "VIVRE", est le mot clef.
Des canapés sur lesquels on resterait bien tout l'après-midi.
La vue sur la montagne, avec son grand ciel bleu qui fait rêver les skieurs, ou ses nuages noirs, plus menaçants, qui me donnent envie de commander une tasse de thé et d'ouvrir un bon bouquin.
Et les jeux de société, aussi, autour de la cheminée. Pour les soirées d'hiver, après une journée passée sur les pistes...


Je m'y suis sentie bien.
Et c'est absolument tout ce que je recherche, peu importe où je pars.

Que ce soit dans un grand hôtel, un logement type airbnb, ou un hostel.
Être à l'aise.
Comme chez soi.

Dans la chambre, mais aussi dans le reste de l'établissement...
En fin de journée, avant de passer à table, je suis descendue m'installer dans un des canapés. 
Comme chez moi.


Et puis nous sommes passés à table. 
Plusieurs fois en deux jours, histoire de goûter une bonne partie de la carte. 

Des spécialités SAVOYARDES absolument délicieuses comme la potée, mais aussi l'assiette de raclette sur pomme de terre. J'avoue, je me suis aussi laissée tenter par le fish'n'chips, parce que j'adore ça (c'est déjà une bonne raison), et parce que je me devais de goûter au moins un plat hors spécialités locales puisque la carte en propose (ça, c'est une fausse raison, on est d'accord). Tout aussi bon que le reste, et fait maison comme l'ensemble des plats à la carte.

Le seul petit bémol côté cuisine, c'est le petit-déjeuner.
Très simple, avec quelques viennoiseries, un peu de jambon, de fromage et du pain.
Il manquerait juste un appareil pour se préparer des œufs à la coque et peut-être un cake fait maison pour la gourmandise.


Ho36 La Plagne
D221 La Plagne centre, 73210 Mâcot-la-Plagne

Chambres individuelles, familiales et chambres partagées jusqu'à 14 personnes
Site internet : ho36hostels.com/la-plagne


Promenade en raquettes


Bien installés à l'hôtel, nous avons enfilé les bonnets pour une petite excursion sur le domaine skiable de La Plagne.

Les skieurs, skis aux pieds.
Et moi, armées de mes raquettes, prête à randonner sur la neige.

C'était ma troisième fois.
Et j'étais ravie.

C'est une activité que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps.
En 2015.
Le temps passe bien plus vite que ce que je pensais déjà...
Mais c'est une activité que j'aime beaucoup.

Pour son environnement, bien sûr. La neige, les paysages de montagne, l'air pur cliché qui remplit nos poumons... mais aussi son caractère indéniablement SLOW.

On ne fait pas de sprint, en raquettes.
Ce n'est pas le but.

On marche, on avance bien, on peut faire de belles et longues randonnées. Mais on prend le temps de faire chaque pas, de décoller sa raquette de la neige, de se positionner sur ses appuis en descente... et on regarde ce qui nous entoure. On tend l'oreille. On aiguise son œil pour repérer des traces de lièvre dans la neige...


Idéalement, on part avec un guide comme Philippe, qui nous fait partager ses anecdotes tout au long du chemin. Et qui nous apprend à (presque) bondir sur nos raquettes en appréhendant des descentes que l'on n'aurait pas osé affronter, seuls. 

S'enfoncer dans la poudreuse.
Rebondir sur ses deux pieds.
Commencer à se sentir à l'aise et amorcer un début de course pour dévaler la pente... un bonheur.

Et surtout, on opte pour la SÉCURITÉ.
J'ai fait des raquettes sans guide, en Auvergne. Mais à La Plagne, on est en haute montagne. Le temps change véritablement très vite (et on s'en est rendu compte quelques heures plus tard). Partir seul pourrait s'avérer très dangereux.

Espaces montagnes
Réservation de randonnées en raquettes

Site internet : espacesmontagnes.fr


Sur le chemin du retour, on a même eu la chance de croiser des chiens de traîneaux, impatients de partir courir sur les pistes.

Tellement adorables, j'en aurais bien ramené un à l'hôtel !


Escape game en montagne


Le soir venu, nous avons troqué les bonnets contre un casque de chantier.
Et une cagoule aussi.

90% de la population mondiale avait disparu à cause d'un virus meurtrier, et on venait de trouver un signal provenant d'un BUNKER dans lequel on espérait trouver une communauté de survivants.

Et puis, tout a dérapé.
On s'est retrouvé enfermés, et nous n'avions qu'une heure pour nous enfuir.

Un scénario catastrophe dans lequel on s'est volontairement plongé puisqu'il y a un établissement d'Escape game sur la station de La Plagne Tarentaise.

Ils ont actuellement deux salles, donc deux scénarios.
Celui que j'ai testé, sombre, plus angoissant et tellement bien ficelé (j'ai adoré), et un second, plus mignon, dont l'histoire se passe dans un chalet.

Escape 2 Rooms
Galerie commerciale, Plagne Bellecôte, 73210 La Plagne Tarentaise

Site internet : escape2rooms.fr


Après deux jours face à la montagne, il était temps de rentrer.
Avec une belle neige épaisse se déversant sur le paysage en guise d'au revoir...

Un grand merci à l'agence 14 septembre et au Ho36 pour cette belle invitation à la neige.
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007