SLIDER

Ecoresponsable
Affichage des articles dont le libellé est Ecoresponsable. Afficher tous les articles

Mes petits gestes pour moins jeter - réutiliser plutôt qu'acheter

16 mars 2018


Je n'ai jamais aimé jeter.
Je suis plutôt du genre à amasser (parait-il). Vouloir garder "au cas où".
Parce que ça pourrait servir, un jour. À moi, ou à quelqu'un que je connais.

Mais l'année dernière, j'ai découvert la méthode Marie Kondo, et j'ai clairement fait du tri à la maison. Dans le dressing et dans mes placards, où je conservais encore des reliques datant des années lycées. J'ai donné, au maximum, et j'ai jeté quand je n'avais plus le choix. (Le vieux stylo à paillettes rose desséché depuis 6 ans ? Poubelle.)

Et petit à petit, j'ai décidé de mieux consommer la mode.
Puis d'ajouter quelques gestes éco-responsables à mon quotidien.

Une démarche sans pression. Que j'ai laissé venir NATURELLEMENT. Sans rien forcer.

Tout comme j'ai envie de déconnecter sans vouloir m'obliger à éteindre internet de tout le week-end, j'ai envie de moins jeter sans me lancer dans le 100% zéro déchet. Trop drastique. Trop contraignant. Pas assez adapté à mon mode de vie actuel. Mais clairement un idéal dont j'aimerais, doucement mais sûrement, me rapprocher.

Bref, on fait à notre façon.
En trouvant des astuces pour moins jeter et moins acheter. Essayer d'utiliser ce que l'on a déjà, jusqu'au bout. Et j'avais envie de partager ces quelques gestes avec vous ; pour vous donner des idées si vous cherchez, vous aussi, à réduire vos déchets.

(Et je compte aussi sur vous pour me donner, en commentaires, vos petits gestes quotidiens, que je pourrais mettre en place chez moi !)


Les vêtements abîmés

DANS LA PENDERIE


Je crois que je peux dire qu'aujourd'hui, ça y est, j'achète mieux. Moins aussi. Mais surtout mieux.

Hier, je me suis d'ailleurs surprise à être contente de moi en sortant un pull en maille légère, bleu marine avec des fils argentés entremêlés, que j'aime tant porter, qui est encore absolument comme neuf, et que j'ai pourtant acheté il y a (au moins) 3 ans. C'est un peu mon but ultime, dans le dressing : ne plus avoir que des pièces que je prendrai encore autant de plaisir à porter dans trois ans.

Sauf qu'il faut prendre en compte l'USURE.
En achetant de meilleure qualité, les vêtements s’abîment généralement moins. Mais, pour certaines matières en tout cas, l'éternité n'est pas de mise.

Alors, plutôt que jeter, quand réparer n'est plus une option, je leur trouve une autre utilisation, comme une seconde vie :

- Je mets de côté mes jeans distendus pour les porter en intérieur ; je n'aime pas être en pyjama chez moi, mais j'aime les vêtements confortables ; un vieux jean est tout ce que j'aime.

- Mes vieux habits, dont la couleur est trop abîmée pour être ravivée, je les enfile pour certains petits travaux qui abîment ou salissent trop, comme le jardinage, la peinture, la rénovation d'un meuble...

- Lorsqu'une chemise ou un T-shirt est beaucoup trop troué pour la première ou la seconde utilisation, ils partent en chiffons à (presque) usage unique : nettoyer une chaîne de moto ou des rouleaux de peinture, par exemple.

Il y a aussi le cas des TOTE BAGS ; je vous ai déjà dit que je faisais des coussins pour la terrasse avec les plus jolis, et que ceux que je n'utilisais pas comme sac partaient dans le bac à légumes pour stocker les aliments. Dernière étape de leur cycle de vie, quand ils sont trop abîmés pour être dans le frigo : ils deviennent des chiffons pour le cirage des chaussures en cuir !


Les restes de nourriture

EN CUISINE


Pour éviter de jeter de la nourriture (parce que ça fait toujours mal au cœur, quand même...), on a réduit le gaspillage en congelant

Souvent, quand je fais des lasagnes à la bolognaise, il me reste de la SAUCE, car j'ai une recette approximative, empruntée à mes parents qui la tiennent d'une vieille dame italienne... bref, je n'ai pas de mesures très précises, et j'ai des restes... qui partent dans un pot de confiture au congélateur. La sauce se conserve très bien ainsi, et il n'y a plus qu'à la sortir pour accompagner des spaghettis, un jour où l'on n'a pas envie de cuisiner.

