SLIDER

Découvrir et apprivoiser l'art de se créer de beaux souvenirs

13 mars 2020

Lecture de l'art de se créer de beaux souvenirs de Meik Wiking

Soyons honnête : je ne réfléchis même plus.
Quand un tweet de Meik Wiking annonce la sortie d'un nouveau livre, je sais déjà qu'il finira dans ma bibliothèque. 

J'aime sa façon d'écrire.
Son petit trait d'humour qui parcoure tous ses ouvrages.
Les anecdotes qui ponctuent ses observations.

Ce sont des livres qui font du bien. Que j'aime savourer au fond du lit avant de m'endormir. Qui poussent à réfléchir, sur des sujets de société et de développement personnel. Et qui sont profondément positifs.

Et sans surprise, je me suis délectée de cette nouvelle lecture, L'Art de se créer de beaux souvenirs, qui a beaucoup résonné en moi.
Peut-être parce qu'à trente ans passés, j'ai peur de moins me souvenir. D'oublier.
Prendre en photo, écrire... c'est une façon pour moi d'immortaliser ce que je vis ; ces paysages magnifiques et ces bons moments passés en voyage.

Mais cet après-midi d'automne à ramasser des champignons ? Crapahuter dans les feuilles mortes, escalader un rocher, finir sous la pluie mais avec un sac rempli de cèpes particulièrement odorantes... 
Cet après-midi où je me suis sentie parfaitement bien, pas très loin de chez moi, qui m'a pourtant bien éloigné de mon quotidien...
Ce moment qui ne mérite pas un article sur le blog et dont l'unique photo prise de notre récolte est probablement déjà partie dans les limbes des photos supprimées...
De ces quelques heures passées en forêt, aussi, je veux m'en souvenir.

Et c'est tout le programme de ce livre.
Nous donner des clefs pour se créer de beaux souvenirs ; des conseils pratiques tirés d'études scientifiques qui ont permis de comprendre comment les souvenirs se créent.

Créer au sens de garder en mémoire. Mettre un marque-page dans le livre de notre vie pour pouvoir le consulter à nouveau, dans quelques mois ou quelques années.
Mais aussi au sens de provoquer des moments mémorables ; vivre des expériences qui s'inscriront durablement dans notre mémoire.

Loin de moi l'idée de résumer près de 300 pages, mais j'avais envie de partager avec vous ces quelques pistes que je garde à présent en tête pour graver mes souvenirs dans un coin de ma tête.

Développement personnel :  l'art de se créer de beaux souvenirs de Meik Wiking

1. Garder en mémoire


J'ai ma madeleine de Proust.
Beaucoup moins prestigieuse, certes, et désormais bien plus difficile à recréer car je ne mange plus l'un des deux ingrédients qui la compose.

Mais chaque fois que je mords dans une tranche de pain, bien frais, pas trop fine ni trop épaisse, d'une flûte pour que ce soit parfait, avec une couche de Nutella légèrement fondant, je me retrouve au bord de la piscine. En famille. Au mois d'août. Il fait chaud, j'ai moins de dix ans. Et c'est l'heure du goûter.

Aujourd'hui, par conviction, je n'achète plus de Nutella.
Ce qui renforce d'autant plus ma madeleine de Proust, d'ailleurs.

Nos sens, nos cinq sens, ont le pouvoir extraordinaire d'encrer dans notre mémoire des événements. Mais c'est aussi leur rareté qui fait leur force. 

Une odeur sentie tous les jours de notre vie a beaucoup moins de chance de fixer un souvenir.
Mais ce parfum qui n'a plus le droit de s'appeler Champagne, fort, très reconnaissable, un peu oublié, que l'on ne croise presque plus jamais dans les rues ? Il me ramène à l'arrière de la voiture. Enfant et malade des transports. Ce n'est pas le plus beau des souvenirs, mais l'accès à cette période de ma vie est immédiat.

Alors pourquoi ne pas provoquer nos madeleines de Proust ?

