SLIDER

Slow living
Affichage des articles dont le libellé est Slow living. Afficher tous les articles

5 astuces pour allonger son week-end

30 mai 2016


​Parfois - souvent - on aimerait que le week-end dure trois jours. Avec un jour férié en guise de lundi ou de vendredi, on serait BIEN.

À défaut d'une semaine de quatre jours, on peut toujours tricher avec sa tête et lui donner l'impression d'un LONG week-end de trois jours. Et pour ça, j'ai quelques petites astuces en réserve que j'avais envie de vous partager aujourd'hui pour alléger votre lundi ! (Et si vous lisez mon article un mardi, allez, on va dire que ça marche aussi !)

Bref, voilà mes cinq étapes pour un week-end plus long :

1. Commencer dès le vendredi soir


Pas de réveil beuglant sa sonnerie stridente le lendemain (sauf si votre copain fait du vélo tôt, le samedi matin, en Ardèche) (mais vous pouvez toujours vous rendormir avec votre chien pendant qu'il part faire sa séance de torture !) (oui, c'est du vécu) ; pas besoin de plus d'arguments pour sortir manger une glace avant de se faire une séance ciné.

2. Profiter !


Tout ce que l'on n'a pas le temps de faire la semaine (et je ne parle pas de la lessive ou de la poussière, pas de ça le week-end !), on le prévoit samedi et dimanche ; une séance shopping parce qu'on n'a vraiment plus rien à se mettre (c'est bien sûr TOUJOURS pour cette raison que je fais les boutiques...), une session détente au spa, une promenade au parc, une matinée flânerie aux puces... Plus on en fait (mais sans se brusquer), plus on a l'impression d'avoir allongé sa journée ; résultat garanti !!

3. Voir du monde


Mes week-ends ressemblent souvent à un marathon des maisons : les grands-parents et le petit thé fumant, le dîner chez les parents, la visite à la famille de monsieur et puis l'apéritif / barbecue avec les cousins survoltés ; alors oui, le week-end passe VITE, mais vite comme des vacances bien remplies. C'est ça, l'astuce !

4. Se poser


Plus facile à dire qu'à faire, mais prendre le temps de cocooner dans le canapé devant une série TV, dans un hamac avec un bouquin, au bord d'une piscine avec un magazine (ça sent l'été) ou, pour les plus chanceux qui vivent près de la mer ou de l'océan, marcher sur la plage avec l'eau qui frôle les doigts de pieds... ne serait-ce qu'une petite heure, ça recharge les batteries, et ça permet d'ajouter la petite case "repos" à son week-end (indispensable !).

5. Ne pas s'arrêter le dimanche soir


Alors oui, il faudra se lever lundi matin. Mais croyez-moi : inviter ses amis un dimanche soir pour siroter quelques cocktails, sortir l'appareil à crêpes et discuter bruyamment de tout (et surtout de rien), c'est la fin de week-end la plus parfaite ! On oublie qu'il se termine et on lui donne encore un peu de sursis. Pas besoin de terminer la soirée très tard d'ailleurs ! 22h30 - 23h, c'est suffisant.


Vous testez ça ce week-end et vous m'en donnez des nouvelles ?

Prête à affronter les giboulées de mars

9 mars 2016


Quel imbécile mythologique, dieu du vent ou de la pluie, a eu l'idée d'inventer les giboulées de mars ? Le concept à lui seul me fait désapprouver en bloc ce mois fait de pluie / grisaille / pluie / vent, sans alternance d'arc-en-ciel ; faudrait pas qu'on se croit en avril non plus !

Mars, c'est tout pourri.
Voilà, c'est dit !

Mais comme je n'aime pas m'avouer vaincue, je me suis armée d'un petit calepin pour noter tout ce que je pouvais faire pour survivre à ce troisième mois de l'année ! (Je crois que plus personne ne dit calepin) (okay, je suis vocabulairement vieille.)


1. S'équiper


Je déteste être mouillée. 
Le jean qui colle aux cuisses, les chaussettes qui font flop flop dans les chaussures et l'eau qui ruisselle le long des cheveux pour terminer sa course dans le dos, merci mais non merci. Mon pire cauchemar en IMAX 3D dolby atmos.

