Que cherchez-vous ?

20 oct. 2017

Promenade en forêt et cueillettes d'automne

Le vendredi, octobre 20, 2017
Promenade en forêt à l'automne, en Ardèche

Le calme et la SÉRÉNITÉ de la forêt, c'est paradoxalement ce que je remarque le plus tardivement.
Et ce qui m'émerveille le plus.

Juste le bruit des feuilles mortes qui crissent sous nos pieds.
Parfois un coup de fusil des chasseurs jamais très loin.
Et les petits pas de Glasgow qui ne sait plus où donner de la truffe.

Les sous-bois, en automne, ont cette ambiance bien particulière, baignée d'une lumière chaude amplifiée par les couleurs jaune, orange et rouge, qui règnent dans les arbres de façon presque totalement arbitraire. 

C'est beau.
C'est reposant.
Et c'est toujours un merveilleux spectacle quand les feuilles dorées commencent à neiger au-dessus de nos têtes.

Le week-end dernier, on en a profité ; le temps était radieux.
On a pris la voiture, et on a filé en Ardèche, dans la Vocance. À une petite heure et demie de Lyon.

Couleurs d'automne en forêt

Ramasser

DES CHÂTAIGNES


C'est sans doute mes origines ardéchoises qui parlent : je suis absolument dingue de châtaignes. Juste RÔTIES au four ou dans les braises de la cheminée ; dans leur plus simple appareil, en somme, c'est là qu'elles ont le plus de saveurs à offrir.

Alors chaque année, je pars en chasse.
En chasse de vraies châtaignes.

Pas les plus grosses et pas celles que l'on vend sur les marchés de Noël. Mais celles des anciennes espèces de châtaignier, non greffés par la main de l'homme ; celles que j'ai toujours eu la chance de manger, quand j'étais petite, et qui ont juste le meilleur goût que je connaisse.

Pour les déguster : 

- On vérifie qu'il n'y a pas de petit trou indiquant la présence d'un intrus.
- Une petite entaille d'un centimètre permet d'éviter qu'elles explosent.
- Elles cuisent ensuite 20 minutes à 220°C, au four, sur une plaque de cuisson ou dans un plat à trous.
- À décortiquer quand elles sont chaudes (et quand elles brûlent encore les doigts ; déguster des châtaignes, ça se mérite !).

Ramassage de châtaignes et cueillette de champignons en forêt
Forêt ardéchoise sous la lumière d'automne
Branches de sapin pour décoration d'automne

J'avais aussi en tête de ramasser de quoi étoffer ma décoration d'automne.

Plus de pommes de pin pour les disséminer un peu partout dans l’appartement. Et quelques branches de sapin pour faire un joli bouquet d'automne. J'ai juste oublié de chercher des monnaies du pape ; il va donc falloir y retourner !

(Pour les branches de sapin, les aiguilles tombent assez rapidement. On peut cependant ralentir la chute en laquant la branche, en arrivant chez soi. Mais cela reste une décoration assez éphémère.)

Forêt ardéchoise en automne
Balade en forêt, en automne, en Ardèche, avec son chien

Cueillir

DES CHAMPIGNONS


Je crois qu'il n'y a rien de meilleur que de pouvoir rentrer chez soi et préparer une simple omelette un peu baveuse avec les girolles ou les bolets cueillis dans la journée.

Mais ça demande une véritable CONNAISSANCE des champignons.
Que, personnellement, je n'ai pas.

Ce qui ne m'a pas empêché de faire une très belle récolte, il y a quelques années, accompagnée du chéri qui connait bien ses classiques, et de quelques autres membres de sa famille qui connaissent très bien le sujet.

Pour se lancer :

- À défaut d'être accompagné de connaisseurs, acheter un très bon livre sur le sujet.
- Bien regarder le chapeau, mais aussi les lamelles et le pied ; une seule de ces trois parties peut différencier un champignon comestible d'un champignon toxique.
- Commencer par les plus facile à reconnaître (les girolles).
- Séparer les différentes espèces dans plusieurs paniers en cas de doute ; un champignon comestible qui aura touché un champignon toxique sera impropre à la consommation.

Promenade et cueillette en forêt en automne - cardigan Gryffondor

Première sortie pour mon cardigan Gryffondor offert par les amis pour mon anniversaire. ♡
Et je crois bien que je ne vais plus vouloir le lâcher de toute la saison, tellement il est douillet.

Grands troncs d'arbres en forêt
Cueillette en forêt - panier et chaussettes gryffondor

Pour aller avec mon cardigan Gryffondor... !
(Elles sont hyper confortables, soit dit en passant.)

Ramassage de branches de sapin pour décoration d'automne en forêt
Cueillette en forêt - cardigan gryffondor






Forêt ardéchoise en automne
Feuilles jaunes et oranges en automne
Promenade en forêt avec son chien

Haut comme trois pommes mais un vrai grimpeur !
À croire qu'il est équipé de quatre roues motrices sous ses coussinets.