Et on peut faire ça avec plein de choses : 

- Le bouquet d'herbes aromatiques acheté pour une recette, dont les 3/4 nous reste sur les bras ; persil, ciboulette... ciselé et congelé !

- Le demi-oignon qui risque de sécher au réfrigérateur maintenant qu'il a été ouvert ; les lamelles se congèlent parfaitement.

- Le pain acheté en trop pour la soirée entre amis, direction le congélateur aussi. Un petit passage au four à basse température permettra de le décongeler en une dizaine de minutes.


Les envies de changements

DANS LA DÉCO


Avec toutes les nouvelles collections des boutiques de déco qui sortent quasiment tous les mois, c'est hyper tentant de changer à chaque nouvelle saison. J'avoue, je suis la première à penser la décoration de mon appartement en fonction des saisons.

Mais au fil des années, j'ai déjà accumulé plein de très jolies choses.

J'ai déjà une paire de housses de coussins pour chaque saison. En racheter serait les vouer à être jetés. Alors, je fais un ROULEMENT. Le tartan en hiver, le bleu paon au printemps... et tous les trois mois, ma décoration semble nouvelle grâce à de petits changements.

Et c'est pareil sur mes meubles :

- Le renne à l'aspect cuivré fait une bonne décoration de Noël, sur mon buffet. Mais le reste de l'année, il constitue un bel élément de la bibliothèque.

- Mes bougies avec un pot noir apportent un côté très chic à la déco ; mais celles plus colorées sont la touche de couleur que j'ai envie de retrouver au printemps.

- Quant aux livres de la bibliothèque, ce sont des mines d'or : une pile de deux-trois livres de cuisine sur le bord d'un meuble, en été ; mais en automne, je préfère une pièce de théâtre à la couverture vert émeraude, glissé sous un bougeoir.

Puis j'ajoute à ça quelques éléments empruntés à la nature : des pommes de pin à l'automne, des branches de sapin en hiver, des fleurs au printemps ou encore un bouquet de blé en été. 

Petits gestes éco-responsables du quotidien

24 oct. 2017

Gestes eco-friendly du quotidien

En fait, il y a plein d’alternatives que l’on a tout simplement oubliées.

Plein de gestes éco-responsables qui tombaient sous le sens, autrefois, et qui nous ont glissé des doigts.

Parce que la société nous offre toujours plus de solutions faciles.
Et jetables.

En avril dernier, je vous racontais que je n’étais pas prête à faire pipi sous ma douche (et je ne le suis toujours pas) mais que j’avais commencé à prendre des habitudes éco-responsables - et pas bien compliqués à mettre en place - au quotidien.

Mais GRATIFIANTES, finalement.
Et meilleures pour l’environnement.

Dans un monde idéal, les gouvernements ne laisseraient pas le réchauffement climatique être une obscure affaire de complotistes ni les ours polaires faire le remake de Titanic sur leur banquise.

Mais je me dis aussi que, dans un monde idéal, ce serait aussi à moi de m’y mettre. Alors j’ai décidé de commencer par là : mieux consommer et réduire mes déchets avant d’aller voir si l’herbe est mieux recyclée chez le voisin.

Parce qu’après tout, c’est pour moi une démarche toute PERSONNELLE.
Et j'avais envie de vous faire un second article sur le sujet pour vous parler de ces nouveaux gestes que j'ai découverts et adoptés.


Réduire sa consommation

DE BOUTEILLES EN PLASTIQUE


Je crois que c’est la vidéo de Et tout le monde s’en fout, au sujet de l’eau potable, qui m’a vraiment fait réagir.

Chez nous, on la réutilise autant que possible. Mais on n’a pas encore inventé la machine à transformer les bouteilles d’eau... en eau. Et quand on sait que produire une bouteille consomme trois litres d'eau, je me dis qu’autant boire l’eau qui sort du robinet.

Même si, à Lyon, pour tout dire, elle n’est pas fameuse.
Un verre servi en début de repas, impossible que je le touche au dessert.
Et pourtant, je n’ai pas été élevée à l’eau de source !

