SLIDER

Hôtel
Affichage des articles dont le libellé est Hôtel. Afficher tous les articles

Deux jours de parenthèse blanche à La Plagne

9 janv. 2019


C'est assez récent, finalement.
Quelques années, tout au plus.

Mais depuis, chaque hiver, j'ai envie de voir la NEIGE. La montagne enneigée. De me prendre un grand bol d'air bien pur, que je tente vainement de conserver dans mes poumons jusqu'à mon retour à Lyon.

Cela peut paraître cliché, "le bol d'air pur" de la montagne.
Mais quand on y est, qu'on prend le temps d'inspirer profondément, on le ressent. Cet air différent. Frais et vivifiant aussi. Mais surtout bien moins chargé que celui de la ville. Plus léger. Plus respirable. Bref, moins pollué.

Alors fin décembre, j'ai empaqueté gants, bonnets, bottes fourrées, pantalon de ski, manteau en laine et... pull de Noël, pour deux petits jours à La Plagne, à l'occasion de l'ouverture d'un nouvel hostel : le Ho36. 


Un nuit au Ho36


Ici, pas d'écran plat 58 pouces au-dessus du bar, pas de sachets de cacahuètes à 50 € dans le mini-bar de la chambre.

L'hostel, c'est un peu un slow hôtel.
Une auberge de jeunesse en mieux.

Avec une grande pièce à vivre où "VIVRE", est le mot clef.
Des canapés sur lesquels on resterait bien tout l'après-midi.
La vue sur la montagne, avec son grand ciel bleu qui fait rêver les skieurs, ou ses nuages noirs, plus menaçants, qui me donnent envie de commander une tasse de thé et d'ouvrir un bon bouquin.
Et les jeux de société, aussi, autour de la cheminée. Pour les soirées d'hiver, après une journée passée sur les pistes...


Je m'y suis sentie bien.
Et c'est absolument tout ce que je recherche, peu importe où je pars.

Que ce soit dans un grand hôtel, un logement type airbnb, ou un hostel.
Être à l'aise.
Comme chez soi.

Dans la chambre, mais aussi dans le reste de l'établissement...
En fin de journée, avant de passer à table, je suis descendue m'installer dans un des canapés. 
Comme chez moi.


Et puis nous sommes passés à table. 
Plusieurs fois en deux jours, histoire de goûter une bonne partie de la carte. 

Des spécialités SAVOYARDES absolument délicieuses comme la potée, mais aussi l'assiette de raclette sur pomme de terre. J'avoue, je me suis aussi laissée tenter par le fish'n'chips, parce que j'adore ça (c'est déjà une bonne raison), et parce que je me devais de goûter au moins un plat hors spécialités locales puisque la carte en propose (ça, c'est une fausse raison, on est d'accord). Tout aussi bon que le reste, et fait maison comme l'ensemble des plats à la carte.

Le seul petit bémol côté cuisine, c'est le petit-déjeuner.
Très simple, avec quelques viennoiseries, un peu de jambon, de fromage et du pain.
Il manquerait juste un appareil pour se préparer des œufs à la coque et peut-être un cake fait maison pour la gourmandise.


Ho36 La Plagne
D221 La Plagne centre, 73210 Mâcot-la-Plagne

Chambres individuelles, familiales et chambres partagées jusqu'à 14 personnes
Réservations sur booking.com


Promenade en raquettes


Bien installés à l'hôtel, nous avons enfilé les bonnets pour une petite excursion sur le domaine skiable de La Plagne.

Les skieurs, skis aux pieds.
Et moi, armées de mes raquettes, prête à randonner sur la neige.

C'était ma troisième fois.
Et j'étais ravie.

C'est une activité que j'ai découvert il n'y a pas si longtemps.
En 2015.
Le temps passe bien plus vite que ce que je pensais déjà...
Mais c'est une activité que j'aime beaucoup.

Pour son environnement, bien sûr. La neige, les paysages de montagne, l'air pur cliché qui remplit nos poumons... mais aussi son caractère indéniablement SLOW.

