SLIDER

Printemps
Affichage des articles dont le libellé est Printemps. Afficher tous les articles

Le printemps - une saison pour créer et se réinventer

5 mai 2020


Si l'automne est ma saison préférée pour son ambiance cosy et cocooning, les bonnes choses que l'on va ramasser en forêt et les couleurs magnifiques qui égayent les paysages, le printemps est juste derrière.

Pour le retour du soleil, encore suffisamment doux pour réchauffer la peau sans la brûler.
Pour le réveil de la nature. Les bourgeons qui débourrent, les nouvelles pousses vertes que l'on découvre, le matin, sur le bois d'un arbuste encore endormi la veille. 

La nature sort de son état végétatif. 
Elle se réveille et se met doucement en marche pour un nouveau cycle.

Le printemps, c'est la saison du renouveau. La saison qui me donne envie de "faire des choses". Lancer des projets, avoir la tête pleine d'idées ; une énergie nouvelle et créative. 

Tous les projets n'aboutiront pas, et c'est très bien ainsi, mais c'est l'occasion idéale pour profiter de ce nouvel élan pour laisser libre court à ses envies.


Oser de nouveaux projets


On a tous, dans un petit coin de notre esprit, une aventure qui nous tient à cœur. 
Un projet qui nous anime autant qu'il nous fait douter. Que l'on repousse, par peur de se lancer, de ne pas être prêt ; par peur d'échouer, et parfois de réussir.

Et si... on se lançait ? Simplement.

Ouvrir un blog, apprendre à danser le charleston, commencer un potager, se mettre à la peinture, créer son entreprise,  mettre son CV à jour et chercher un nouvel emploi...
Tous ces projets, personnels ou professionnels, qui nous font vibrer.
Et qui s'accompagnent de cette petite voix qui se demande ce que l'on ressentirait si on allait au bout.

Il y a aussi de chouettes projets collectifs que l'on peut rejoindre, comme :

- le #shootingconfiné de LaRox'style qui invite à la créativité avec un thème photo par jour,
- ou les Book Spine Poetry Contest qui consiste à empiler des livres pour créer un poème avec leur tranche !

* * *

Prendre de nouvelles habitudes


Régulièrement, tous les 3-4 mois je pense, j'ai cette prise de conscience récurrente : il FAUT que je boive PLUS.
C'est un fait : je ne pense pas à boire, et je n'en ressens le besoin que très rarement. Après avoir mangé un demi paquet de chips, par exemple.
Mais je consomme beaucoup de thé ; apparemment, ça ne remplace pas le verre d'eau seul, mais c'est toujours mieux que rien.

Bref, le constat est récurrent, et malgré tout, je ne parviens pas à mettre en place une routine qui me permette de boire plus. J'ai tout essayé : applications sur le téléphone, post-it un peu partout dans la maison, bouteille d'eau remplie à mes côtés. Je crois que boire m'ennuie profondément, ce qui explique que je n'ai toujours pas réussi à prendre cette habitude.

D'ailleurs, prendre une habitude est un processus long.
On ne réussit pas en 21 jours. Ni en 30.

Il faut travailler dessus, s'entraîner à garder le rythme, et ne pas se flageller, non plus, quand on saute un tour. Mais si notre motivation est suffisamment forte, je crois que le printemps est la saison toute trouvée pour commencer. 

Inconsciemment, notre esprit est plus léger avec le retour des beaux jours ; on peut observer, tout autour de nous, la nature changer à vue d’œil et, spontanément, nous modifions notre rythme de vie en quittant l'hiver.

Le moment idéal, donc, pour ajouter, à son quotidien, cette habitude que l'on avait envie de prendre ! 
Une façon, aussi, de devenir cette personne que l'on aimerait être ; cette personne qui boit plus d'eau (ou pas), qui prend plus de temps pour soi, qui se reconnecte au monde en déconnectant plus tôt...

Et si on lâche, au bout de quelques mois ?
On aura déjà essayé !
Un article (qui date un peu) intéressant à lire sur le sujet : Combien de temps faut-il pour prendre une habitude (selon la science) ?


