Que cherchez-vous ?

15 déc. 2017

Sur ma table de Noël

Le vendredi, décembre 15, 2017

Un jour, nous aurons une grande table en bois pour y ACCUEILLIR nos proches, à Noël.

Le bois, j'y tiens. C'est une matière chaleureuse à se mettre sous les doigts, même recouverte d'une nappe.
Grande, et longue. Et si elle pouvait être ancienne, ce serait encore mieux.
Une belle table d'hôtes pour faire un repas de Noël avec de bons produits sur la table. Et mon service dépareillé enfin au complet.

Pour l'heure, nous avons le bois, la première petite dizaine d'assiettes chinées (dont une du Rotary International, datant de 1967, que j'aime tout particulièrement), et ces sets de table écossais.... on ne se refait pas !

Pas plus qu'on ne s'est retenu de tout goûter.
Avec une bonne excuse, cela dit.

On ne sera pas là pour Noël. Mais en Ardèche, dans la famille.
Et ça aurait été dommage de gaspiller !


J'ai lu, l'année dernière je crois, que commencer le repas en gardant un peu de vin blanc, en bouche, pendant quelques secondes, aide à mieux digérer.
Ce petit geste très simple (et savoureux) lance la machine ; une petite astuce à connaître quand on se met à table pour un repas qui s'annonce être un véritable festin.

Un peu comme à Noël, en somme.

Je suis ardéchoise d'origine, mais j'avoue être un peu tombée amoureuse des vins alsaciens. Notamment des GEWURZTRAMINER qui sont excellents en apéritif. 

Et puis, on sort un peu de beurre doux que l'on tartine sur une tranche de bon pain.
Rien de plus, rien de moins.
Et quelques œufs de caviar de Neuvic, terriblement fondant et fin en bouche.

On y rajoute quelques toasts de beurre de caviar ou de beurre de truffe noire (un de mes véritables péchés mignons !) ...

L'entrée de fête,
Parfaite.

Sur ma table :

- Caviar Baeri signature, boîtes de 30 g à 500 g
- Beurre de caviar, boîte de 50 g
- Beurre à la truffe noire du Périgord, boîte de 50 g
- Gewurztraminer grand cru Kirchberg de Barr 2015


Pour la décoration de table, on fait simple.
Et NATURE.

Avec quelques branches ramassées en forêt ou coupées sur le sapin de Noël.

Chaque année, nous en prenons un bien touffu, qui a systématiquement besoin d'être raboté de quelques branches pour être correctement placé dans un angle de l'appartement. On les conserve sur la terrasse, au frais ; elles restent fraîches trois semaines - un mois sans peine. 

On peut ainsi s'en service de centre de table, avec quelques cannes de sucre d'orge attachées par un nœud.

Les serviettes sont habillées d'un peu de ficelle, d'une petite ramification de sapin et d'un bâton de cannelle (vendus à tout juste 1€ le sachet d'une douzaine chez les Sostrene Grene par exemple).

Et pour marquer les places, je ressors les pommes de pin ramassées cet automne, en forêt. Et je glisse, entre deux écailles, un petit papier avec le prénom des invités. 


Au dessert, impossible de faire l'impasse sur les MANDARINES.
Avec une ou deux papillotes au chocolat, ce sont toutes les saveurs de Noël en bouche.

Je crois que c'est parce qu'il y en a toujours eu, à Noël, chez mes grands-parents, que j'ai associé le chocolat et les mandarines à cette fête.
Au-dessus des boîtes de chocolat que l'on reçoit en cadeau, des mandarines et des papillotes. Depuis toujours.

On défait alors le papier doré qui attire l’œil.
Et on croque dans le chocolat en lisant la devinette, à la cantonade, la bouche encore pleine.
Parfois, on tombe même sur une pâte de fruits. Ma grand-mère en raffole.

Sur ma table :

Papillotes chocolats Malakoff et pâtes de fruits, Le Comptoir de Mathilde
Sachet de 375 g




Et chez vous, à quoi ressemble la table des fêtes de fin d'année ?