Se faire encore plus attentif à notre environnement quand un moment est trop beau pour finir dans l'oubli.
Prêter attention aux odeurs qui nous entourent.
Ou manger quelque chose de singulier. Inhabituel.

Dans notre monde actuel, où nous sommes toujours coupés par des notifications et sollicitations de nos téléphones, la concentration est une chose précieuse. Elle nous file souvent entre les doigts. Et pourtant, cette même concentration, cette faculté de vivre au présent, est un véritable atout pour notre mémoire.

Il y a (déjà) 4 ans, j'écrivais un article sur Comment vivre moins connecté. Je me trouve toujours beaucoup trop connectée, mais il n'y a plus une seule notification sur ma tablette, le strict minimum (messages et appels) sur mon smartphone que je pose systématiquement écran face à la table si je dois le conserver à proximité. Et je vois la différence : si, sans faire attention, je ne l'ai pas retourné, la moindre notification attire inconsciemment mon œil... et me coupe du monde qui m'entoure, ne serait-ce que l'espace d'une seconde.

Livre l'art de se créer de beaux souvenirs de Meik Wiking

2. Provoquer des moments mémorables


Une des études lancée par l'institut de recherche sur le bonheur de Copenhague a collecté plus de 1000 souvenirs en provenance de 75 pays ; une mine d'informations sur la façon dont les souvenirs sont créés.

100% étaient liés à l'attention portée au moment présent.
S'il y avait un doute quant aux méfaits de l'hyper-connexion dans la qualité de nos relations avec les autres et le monde, autant dire qu'il n'y en a plus.

Mais ce qu'il en ressort aussi, c'est que les premières fois, les épreuves et l'émotion, gravent en mémoire des moments de notre vie.

Mon baptême de parapente rassemble tous les ingrédients.
J'étais morte de peur à l'idée de me lancer dans le vide, mais j'étais certaine de le regretter si je ne le faisais pas. J'ai pris sur moi pour sortir de ma zone de confort. Pas de téléphone en main, rien que moi, le vide, la toile et, accessoirement, un moniteur qui m'a permis de prendre les manettes ! 

Meik Wiking donne ces conseils : oser, profiter de la force des premières fois, ou encore se demander quelle activité on se souviendra dans 10 ans quand on hésite entre deux...

Je ne pense pas que tout ce que l'on fait, au quotidien, doit être spectaculaire.
Je suis même persuadée qu'il faut profiter des plaisirs simples de la vie, mais cela passe, sans aucun doute, par déconnecter et vivre au présent. Ce qui n'empêche pas, bien au contraire, de choisir la voie de l'épreuve, par exemple, en préférant la randonnée de 5 km en pleine forêt pour admirer un panorama, plutôt que d'approcher la voiture à 500 m : les efforts, le choix du chemin le plus long plutôt qu'une gratification immédiate, rendent les choses plus mémorables.

Et pourquoi ne pas saupoudrer, dans notre vie de tous les jours ou en voyage, ces ingrédients qui forment de beaux souvenirs ? 

Comme la première fois où j'ai goûté du haggis, en Écosse.
Et la deuxième, et la troisième, qui restent toutes des premières fois pour moi car leur préparation était très différente. 
D'ailleurs, ma préférée demeure la troisième, la recette traditionnelle ; un plat partagé entre amoureux sur l'île de Skye, dans un pub festif, après une belle journée de promenade.

Le livre de développement personnel  l'art de se créer de beaux souvenirs de Meik Wiking

3. Se souvenir


Parfois, j'ai l'impression de radoter.
Déjà.
On évoque les mêmes souvenirs avec les mêmes personnes dans les mêmes contextes.

Se rappeler de bons souvenirs, c'est agréable, ça nous fait du bien. Mais c'est aussi une façon de ne pas les oublier. De les graver toujours plus profondément dans notre mémoire. 

Je disais, en début d'article, que j'avais peur d'oublier, ou de moins me souvenir.
À trente ans passés seulement, cela peut paraître tôt.
Mais c'est un fait, pas forcément réjouissant d'ailleurs : c'est dans les trente premières années de notre vie que nous avons le plus de souvenirs.