Mon équipement de poule (pas) mouillée : 

- des bottes de pluie jusqu'aux genoux (je suis follement amoureuse de ma nouvelle paire qui est légère, confortable comme des pantoufles, et qui arrive même à être élégante) (et ça, pour des bottes en caoutchouc, c'est le Saint Graal) (si ça vous intéresse, c'est le modèle Safari de la marque Be Only) (et il y a -15% avec le code LAGRENADINE),

- un parapluie tout petit qui se cache dans mon sac même par grand ciel bleu ; lundi encore, grand soleil le matin, averses l'après-midi ; en fait, je crois qu'en mars, la cohérence météorologique pose ses congés annuels,

- et des tickets de métro que je dégaine au moindre doute laissé par mon appli météo ; le vélo en mars, c'est bon pour se la jouer concours de T-shirt mouillé sous manteau trempé.


2. S'occuper


Donc, en mars, je sors moins.
Même avec le métro à 450 mètres de l'appartement (merci google maps), le bruit de la pluie qui se déchaîne au dehors suffit à me garder bien au sec chez moi.

Mon programme d'archiduchesse aux chaussettes sèches, archi-sèches : 

- lire le dernier numéro du As You Like devenu mensuel (yes !),
- préparer mes prochains voyages avec quelques jours à Milan au printemps, un long week-end à Hambourg en juin, et une semaine à Édimbourg cet été (j'ai hâte !!),
- terminer mes séries en cours et en commencer de nouvelles.

Dernièrement, j'ai découvert (et déjà fini) The Fall qui trace le portait d'un tueur en série qui a tout de l'homme et du père parfait, en parallèle de l'enquête sur ses meurtres et sa traque par la police de Belfast ; j'attends la saison 3 avec impatience, mais apparemment, elle est seulement en cours de tournage... il va falloir que je me fasse patiente !

J'ai aussi terminé Under the dome dont je n'arrivais pas à décrocher pendant les deux premières saisons ; la troisième démarre assez mollement, mais finalement, ça va, ce n'était pas si catastrophique que ça.

J'avais pas mal de retard sur Bates Motel (mais au moins, j'ai plein d'épisodes à regarder !), une série inspirée du personnage de Norman Bates de Psychose dans laquelle on découvre le tueur en série à l'adolescence.


3. Se réconforter


Parce qu'à défaut d'aller se poser dans un petit salon de thé bien cosy le samedi après-midi, on fait venir l'esprit gourmand à la maison.

Pour les jours les plus miteux qui méritent un non-anniversaire digne de ce nom : 

- un énorme chocolat chaud (une grosse cuillère de Nutella ou des carreaux de chocolat pâtissier dans du lait) avec un peu de chantilly pour le booster, à savourer dans sa tasse chouchou (je ne quitte plus ma tasse kitsch achetée chez Maisons du Monde ❤ ),

- et des bonnes choses régressives à se mettre sous la dent : madeleines, pantins roses (spécialité très locale de ma ville de naissance), et les œufs de Pâques à la nougatine de noisettes enrobés de chocolat de chez Voisin (ma grand-mère m'achetait les mêmes à Pâques quand j'étais petite).


Et vous, vous êtes prêts à affronter les giboulées ?

Comment rendre les jours de pluie d'hiver plus agréables ?

11 janv. 2016


Vous détestez la pluie ? ça tombe bien, moi aussi. Avoir les cheveux ruisselants d'eau, les chaussettes trempées et, pire que tout, le jean qui colle... très peu pour moi. 

Problème : depuis la semaine dernière, j'ai l'impression qu'on est entré dans les giboulées de mars en plein mois de janvier. Alors plutôt que de pester contre la météo déréglée, on peut profiter des averses pour remplir un peu son verre ; après tout, journée pluvieuse = journée heureuse. 

Et pour vous convaincre, je partage avec vous mes petites astuces pour rendre les jours pluvieux plus beaux.


