SLIDER

Séjour dans les Hautes-Alpes entre les massifs du Queyras et des Écrins


Cet été, on avait décidé de partir en France.
Avant même le déclenchement de cette crise sanitaire.

Cela faisait longtemps, plusieurs années, que nous partions à l'étranger... et c'était toujours un immense plaisir. On prenait le soin de choisir des destinations plus fraîches (voire carrément froides, quand on repense à l'Islande) ce qui est absolument parfait quand on supporte mal la chaleur comme moi.

Mais à Noël, j'ai offert un cadeau un peu particulier au chéri.
Une nuit dans un observatoire astronomique sur les hauteurs de Saint-Véran, ce qui impliquait forcément des vacances à proximité.

On a trouvé un logement parfaitement situé, un petit chalet très cosy, entre le massif du Queyras et le massif des Écrins. L'endroit idéal pour se déplacer facilement dans la région, visiter quelques petits villages, et passer du temps sur les chemins de randonnée.

Alors oui, on a eu chaud.
La doudoune n'était pas de mise, et les shorts étaient les bienvenus.
Et même si j'ai hâte de retrouver l’Écosse, découvrir le sud de l'Angleterre, entamer ce road trip au Pays-Bas que l'on devait faire au printemps dernier... j'ai aussi pris beaucoup de plaisir à découvrir les Hautes-Alpes.

Vivre mes premières véritables vacances à la montagne.
Faire de longues randonnées qui fatiguent les pieds mais reposent l'esprit.
Et admirer ces paysages fabuleux dont on ne saurait se lasser.



Jardin alpin du Lautaret


Quitte à voyager en voiture, autant profiter des avantages que cela apporte.
Comme pouvoir s'arrêter n'importe où sur le trajet pour prendre le temps d'admirer un paysage qui charme l’œil, ou visiter un jardin botanique.

Plus d'une heure et demie, c'est le temps que nous sommes restés à errer dans les allées de plantes venues du monde entier. Le jardin est divisé en plusieurs parcelles qui nous font voyager des Hautes-Alpes vers le Japon en passant par la Corse et l'Himalaya ; autant dire que j'aurais aimé pouvoir emporter avec moi un grand nombre d'espèces !


Coup de cœur, d'ailleurs, pour les casques de Jupiter.
Leur couleur violette est magnifique, et la forme beaucoup trop originale pour ne pas me plaire !

Et puis, il y a cette vue imprenable sur la Meije.
Quelques fauteuils pour s'asseoir et profiter du calme environnant... avant de reprendre la route. 

Jardin alpin du Lautaret
Le Lautaret, 05480 Villar-d'Arène

Tarifs : 7 € par personne, gratuit pour les moins de 12 ans
Site internet : jardinalpindulautaret.fr

Logement à Saint-Crépin


En fin de journée, on poussait la porte de notre chalet.

Déjà très prometteur en photo, je lui ai trouvé encore plus de charme en vrai. Avec cette grande fenêtre double qui apportait une douce lumière sur les boiseries. Ce petit poêle à l'entrée, que nous n'allions pas allumer mais qui me laissait imaginer de belles soirées d'hiver autour de son foyer...

Le logement cocooning à souhait où l'on a envie de se retrouver autour d'une grande tasse de chocolat chaud après une belle journée de marche.

Chalet situé à Saint-Crépin loué sur Airbnb.

Randonnée à Ceillac


Le lendemain matin, nous partions pour la première randonnée de notre séjour.
On avait repéré une jolie boucle de 14 km environ, qui passait par deux lacs d'altitude.

Le chemin commence assez fort (surtout quand on n'a pas fait de véritable randonnée depuis des années et des années ; on marche beaucoup en voyage, mais la plupart du temps, c'est en ville, ou dans des endroits beaucoup plus plats) car on prend vite de la hauteur. Mais les paysages que l'on croise sur le chemin ? Magnifiques !

Des torrents, des clairières, des vues panoramiques sur les sommets des montagnes, et puis les deux lacs...