Alors, une fois que l'on a prêté attention au moment présent, et provoqué des moments mémorables, on peut les raconter. Partager des anecdotes avec son entourage pour se souvenir. Ecrire. Prendre en photo.

Mais il y a aussi cette idée que j'aime beaucoup : s'entourer d'objets rattachés à des souvenirs.
Pour se remémorer de bons moments chaque fois que nos yeux tombent dessus.

On le fait déjà, d'ailleurs.
Comme ce coquillage ramassé sur la plage de Staffin, en Écosse. 
Mon regard en avait rencontré plusieurs : de toutes petites coquilles en forme de conque. Et j'en voulais une comme celles-ci, pour garder un souvenir de cette journée.
On a cherché. Regardé longuement le sable. Profité du bruit des vagues. Retourné plusieurs coquillages jusqu'à en trouver un qui soit vide. Inhabité.

Aujourd'hui, il est posé juste à côté de moi, quand je suis dans mon bureau.
Sur le meuble à ma droite.
Et il est chargé de souvenirs.


4. Et après ?


Je n'ai bien sûr tiré que quelques fils de cet ouvrage, tellement il est riche.

J'aurais aussi pu vous parler de l'effet pic-fin qui confirme l'intérêt de "garder le meilleur pour la fin", me faisant repenser ma façon d'organiser nos voyages (non, la nuit à l'aéroport, au retour d'Islande, ce n'était pas la meilleure idée), des astuces souvenirs comme créer et nommer une recette en l'honneur d'une belle journée...

Mais, si le sujet de la mémoire et des souvenirs vous intéresse, je ne vous en dévoilerai pas plus pour vous laisser le plaisir de l'approfondir dans cet ouvrage. Avec les anecdotes croustillantes de Meik Wiking en prime ! (Oui, j'ai ri devant mon livre...)

* * *

Et maintenant, à votre tour de me raconter un souvenir ; un que vous aimeriez garder en mémoire et que je vous propose d'immortaliser ici ; pour radoter ensemble, et graver dans nos têtes ces moments heureux de notre vie.



Road trip en Écosse - de la péninsule d'Applecross à la vallée de Torridon

5 mars 2020

Voyage en Écosse - de la péninsule d'Applecross à la vallée de Torridon

Après trois jours passés sur la magnifique île de Skye, il était temps de lui dire au revoir et de continuer notre périple en terres écossaises.

Un petit arrêt chez un antiquaire qui croisait notre chemin, Skye Antiques, où nous avons mis la main sur une première édition du livre Harry Potter and the Order of the Phoenix, puis direction la côte Nord Ouest, ses petits villages de pêcheurs et ses paysages rocheux qui s'étendent à perte de vue.

La région se prête volontiers aux activités de plein air (randonnées, VTT...), mais ce fut plutôt l'occasion, pour nous, de lever un peu le pied après les nombreuses marches faites sur l'île de Skye. Deux jours à sauter de village en village, entrecoupés de ces paysages plus désertiques et accidentés qui font toute la beauté de cette partie des Highlands, encore plus sauvage et moins peuplée que Skye.


DIY - habiller l'intérieur d'un tiroir avec du papier peint

26 févr. 2020

Tutoriel : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec de la tapisserie

J'aime les meubles anciens.
Le bois massif patiné par le temps. Les clous apparents.

Et ce petit détail que l'on retrouve dans de nombreux meubles de famille : les intérieurs tapissés.
Un papier peint à motifs, souvent des fleurs sur un arrière-plan rose, habillant le fond des tiroirs.

On en a d'ailleurs deux, comme ça. Une table de nuit et la coiffeuse que j'avais rénovée parce que son bois avait été encrassé par les nombreuses et successives couches de vernis posées dessus ; deux meubles aux tiroirs tapissés.

Et j'adore ça.

Chez ma grand-mère, les grands placards encastrés dans les murs sont aussi habillés de papier peint. Une petite fantaisie qui reste cachée aux yeux des visiteurs ; comme les trenchs et autres manteaux aux doublures intérieures à motifs qui ne se dévoilent qu'à leur propriétaire.