1. Bien dans ses chaussettes, bien dans sa tête


7h22, lever de rideau, tsunami sur la terrasse. C'est la fête à la grenouille ; la nouvelle petite robe devra attendre à moins d'être candidate pour la meilleure pneumonie 2016. À la place, c'est défilé de tenues réconfortantes ; pour moi, pull "doudou" et jean ultra souple (parce que je n'aime pas rester en pyjama en journée) (et que je n'aime pas les joggings) (mais ça marche aussi).

Aux pieds, des chaussettes épaisses, des pantoufles fourrées ou des bottes en polaire ; on attrape un plaid au passage et direction le canapé pour prendre le petit déjeuner. 

Complètement cliché, mais 100% efficace pour réchauffer l'ambiance quand le ciel fait grise mine : allumer une ou deux bougies (mes préférées : celles avec les mèches en bois qui crépitent comme de petites cheminées !).

C'est une journée de boulot ? On enfile ses chaussettes les plus épaisses et confortables pour avoir presque l'impression d'être en chaussons, et une paire de bottes en caoutchouc pour éviter de passer les huit prochaines heures avec les pieds trempés. Gilet en grosses mailles par-dessus la tenue de travail, et la jauge confort est poussée au max.

(et pour avoir limite hâte de sortir sous la pluie : acheter de nouvelles bottes de pluie et un beau parapluie !)


2. L’élixir du bonheur


L'effet euphorisant du chocolat n'est pas un mythe ; à défaut de le prendre en intraveineuse, et parce qu'en ce moment les températures ne sont pas au plus haut, on le déguste chaud, dans son plus joli mug. Du lait chaud, quelques carreaux de son chocolat préféré, et on laisse fondre avant de se régaler. (Fonctionne aussi avec le nutella ; orgasme culinaire garanti.)

C'est l'heure de partir au travail ? On verse le breuvage dans un thermos pour rendre le trajet beaucoup plus doux.


3. Programme cocoooning


Sortir quand il pleut à torrent ? J'évite. Et l'avantage, c'est que je peux m'octroyer une journée flemme sans culpabiliser, parce qu'enfourcher le vélo pour aller au cinéma, c'est no way, et prendre le métro pour un petit resto, je préfère le faire quand il fait beau.

À la place, je profite du bruit de la pluie en fond sonore - ou pas - et je me prévois un programme glandouille et cocooning à la maison (qui fonctionne aussi après une journée de travail !).

C'est tellement facile mais tellement agréable avec le chocolat chaud dans la main et un plaid sur les genoux : démarrer une nouvelle série, finir celles qu'on a mis en pause, ou simplement continuer celles en cours. Mes deux dernières en date : 

- The Leftovers (la saison 1 est un peu longue - et chiante, oui - mais la deuxième est vraiment bien) (je suis le genre de personne qui ne peut pas arrêter une série une fois commencée, même si elle n'est pas super... ça explique pourquoi j'ai tenu jusqu'à la saison 2...),

- Unbreakable Kimmy Schmidt, un format de 20 min très drôle, 0% de prise de tête, mais il n'y a que 13 épisodes pour l'instant !

Entre deux visionnages, un petit tour sur Pinterest pour chopper des idée de déco cocooning ; avec ce temps, j'ai toujours envie de rendre mon intérieur plus cosy, et j'adore flâner sur Pinterest. C'est aussi l'occasion d'imprimer les posters et illustrations que l'on a repérés depuis des mois ; une journée de pluie entière, ça laisse le temps de réfléchir où on va les mettre ensuite ! (Pour les Potterheads, j'ai d'ailleurs une superbe illustration à partager avec vous - et à imprimer : Magic Objects of the Wizardind World.)

Tant que l'imprimante est en route, on fait le plein de jolis coloriages / mandalas (ce site n'est pas franchement beau, mais il y en a plein à imprimer gratuitement) ; un activité détente à faire devant le prochain épisode.

Et pour l'heure du goûter, on invite quelques amis à la maison ; programme cocooning par excellence : des gâteaux, des boissons chaudes, et des jeux de société. Dernièrement testés avec Marie : Andor, The Big Book of Madness et Mysterium, trois coopératifs que je vous conseille sans hésiter.


Et vous, qu'aimez-vous faire quand il pleut ?



Source photo : We Heart It

Comment se préparer en douceur à la rentrée

28 août 2015


Les dés sont jetés : après un superbe été, la rentrée est là, à quelques tours de cadrans solaires. Mardi, nous entrerons de plein fouet en septembre, mois consacré du retour au bureau.