Il y a deux petites semaines, j’ai été invitée par la marque GROHÉ pour découvrir leur dernière nouveauté : le Grohé Blue Home qui permet de distribuer de l’eau filtrée, rafraîchie et gazeuse, directement au robinet.

Sans utiliser de bouteille en plastique !

J’avoue, avant même de songer au goût, j’ai pensé au nombre de bouteilles en plastique économisé.

Alors j’ai posé mes petites questions, très orientées eco-responsabilité j’avoue.
Avec un filtre ? On peut boire jusqu’à 600 L d’eau purifiée.
Et avec une seule bouteille de CO2 ? 350 L d’eau gazeuse ; et la bouteille est consignée et re-remplie.

J’ai donc passé le verre sous le robinet, et j’ai goûté. L’eau filtrée plate mais aussi l’eau filtrée gazeuse : fraîche sans passer par le frigo, et clairement différente en goût. Autant dire que c’est un investissement auquel je songerai dans notre future maison ! (Oui, j’avoue, notamment pour l’eau gazeuse qui finira dans nos mojitos, en été !)

Grohé Blue Home
Robinet de cuisine filtrant

Gestes éco-friendly : diminuer sa consommation de bouteilles en plastique

Réparer plutôt que racheter

DES VÊTEMENTS


Au début du mois, j'ai fait un grand tri dans mon dressing.
Et je ne suis pas fière de l'avouer : j'étais prête à me séparer d'un manteau parce qu'une pression avait lâché.

Recoudre, remplacer, RACCOMMODER... ce sont finalement des petits gestes totalement oubliés qui faisaient partie du quotidien de nos grands-parents.

Alors j'ai décidé de m'y mettre.
Je ne vais pas faire des merveilles en couture, ce n'est franchement pas mon domaine de prédilection. Mais avec quelques achats utiles, j'ai décidé de donner une seconde vie à mes vêtement : 

- avec un rasoir à bouloche, j'ai remis à neuf une veste, trois pulls et deux écharpes,
- et avec un paquet de teinture de ravivage bleu marine, c'est un petit short pour moi et une veste pour monsieur qui ont le droit à une seconde chance.

J'ai d'ailleurs pris l'habitude de lire attentivement les étiquettes de mes vêtements, plutôt que de les couper ; j'ai notamment appris que certains pulls allaient indéniablement boulocher avec le frottement, alors je vais m'équiper de quelques filets de lavage supplémentaires pour les séparer dans le tambour de la machine à laver. (Le mode "lavage à la main" est aussi pas mal du tout pour les matières les plus fragiles.)

Rasoir anti-bouloche, Philips
Teinture de ravivage IDEAL, en vente en supermarchés

Gestes eco-responsables : réparer plutôt que racheter de nouveaux vêtements

Détourner l'usage premier

DES TOTE BAGS


Un jour, le monde entier sera englouti sous le poids des tote bags.
Ou c'est du moins l'impression que j'ai, tellement mon dressing en déborde de toute part.

À défaut d'en porter 10 à chaque bras, et plutôt que de simplement les jeter, on a essayé de leur trouver de nouvelles utilités, avec monsieur. Et l'une de mes préférées est une de ses idées : s'en servir pour ranger les fruits et légumes dans le frigo.

Avant, on déposait du papier absorbant au fond du bac à légumes pour limiter les excès d'humidité et garder le réfrigérateur propre, et on utilisait également des bacs en plastique pour séparer les différents aliments.

Un tote bag sans ses anses, et retroussé jusqu'à la hauteur souhaitée, fonctionne tout aussi bien ! Et en plus, esthétiquement parlant, c'est tout de suite plus joli ; ça donne comme un air de "retour de chez le maraîcher" à notre réfrigérateur. 

Les plus abîmés, après plusieurs passages à la machine à laver, finissent découpés en CHIFFONS pour nettoyer la moto de monsieur.

Quant à mes tote bags préférés, je les transforme en housses de coussin pour notre terrasse ; do-it-yourself garanti sans couture.

DIY - recycler ses tote bags en coussins

Article en partenariat avec Grohé

Mes habitudes plus éco-responsables du quotidien

28 avr. 2017


Je vais être honnête avec vous : je ne me sens absolument pas prête à faire pipi dans ma douche pour devenir un peu plus ECO-FRIENDLY au quotidien. C'est un pas que je n'ai pas envie de franchir, même si je sais que cela permet d'économiser beaucoup d'eau.