Inventer ses propres traditions


C'est devenu un petit rituel, depuis deux ans : fin mai, début juin, je guette (et fais guetter) les ombelles de fleurs de sureau qui poussent en Ardèche pour pouvoir les récolter et préparer mon sirop pour l'année à venir.

Il y a trois ans, en revenant de voyage, on a décidé de réinstaurer le petit-déjeuner attablé, à deux, même la semaine ; un petit temps pour démarrer la journée ensemble.

Et on commence à se demander si on ne va pas alterner brunch à la française / brunch à l'anglaise tous les dimanches, parce que c'est un repas auquel on a pris goût, ces dernières semaines...

Autant de petits rendez-vous qui jalonnent le quotidien et permettent de créer ses propres traditions ; pas celles issues d'une religion ou d'un bureau de marketing, qui nous font (avec plaisir cela dit) manger les œufs en chocolat ramassés dans le jardin... mais des traditions qui nous sont propres. Qui ont leur histoire peut-être. Et qui ont du sens, pour nous, avant tout.

* * *

Faire le ménage de printemps


Avec un nom pareil, on ne pouvait pas y échapper !
Je ne suis pourtant pas une adepte du chiffon, et le tiroir fourre-tout bien rangé du salon le reste approximativement dix minutes et trente-deux secondes.

Mais il y a toujours ce moment où les doudounes doivent passer à l'arrière-plan pour faire revenir les petites robes sur le devant du dressing.
Où les coussins reprennent leur place sur les fauteuils de la terrasse.
Et la chilienne sort de son repos hivernal.

C'est la ronde des plaids : les polaires rentrent au bercail et ceux aux motifs floraux attendant sagement la première soirée d'été passée dehors pour entrer dans la danse.

Un tournez ménage qui invite au tri.

Le prétexte tout trouvé pour faire le point dans le dressing ou dans les tiroirs à thé (au hasard) ; repérer ce qui ne nous correspond plus ou arrive en bout de course, affiner ses goûts et identifier ses besoins.
Pour partir sur de nouvelles bases, consommer moins et mieux aussi, et pour avoir de moins en moins de tri à faire au fil des années !
Si le sujet vous intéresse, il y a cet article que j'avais écrit en 2017 : mes astuces pour mieux acheter mes vêtements



Et vous, qu'avez-vous envie de faire au retour du printemps ?



Mes activités hyggelig du printemps

24 avr. 2018


Le printemps est sans doute la saison qui me donne le plus envie de retrouver l'extérieur.

D'ouvrir les fenêtres de l'appartement.
De PROFITER des rayons du soleil qui réchauffent ma terrasse.
De me laisser aller à humer l'air, et écouter les oiseaux chanter jusque devant ma fenêtre.

Même en ville, les odeurs des fleurs peuvent embaumer l'air. Le citronnier que l'on vient d'ajouter sur notre terrasse est un délice pour l'odorat, et il y a plus d'une rue, dans Lyon, qui sent bon le printemps. Sans parler des effluves d'herbe fraîchement coupée... !

Bras nus, vêtements fluides.
Il fait ni trop chaud, ni trop froid.
Le compromis parfait pour la frileuse que je suis qui ne supporte pas, non plus, les grosses chaleurs.

Et le temps idéal pour vivre le hygge dehors. Sortir un peu de ce petit cocon que je me suis fait chez moi, et trouver le plaisir de ralentir, de profiter du grand air. Toujours en bonne compagnie, avec une douceur à se mettre sous la dent, dans un coin de sac ; éléments indispensables pour un moment vraiment hyggelig !


Pique-niquer
POUR LE DÉJEUNER


En semaine.
Avec ses collègues de travail, des amis ou sa moitié. 

Juste comme ça. Parce que le temps est magnifique. Que sortir du bureau, entre midi et deux, peut donner l'illusion d'être en week-end, et nous REBOOSTER pour le reste de la journée. 