(même si souvent, on reprend fin août)
(mais tant qu'il y a écrit "août" sur le calendrier, on a l'impression d'avoir un peu de sable sous les sandales)
(d'ailleurs, on range ses sandales le 1er septembre à 00h01. Pas avant. Pas après.)

Avant de basculer dans ce joli mois que j'étais incapable de retenir en maternelle (alors que c'est celui de mon anniversaire, cherchez l'erreur), j'avais envie de partager avec vous mes petites astuces pour se glisser tout doucement vers la rentrée, et mieux : apprécier ça !

1. Quitter les vacances


Mais pas trop vite ! Il ne faudrait pas provoquer le coup de blues post-farniente. Je fais donc cela en douceur : 

- Je trie mes photos de vacances ; une activité qui met le sourire aux lèvres façon smiley. J'aime bien en imprimer quelques-unes, format Polaroïd (j'utilise beaucoup Printic), pour les glisser dans mon agenda ou sur le bureau ; ça permet de se rappeler de bons moments quand on pose le regard dessus.

- Je m'octroie de véritables petites séances de soins du corps, à la maison, notamment en réparant les dégâts causés par le soleil et la piscine sur ma peau et mes cheveux. Je suis donc une inconditionnelle du shopping beauté au retour des vacances : un shampoing réparateur et un lait corps après-soleil, deux indispensables de ma salle de bains !

- Je continue les sorties après 20h et les soirées entre amis, en semaine (très important) pour prolonger les vacances. Sortir manger une glace à la tombée de la nuit, par exemple, c'est parfait !

2. Se motiver


Après la transition en douceur, on booste son moral à 200 %. Cette étape est magique, croyez-en mon envie folle d'être en septembre et de voir l'automne arriver !

- Je ne suis pas une accro du shopping, mais j'avoue, c'est un passe-temps qui me plaît. J'essaie d'être aussi raisonnable que possible tout en me faisant plaisir. Et, à la rentrée, c'est un peu le passage obligatoire. Je lorgne sur les collections automne/hiver, sur les matières douces qui me promettent des moments très cosy, et j'adoucis l'idée de retrouver la pluie et le froid.

- Je ne peux pas m'empêcher de continuer ce petit rituel que je tiens de ma scolarité : noter les événements importants dans mon agenda. Pour se motiver, rien de tel que de se projeter dans les jolis moments à venir (anniversaire, fête de Halloween entre amis, un petit séjour à Londres prévu, le lancement des courses de Noël et l'ouverture des cadeaux le 25 décembre !).

- Et accro des listes que je suis, j'en fais une avec tout ce que j'aime en septembre / automne / hiver (rayez les mentions inutiles). D'ailleurs, je vous en prépare une très vite !

3. Rester en forme


Parce que l'automne/hiver est un moment de l'année plus propice aux rhumes (dit la fille qui est restée couchée deux jours avec la crève du siècle en plein milieu du mois d'août) et au manque de vitamines, j'essaie de mettre toutes les chances de mon côté pour éviter les baisses de régime.

- Mon alimentation étant une catastrophe nutritionnelle en vacances, j'ai besoin d'une mini-detox à la rentrée. Sans me priver, jamais. Je me contente d'écouter mon corps. Cette année, j'ai eu besoin de bouillon de pâte (sûrement pour contrebalancer la surdose de gâteaux viennois) et... de viande ! (sûrement un petit manque de fer qui traînait par là)

- C'est tout nouveau pour moi : reprendre le chemin du sport. J'ai commencé en juillet, et j'ai vraiment aimé (on en reparlera). Lundi, je suis donc retournée au cours de Body Balance après deux semaines d'arrêt, et ce fut tellement agréable !

- Et parce que j'ai de véritables carences en vitamines qui me font régulièrement tomber les cheveux par grosses poignées, je fais une cure de compléments alimentaires avant l'automne. Si vous êtes dans le même cas, je vous recommande Anacaps tri-activ qui a fait des miracles quand je perdais tant de cheveux, l'année dernière.