De retour à la maison, c'était inspection minutieuse de son petit corps pour débusquer d'éventuelles tiques vicieuses et suceuses de sang. (R.A.S ; ce n'était pas ce samedi qu'elles allaient faire un festin.)

Paysage de forêt ardéchoise
Balade en forêt en automne
Cueillette de pommes de pin et branches de sapin en forêt
Petit sentier de forêt en automne - ardèche

Le temps a filé.
Trop vite.
C'est mon estomac qui m'a rappelé qu'il était déjà l'heure de goûter. Et presque l'heure de rentrer.

Paysage d'automne en Ardèche
Paysage automnale en ardèche à la lisière de la forêt

17 oct. 2017

De belles promenades à faire à Budapest

Le mardi, octobre 17, 2017
Panorama sur la ville de Budapest et le Danube

On ne se promène plus assez.
On se déplace d'un point à un autre, mais on ne prend plus suffisamment le temps de réellement se promener. Je ne le prends plus assez.

Pas dans ma vie de tous les jours.

Alors qu'en vacances, c'est tout le contraire.
On bannit un maximum les transports en commun, et on regarde quasi quotidiennement combien de kilomètres on a parcouru dans la journée. C'est un peu notre petit rituel du soir.

Budapest n'a pas manqué à la tradition ; entre le Mont Gellért, l'île Marguerite, le Bois-de-Ville et le cimetière Kerepesi (oui, j'ai bien écrit "cimetière"), il aurait été plus que dommage de ne pas s'octroyer de beaux moments de FLÂNERIE.

Vue sur la colline rocheuse du Mont Gellért

Gellért hegy

MONT GELLÉRT


C'est, depuis la coupole de la galerie nationale hongroise, que nous avons eu la meilleure vue sur le Mont Gellért que l'on s'apprêtait à rejoindre, quelques heures plus tard.

Il faut bien l'avouer, mes cuisses, encore rouillées du manque de promenade quotidienne, n'ont pas manqué de s'échauffer. 235 m de haut, ce n'est pas le Kilimandjaro, mais c'est suffisant pour offrir un magnifique PANORAMA sur l'ensemble de la ville.

Panorama sur la ville de Budapest depuis le Mont Gellért

Et parce que malgré tout, la montée se mérite mais en vaut la peine, c'est là que se trouve le monument de la Libération, au pied duquel on se sent vraiment tout petit, ainsi qu'une citadelle bâtie par les Habsbourg, que l'on ne peut pas visiter, mais qui reste impressionnante, vue de l'extérieur.

Monument de la libération - statue de la liberté à Budapest
Monument de la libération à Budapest sur le Mont Gellért

Margit sziget

L'ÎLE MARGUERITE


Sans doute le meilleur endroit pour prendre le frais, les jours de grosses chaleurs !
Entre l'air qui remonte du Danube et l'ombre projetée par les arbres, on était bien, protégés de la chaleur caniculaire, le temps d'une promenade.

Pas étonnant qu'on n'ait jamais rencontré autant de joggeurs que dans ce coin-là de la ville.

L'île Marguerite possède quelques ruines d'églises et monastère, des centres aquatiques et des thermes, mais ce sont ses jolis jardins fleuris et sa balade le long du fleuve, côté rive gauche, avec la vue sur la quartier d'Újlipótváros, qui ont retenu toute notre attention.

Quais de Budapest depuis l'île Marguerite à Budapest
Jardins fleuris de l'île Marguerite à Budapest
Parc sur l'île Marguerite à Budapest

Városliget

LE BOIS-DE-VILLE


Apparemment surnommé le poumon vert de Pest, c'est là que nous avons passé la journée la plus détente de notre séjour.
Avec une matinée passée dans les bains Széchenyi, forcément, ça aide !

Le PARC, en lui-même, est joli ; très entretenu, pas un brin d'herbe qui dépasse. Avec ses petites pépites à découvrir au hasard des chemins, comme le château de Vajdahunyad. D'ailleurs, pour la petite histoire, il était tellement indiqué nul part, ni sur notre guide ni sur notre carte, que l'on s'est bien demandé si nous n'avions pas sauté à pieds joints dans une faille spatio-temporelle !

Le château, construit fin XIXème, est un mélange des différents styles architecturaux qui existent en Hongrie ; un pari plutôt osé, mais réussi. L'ensemble est très harmonieux, et plein de charme. Difficile de résister à l'envie de rester, encore un peu, flâner dans la cour. Et de repartir sans un casse-noisette, acheté dans la petite boutique du château.

