SLIDER

Montagne
Affichage des articles dont le libellé est Montagne. Afficher tous les articles

Deux jours de parenthèse blanche à La Plagne

9 janv. 2019


C'est assez récent, finalement.
Quelques années, tout au plus.

Mais depuis, chaque hiver, j'ai envie de voir la NEIGE. La montagne enneigée. De me prendre un grand bol d'air bien pur, que je tente vainement de conserver dans mes poumons jusqu'à mon retour à Lyon.

Cela peut paraître cliché, "le bol d'air pur" de la montagne.
Mais quand on y est, qu'on prend le temps d'inspirer profondément, on le ressent. Cet air différent. Frais et vivifiant aussi. Mais surtout bien moins chargé que celui de la ville. Plus léger. Plus respirable. Bref, moins pollué.

Alors fin décembre, j'ai empaqueté gants, bonnets, bottes fourrées, pantalon de ski, manteau en laine et... pull de Noël, pour deux petits jours à La Plagne, à l'occasion de l'ouverture d'un nouvel hostel : le Ho36. 


Un nuit au Ho36


Ici, pas d'écran plat 58 pouces au-dessus du bar, pas de sachets de cacahuètes à 50 € dans le mini-bar de la chambre.

L'hostel, c'est un peu un slow hôtel.
Une auberge de jeunesse en mieux.

Avec une grande pièce à vivre où "VIVRE", est le mot clef.
Des canapés sur lesquels on resterait bien tout l'après-midi.
La vue sur la montagne, avec son grand ciel bleu qui fait rêver les skieurs, ou ses nuages noirs, plus menaçants, qui me donnent envie de commander une tasse de thé et d'ouvrir un bon bouquin.
Et les jeux de société, aussi, autour de la cheminée. Pour les soirées d'hiver, après une journée passée sur les pistes...


Je m'y suis sentie bien.
Et c'est absolument tout ce que je recherche, peu importe où je pars.

Que ce soit dans un grand hôtel, un logement type airbnb, ou un hostel.
Être à l'aise.
Comme chez soi.

Dans la chambre, mais aussi dans le reste de l'établissement...
En fin de journée, avant de passer à table, je suis descendue m'installer dans un des canapés. 
Comme chez moi.


Et puis nous sommes passés à table. 
Plusieurs fois en deux jours, histoire de goûter une bonne partie de la carte. 

Des spécialités SAVOYARDES absolument délicieuses comme la potée, mais aussi l'assiette de raclette sur pomme de terre. J'avoue, je me suis aussi laissée tenter par le fish'n'chips, parce que j'adore ça (c'est déjà une bonne raison), et parce que je me devais de goûter au moins un plat hors spécialités locales puisque la carte en propose (ça, c'est une fausse raison, on est d'accord). Tout aussi bon que le reste, et fait maison comme l'ensemble des plats à la carte.

Le seul petit bémol côté cuisine, c'est le petit-déjeuner.
Très simple, avec quelques viennoiseries, un peu de jambon, de fromage et du pain.
Il manquerait juste un appareil pour se préparer des œufs à la coque et peut-être un cake fait maison pour la gourmandise.


Ho36 La Plagne
D221 La Plagne centre, 73210 Mâcot-la-Plagne

Chambres individuelles, familiales et chambres partagées jusqu'à 14 personnes
Réservations sur booking.com


Promenade en raquettes


Bien installés à l'hôtel, nous avons enfilé les bonnets pour une petite excursion sur le domaine skiable de La Plagne.

Les skieurs, skis aux pieds.
Et moi, armées de mes raquettes, prête à randonner sur la neige.

C'était ma troisième fois.
Et j'étais ravie.

C'est une activité que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps.
En 2015.
Le temps passe bien plus vite que ce que je pensais déjà...
Mais c'est une activité que j'aime beaucoup.

Pour son environnement, bien sûr. La neige, les paysages de montagne, l'air pur cliché qui remplit nos poumons... mais aussi son caractère indéniablement SLOW.

On ne fait pas de sprint, en raquettes.
Ce n'est pas le but.

On marche, on avance bien, on peut faire de belles et longues randonnées. Mais on prend le temps de faire chaque pas, de décoller sa raquette de la neige, de se positionner sur ses appuis en descente... et on regarde ce qui nous entoure. On tend l'oreille. On aiguise son œil pour repérer des traces de lièvre dans la neige...