On ne fait pas de sprint, en raquettes.
Ce n'est pas le but.

On marche, on avance bien, on peut faire de belles et longues randonnées. Mais on prend le temps de faire chaque pas, de décoller sa raquette de la neige, de se positionner sur ses appuis en descente... et on regarde ce qui nous entoure. On tend l'oreille. On aiguise son œil pour repérer des traces de lièvre dans la neige...


Idéalement, on part avec un guide comme Philippe, qui nous fait partager ses anecdotes tout au long du chemin. Et qui nous apprend à (presque) bondir sur nos raquettes en appréhendant des descentes que l'on n'aurait pas osé affronter, seuls. 

S'enfoncer dans la poudreuse.
Rebondir sur ses deux pieds.
Commencer à se sentir à l'aise et amorcer un début de course pour dévaler la pente... un bonheur.

Et surtout, on opte pour la SÉCURITÉ.
J'ai fait des raquettes sans guide, en Auvergne. Mais à La Plagne, on est en haute montagne. Le temps change véritablement très vite (et on s'en est rendu compte quelques heures plus tard). Partir seul pourrait s'avérer très dangereux.

Espaces montagnes
Réservation de randonnées en raquettes

Site internet : espacesmontagnes.fr


Sur le chemin du retour, on a même eu la chance de croiser des chiens de traîneaux, impatients de partir courir sur les pistes.

Tellement adorables, j'en aurais bien ramené un à l'hôtel !


Escape game en montagne


Le soir venu, nous avons troqué les bonnets contre un casque de chantier.
Et une cagoule aussi.

90% de la population mondiale avait disparu à cause d'un virus meurtrier, et on venait de trouver un signal provenant d'un BUNKER dans lequel on espérait trouver une communauté de survivants.

Et puis, tout a dérapé.
On s'est retrouvé enfermés, et nous n'avions qu'une heure pour nous enfuir.

Un scénario catastrophe dans lequel on s'est volontairement plongé puisqu'il y a un établissement d'Escape game sur la station de La Plagne Tarentaise.

Ils ont actuellement deux salles, donc deux scénarios.
Celui que j'ai testé, sombre, plus angoissant et tellement bien ficelé (j'ai adoré), et un second, plus mignon, dont l'histoire se passe dans un chalet.

Escape 2 Rooms
Galerie commerciale, Plagne Bellecôte, 73210 La Plagne Tarentaise

Site internet : escape2rooms.fr


Après deux jours face à la montagne, il était temps de rentrer.
Avec une belle neige épaisse se déversant sur le paysage en guise d'au revoir...

Un grand merci à l'agence 14 septembre et au Ho36 pour cette belle invitation à la neige.

Un week-end spa & détente en thalasso à Hyères

11 juil. 2018


Je n’avais jamais fait de thalasso. 
Faire des soins au sel de mer, passer du temps dans un spa... oui. Mille fois oui. Mais un week-end complet en THALASSOTHÉRAPIE, c'était la première fois.

Et j'avais comme un a priori à combattre.
Une image peut-être un peu vieillissante de ce genre d'établissements. Avec des repas à la vapeur et des desserts allégés.

J'essaie de ne jamais trop avoir d'image pré-conçue sur ce que je ne connais pas.
Mais c'est clairement plus facile à dire qu'à faire.

Bref, quand on m'a proposé de sauter dans un train et de venir me faire chouchouter pendant un long week-end de trois jours à l'hôtel Ibis Hyères Plage Thalassa, avec la mer en arrière-plan, le chant des cigales qui irait forcément de pair, et le beau temps définitivement installé en France, je n'ai pas hésité longtemps.

C'était l'occasion de me faire ma propre opinion.
Et, vous vous en doutez si je vous en parle aujourd'hui : de repartir plus détendue que jamais ; mes a priori laissés au placard.