Château de Vajdahunyad dans le parc du Bois-de-Ville à Budapest
Château de Vajdahunyad dans le parc de Városliget à Budapest
Statue au château de Vajdahunyad dans le parc de Városliget à Budapest
Cour du château de Vajdahunyad dans le bois-de-ville à Budapest
Statue dans la cour du château de Vajdahunyad dans le parc de Városliget à Budapest

Après ce moment un peu hors du temps, on ne pouvait que se retrouver au beau milieu d'une visite officielle sur la Place des Héros. On n'aura jamais su qui étaient ces personnes, mais on a beaucoup apprécié découvrir ce monument avec la présence des militaires et toute la cérémonie qui s'est déroulée sous nos yeux.

Fontaine dans le parc de Városliget à Budapest
Place des Héros aux abords du parc de Városliget à Budapest
Parc du bois-de-ville à Budapest

Fiumei út

CIMETIÈRE KEREPESI


Normalement, je ne suis pas une personne qui visite les cimetières.
Je ne m'y sens pas vraiment à ma place.

Mais il faut croire que le cimetière de Greyfriars, visité l'année dernière à Edimbourg, m'a totalement fait changer d'avis ;  lorsque j'ai lu "parc arboré / Père Lachaise hongrois" sur notre guide, j'ai trépigné d'impatience à l'idée d'y aller.

Bien plus grand que Greyfriars, nous avons facilement dû passer deux heures à nous promener dans les allées et sous-bois de ce cimetière, devenu un véritable parc. Mais un parc avec le calme en plus, et assez peu visité - en fin d'après-midi du moins - où il y a toujours quelque chose à voir, peu importe où l'on pose le regard.

Une carte est distribuée gratuitement à l'entrée ; elle permet de ne pas louper de magnifiques MONUMENTS comme les différents mausolée ou le panthéon.

Ensuite, il suffit de prendre le temps de flâner, pour tomber nez-à-nez avec un petit temple romain ou une statue de joueur de pipeau...

Mausolée dans le cimetière Fiumei út à Budapest
Panthéon dans le cimetière Kerepesi à Budapest
Pierre tombale dans le cimetière national de Fiumei út à Budapest
Monument funéraire dans le cimetière de Kerepesi à Budapest
Statue d'un joueur de pipeau sur une pierre tombale dans le cimetière Fiumei út à Budapest
Tombe dans le cimetière Kerepesi à Budapest

Et après ?
On est allé se régaler devant un bon plat réconfortant de cuisine hongroise avant de visiter palais et monuments... Je vous raconte tout ça très vite !

Egalement sur Budapest :

- Découverte de la ville

13 oct. 2017

Le motif prince de galles pour l'automne

Le vendredi, octobre 13, 2017
Look d'automne : pull en cachemire et short prince de galles

Je dis souvent que je suis née dans le mauvais pays.
Que j'aurais dû naître dans des draps en tartan avec un biberon de thé au lait dans la bouche.

Alors que mes proches rêvent de plages de sable blanc en été, mon esprit s'évade du côté du Royaume-Uni, de ses petites maisons en briques et de son ambiance plus fraîche mais toujours très COCOONING.

Autant dire qu'en automne, c'est un peu la saison fatale.
Celle où je pourrais prendre un billet d'avion sur un coup de tête pour passer une semaine de l'autre côté de la Manche, avoir ce bel accent anglais dans l'oreille et faire des afternoon tea un jour sur deux.

À défaut de tout plaquer pour m'installer dans un vieux cottage anglais, je collectionne : les écharpes et les chemises à motif tartan, les petits pulls douillets et ceux à grosses mailles, et les plaids pour la maison.

De façon raisonnée, ou autant que possible.
Parce que je sais que ce sont des pièces que je n'achète pas sur un coup de tête, que je porte et re-porte d'année en année.

Inspiration mode d'automne : pull en cachemire, short prince de galles et low boots

L'année dernière, à la même époque, j'ai fait des dizaines de boutiques avant de trouver LE manteau prince de galles parfait, avec de la laine dedans, et suffisamment épais pour rappeler ce beau tissu anglais que j'aime tant.

Et cette année, j'ai craqué sur le short.

Le motif était tellement partout, dès le mois d'août, que je n'ai pas eu trop de mal à trouver mon bonheur. (Bien que j'aurais adoré trouver une version plus épaisse, pour l'hiver, avec la petite bande bleue ou rouge que j'apprécie beaucoup).

Je me suis aussi laissée séduire par l'appel du CACHEMIRE ; la faute à Uniqlo qui est venu s'installer à Lyon et qui a un stand complet de pulls à cols ronds, cols V et cols roulés, dans cette matière si douce et cosy.

Non seulement, j'ai pris le bleu marine, mais j'ai aussi jeté mon dévolu sur le gris clair...
Mais ça va, je sais d'avance que je vais passer mon automne/hiver lovée dedans !

Inspiration automnale : pull en cachemire Uniqlo, short prince de galles Missguided et sac Lancaster

Pull Uniqlo - Short Missguided - Boots Only
Sac Lancaster - Montre Les Partisanes - Collier Les Tatillonnes x Emma & Chloé




Look d'automne : cachemire et motif prince de galles