On a fait le nôtre, notre tout premier pique-nique de la saison, la semaine dernière. Un peu prévu au dernier moment, on s'est pris des burgers chez Big Fernand que l'on a dégusté au parc de la Tête d'Or. Mais avec un peu plus de préparation, c'est une salade de riz que j'aurais voulu manger. LA salade de riz ; celle de ma tante, upgradée comme jamais, qui réconcilie tout le monde avec ce plat des pique-niques de l'école primaire.

Pour 6 personnes :

- 500 g de riz basmati
- tomates
- crevettes
- 1/2 concombre
- une boîte d'ananas en morceaux
- noix de cajoux
- 1 oignon nouveau
- coriandre fraîche
- 3 c. à soupe d'huile d'olive
- 2 c. à soupe de vinaigre de cidre
- 2 c. à café de sauce soja sucrée
- sel, poivre

Recette :

1. Faire cuire le riz.
2. Couper le concombre en morceaux et le faire dégorger dans du sel.
3. Ciseler l'oignon et la coriandre. Couper les tomates.

4. Préparer la sauce en mélangeant l'huile d'olive, le vinaigre et la sauce soja, et ajouter un fond d'eau présent dans la boîte d'ananas en morceaux. (Plus ou moins selon ses préférences.) Saler et poivrer.

5. Mélanger le tout. Réserver minimum 1h au réfrigérateur pour permettre aux saveurs de parfumer l'ensemble de la salade de riz.



Lire dehors
À LA TOMBÉE DE LA NUIT


C'est un fait : à moins d'être en vacances, je lis plus facilement en fin de journée. Même le week-end. J'ai toujours quelque chose à faire, si bien que le moment de lecture que je m'étais promis arrive rarement avant 18h. Mettant à mal mes chances de lire plus de 10 minutes sur ma terrasse, avec le soleil pour me réchauffer (frileuse, soleil qui descend dans le ciel, petite brise... tout ça.)

Alors je me suis dit que j'allais sortir le plaid.

Le plaid, et la bougie.
Les petites lumières style guinguette accrochées à la pergola. 
Et que j'allais faire ça : lire tranquillement en fin de journée, lovée dans mon plaid comme en automne, tout en profitant de mon petit cocon de verdure. Des oiseaux qui s'aventurent sur la rambarde. Et des odeurs du jasmin, si tôt qu'il sera en fleurs.

Mes dernières lectures :


- La Servante écarlate, mon énorme coup de cœur de ces derniers mois. Pas tant pour l'histoire en elle-même, bien que captivante, mais surtout pour l'écriture de Margaret Atwood ; sa façon de mener le récit, de dévoiler son univers bribe à par bribe... tout coule si naturellement... tout est d'une fluidité folle ; le présent et le passé s'entremêlent sans cesse. Et on découvre ainsi le quotidien d'une jeune femme dans une société où le sexe féminin est enfermé dans trois fonctions : celui de maîtresse de maison, de bonne à tout faire, ou de reproductrice.

- Le Livre du Lykke, dans un tout autre style ; il s'agit du nouveau livre de Meik Wiking sur le bonheur à travers le monde. Une belle façon de voyager de cultures en cultures, à travers la lentille du bonheur.

- Les Belles est déroutant, au premier regard. Le résumé nous laisse imaginer un roman historique qui se passerait à Orléans, sous la monarchie. Mais dès les premières pages, on comprends qu'Orléans n'est pas la ville que nous connaissons. L'histoire oscille entre merveilleux et récit presque mythologique. Dans ce monde, le dieu du ciel a créé l'humanité avec un teint gris, des yeux rouges, et une profonde mélancolie dans le cœur. Alors la déesse de la beauté a créé des Belles pour les rendre beaux, dans un monde obsédé par l'apparence.


Cueillir
DES FLEURS


Depuis quelques temps, ça me démange.
J'ai envie d'avoir un joli BOUQUET de fleurs dans la maison. Un bouquet de fleurs sauvages, que j'aurai confectionné moi-même lors d'une promenade à la campagne.