Et vous, quels sont vos petits trucs pour affronter la rentrée ?


Article partenaire

Comment donner un air de vacances à son quotidien

20 mai 2015

Donner un air de vacances à son quotidien

On est d'accord, être en vacances toute l'année, ça n'aurait pas vraiment de sens ; tout de suite, on en profiterait moins, et je pense que l'on finirait vite par s'ennuyer.

En revanche, donner à son quotidien un air de vacances, c'est la petite cerise sur le cupcake pour adoucir la reprise du lundi et arriver plus rapidement au #TGIF. 

Je ne sais pas vous, mais chez moi, le retour du soleil doit déclencher une réaction chimico-hormonale (rien qu'ça) qui illumine en grand, quelque part au fond de mon cerveau, le mot "VACANCES". Celles d'été, celles qui signifiaient pas de devoirs, pas d'école, pas de réveil matin, pas de bus scolaire... Celles qui, aujourd'hui, signifient pas de boulot, pas de bureau, pas de réveil matin, pas de transport en commun.

Et même si je ne pars plus à la mer depuis longtemps (overdose), si ce n'est le temps d'un week-end (plus, je m'ennuie) (et puis l'air marin, ça me casse instantanément), là encore, mon cerveau associe vacances au bruit des vagues et aux coquillages brisés sur le sable fin, brûlant et rempli de mégots.

Bref, même si la mer et moi, c'est comme une vieille-arrière-grande-tante-germaine-par-alliance que l'on se contente bien de ne voir qu'une fois par an, et bien il faut croire que son parfum tenace continue à me rappeler de bons vieux souvenirs. 

1. Prendre le temps


Il est 19h, vous rentrez du bureau épuisé, une montagne de vaisselle vous regarde d'un œil louche tandis que la pile de linge à repasser commence sérieusement à se prendre pour la tour de Pise. L'éponge et la gratounette attendront, tout comme la centrale vapeur. À la place, direction la terrasse, ou le balcon, pour profiter de ces journées qui s'allongent et de ce ciel bleu magnifique au-dessus de notre tête. 

En vacances, on prend le temps de vivre et de profiter de chaque instant. Pour se faire un vrai break, même qu'une heure par jour, on fait PA-REIL. 

À la plage, on sirote. Smoothie, milk-shake, cocktails de fruits... peu importe, mais on sirote en laissant le temps filer entre nos mains. Il ne reste qu'à faire la même chose à la maison, dans la chaise longue installée sur le balcon.

Je vous glisse une petite recette de cocktails très fruité (sans alcool) : fraise, mangue, ananas, passion et lait de coco, postée sur le blog l'année dernière.

Si vous êtes plutôt milk-shakes, j'ai deux recettes rapides en réserve : vanille ou au sirop ! (vous m'excuserez pour la mise en page qui laisse à désirer ; les articles sont très vieux, et le CSS pas mal changé depuis !)

Et quand il fait bien chaud, on sort aussi les bacs de glaces du congélateur pour se faire quelques boules surmontées d'un coulis de chocolat chaud et de brisures de cookie. 

2. Improviser


Improviser, c'est le maître-mot des vacances à la mer. Pas d'alarme pour se réveiller, par d'horaire pour rentrer de la plage, et encore moins pour manger un gros chichi. Alors pourquoi ne pas rajouter un dose d'improvisation au quotidien ?

Vous n'avez pas de balcon ni de terrasse, mais vous profiteriez bien des rayons du soleil pour faire votre cure de vitamine D ? On enfourche le vélo ou on enfile ses sneakers, comme ça, en rentrant du bureau sans même se retourner sur la (toujours présente) pile de vaisselle, et on file au parc le plus proche... ou le plus beau de la ville !

Au passage, on attrape quand même de quoi s'improviser un petit pique-nique estival : quelques tomates, un peu de mozzarella et un filet d'huile d'olive. Et pour le dessert, je me laisserais bien tenter par les petites carrés de Michel et Augustin, que l'on achète en coup de vent au Monoprix qui se trouve sur la route. La vie n'est pas merveilleuse ?