Je vous raconte ça, parce que j'avais téléchargé, l'année dernière, une application qui proposait des petits gestes écologiques de la vie de tous les jours, en fonction de notre degré d'implication (en gros : est-ce que tu es prêt à sacrifier un peu de ton confort, ou pas du tout ?). Elle avait proposé à monsieur cette histoire de douche, mais bizarrement, pas à moi ; apparemment, je tiens un peu plus à mon confort (sans grande surprise).

Je voulais vous glisser le nom de l'application, mais je ne parviens plus à mettre la main dessus ; si jamais vous la connaissez, n'hésitez pas à la partager dans les commentaires ! 

Bref, à moi, elle m'avait conseillé d'afficher un tableau des fruits et légumes de saison, mais comme on se fournit la plupart du temps dans le potager des parents et grands-parents de monsieur, en Ardèche, on est plutôt au point de ce côté-là.

Du coup, on a mis en place nos propres petits gestes éco-responsables et un peu plus GREEN du quotidien ; des choses qui ne coûtent pas forcément plus cher, et qui nous permettent de moins gaspiller et réduire nos déchets.


On recycle

NOTRE EAU USAGÉE


Usagée au sens premier du terme : qui a déjà servi (pas l'eau des toilettes, voyons !). C'est-à-dire : l'eau restée au fond de la théière, celle qui a bouilli avec nos œufs à la coque, et même notre EAU DE CUISSON des pâtes ou des légumes.

Dit comme ça, on ne se rend pas compte que l'on peut remplir un seau de cinq litres en à peine deux jours. Une fois qu'on a commencé à mettre toute cette eau de côté, je peux vous dire qu'on s'est vite rendu compte de toute l'eau que l'on gaspillait par jour.

Depuis, d'ailleurs, je remplis bien moins ma bouilloire !

Mesurer, c'est bien, mais réutiliser, c'est mieux quand même. On laisse donc refroidir toute cette eau dans un seau, sur notre balcon, avant de s'en servir pour arroser nos plantes. Se faire une petit cocon végétalisé, mine de rien, ça demande beaucoup d'eau, alors autant réutiliser cette eau usagée, qui fait également office d'engrais naturel

L'eau de cuisson des œufs contient du calcium et l'eau de cuisson des légumes (bio) est pleine de minéraux ; de même que l'on peut réutiliser l'eau de cuisson des pâtes ou des pommes de terre à condition de ne pas la saler, sinon, on a un effet désherbant.

Et comme on a une terrasse, on pousse l'affaire un peu plus loin, en récupérant l'eau de PLUIE dans une bassine ; c'est toujours ça de pris !


On réutilise

LE THÉ ET LES COQUILLES D'ŒUFS


Avec la quantité de thé que je bois chaque jour, jeter les feuilles après infusion, ça ressemblait presque à du gâchis, en fait.

Alors on a acheté un joli petit seau chez Ikea (parce qu'on peut vouloir être plus éco-responsable ET se faire plaisir), dans lequel on fait désormais sécher nos feuilles de thé après infusion. Elles sont encore pleines de nutriments, qui sont excellents pour les plantes.

Et dernièrement, on a découvert que la poudre de coquilles d’œufs était également très bonne pour certaines plantes ; il faut juste laisser sécher les COQUILLES, et les réduire en poussière avec un pilon (on se croirait presque en cours de potion avec Rogue !). Toutes les plantes n'apprécient cependant pas un apport élevé en calcium, donc il faut bien se renseigner avant de l'utiliser.

(Vous pouvez aussi récupérer le marc de café et faire du compost avec les épluchures de légumes ; mais en appartement, c'est pas le plus simple, et ça demande quand même de sacrifier un peu de son confort) (parce que non, le compost, ça ne sent pas foncièrement bon.)


On diminue

NOS DÉCHETS


Et puis, il y a ces petits gestes tout simples pour diminuer nos déchets, toujours sans beaucoup d'effort. 

J'ai, par exemple, toujours un tote bag dans mon sac à main ; ça me permet de refuser les sacs jetables que l'on nous donne encore dans les boutiques de vêtements par exemple. Et si je l'oublie, et que je me retrouve avec un sac plastique sur les bras, je le réutilise en guise de sac poubelle.