Idéalement, on part avec un guide comme Philippe, qui nous fait partager ses anecdotes tout au long du chemin. Et qui nous apprend à (presque) bondir sur nos raquettes en appréhendant des descentes que l'on n'aurait pas osé affronter, seuls. 

S'enfoncer dans la poudreuse.
Rebondir sur ses deux pieds.
Commencer à se sentir à l'aise et amorcer un début de course pour dévaler la pente... un bonheur.

Et surtout, on opte pour la SÉCURITÉ.
J'ai fait des raquettes sans guide, en Auvergne. Mais à La Plagne, on est en haute montagne. Le temps change véritablement très vite (et on s'en est rendu compte quelques heures plus tard). Partir seul pourrait s'avérer très dangereux.

Espaces montagnes
Réservation de randonnées en raquettes

Site internet : espacesmontagnes.fr


Sur le chemin du retour, on a même eu la chance de croiser des chiens de traîneaux, impatients de partir courir sur les pistes.

Tellement adorables, j'en aurais bien ramené un à l'hôtel !


Escape game en montagne


Le soir venu, nous avons troqué les bonnets contre un casque de chantier.
Et une cagoule aussi.

90% de la population mondiale avait disparu à cause d'un virus meurtrier, et on venait de trouver un signal provenant d'un BUNKER dans lequel on espérait trouver une communauté de survivants.

Et puis, tout a dérapé.
On s'est retrouvé enfermés, et nous n'avions qu'une heure pour nous enfuir.

Un scénario catastrophe dans lequel on s'est volontairement plongé puisqu'il y a un établissement d'Escape game sur la station de La Plagne Tarentaise.

Ils ont actuellement deux salles, donc deux scénarios.
Celui que j'ai testé, sombre, plus angoissant et tellement bien ficelé (j'ai adoré), et un second, plus mignon, dont l'histoire se passe dans un chalet.

Escape 2 Rooms
Galerie commerciale, Plagne Bellecôte, 73210 La Plagne Tarentaise

Site internet : escape2rooms.fr


Après deux jours face à la montagne, il était temps de rentrer.
Avec une belle neige épaisse se déversant sur le paysage en guise d'au revoir...

Un grand merci à l'agence 14 septembre et au Ho36 pour cette belle invitation à la neige.

Une journée détente à Courchevel

9 févr. 2018

Vue sur la station de Courchevel en hiver

Je n'attendais que ça.
Mettre les deux bottes dans la neige et l'écouter craquer sous mes pas.

Après un petit déjeuner parfait au chalet, le programme était simple : PRO-FI-TER du temps magnifique qui régnait en maître au-dessus de la station de Courchevel. Honnêtement, on ne l'aurait pas parié en quittant la grisaille lyonnaise !

Mais au réveil, c'était la bonne surprise.
Un grand ciel bleu.
Un soleil à nous donner envie de délaisser les écharpes.

Chalets dans la station de Courchevel
Chalet le long de la route à Courchevel, en hiver

Station de Courchevel


Un temps parfait pour se promener entre les nombreux chalets qui jalonnent la route de Courchevel 1850... et pour se retrouver au milieu d'une piste de ski, le chéri, le chien, et moi.

Ce qui n'était, disons-le tout de suite, absolument pas prévu.
On a tranquillement commencé notre promenade matinale par le centre, en passant devant l'office de tourisme et les (magnifiques) boutiques de luxe (toutes dans des chalets plus beaux les uns que les autres).

La montagne en face pour compagnon de route, le bruit de nos pas dans la neige (toujours), les skieurs attendant la navette jusqu'au télécabine, les chiens en promenade...

Tenue mode en hiver - pull épais, doudoune et bottes Moon Boot blanches



Office de tourisme de la station de Courchevel en hiver

Chalets dans la station de Courchevel
Vue sur la montagne depuis la ville de Courchevel

... puis les skieurs.
Juste à côté de nous.
Sur ce qui ressemblait à une piste verte sur laquelle on s'était engagé sans savoir comment.

Ou plutôt si : avec la bénédiction de google maps qui nous indiquait le plus court chemin pour rejoindre le restaurant... sans doute une route transformée en piste de ski durant la saison hivernale.