On s'est offert une petite pause avec un thermos de thé bien chaud aux abords du lac Miroir.

Bien appréciable, parce qu'on se refroidit vite quand on arrête de marcher.
Le petit cardigan en coton, au fond du sac, n'était pas de trop non plus !

Et puis on a continué jusqu'au lac Saint-Anne.

Les dernières montées se font sentir (qui plus est quand elles sont suivit d'une descente... parce qu'on sait que la montée qui nous attend, juste après, pour regagner l'altitude perdue, sera encore plus raide !), mais l'arrivée n'en est que plus belle.



Quelques sandwichs œufs / mayonnaise faisaient inévitablement partie de notre pique-nique.
La vue était sublime et l'eau d'un bleu si clair qu'elle semblait tout droit sortie d'une publicité pour photoshop.

Le chéri a tenté la baignade à 2415 m d'altitude... et je me suis contentée de le regarder, avant de prendre le chemin du retour.

Randonnée à Ceillac - itinéraire passant par le lac Miroir et le lac Saint-Anne
Trace GPS : strava.com/routes/2740902695149515230




Col Agnel


Je me suis découverte une passion pour les routes sinueuses.
Celles qui serpentent à perte de vue. 

En Islande, on s'arrêtait parfois en pleine voie pour les photographier. Il n'y avait pas grand monde à déranger, et on pouvait profiter autant que l'on voulait de ces paysages sauvages où l'homme était venu poser son empreinte.

Dans les Hautes-Alpes, il y a un peu plus de monde.
Moins de possibilités de s'arrêter au beau milieu de la route. Mais, à leur sommet, on peut généralement garer la voiture et profiter d'un panorama à 360°.


La route du col Agnel fait partie de ces routes au charme fou.
Et après avoir bien admiré la vue, à son sommet, c'est une très belle rencontre qui nous attendait, quelques dizaines de mètres plus bas.

Trois bouquetins qui traversaient la route.
On les a suivi, en roulant au pas, jusqu'à se retrouver face à eux. À quelques mètres. Une chance !


Col de Vars


Le meilleur endroit pour faire une halte et sortir le pique-nique avant de plonger dans la vallée de l'Ubaye : le sommet du col de Vars.

Il suffit de s'éloigner un peu de l'air de pique-nique qui longe le parking pour s'offrir le meilleur picnic with a view !


Lac de Serre-Ponçon


On avait songé passer un après-midi au lac de Serre-Ponçon, pour se baigner, se rafraîchir...

Il y a une belle base de loisirs, mais aussi des plages un peu plus tranquilles. Mais après avoir bien profité des baignades en rivière en Ardèche, tout l'été, on a finalement opté pour plus de promenades dans le massif du Queyras.

En passant dans le coin, on s'est tout de même arrêté pour la vue absolument magnifique ! J'ai d'ailleurs épinglé notre point de vue préféré sur ma carte Mapstr pour que vous puissiez le retrouver facilement.


Mont-Dauphin


Après les bouquetins, on espérait bien voir des marmottes, et le "sentier des marmottes" semblait tout trouvé pour les observer. Malheureusement, ce matin-là, le site était très prisé par les familles, et nous pensons que le bruit, ajouté à la chaleur, les a sûrement dissuadé de se montrer.

Mais ce n'était que partie remise !
Le chemin permet également de monter jusqu'à Mont-Dauphin, une place forte Vauban inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco... et pour cause ! Le petit village à l'intérieur est bourré de charme et une application gratuite permet de faire une visite guidée des lieux. Même si les petits jeux / puzzles ne nous ont pas passionné (c'est une application prévue pour les familles), elle permet malgré tout d'apprendre plein de choses sur la place forte, de localiser l'arsenal ou encore l'ancienne poudrière.

En partant, nous avons repéré une petite échoppe de cadrans solaires tenue par l'artisan qui les réalise.
Fermée à l'heure où nous y étions, nous y sommes repassés en fin de journée pour s'offrir un beau cadeau souvenir de ces vacances. 