3. Mise en ambiance


Pour que l'illusion soit parfaite, on sort le grand jeu. Les petits chemisiers (que pourtant, j'aime tant), on les délaisse un moment pour se draper dans des vêtements blancs, fluides et légers, qui rappellent la plage. Et ce petit sautoir au style bohème ? Il est par-fait ma chériiiiiiie, comme dirait Christina.

Mon dernier petit truc pour faire entrer les vacances dans ma maison ? Le Monoï ! J'ai toujours associé cette odeur à la mer, sûrement parce que j'avais, chaque année en vacances à la mer, un shampoing qui sentait le monoï. 

Aujourd'hui, on le retrouve aussi en shampoing (notamment chez Yves Rocher), pratique pour respirer un air de vacances, même au bureau (hop, discrétos, on se fait un rail de Monoï en détachant une mèche du chignon), mais aussi en bougie, chez Durance. On l'allume en rentrant, juste avant de préparer le cocktail maison ou la coupe de glace, et il ne reste qu'à attraper un bon magazine pour terminer le tableau.


Et vous, quels sont vos trucs et astuces
pour donner un air de vacances à votre quotidien ?


Crédit photo : Alexa Dagmar 

Booster sa pause déjeuner pour vraiment en profiter

2 avr. 2015


La pause déjeuner, pour moi, c'est sacré. C'est ce petit moment qui permet de faire un break dans une journée de travail, de s'aérer l'esprit, et de prendre un peu de temps pour soi avant d'enchaîner avec plusieurs heures derrière l'ordinateur / le comptoir / les fourneaux / le volant... 

C'est hyper bénéfique pour le moral (non, on ne fait pas que métro/boulot/dodo) mais aussi pour la productivité (et c'est pas un mal, parce qu'une journée où on a l'impression de ne pas avancer, c'est juste insupportable).

Bref, j'avais envie de partager avec vous ma petite routine pour booster ma pause déjeuner en la rendant plus agréable et plus efficace ; vous donner quelques idées pour vous préparer rapidement à manger et pour apprécier encore plus ce moment de la journée.


1. Rentrer chez soi


Tout le monde n'a pas cette chance, c'est vrai, alors quand on l'a, autant en profiter ! Je n'habite qu'à 5 minutes à pied de mon bureau depuis notre déménagement, ce serait dommage de s'en priver.

Si vous avez un peu de trajet (avant, je faisais 15 minutes aller et 15 minutes retour), dégainez un bon livre. Je me suis achetée un kindle pour cette raison : l'avoir toujours dans un coin de mon sac pour m'enfermer dans ma petite bulle de fiction le temps de quelques arrêts de métro. Non seulement, le trajet parait plus court, et sans s'en rendre compte, on a laissé les tracas du boulot derrière soi.


2. Se déchausser


Oui, ça peut paraître étrange comme conseil, mais je vous conseille d'essayer une fois avant de le mettre de côté. 

Je ne le faisais jamais, et puis récemment, après une bonne averse, j'ai laissé mes bottes mouillées à l'entrée avant de continuer à faire mon train-train habituel. Mon corps, mon cerveau ou mon subconscient a dû analyser ça ainsi : pas de chaussures = fin de journée de travail = RE-POS. En tout cas, ça fonctionne sur moi. Comme si le simple fait de retirer mes chaussures me permettait de me poser plus tranquillement. Moins à la hâte genre "mon temps est compté, gardons un œil sur la montre".


3. Se changer les idées


Une fois chez moi, j'attrape l'ordinateur pour mettre en route ma série du midi, c'est-à-dire, une série que je ne suis pas avec monsieur.

Au début, quand j'avais plus de trajet, je regardais des séries à format court (comme The Big Bang Theory ou How I Met Your Mother). Avec plus de temps, j'ai eu tout le loisir de panacher entre formats longs et courts, en alternant les "séries nostalgie" de mon adolescence (Malcolm, Friends, Charmed, Sex and the City) avec des séries plus récentes (en ce moment : Once Upon a Time).

Quand il fait beau, direction la terrasse - ou le balcon - pour profiter du soleil (et pour synthétiser un peu de vitamine D, haha) (je ne dis pas "pour bronzer", parce que je ne bronze pas, enfer et damnation !) en dévorant un bouquin ou en feuilletant un magazine.