Des bouquets qui durent, comme celui de lavande que j'ai depuis bientôt deux ans. Ou quelques tiges de graminées ; certaines ressemblent à du blé et poussent partout en bordure de route ! J'ai bien envie, aussi, d'utiliser nos plantes aromatiques comme le romarin pour faire quelques bouquets séchés.

Mais aussi des bouquets plus éphémères, avec de petites fleurs sauvages ramassées le long des sentiers. (Avec modération, puisque la cueillette est réglementée à un bouquet par personne, en règle générale.) Ce week-end, on s'est d'ailleurs arrêté pour cueillir quelques jonquilles, dans un champ !



Do-it-yourself
À PLUSIEURS


Quand je pense aux DIY, j'ai plutôt tendance à voir cette activité comme solitaire. Alors qu'en réalité, je trouve ça bien agréable de la PARTAGER avec quelqu'un.

Il y a quelques semaines, on a tenté de confectionner des petits "panneaux" pour indiquer le nom de nos plantes (et distinguer, notamment, nos deux myrtilliers d'espèces différentes). Vaste échec. La pâte durcissante que j'avais faite pour remplacer la fimo (un peu trop chimique, comme matière), n'a pas résisté à une nuit en terre humide.

Mais c'était chouette, de faire ça à deux.
Le soir, après le travail. Sans télévision ni smartphone.

Tellement qu'on a aussi passé un week-end à rénover des meubles : la coiffeuse de notre chambre, mais aussi un coffre et un valet en bois.

Prochain projet ? En cours de réflexion !

Petits bonheurs slow life du printemps

20 mars 2018


Chacune des fenêtres de mon appartement donne sur ma terrasse.
Et depuis une semaine, j'ai l’impression que la nature est sous acide. Parce que les bourgeons de cet arbuste, pile en face de ma cuisine, sortent à vue d'œil.

Les petits bourgeons...
Ce sont déjà des feuilles. Ce sont des rameaux. Que dis-je, des branches !

Je crois que je pourrais presque les voir pousser si je me posais une petite heure devant.

Ça, c'est l'effet du printemps.
La nature qui renaît, les oiseaux qui gazouillent... des clichés tout droits sortis des poèmes d’un autre siècle. Mais tellement représentatifs du printemps finalement.

C'est contradictoire, mais j'ai à la fois l'impression que tout s'accélère, que tout va déjà trop vite, au printemps... mais que c’est aussi la saison idéale pour RALENTIR. Pour mettre un peu de slow living dans son quotidien.

Et c'est là tout mon programme pour les trois mois à venir. Profiter de ces petits plaisirs simples du quotidien, qu’on a trop souvent tendance à négliger. Ou à zapper. Passer de l'un à l'autre sans les savourer.


#SpringWillBeSlow



Choisir de nouvelles plantes pour notre cocon végétal sur la terrasse. Ce que je préfère : les plantes que l'on va pouvoir déguster. Alors après les framboisiers, les pieds de tomates cerises, le jasmin officinal... cette année, on a rajouté deux myrtilliers, un figuier et un romarin ; plusieurs plans de fraises vont bientôt arriver et on va peut-être se laisser tenter par un groseillier !

Préparer un cake, chaque vendredi soir, pour en avoir une tranche chaque jour, tout au long de la semaine. C'est un petit plaisir que je me fais régulièrement et que j'ai bien envie de systématiser ; avec les jours qui rallongent, j'ai d'autant plus envie de terminer mon vendredi en cuisine, plutôt que sous le plaid. (Avec un petit sirop versé sur le dessus quand il est encore chaud, et placé sous cloche, la conservation est parfaite.)

Faire les travaux pour l'appartement, à commencer par rénover les vieux meubles chinés qu'il faut poncer et peindre. En hiver, il fait trop froid pour travailler dehors, et en été, il fait trop chaud pour la peinture ; donc c'est le moment ou jamais pour faire les DIY qui sont sur ma to-do-list !

Regarder la végétation pousser. Juste prendre le temps de sortir admirer l'évolution des plantes que l'on a pris le temps, et le soin, de rempoter. Depuis l'année dernière, je prends beaucoup de plaisir à sortir sur ma terrasse, et regarder les nouvelles pousses. Cela ne me prend peut-être que cinq minutes par jour, mais c'est déjà cinq minutes à simplement profiter de ce qui est sous mes yeux.