Si je m'écoutais, notre grand placard mural serait tapissé de haut en bas. Les trois murs avec des motifs végétaux sur fond de bleu nuit profond pour trancher avec le blanc des étagères.

Mais avant de me lancer dans un habillage aussi ambitieux, j'ai commencé par un petit oublié : le tiroir d'une seconde table de nuit ancienne qui n'avait jamais été tapissé.
Avec un papier peint offert par Made.com dont je suis absolument tombée amoureuse. (Est-ce que le fait qu'il soit créé au Royaume-Uni explique mon amour pour ce motif ? Peut-être. Les britanniques sont très doués pour les papiers peints... on en a d'ailleurs repéré un magnifique dans un restaurant écossais !)

Do-it-yourself : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec de la tapisserie

Matériel


- du papier peint de bonne qualité
- une règle
- une équerre
- un crayon de papier
- un cuter
- de la colle blanche extra forte adaptée pour les supports bois et papier
- un pinceau plat
- une carte de fidélité

Le papier peint que j'ai choisi est le modèle Fenna by Made.com qui a une très bonne épaisseur ; il ne se déchire pas ou ne gondole pas au moment de l'encollage. 

Pour la colle, j'ai suivi les conseils dans une boutique près de chez moi, et j'ai pris la référence Flexiplé de Rougier&Plé. Elle ne sèche pas immédiatement ce qui permet de bien prendre le temps d'encoller tout le papier, et de le positionner minutieusement, avant de laisser prendre.

Matériel pour habiller l'intérieur d'un tiroir avec du papier peint

Pas-à-pas


1. Mesurer l'intérieur du tiroir à habiller puis reporter les mesures, à l'aide d'un crayon de papier, au dos du papier peint. Si on opte pour un papier à gros motifs, comme dans mon cas, il faut penser à regarder quelle partie on souhaite avoir à l'intérieur de son tiroir.

Tutoriel : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec du papier peint

2. Couper à l'aide d'un cutter.

3. Encoller le dos de la tapisserie avec le pinceau plat. Bien étirer la colle jusqu'au bout du papier pour éviter que les bords ne se décollent par la suite.

4. Positionner le papier peint dans le tiroir en commençant par un premier bord pour lisser jusqu'au bord opposé. Une fois bien positionné, racler le papier peint avec une carte de fidélité pour bien aplatir le tout.

DIY : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec du papier peint

5. Poser quelques livres dans le tiroir pour exercer une pression durant le temps de séchage (une petite heure est largement suffisant avec la colle que j'ai utilisée.

Tutoriel : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec de la tapisserie
Tutoriel : habiller l'intérieur de ses tiroirs avec du papier peint

Et finalement, c'était tellement simple et rapide que j'en ai profité pour habiller le fond d'une caisse en bois !

Tutoriel : habiller l'intérieur d'une caisse en bois avec du papier peint


Ma routine de soins pour l'hiver

12 févr. 2020


Je suis toujours heureuse de vous retrouver pour ce petit rendez-vous bien-être, quatre fois par an.

C'est assez peu, une seule fois par saison, mais c'est le rythme qui me correspond.
Parce qu'à chaque changement de saison, les besoins de ma peau évoluent.
Et parce que j'ai besoin de tester tous ces soins sur la durée pour être certaine de pouvoir vous les recommander.

Alors je vous parle rarement de soins pour la peau, bien que j'adore ça.
Chaque matin et chaque soir, je prends du temps juste pour moi. Pour chouchouter ma peau. Lui donner ce dont elle a besoin. Découvrir de nouveaux soins et me réjouir quand je tombe enfin sur la pépite qui m'accompagnera les quatre prochains mois (voire plus... !).

Cet hiver, le froid s'est fait plus discontinu.
Plus soudain, aussi, ce qui m'a donné un peu du fil à retordre avec ma routine. 