12 déc. 2017

Un week-end à Lausanne dans l'ambiance des fêtes de fin d'année

Le mardi, décembre 12, 2017

Le gruyère a-t-il des trous ?
Sans doute la question la plus clivante de ce séjour en terre vaudoise. Fin novembre.

Alors que les températures chutaient en France, et que je me sauvais de l'autre côté de la frontière, en SUISSE... où les températures faisaient de même, mais avec le beau lac Léman en fond et un air de fête dans la ville.

Le marché de Noël à chaque coin de rue, les installations pour le festival des Lumières made in Lausanne, et même quelques flocons de neige le dimanche... la magie du mois de décembre n'était déjà plus très loin.

On rajoute à ça la délicieuse odeur de fondue, dégustée sous un igloo en bois avec son feu de cheminée à l'entrée, et le tableau était (déjà) parfait.


C'est au pied du lac que l'on a commencé ce séjour. À une dizaine de minutes à pied du centre ville, mais déjà dans une toute autre ambiance.
Paisible.
Apaisante.

Les remous tranquilles du lac.
La montagne en fond.
Et quelques cygnes, tête sous l'eau et fesses en l'air, pour compléter ce paysage de carte postale.


Avec notre hôtel, juste-là. Le château d'Ouchy, datant du XIIème siècle, bien que seul le donjon demeure de cette époque.

Donjon dans lequel ma chambre de princesse, avec son lit baldaquin, m'attendait.


Bon à savoir quand on choisit son logement : à Lausanne, une carte de transport est délivrée à tous les clients des hôtels pour toute la durée de leur séjour. D'un cinq étoiles comme d'une étoile.

Et le prix des billets de transport n'étant pas négligeable, c'est plutôt un avantage qui peut peser dans la balance !

Château d'Ouchy
Place du Port, 1006 Lausanne

Site internet : chateaudouchy.ch


Trois jours et deux nuits, c'était parfait pour découvrir la ville de Lausanne, avec ses petites rues plein de charme, et son absence de frénésie que l'on retrouve souvent en ville. Même le jour du marché.


La plus belle vue sur Lausanne se mérite.

Quelques volées de marches à grimper avant d'arriver sur la place, devant la cathédrale, qui surplombe la ville. Et depuis laquelle on a pu assister à un magnifique coucher de soleil.


Pour la petite histoire, la cathédrale est si grande qu'à sa construction, elle coupait la ville en deux.
Tout bonnement.

Alors pour palier à ça, les deux arches latérales de l'entrée de la cathédrale étaient ouvertes de sorte que la route, reliant les deux côtés de la ville, passait dedans !


À une dizaines de minutes en train, changement total de paysage.

La montagne et le lac sont toujours là, formant plus que jamais LE paysage Suisse que l'on aime prendre en photo. Mais avec les vignes en plus ; une successions de très beaux VIGNOBLES qui donnent d'excellents vins Suisses que l'on connaît assez peu. Faute d'être suffisamment exportés.

Parce qu'ils en produisent trop peu ou en boivent une belle quantité, c'est la question qu'on s'est posée...


... avant de filer au Petit Versailles, un domaine qui nous a accueilli pour une petite dégustation de vins. Coups de cœur pour leur Grand Cru Calamin ainsi que leur Grand Cru Dézaley-Marsens De la Tour 2012 et 2014...

"Le Petit Versailles" - domaine des frères Dubois
Chemin de Versailles 1, 1096 Cully

Site internet : lfd.ch


... dégustés avec des flûtes au beurre, qui sont un peu la version Suisse et salée du kouign amann : du beurre, de la pâte, du beurre, de la pâte.


Le marché de Noël de Lausanne - Le Bô Noël - n'est pas un marché mais des marchés.

Disséminés un peu partout dans la ville, avec plusieurs thématiques : terroir et vigne, artisans locaux, village des enfants...


C'est d'ailleurs au marché du terroir et de la vigne que l'on a mangé le plat local et de saison : la fondue vaudoise.