Profiter de mes trajets en vélo comme s'ils étaient de petites balades quasi quotidiennes. Au printemps, il y a encore suffisamment d'air pour ne pas avoir à chercher l'ombre à chaque feu rouge. Le vent dans les cheveux et le ciel bleu en toile de fond, parfois, ça me donne presque l'impression d'être en vacances.

Commencer une nouvelle activité en extérieur. J'adorais le roller quand j'étais ado (même après m'être cassée le poignet...) et j'ai très envie d'en refaire. Le parc de la Tête d'Or n'est pas très loin, et c'est juste l'endroit parfait pour se laisser glisser. Reste à voir si Glasgow tiendra la distance !

Me créer des bouquets sauvages. Et secs. Parce que je ne trouve rien de plus triste que de jolies fleurs qui se fanent. Alors j'attends avec impatience de pouvoir ramasser du blé. De mettre enfin la main sur quelques belles branches d’eucalyptus (qui sèchent très bien). Et d'acheter une ou deux branches de coton.

M'offrir une demi-heure de lecture par jour, sur la terrasse. Pour m'aérer l'esprit, profiter des oiseaux qui viennent régulièrement se poser sur notre barrière, et regarder Glasgow renifler les escargots qui s'échouent devant nos pots de fleurs, les lendemains de pluie.


Et vous, quels sont vos petits bonheurs slow life printanniers ?

10 plaisirs coupables à s'offrir au printemps

22 mars 2017


PROFITER.
Je crois que c'est ça, le message de cette saison.

Les 18°C au mois de mars ? On en profite quand ils nous tombent dessus ; demain, c'est déjà trop tard.

Rien ne semble durer, au printemps. Les petites fleurs blanches sur les arbres, l'éclaircie avant la tempête, les jours fériés... on prend la voiture en marche, ou on reste sur le trottoir, mais on ne peut pas avoir le cul entre le siège et le bitume. 

Et c'est bien, des fois, de se forcer à profiter. De vivre un peu plus dans l'instant présent
Et de se faire plaisir ; ça fait du bien, de se faire du bien.

Alors je NOUS ai préparé une bucket list sans paperasse administrative, sans ménage de printemps, sans travail à faire ; une liste de petits plaisirs coupables à s'offrir (sans culpabiliser !).

#OuiMaisJaiUneBonneExcuse


1. Se faire un après-midi shopping sans forcément provoquer une crise cardiaque à son banquier, mais simplement pour flâner, faire un peu de lèche-vitrine et craquer, à l'occasion, sur quelques pièces qui nous font vraiment envie pour le retour des beaux jours.

2. Décliner une invitation que l'on a un peu accepté parce qu'on se sentait obligé, alors que tout ce que l'on a envie, c'est sortir prendre l'air, profiter du beau temps tant qu'il est là, ou binge watcher devant une série parce qu'il s'est remis à pleuvoir (bienvenue au printemps !).

3. Se laisser tenter chez le glacier au coin de la rue même si c'est tout sauf raisonnable, avant le repas de famille chez Tata Claudette, en sortant du supermarché avec les bacs de glace dans les sacs, ou après un dîner déjà bien trop copieux au resto. 

4. Laisser encore un peu le chauffage allumé, parce que les températures font le yoyo ; c'est pas très cool pour l'environnement, mais c'est tellement plus agréable d'être bien au chaud chez soi.

5. Craquer sur des chocolats de Pâques avant Pâques, même si on ne fête pas Pâques d'ailleurs (et même si on n'a toujours pas mangé le lapin Lindt de l'année dernière...), juste parce que les œufs Milka dans lesquels on trempe la cuillère sont (industriellement) trop bons.

6. Faire des farces le 1er avril, parce que ce n'est qu'une fois par an et que ça fait du bien de ne pas être sérieux quand on a 17 ans (ça marche aussi quand on a 24 ans depuis 5 ans).