Télésiège et piste de ski à Courchevel

On s'est fait tout petit, laissant nos huit empreintes comme seuls témoins de notre passage.
Ou presque.

Panorama sur la station et le domaine skiable de Courchevel, en hiver
Télésiège sur les pistes de ski de Courchevel

Centre Aquamotion


Je crois que l'on aurait difficilement pu faire un séjour plus axé détente.

Après une matinée à remplir nos poumons de dizaines de kg/m3 d'air pur, on était attendu pour quelques heures encore plus relaxantes au centre Aquamotion de Courchevel ; un IMMENSE (15 000 m2, je crois que le mot n'est pas trop fort) centre aquatique, balnéo, fitness et spa.

On a commencé par tout visiter : piscines (au pluriel ; avec un bassin où rien n'est interdit, ni les bombes ni les plongeons... j'aime beaucoup l'idée !), toboggan, espace de surf, saunas, hammams, mur d'escalade...

Puis on a fait notre choix : filer du côté bien-être où règne un calme absolu.

Centre Aquamotion (aquatique, balnéo, fitness et spa) à Courchevel
Centre Aquamotion à Courchevel

Grotte marine, bassin balnéo, jacuzzi... et le bassin en extérieur avec ses cascades, ses jets massant, et sa vue sur la montagne... on a tout fait !

Les trois saunas aussi.
Pour découvrir les variations de température (même celui à 90°C !), et juste se poser un instant, en sentant tout son corps se réchauffer et réagir sous la chaleur chaude et sèche de la cabine... le moment idéal pour s'ouvrir à la pleine conscience.

Bassin en extérieur avec jets de massage au centre Aquamotion
Bassin extérieur du centre aquamotion
Sauna dans le centre Aquamotion - espace bien-être

Avant de reprendre la route, en direction de Lyon, un ultime rendez-vous DÉTENTE était prévu.

Une heure de soin : vingt minutes dans un bain hydromassant, en cabine, avec une musique douce et une lumière tamisée pour favoriser la relaxation ; puis quarante minutes de massage du corps, qui sont passés bien trop vite pour changer.

(Mais j'avoue, je pourrais vite devenir accro aux massages. Cette sensation de ressortir délassée comme jamais, avec un corps en chewing gum et la tête totalement vidée... addictif !)

Aquamotion
1297 Route des Eaux Vives, 73120 Courchevel

Site internet : aquamotion-courchevel.com

Spa du centre Aquamotion à Courchevel

Bonnes adresses


Et comme un bon séjour hors de la maison ne serait pas complet sans de bons petits plats, nous avons aussi passé un peu de temps à table :

- au restaurant de l'hôtel Fahrenheit Seven, le samedi soir. Une assiette de burrata à partager, en entrée, qui a fait l'unanimité (burrata fumée, à la truffe, à la crème...) avant de passer à l'excellente fondue à la truffe que j'aimerais tellement refaire à la maison !

Salle de restaurant de l'hôtel Fahrenheit Seven à Courchevel
Restaurant de l'hôtel Fahrenheit Seven - cheminée en salle

- et au restaurant Le Chabotté, le dimanche midi, après notre promenade dans la station de Courchevel. La présentation soignée de chaque assiette et les saveurs des bons produits utilisés en cuisine... je leur aurais bien piqué leur recette de purée à la carotte et à la patate douce d'ailleurs !

Dessert au restaurant Le Chabotté à Courchevel

Liens utiles pour trouver un hébergement :

- Booking pour les hôtels, maisons d'hôtes, bed & breakfast, auberges de jeunesse...
- 25 € via ce lien de réduction sur votre première réservation Airbnb

Un grand merci à l'agence Vie Publique, au centre Aquamotion et à l'office de tourisme de Courchevel pour cette belle invitation.

Une nuit dans un chalet, en toute intimité

2 févr. 2018

Séjour dans un chalet à Courchevel - tenue confortable et féminine

Plus les années passent, plus la neige devient une obsession.
La voir, encore une fois.
Puis encore une fois.
Et une dernière.

J'y pense chaque semaine d'hiver.