Totalement différente de la fondue savoyarde ; texture plus crémeuse et peut-être plus douce en goût.
Moitié gruyère (sans trou, très important !), moitié vacherin.

Bô Noël
Du 22 novembre au 31 décembre

Site internet : bo-noel.ch


Après une petite journée de pluie, le lac s'est montré (c)léman, et nous avons pu embarquer pour une croisière avec petit-déjeuner au chaud tandis que nous nous dirigions vers Evian.

Ou plutôt, une croisière déjeuner.
Parce qu'ici, on déjeune le matin, on dîne le midi et on soupe le soir. Toujours bon à savoir, pour éviter la confusion quand on réserve au restaurant !

Croisière petit-déjeuner
35 CHF pour les adultes et 25 CHF pour les 6-16 ans

Site internet : cgn.ch


De nouveau sur la terre ferme, on s'est mis en direction du musée Olympique.

J'avoue, je n'ai jamais vraiment regardé les jeux olympiques.
Le sport, en général, m'ennuie assez, à la télévision.

Et j'ai pourtant eu un véritable coup de cœur pour ce musée.
Qui m'a donné à voir cette compétition, non plus à travers la lorgnette des sponsors publicitaires, mais de l'ambition initiale ; le rassemblement des nations pour un moment de partage.
Et de PAIX.

Parce qu'à la base, dans l'Antiquité, le temps des jeux olympiques signaient une grande trêve entre tous les peuples.
Et moi, je trouve ça beau. 

En plus d'avoir une exposition passionnante sur l'histoire des jeux olympiques, la mythologie qui va avec et leur renaissance avec Pierre de Coubertin, le musée est aussi hyper ludique.

Avec des machines qui permettent de tester son adresses, ses réflexes, et de voir combien il est impossible difficile de viser une cible en étant essoufflée (combiné course/tir du pentathlon).

Musée Olympique
Quai d'Ouchy 1, 1006 Lausanne

Entrée : 18 CHF pour les adultes, 12 CHF pour les étudiants et  10 CHF pour les 6-16 ans
Site internet : olympic.org/fr/musee


J'aime tellement la fondue que je crois que j'aurais pu en manger (presque) tout le week-end.

Mais il était clairement plus raisonnable de goûter d'autres spécialités, comme le fameux Papet Vaudois. Un plat réconfortant, totalement de saison, à base de saucisse de chou, de pommes de terre et de poireaux.

On l'a dégusté dans la brasserie (un peu) secrète et tellement belle de la Nébuleuse (qui ne sert pas, pour l'heure actuelle, de repas.)

Une belle histoire, que cette brasserie. Créée par trois amis, presque clandestinement dans leur garage, avant de réussir à avoir un vrai espace pour brasser (et même accueillir des clients).


Je ne suis pas une véritable amatrice de bière.

Mais derrière La Nébuleuse, il y a de vrais passionnés.
Qui aiment innover et surprendre, en créant une recette délirante par mois (bière goût paella ou pizza, pour les plus folles), tout en recevant le bronze du prix New Style IPA du concours European Beer Stars !

La Nébuleuse
Chemin du Closel 5, 1020 Renens

Site internet : lanebuleuse.ch


Et comme à mon habitude, j'ai quelques adresses sous le coude à vous recommander : 

- Le Lacustre, un restaurant presque les pieds dans l'eau, face au lac, où je me suis régalée avec des filets de perche du Léman.


- Le Pointu, un café à l'ambiance décontractée, où le chocolat chaud / chantilly est parfait pour se réchauffer après un tour des marchés de Noël.


- Et Eat Me, restaurant / bar à cocktails qui nous invite à un tour du monde, avec des assiettes de tapas à partager absolument délicieuses, inspirées des cinq continents.

Après ça, il ne restait qu'à rentrer à Lyon, le ventre (bien trop) plein de bonnes choses !

* * *

Un grand merci à We Like Travel et l'office de tourisme de Lausanne pour ce beau séjour.