7. Oublier le ménage de printemps que l'on avait prévu ce week-end, attraper son magazine préféré, et se poser sur son balcon ou dans un parc pour lézarder. De toute façon, avec un créneau d'une heure avant l'arrivée des amis le week-end suivant, l'appartement sera presque aussi propre (il faudra juste leur dire de ne pas ouvrir les placards dans lesquels sont entassés les cartons des cadeaux reçus à Noël).

8. Profiter des jours fériés pour prendre la voiture sur un coup de tête et faire un escape de quelques jours à la plage ; juste pour retrouver cette ambiance de bord de mer qui rappelle l'été, sans la foule des vacanciers des mois de juillet et août. Et tant pis si on doit se faire un café par intraveineuse le mardi, de retour au bureau !

9. Garder pour soi un cadeau que l'on devait offrir ; le printemps, c'est carrément la saison des pendaisons de crémaillère, donc des cadeaux pour les nouvelles maisons des amis, donc des cadeaux que l'on verrait finalement plus chez nous que chez eux... #CQFD

10. Et acheter un thé vert à la fleur d'oranger, même si c'est vrai, on a déjà une soixantaine de thés à la maison, mais celui-là, on ne l'a pas, et il sera juste parfait pour la saison.

* * *


Télécharger le fichier .pdf pour impression (format A5)

Et vous, quel serait votre dixième plaisir coupable, ce printemps ?

10 choses qui donnent envie d'aimer le mois de mars

1 mars 2017


J'avoue, le mois de mars, ça fait pas vraiment rêver.

Derrière mars, il n'y a pas la même ambiance fantasmée que derrière mai ou décembre.
On ne se dit pas "génial, je vais être coincée à la maison parce qu'il va pleuvoir un jour sur deux".

J'avoue.

Mais en y réfléchissant, ce week-end, je me suis rendue compte que j'étais plutôt contente, en fait, d'arriver au mois de mars. Pas d'entrée de jeu, mais en prenant le temps d'y penser. Parce que je crois que, le mois de mars, c'est un mois qui s'apprivoise. Qu'il faut prendre le temps d'APPRÉCIER.

Et pour ça, j'ai quelques pistes.

Ces quelques choses pour lesquelles j'ai découvert que j'étais ravie d'être au mois de mars.
Et j'espère que les partager avec vous, ça vous permettra de trouver pourquoi vous aussi, vous avez envie de l'aimer, ce mois de mars.

#JapprivoiseLeMoisDeMars


1. Ce n'est pas février, et encore moins janvier. Deux mois qui inspirent le froid sans la chaleur réconfortante des fêtes de fin d'année.

2. Il va pleuvoir (beaucoup), et ce sera l'occasion de se poser avec un livre, pas loin d'une fenêtre, pour écouter la pluie tomber et regarder les carreaux ruisseler. Quand j'étais petite, je regardais les gouttes, et je faisais des paris sur celle qui gagnera la course... 

3. C'est le moment d'acheter (et mettre en terre !) des plantes pour se créer un petit cocon de végétation sur son balcon ou sa terrasse. Nous, on aime aussi planter des pieds de tomates cerise, de menthe et de framboise, parce que j'adore l'idée de pouvoir manger ce que je fais pousser.

4. On ne vit peut-être pas en Irlande, mais on peut quand même fêter la Saint Patrick ! Même sans aimer la bière d'ailleurs : c'est juste une occasion supplémentaire de rassembler ses amis (et de tester des recettes irlandaises !)

5. Les boutiques commencent sérieusement à sortir les collections printanières ; un premier pas vers les beaux jours ! 

6. D'ailleurs, c'est aussi le mois (de l'équinoxe) du printemps, et rien que pour ça, on devrait l'apprécier.

7. On passe à l'heure d'été ; la journée semble se prolonger bien après la sortie des bureaux, les amis viennent deux fois plus à la maison, et sans que l'on s'en aperçoive, ce sera déjà la saison des barbecues en plein jour à 21h passées !