Résultat, j'ai jonglé entre deux crèmes de nuit : une, pour les courtes périodes véritablement plus froides, et une pour le reste du temps. Ce qui ne m'a pas empêché de faire de très belles découvertes chez des marques qui mettent des ingrédients naturels au cœur de leurs compositions !


Fresh
DEEP HYDRATATION TONER


J'ai toujours une certaine réticence vis-à-vis des produits qui sentent la rose car c'est un parfum que je trouve souvent trop entêtant et peu naturel. Mais l'odeur de cette lotion ? Une merveille. Douce et rafraîchissante !

Je l'applique : matin et soir, sur l'ensemble de mon visage si ma peau a besoin de plus d'hydratation, sinon, sur les joues et le cou afin de réserver ma zone T pour le tonique purifiant dont je vous parle juste après.

J'aime : l'hydratation apportée à ma peau, la présence d'acide hyaluronique qui est un ingrédient que j'apprécie particulièrement pour sa contribution à conserver l'élasticité de la peau, et son parfum de rose très agréable.

Petit bémol : il devient légèrement difficile de récupérer le produit, à la fin du flacon, car les pétales de rose bouchent la sortie.

Lotion tonique hydratante à la rose, Fresh

Typology
TONIQUE PURIFIANT


Sur la zone T de mon visage, malgré la trentaine passée, je continue à être sujette aux imperfections. Et l'acide salicylique s'est avéré être un atout de taille pour ralentir leur apparition, et même pour les aider à disparaître (le fluide anti-imperfections de Lavera et le soin double correction de Vichy font des merveilles sur moi). J'ai donc ajouté, à ma routine, un tonique purifiant à l'acide salicylique !

Je l'applique : sur ma zone T uniquement car l'action purifiante est parfaite pour cette partie de mon visage, mais trop asséchante pour le reste qui a besoin d'hydratation en cette période de l'année.

J'aime : son effet purifiant, sa pénétration instantanée dans l'épiderme et sa composition à 95% d'origine naturelle.

Petit bémol : c'est un tonique extra fluide qui a tendance à sortir en trop grande quantité du flacon si on n'y prend pas garde.

Tonique purifiant à l'acide salicylique, Typology

Marilou
SERUM YEUX ÉCLAT 


Impossible de me passer d'un soin pour le contour de l’œil, et c'est pourtant l'un des produits que j'ai le plus de difficulté à adopter ; c'est une zone si fragile que, bien souvent, ma peau réagit par l'apparition de plaques d'eczéma ; très souvent avec les produits bio qui contiennent des huiles essentielles (qui sont vraiment déconseillées avec une peau atopique). Mais cette fois-ci, c'est un test réussi !

J'applique : 1/2 pompematin et soir, sur le contour de l’œil.

J'aime : sa texture fluide rapidement absorbée par la peau, sa composition bio et très naturelle à base d'huile d'argan, de beurre de karité et d'eau florale de bleuet pour hydrater et décongestionner la zone.

Sérum yeux à l'huile d'argan, Marilou

Fresh
DEEP HYDRATATION CREAM


Mon second coup de cœur de la marque Fresh, toujours avec une odeur de rose absolument délicieuse. Cette crème est l'association parfaite entre un gel frais qui ne laisse aucun fini gras sur l'épiderme, et une crème riche qui enveloppe parfaitement la peau.

Je l'applique : sur l'ensemble du visage et du cou, tous les matins.

J'aime : sa texture de gel qui pénètre très rapidement dans l'épiderme (sur laquelle on peut rapidement se maquiller), l'hydratation et la protection apportée à ma peau tout au long de la journée, et la présence d'acide hyaluronique dans sa composition.

Crème gel hydratante à la rose, Fresh

Fresh
SUGAR LIP TREATMENT


Il y a quelques années déjà, j'avais découvert (dans la Little Box si je me souviens bien) le baume à lèvres teinté rosé de cette marque, et ce fut un coup de cœur. Ayant les lèvres très sensibles et constamment en manque d'hydratation, c'était le compromis parfait pour hydrater mes lèvres tout en leur donnant une jolie coloration discrète. Et cette année, j'ai découvert avec plaisir que la gamme s'est étendue avec de très belles couleurs !