À la maison, on a aussi presque remplacé toutes nos piles jetables par des piles RECHARGEABLES ; ça coûte plus cher à l'achat, mais ça permet de réduire nos déchets chargés en métaux lourd, et c'est réutilisable pendant de nombreuses années !

On a aussi troqué les essuie-tout contre des serviettes de table en tissu. Pas tous, cependant. On utilise encore des serviettes en papier quand on a des invités, et je me dis que l'on pourrait aussi y remédier. En plus, ça a un côté sympa, d'acheter de jolies serviettes de table, et de les proposer à ses proches quand ils viennent manger. Dépareillées, pour que chacun en ait une différente... (oui, je viens d'avoir cette idée en écrivant cet article) (c'est bien la preuve que mes conseils sont vraiment basées sur mes aspirations personnelles, haha !)

Et dans la salle de bain, j'ai complètement dit adieu aux cotons jetables ; si ça vous intéresse, je vous ai fait une review de solutions alternatives, avec des serviettes et gants lavables pour se démaquiller ou appliquer ses soins.

Ma routine beauté pour réduire mes déchets

7 avr. 2017


Ce n'est pas que je sois Wonder Ecolo Woman, ou que je veuille à le devenir. Mais depuis quelques temps, je cherche à réduire mes déchets. 

Parce que je me suis rendue compte que c'était la folie, tout ce que l'on jetait chaque jour. Que j'en avais marre de mon placard à déchets recyclables qui déborde en l'espace de deux jours. Et parce que des petits gestes ECO-RESPONSABLES on peut tous en faire de très simples au quotidien, que c'est bon pour la planète ET pour le porte-monnaie.

Du coup, j'ai trouvé des petites astuces, qui ne me demandent pas trop d'effort (j'avoue, j'ai la flemme de chercher une épicerie en vrac ; c'est plus simple de passer au drive du supermarché, et souvent, ça reste quand même moins cher) (et je suis juste incapable de faire pipi dans ma douche, même si je sais à quel point ça permet d'économiser de l'eau).

Bref, je voulais vous faire un seul article sur TOUT ce que j'ai changé dans mes habitudes pour être un tout petit peu plus éco-responsable sans trop forcer. Avant de changer d'avis. 

Parce que j'ai une catégorie BEAUTÉ sur le blog. Que j'ai testé pas mal de produits très sympas pour une chose : supprimer les cotons jetables de ma salle de bain. Et que je me suis dit que ça pourrait vous être utile pour trouver LE produit qui vous conviendrez, à vous, si je vous faisais un article dédié.

Bref, j'ai arrêté de jeter des cotons pour rien...


H2bio
GANT DÉMAQUILLANT

J'ai mis un petit moment avant de me rendre compte que les cotons jetables étaient tout sauf utiles dans ma routine beauté. Il y a aujourd'hui plein d'alternatives, mais je craignais que ça ne démaquille pas aussi bien. Et puis, on a parfois aussi un peu la flemme de laver plutôt que de jeter.

Quand on m'a proposé de tester le gant démaquillant H2bio, je me suis dit que c'était l'occasion de me faire un véritable avis sur la question. Et de, peut-être, arrêter d'acheter quatre paquets de cotons par mois ; parce que mine de rien, ça en fait des déchets (et des euros passés là-dedans !).

Il y a plusieurs façons d'utiliser le gant, en fonction de sa peau plus ou moins sensible ; tout est expliqué dans le dépliant avec lequel il est livré. Pour ma part, je l'utilise avec une eau micellaire ou un lait démaquillant, de la même façon que je le ferais avec un coton jetable. C'est PLUS DOUX avec la peau que simplement utilisé avec de l'eau, et ça permet de complètement se démaquiller en un rien de temps (mascara Better than Sex de Too Faced compris).

Je le lave ensuite à la main, avec du savon de Marseille, et je le laisse sécher pour le réutiliser le lendemain.

* * *

J'aime : sa forme de gant pratique pour se démaquiller, son efficacité et sa couleur taupe qui se nettoie très facilement (et qui échappe aux résidus de mascara après nettoyage).

Petit bémol : vente par correspondance uniquement.