8. Mais il fait frais pour quelques semaines encore, alors on profite une dernière fois du plaisir de s'emmitoufler dans nos manteaux, nos écharpes toutes douces, et nos gros pulls bien confortables.

9. La journée de la procrastination, c'est le 25 mars ; ou comment on a la meilleure excuse du monde pour procrastiner un bon coup, et prendre toujours un peu plus le temps de vivre.

10. Et il y La Belle et la Bête qui sort au cinéma. Mon disney préféré avec Emma Watson... comment vous dire ; j'ai TROP hâte !


Et vous, pourquoi vous pourriez aimer le mois de mars, finalement ? 

10 choses à faire au printemps

23 mars 2016


Peu adepte des extrêmes, je ne suis que bonheur à l'approche du printemps. La chaleur des rayons du soleil couchés sur notre peau sans la petite goutte de sueur qui pointe son nez ; un peu de fraîcheur en fin de journée mais pas de mouchoirs humides en sa compagnie ; les demi-saisons sont définitivement plus glamour.

Je signe quand vous voulez pour une alternance printemps / automne tout au long de l'année ! Il faudra juste trouver un arrangement pour les cerises ; j'aime trop ça pour faire une croix dessus.

Spring is back, alors j'ai préparé ma bucket list des 10 choses que je veux faire cette saison. Le temps passe trop vite pour en oublier l'essentiel : profiter de ce que l'on aime ! (et je vous glisse le .pdf de la liste en fin d'article. Je vais l'imprimer pour la mettre dans mon Filofax, et j'ai pensé que vous voudriez peut-être faire de même.)

Spring is in the air


1. Acheter des plantes pour son balcon / sa terrasse / son bord de fenêtre. Je ne suis pas une fille à fleurs ; je préfère 1000 fois que l'on m'offre du chocolat. Mais un peu de verdure sur la terrasse, aux beaux jours, c'est quand même agréable. Alors pour me motiver à mettre des plantes, je pense avec mon estomac : fraises, citrons jaunes, tomates, citrons verts, menthe, et jasmin officinal (pour le thé !).

2. Organiser un pique-nique ; on le dit chaque été, mais entre le départ en vacances, la canicule potentielle et les parcs pris d'assaut par les touristes, on repousse toujours, jusqu'à arriver en plein mois de novembre. Donc cette année, le pique-nique, on le fait au printemps !

3. Passer le dressing en mode "beaux jours" ; les pulls au fond d'une boite et les petits hauts juste à portée de main ; adieu les manteaux, et bonjour les trenchs et perfectos !

4. Préparer ses vacances d'été ; cette année, on s'envole direction Édimbourg ! Et c'est bien connu : on ne réserve jamais les billets d'avion et le logement trop tôt ; donc au printemps, on bloque nos dates, on fait les réservations et on commence la quête aux bonnes adresses.

5. Faire des poissons d'avril (en hommage à G. et F. W. ÉVIDEMMENT) ; ce n'est qu'une fois dans l'année, alors faut pas louper le coche !

6. Organiser un premier barbecue entre amis ; et plus tôt on aura réussi à caler une date, mieux se sera. À croire qu'avec le temps, on se chope tous des agendas de ministre (je plaide coupable).

7. Chiner ; je manque un peu de motivation pour faire les puces et brocantes quand il fait froid (et qu'il faut se lever tôt, même le dimanche !), mais j'ai tellement envie d'étoffer ma collection de tasses kitsch que cette fois sera la bonne (j'espère...).

8. Préparer de la citronnade à la fleur d'oranger ; si vous n'en avez jamais bu, sortez les citrons et testez ça d'urgence.

9. Manger des glaces ; pas à la maison, comme toute l'année, mais dehors, en se promenant tranquillement dans les rues avec le parfait combo yuzu / blueberry de chez Häagens Dazs, ou le violette / vanille de Madagascar de Terre Adélice.

10. Et partir découvrir Milan, le lac de Côme et le lac Majeur. Mi-mai, on file pour un long week-end italien, avec de la bonne pizza au menu !





Et vous, qu'aimez-vous faire au printemps ?
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007