La faute à toute cette ambiance COCOONING que la présence de la neige implique : de grosses chaussettes, un pull douillet (et une belle pièce de lingerie dessous...), une tasse de thé entre les mains, un plaid sur les genoux, les pages d'un livre qui défilent sous les doigts, le crépitement d'une cheminée et l'odeur du feu de bois...

Alors samedi, on a pris la voiture, direction Courchevel.

Les moon boots dans le coffre, la grosse écharpe autour du cou, et l'esprit déjà formaté pour un week-end très hyggelig, avant même d'avoir franchi la porte du chalet, plus parfait que parfait.

Séjour à Courchevel dans un chalet très cocooning - tenue avec lingerie apparente

Cocooning & féminité


J'aurais pu rester là une semaine entière.

À alterner entre le balcon, lorsque le soleil aurait généreusement tapé dessus, et l'angle du canapé, avec une tasse d'Earl Grey posé sur le coin de la table. Je n'aurais porté que mes vêtements les plus confortables et mes chaussettes les plus douces et épaisses, avec un petit détail plein de FÉMINITÉ, pour le plaisir.

Je suis une timide de la lingerie.
Pas du genre à laisser dépasser une dentelle de soutien-gorge, aussi beau que cela puisse être.

Et pourtant, ce week-end, j'ai sauté le pas.
Et j'ai adoré.

Adoré pouvoir porter une belle pièce de lingerie apparente que l'on peut montrer aussi facilement. Un soutien-gorge brassière, celui de la collection "Nymphéa" de la marque Chantal Thomass, absolument parfait sous un petit pull à col V, qui aurait presque l'air de faire partie intégrante du vêtement.

Un petit détail qui devient un véritable accessoire de mode, sans effort. Juste pour donner un peu plus de caractère à une tenue cocooning ; tout ce que j'aime.

Soutien-gorge brassière Chantal Thomass - Pull Promod - Jean Le Temps des Cerises

Détail de tenue avec lingerie apparente sous un pull à col V

Un très joli modèle vendu sur le site Glamuse, dédié à la vente en ligne de lingerie et de maillots de bain, pour lequel j'ai tout de suite eu un coup de cœur. Et que j'ai immédiatement imaginé porté très simplement, avec un petit décolleté.

Le site regorge de belles pièces pour toutes les tailles, et notamment de très jolis body à porter de la même façon, on même juste avec un jean et un petit gilet. (Oui, sauter le pas m'a donné plein d'idées... et d'envies de shopping ! Surtout que la livraison et les retours sont gratuits ; pratique quand on ressent le besoin d'essayer, comme moi.)

Glamuse.com

60 grandes marques de lingerie, homewear, maillots de bain, collants...
De belles photos à retrouver sur leur compte instagram

Soutien-gorge brassière Chantal Thomass

Dans un chalet enneigé


Une cheminée au centre de la pièce, une grande table d'hôtes pour le petit déjeuner du lendemain matin, un immense canapé avec une dizaine de petits coussins que j'aurais tout à fait imaginé chez moi, et une vue folle sur la montagne.

Le vide.
Une étendue de blanc immaculé.
Un gros nuage de coton ou une mer de marshmallow à la vanille.

Chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Arrivés en fin d'après-midi, c'était le timing parfait pour voir le coucher de soleil, boire une dernière tasse de tisane en profitant de la vue...

Une belle soirée dans un chalet, au pied des pistes de ski, à Courchevel

.... avant de s'endormir enroulée dans une couette si épaisse et moelleuse que j'aurais pu ne jamais la quitter.

Chambre du chalet Portetta Le Chamois à Courchevel
Chambre cosy dans le chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Chalet "Chamois" Portetta
242 route des Avals, 73120 Courchevel 1650

Site internet : portetta.com

Balcon du chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Le lendemain matin, le petit-déjeuner nous attendait.
Du jus d'orange pressé et des œufs brouillés, préparés sur place par une chef à domicile.

Petit déjeuner avec vue sur les pistes à Courchevel

Je serais bien restée profiter du sauna au rez-de-chaussée, mais la neige nous attendait. Et je n'avais qu'une envie : enfiler mes bottes pour monter découvrir la station de Courchevel... où je vous emmène très vite !

Détail de tenue avec pull à col V et lingerie apparente

Article en partenariat avec Glamuse
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007