- Gant démaquillant H2bio*, 8,20 € l'unité

* * *


Spirit of beauty
SERVIETTE DÉMAQUILLANTE À L'EAU

Dans le même style, on trouve la serviette démaquillante lavable bi-face, à utiliser sans aucun produit ; uniquement de l'eau.

Le côté doux permet de démaquiller l'ensemble du visage, yeux y compris ; le geste est hyper AGRÉABLE, et le démaquillage devient du coup un moment de soin plutôt qu'une corvée. L'autre côté permet d'avoir une action plus exfoliante sur le visage, afin d'éliminer les peaux mortes.

Autant, je ne suis pas certaine d'utiliser le côté exfoliant dont l'efficacité n'est pas folle, autant j'ai été complètement convaincue par le côté démaquillant ; j'ai passé un coton blanc juste après, sur l'ensemble de mon visage avec une eau thermale : il ne restait rien !

* * *

J'aime : son action démaquillante pour le maquillage du teint, sa douceur sur la peau et sa distribution en supermarchés.

Petit bémol : les serviettes sont très grandes donc moins pratiques à utiliser qu'un gant (on aurait pu en faire deux dans une seule), et je préfère utiliser un produit pour retirer le mascara ; même si la serviette à l'eau a réussi à le faire partir complètement, j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois, et j'ai perdu plusieurs cils dans la bataille !

- Serviettes démaquillantes Sweet Face*, 14,90 € environ en GMS et sur Amazon

* * *


Glov
GANT RETOUCHES MAQUILLAGE

Sans doute le plus chou des gants de démaquillage : il est aussi doux qu'une peluche, et il est vraiment tout petit (c'est un gant de doigt).

Du coup, comme tout ce qui est petit, je l'ai embarqué dans ma valise pour l'utiliser lors de mon court séjour à Chamonix. Ce qui tombait à pic car j'avais terminé mon eau micellaire le premier soir, et que j'avais bien besoin de quelque chose pour me démaquiller, le deuxième soir. Et il fait le job à l'eau, sans aucun produit.

Certes, c'est assez petit pour démaquiller l'ensemble du visage, mais le temps d'un voyage, ça fait bien l'affaire. Et surtout, il est très efficace, sur les yeux également, même avec mon mascara qui résiste à tout ; aucun cil n'a d'ailleurs rendu l'âme.

Sinon, originellement, il est prévu pour les RETOUCHES, en journée, sur le rouge à lèvres ou le mascara qui a coulé en milieu de journée, et il existe, du coup, des formats plus grands (et colorés ! Parce que le mien, blanc, avec le mascara, j'ai eu du mal à le faire complètement revenir) pour tous les jours.

* * *

J'aime : son action démaquillante à l'eau y compris sur le mascara, sa douceur avec ma peau sensible, son petit format pour le voyage, ses fibres antibactériennes (action sur 3 mois) et sa distribution en magasins Monoprix.

- Glov Quick Treat, 4,00 € l'unité sur Glov.fr

* * *


Les tendances d'Emma
CARRÉS COTON LAVABLES

Il y a un mois, j'utilisais encore des cotons jetables pour passer mes lotions sur le visage, à défaut de pouvoir le faire avec un gant démaquillant. J'avais déjà tenté les carrés des Tendances d'Emma, à l'eucalyptus, qui absorbaient trop vite ce type de produit.

En fait, ce qu'il me fallait, c'était la version bi-face des carrés lavables en COTON BIO : un côté plus absorbant, adapté au démaquillage, et un coté ultra doux, qui permet de conserver la lotion ou le tonique en surface, et de l'appliquer comme avec n'importe quel coton jetable.

On peut les acheter en kit de 15 carrés lavables, vendus avec un filet, pour pouvoir les passer en machine avant de les réutiliser.

* * *

J'aime : la version bi-face qui permet d'appliquer les soins sur le visage mais aussi de se démaquiller.

Petit bémol : les carrés lavables ne sont pas prévus pour être lavés à la main après le démaquillage et des traces de mon mascara restent visibles après le passage en machine ; je les utilise donc pour appliquer mes lotions, et les gants démaquillants ont ma préférence quand il s'agit de me démaquiller.

- Kit de 15 carrés démaquillants, trousse et filet Les Tendances d'Emma, 29,90 €

* * *

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007