J'applique : les baumes teintés quand je veux habiller mes lèvres tout en les protégeant du froid, et le transparent (sugar advanced therapy) pour apporter une bonne dose d'hydratation à mes lèvres.

J'aime : absolument toutes les couleurs en ma possession (rosé, coral, pétal, tulip et punch) qui sont, en dehors de la teinte "rosé", étonnement très pigmentées pour des baumes ; la composition à base de sucre et d'huile de pépins de raisins pour préserver l'hydratation des lèvres ; et la protection solaire SPF15 qu'ils contiennent.

Petit bémol : ces baumes sont sensibles à la chaleur ; à ne pas conserver dans un sac à main en été (le mien avait pas mal fondu).

Baumes teintés et baume réparateur pour les lèvres, Fresh

RoyeR
EXFOLIANT VISAGE


J'avais déjà testé plusieurs produits de cette marque qui a pour spécialité de proposer des soins à base de bave d'escargot, réputée pour ses propriétés régénérantes / réparatrices, dont le masque et la crème pour le visage. Alors j'ai remis ça, toujours avec la même maison car ils garantissent une méthode d'extraction de la bave respectueuse de l'animal (un procédé qui chatouille l'escargot pour récupérer les sécrétions de façon naturelle).

Je l'applique : une fois par semaine pour exfolier ma peau en douceur, avant d'appliquer un masque.

J'aime : la finesse des grains de riz et d'abricot qui n'agressent pas l'épiderme, son origine 100% française et sa composition bio.

Exfoliant visage à la bave d'escargot, RoyeR

Youth to the people
SUPERFOOD FACE MASK


Même si je ne vous présente, dans mes articles beauté, que des produits que j'aime particulièrement, je crois bien que ce masque est mon plus gros coup de cœur. C'est bien simple : je prends toujours un plaisir immense à l'appliquer tellement j'aime son odeur naturelle qui me transporte dans un univers d'apothicaire botaniste.

Je l'applique : sur l'ensemble de mon visage, une fois par semaine, en le laissant poser 10 à 15 minutes.

J'aime : son odeur parfaitement apaisante, sa texture enveloppante, son action qui rend ma peau visiblement plus hydratée / lumineuse / tonifiée, et sa composition à base d'acide hyaluronique (oui, c'est un peu une obsession chez moi !).

Masque visage à base de spiruline, chou kale et épinard, Youth to the people

Bybi
STRAWBERRY BOOSTER


S'il n'a pas fait extrêmement froid cet hiver, ma peau a tout de même souffert de la chute des températures et m'a gratifiée d'une période compliquée (visage qui tiraille, plaques, et compagnie). Et cette huile est tombée à point nommé puisqu'elle complétait juste parfaitement ma routine de soins hydratants (et j'en parle au passé car je l'ai tellement utilisée que je l'ai déjà terminée).

J'applique : deux gouttes pour l'ensemble de mon visage après mon tonique, matin et soir lorsque ma peau a un grand besoin d'hydration, sinon seulement le soir.

J'aime : son action hydratante et nourrissante qui a rapidement permis à ma peau de surmonter le retour de l'hiver, et sa composition 100% naturelle sans huile essentielle.

Huile pour le visage aux pépins de fraise, Bybi

Jade Roller
ROULEAU EN QUARTZ ROSE


Cela faisait un moment que je voyais ces rouleaux un peu partout, et je commençais à être intriguée. Puis, j'ai découvert le massage lymphatique lors d'un soin visage en institut où l'on m'a recommandé ce type d'accessoire pour pouvoir le reproduire correctement à la maison. Mais avec toutes les marques présentes sur le marché, je ne savais pas trop vers laquelle me tourner, jusqu'à ce que je reçoive un paquet surprise avec le modèle de Jade Roller... dont je suis plus que ravie !