Montée à Mont-Dauphin par le sentier des marmottes
Trace GPS : strava.com/routes/2741303765818490804



Observatoire astronomique de Saint-Véran


Que je vous raconte l'histoire pour que vous puissiez en rire et peut-être ne pas faire la même erreur... ou choisir de la faire en prévoyant suffisamment de temps pour ne pas devoir accélérer le pas quand le dénivelé est à son maximum.

Mais commençons par le début. Le mercredi matin, nous sommes partis avec les sacs de couchage sur le dos (ou plutôt, le chéri est parti avec nos sacs de couchage sur le dos...), en direction de l'observatoire astronomique de Saint-Véran pour y passer la nuit.

C'est une expérience magique, je vous le dis tout de suite. On passe plusieurs heures derrière un télescope à regarder, non seulement les étoiles, mais également des galaxies, des planètes, des amas globulaires... l'observation est très riche, commentée par un passionné qui a tant de choses à apprendre. Pour nous, qui prenons énormément de plaisir à suivre des documentaires sur l'univers, c'était un pur bonheur. Les anneaux de Saturne, la mer de nuage de Jupiter et ses satellites, mais aussi les éruptions solaires observées en fin d'après-midi... jamais je n'aurais pensé y voir de cette façon.

Sur place, on dort dans des chambres de quatre lits superposés.
La nuit est assez courte car on termine l'observation tôt dans la matinée, et on se réveille tôt pour profiter du lever de soleil : un spectacle qui efface rapidement la fatigue de la nuit. 

Observatoire astronomique de Saint-Véran
Site internet : saintveran-astronomie.com




Mais, avant de profiter de cette magnifique expérience, il faut monter à l'observatoire.
Impossible d'y aller en voiture, il faut donc marcher.

Il existe plusieurs itinéraires pour s'y rendre, mais il faut compter une moyenne de 11 km avec environ 1000 m de dénivelé ; une marche que le site de l'observatoire estime à 3h.

Nous avons fait plus de 17 km.
En 4h.
À cause d'une toute petite erreur de rien du tout.
On avait lu "aller jusqu'à la chapelle" plutôt que "prendre le chemin de la chapelle"...

Bref, un détour de 6 km.
Ce qui, en soit, fait une très belle balade.
Le seul petit souci, c'est que l'on devait arriver entre 16h et 18h et qu'on n'avait pas prévu ce détour, donc on a dû (bien) accélérer dans les dernières kilomètres !

Mais si vous vous y rendez, prévoyez de toute façon plus de temps que nécessaire pour profiter de la randonnée. Le chemin qui mène à l'observatoire est un coin à marmottes !

On en a vu quelques unes à l'aller, mais c'est au retour, le lendemain matin, que nous avons pu mieux les voir. Il y en avait absolument partout ; on s'arrêtait tous les cent mètres pour les observer à la jumelle ! 

Randonnée de Saint-Véran à l'observatoire

Trace GPS avec le détour par la chapelle de Clausis : strava.com/routes/2741304969276964788
Trace GPS de la descente : strava.com/routes/2741305380395668404



Saint-Véran


Point de départ et d'arrivée après notre nuit à l'observatoire, Saint-Véran est un village bien trop mignon pour ne pas prendre le temps de flâner dans ses quelques rues. Il fait d'ailleurs partie des plus beaux villages de France, et c'est également la plus haute commune habitée d'Europe !

Avant de rentrer, on a fait un petit arrêt dans la boutique La Fontaine du Cembro où sont vendues les créations en bois de l'artisan Samuel Brunet, et on en est ressorti avec une superbe étoile filante pour notre sapin de Noël ; le souvenir idéal après une nuit passée à regarder les étoiles !


Col de l'Izoard


Un des cols mythiques du Tour de France que le chéri a tenu à monter en vélo, un matin de la semaine.
Pour ma part, j'avoue, je me suis contentée de le monter en voiture.

Mais... il est magnifique !
Les deux côtés sont bordés d'une route en lacet qui sillonne le paysage.