À l'hôtel


À peine sortie de la gare, je savais que j'étais arrivée dans le sud. Pourtant, Lyon, ce n'est pas franchement le nord.
Mais sur le chemin, ces rangées de palmiers suffisaient à planter le décor... et à donner un air de vacances à ces trois jours à venir.

Palmiers à gauche. Salins à droite. Cigales en stéréo.
Palmiers. Palmiers. Salins. Cigales. Palmiers. Cigales. Salins. Salins. Palmiers. Cigales. Cigales.

Pendant une dizaine de minutes, sur la route menant à l'hôtel.
Couleur ocre. Avec quelques touches de jaune. Des couleurs vives, chatoyantes, chaleureuses... le sud. Les vacances.


Je suis une fille de l'automne. Des températures plus fraîches. Plus à ma place au Royaume-Uni qu'en Italie. Mais tout ici était juste parfaitement à sa place. Exactement comme il fallait que ce soit. Ce que l'on attend de trouver dans le sud, avant de mettre les pieds dans la mer.

Parce que la MER, elle est juste là.
À une dizaine de mètres de l'hôtel.
Au pied du spa, de la piscine et de la terrasse de transats/parasols où l'on vient s'échouer entre deux soins, le corps plus détendu que jamais.


Les soins


Des soins, j'en ai testé quatre en deux jours. 
Programme de rêve.

J'ai commencé par la chromothérapie, allongée dans une cabine où le corps profite pendant six minutes de vapeurs d'eucalyptus puis de jets d'eau de mer pendant six minutes supplémentaires, avec une lumière bleue ou rouge pour détendre ou, au contraire, tonifier. 

Puis après dix petites minutes de hammam (pour ouvrir les pores), je me suis prise pour une papillote de poisson lors d'un enveloppement d'algues, toute enduite de crème et enroulée dans une couverture chauffante. Vingt minutes de détente totale ; tellement que je me suis assoupie à plusieurs reprises.

B.O.N.H.E.UR.

Et le lendemain, on remettait ça.

Modelage du corps après un bon petit-déjeuner. Vingt minutes passées beaucoup trop rapidement ; j'aurais pu rester vingt minutes de plus à me faire délasser le dos et les jambes.

Entre deux soins, le hammam et le transat étaient mes meilleurs amis. 

J'ai terminé par une session d'hydrojet musicôrelax ; un soin au nom quelque peu énigmatique mais tellement agréable. Vingt minutes dans une pièce à la lumière tamisée, allongée sur un matelas d'eau où le corps se fait entièrement masser par des jets, tandis que l'esprit se laisse happer par une musique au choix. (Pour ma part, j'ai opté pour de la musique classique, mais il y a un choix énorme : jazz, musiques du monde...)


J'étais tellement détendue, après chaque matinée de soins, que je me serais bien laissée aller à une petite sieste (ce que je ne fais jamais). Je crois que j'étais vraiment bien, dans ma chambre, qui était absolument tout ce que j'aime : épurée et minimaliste mais aussi très cocooning.


Au restaurant


À ce stade-là, j'avais déjà presque dépassé tous mes a priori.

Ne restaient que la cuisine de l'hôtel...
Des produits frais et locaux, donc beaucoup de poissons et de légumes très savoureux, toujours très bien préparés.

Je me suis régalée avec le ceviche de poisson, aussi bien qu'avec le tataki de bœuf d'ailleurs ou le risotto de tofu fumé. Et je leur ai piqué cette idée de servir une grande diversité de légumes crus (carottes mais aussi chou-fleur, radis...) à tremper dans la tapenade, le guacamole ou l'anchoïade, en guise de mise en bouche.


Promenade en mer


Le matin était dédié aux soins, et l'après-midi à la découverte des alentours.

Alors le samedi après-midi, on a mis le cap sur le port, je me suis (plus que généreusement) étalée de la crème solaire sur le corps, et on est parti en mer pour une promenade en bateau jusqu'à l'île de Porquerolles. 

C'était fou.

L'eau était si turquoise, par endroits, qu'on aurait dit qu'un petit malin s'était amusé avec Paint (ou photoshop, parce que Paint, c'est la vieille génération, toussa toussa).