Je l'utilise : matin et soir après application d'une huile ou d'un sérum, en allant de l'intérieur du visage vers l'extérieur avec le grand rouleau ; je passe le petit rouleau au niveau du contour de l’œil et autour des lèvres.

J'aime : la fraîcheur de la pierre sur mon visage qui permet de s'offrir, au quotidien, un petit massage relaxant ; son action manuelle permettant de stimuler la production de collagène pour conserver l'élasticité de la peau tout en faisant un drainage lymphatique pour la détoxifier.

Comment choisir son rouleau : il y en a partout sur internet, à tous les prix. Je vous déconseillerais de vous tourner vers les moins chers qui risquent de couiner pendant le massage (pas très relaxant) et de rouiller très rapidement. Pour ma part, je suis vraiment conquise par ce modèle, avec une très bonne prise en main ; et j'aime particulièrement le fait qu'il possède deux rouleaux de taille différente. Et pour la pierre, si vous accordez une importance aux énergies qu'elles dégagent, sachez qu'il existe aussi des rouleaux en jade ou en améthyste.

Rouleau en quartz rose, Jade Roller

Youth to the people
SUPERFOOD MOISTURE CREAM


Un second produit de cette marque, également fabriqué à base chou kale, d'épinard et d'acide hyaluronique, qui m'a immédiatement conquit et a rapidement trouvé sa place dans ma routine de soins !

Je l'applique : le soir, sur l'ensemble du visage et du cou.

J'aime : sa texture de crème / gel très agréable sur la peau, son odeur dans la même veine que le masque, l'hydratation apportée à ma peau et son action rééquilibrante pour ma peau mixte.

Petit bémol : ce n'est pas la crème la plus hydratante et nourrissante pour l'hiver, mais avec ma peau mixte, la combinaison avec l'huile de pépins de fraise est parfaite pour ne pas sur-hydrater ma zone T.

Crème hydratante à base de chou kale, épinard et thé vert, Youth to the people

Jowaé
CRÈME MASQUE RÉCUPÉRATRICE


Je vous disais, en début d'article, que j'avais donc jonglé entre deux crèmes de nuit. Lorsque le froid se fait plus ressentir sur ma peau (ou que j'ai passé plus de temps dehors, dans la journée), je me tourne donc vers une crème plus riche que la précédente.

Je l'applique : le soir, sur l'ensemble du visage et du cou.

J'aime : sa très forte action hydratante lorsque ma peau est en difficulté, sa composition à 96% d'origine naturelle et la possibilité de l'utiliser en masque pour une cure d'hydratation encore plus intense.

Crème masque hydratante récupératrice de nuit, Jowaé

La Rosée
CRÈME CORPS HYDRATANTE


C'est au fond de mon placard que j'ai redécouvert ce produit que je n'avais encore jamais ouvert, et je dois dire que ce fut une très belle surprise. J'ai toujours beaucoup de difficulté à trouver des crèmes pour le corps qui me plaisent vraiment car je les trouve systématiquement trop longues à pénétrer dans l'épiderme. Mais celle-ci se défend bien !

Je l'applique : matin et soir, sur l'ensemble de mon corps, sans avoir à patienter plus de 2/3 minutes avant de pouvoir m'habiller.

J'aime : l'absence de film gras laissé sur la peau, son odeur très douce et agréable, la très bonne hydratation qu'elle procure et sa fabrication française.


RoyeR
CRÈME PIEDS


Je suis une très mauvaise élève, quand il s'agit de prendre soin de mes pieds : parce que de ce côté-là, difficile d'échapper aux soins très riches qui nécessitent de patienter un peu avant d'enfiler une paire de chaussettes ou de se glisser dans le lit. Mais je tente d'y remédier !

Je l'applique : essentiellement le soir avant de me coucher.

J'aime : son action hydratante visible, car même sans être très assidue, je vois les bienfaits apportés à ma peau.

Petit bémol :  c'est une crème très riche donc il faut patienter quelques bonnes minutes pour qu'elle pénètre bien dans l'épiderme.

Crème pieds à la bave d'escargot, RoyeR


Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007