Si profiter de belles randonnées est un incontournable des vacances dans les Hautes-Alpes, prendre le temps de monter quelques cols (même en voiture) l'est tout autant. Le panorama est toujours époustouflant, et souvent très différent d'un sommet à un autre.


Randonnée dans les Écrins


Pour notre quatrième et denier jour de randonnée de la semaine, on voulait mettre un pied du côté du, massif des Écrins avec un itinéraire facile pour ménager mes genoux qui commençaient à trop se manifester.

Le site officiel du parc national des Écrins indiquait ce chemin comme facile.
L'application Komoot (que l'on utilise pour visualiser les traces GPS) comme difficile.

Et la vérité se trouve entre les deux. Il faut compter plus de kilomètres et plus de dénivelé que ce qui est indiqué par le site internet du parc, et certaines portions du chemin sont assez raides. Mais c'est une randonnée absolument magnifique, avec de nombreux points de vue sur les Écrins, le glacier blanc (qui recule tellement, année après année...) et celui que l'on nomme le glacier noir.



Arrivés à l'ancien refuge de Tuckett, le pique-nique nous appelait.

On a hésité, à aller plus loin. Continuer jusqu'au point de vue sur le glacier blanc. Mais le dénivelé devenait vraiment intense, et il était temps d'être raisonnable si je ne voulais pas perdre un genou (ou deux) en route. 

Randonnée jusqu' à l'ancien refuge de Tuckett
Trace GPS : https://www.strava.com/routes/2741306633629214274


Bonnes adresses


- Le Sorbier à Ceillac : l'établissement fait restaurant mais nous y avons simplement pris des glaces à emporter, faites par un artisan meilleur ouvrier de France de la région... un régal. Mention spéciale à la glace au miel et au sorbet myrtille.

- Le Quinze-Neuf à Briançon : une bonne adresse pour déguster des pièces de viande de la région ; la cuisson au grill est parfaite, et le cadre vraiment cosy (petites banquettes en bois et coussins sont de mise).

- Pâtisserie Boeri à Barcelonette : une toute petite pâtisserie à la devanture bleu turquoise adorable, une ou deux tables à l'intérieur et quelques unes supplémentaires sur la place ; un bel endroit pour prendre le thé et déguster leurs (délicieux) gâteaux. Impossible de savoir si j'ai préféré le gâteau chocolat avec son praliné croustillant ou le mille-feuilles aux fruits.




- La Fougagno à Saint-Véran : affamés après notre descente de l'observatoire, on a fait une halte dans ce restaurant parfaitement typique (du bois partout) où l'on a commandé les côtelettes d'agneaux... sans doute les meilleures mangées jusqu'à ce jour. Fondantes sur la langue, et un goût... divin.

- La Guillestrine à Guillestre : une petite boulangerie / pâtisserie dans le village de Guillestre qui a pour spécialité la guillestrine, une tarte que l'on voit partout dans les Hautes-Alpes, fine, fourrée aux fruits rouges. On a goûté celle à la myrtille, et on l'a tant aimé qu'on en a ramené à la moitié de notre famille (elle se conserve plusieurs jours sans aucun souci). 

- Distillerie Lachanenche à Méolans-Revel : croisée au hasard de la route, nous sommes arrivés au début d'une visite guidée qui nous a permis de découvrir le travail de cette petite distillerie familiale qui fait d'excellents produits comme du Génépi, du vermouth au Génépi très original et même un excellent gin.

- Hickory à Risoul : des peaux lainées sur les chaises,  un mobilier en bois, une décoration sobre et lumineuse... on aurait pu retrouver ce restaurant au Danemark que cela n'aurait pas dénoté ! La décoration est cosy à souhait, l'endroit parfait pour terminer le séjour par une fondue aux cèpes délicieuse.


2 commentaires

  1. Une parenthèse d'air frais et de superbes paysages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est tout à fait ça.
      Un endroit idéal pour respirer à plein poumon en prenant le temps de regarder la beauté de la nature qui nous entoure. <3

      Supprimer

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007