J'ai plongé. Malgré ma frilosité extrême.
Et l'eau était, finalement et contre toute attente de ma part, très bonne.

On a ri. 
Fait des boomerangs plus ou moins réussis. 
Profité de l'instant présent.

C'était un moment parfait, et notamment parce que j'étais avec des personnes adorables : Nolwenn Crème, Tiboudnez, Valou ModeuzeVenus is naive et Alex !


Villa Noailles


On a terminé le séjour sur les hauteurs de Hyères, à la Villa Noailles. Un bel espace de vie où les gens viennent aussi bien s'installer sur les transats, flâner sur le petit marché d'objets vintage, que découvrir les expositions qui investissent les lieux. 

Personnellement, j'ai (sans surprise) beaucoup apprécié les expositions autour des plantes, dans le cadre du festival international du design.



Ensuite... il était déjà temps de se dire au revoir et de sauter dans le train du retour.

Merci à l'Ibis Hyères Plage Thalassa Sea & Spa et à toute l'équipe de l'hôtel pour ce très bel accueil.

Une nuit au 32ème étage à l'hôtel Radisson Blu | concours

25 juil. 2017

Hall de l'hôtel du Radisson Blu à Lyon

Si la basilique Notre-Dame de Fourvière est sans doute plus emblématique de la ville de Lyon que la tour Part Dieu, c'est pourtant elle que j'ai connue en premier. Le CRAYON, comme on l'appelle ; cette tour de 200 mètres qui surplombe le quartier de la part Dieu, et qui accueille les voyageurs ferroviaires avec cet air imposant qui le dispute à la majesté.

Lyonnaise d'adoption, je reconnaissais le paysage lyonnais grâce à elle sans savoir ce qu'elle contenait.
Des bureaux.  Des bureaux. Et des bureaux. 

Avec, à son sommet, un hôtel : le Radisson Blu


Un séjour
CALME ET REPOSANT


Trente-deux étages de hauteur pour siroter un mojito ou prendre son petit-déjeuner, c'est avoir le privilège d'une vue sur le rythme frénétique de la ville qui nous semble bien loin, de là-haut. 

C'est ce dont je me suis rendue compte, cet hiver, lorsque j'ai eu la chance de séjourner une nuit au Radisson. 

Devant mon pain au chocolat et mon thé fumant, j'avais l'impression que le temps était suspendu. Peut-être grâce au calme environnant dans l'hôtel. À l'ambiance plutôt décontractée pour un hôtel ****. À la décoration élégante mais CHALEUREUSE. Ou à cette hauteur qui déforme le réel, ralenti les mouvements des voitures et fait paraître nos tracas quotidiens bien moins importants.

Toujours est-il que j'y ai passé un très agréable moment.
Et que je n'avais qu'une envie : pouvoir réellement vous faire partager cette expérience.

Radisson Blu Lyon
129 Rue Servient, 69326 Lyon

Site internet : radissonblu.com

Chambre de l'hôtel Radisson Blu à Lyon - chiens acceptés
Vue panoramique sur la ville de Lyon depuis l'hôtel Radisson Blu
Décoration de la chambre de l'hôtel du Radisson Blu Lyon - chiens acceptés

Je vous donne
LA CLEF DE LA CHAMBRE ?


Pour les 10 ans du blog, l'hôtel Radisson Blu de Lyon a accepté de se joindre à moi pour vous gâter ! Et permettre à l'un(e) d'entre vous de séjourner dans leur établissement, que vous soyez lyonnais avec l'envie de jouer les touristes dans votre ville, ou que vous aimeriez venir (re)découvrir Lyon, à cette occasion.

À gagner, donc : un bon pour une nuit en chambre standard avec petit-déjeuner inclus pour deux personnes au Radisson Blu de Lyon, à utiliser d'ici le 6 juillet 2018.

Pour participer au tirage au sort, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous, avant ce dimanche 29 juillet, 23h59.
Bonne chance ! 

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007