4. Manger


(point n°4 que l'on fait en même temps que le n°3, parce que les pauses déjeuner de 3h, c'est pas hyper courant dirons-nous.)

Pour arriver à regarder un épisode entier de sa série préféré ou lire plus de trois pages d'un livre, il faut alléger le temps de préparation du repas sans pour autant être condamnés à manger des salades en boite (ou à faire pleurer sa CB en se faisant livrer tous les midis). Quelques idées : 

- quand les beaux jours arrivent, on coupe quelques tomates, des dés de mozzarella (une vraie, une bonne, avec un goût de fou) et on arrose le tour d'un trait d'huile d'olive et de quelques herbes de Provence. Sel, poivre, c'est terminé. Tellement simple mais tellement bon,

- parce qu'on a parfois besoin d'une dose de réconfort dans son assiette, on attrape un fouet et on prépare en 5 minutes top chrono une pâte à crêpes. La cuisson ne prend pas plus de temps, et on peut même faire une petite béchamel à côté. Jambon, champignons et un peu de gruyère râpé : plat terminé, et il restera même de la pâte pour le dessert !

- l'accro de saumon cru que je suis a parfois du mal à résister à la tentation d'acheter un petit filet de saumon en passant devant le supermarché (pile sur ma route, avec un poissonnier dedans, c'est juste TELLEMENT tentant !). Arrivée chez moi, il ne reste qu'à le couper et à le manger en chirashi. Le riz à sushi demande 20 minutes de cuisson ; si vous n'avez pas le temps, vous le faites cuire la veille au soir, plaisir gourmand assuré !

- des fois, on a aussi juste envie d'un sandwich. Pour un panini, on achète du pain pré-cuit, on le coupe en deux et on le garnit de tout ce qui nous fait envie avant de le passer quelques minutes sous les plaques "grill" de l'appareil à gaufres. Et pour un traditionnel et bien copieux américain, on fait cuire un steak haché acheté sur le chemin, et une poignée de frites. Le tout, dans le pain de son boulanger préféré.


5. Terminer en douceur


Quand on a du temps, qu'on est dimanche après-midi, et qu'on a juste envie de profiter, que fait-on ? On se love dans le canapé avec, au choix, une boisson bien chaude quand le temps fait grise mine (thé, chocolat chaud, café) et une glace ou un smoothie quand il faut beau. Alors pour terminer la pause déjeuner, on fait pareil !

Quelques minutes de préparation pour un petit temps tout doux, tout calme, juste avant de reprendre le chemin du boulot, c'est justement ce qu'il nous faut. Pour les smoothies, Enjoy Phoenix a récemment posté une vidéo avec quelques recettes sympa et hyper rapides à préparer ; on lui les pique, et on se régale !


Et si on ne peut pas rentrer chez soi ?


Sortir du lieu de travail, c'est la règle d'or pour faire un véritable break. 

Il fait beau ? Direction le parc le plus proche, avec un livre ou un magazine, et on mange son tupperware en profitant du soleil. C'est bon pour le moral (la vitamine D qu'on a dit !) et pour le corps (la vitamine D, oui oui, toujours).

Il fait beau, mais pas assez chaud pour s'asseoir dehors ? On opte plutôt pour un sandwich, et on fait du lèche vitrine. C'est l'occasion de passer chez le libraire pour découvrir les nouvelles sorties littéraires, de regarder les films à l'affiche au cinéma et de faire un tour dans sa boutique préféré de cosmétiques pour voir ce qu'il y a de nouveau au rayon beauté.

Vous avez une pause vraiment trop longue, mais vous ne pouvez pas rentrer chez vous ? Il y a sûrement un club de sport à proximité ! Pour se vider l'esprit, c'est top. On se dépense et on voit de nouvelles têtes, difficile de faire mieux.

Et puis on n'oublie pas d'appeler les amis qui, ont eux aussi, besoin de faire un vrai break pendant la pause déjeuner. Un petit resto-cantine, une nouvelle adresse à tester ou un pique-nique improvisé... et voilà les batteries rechargées à bloc pour tout l'après-midi !


Et vous, quelles sont vos astuces pour booster votre pause déjeuner ?

Crédits photos : Modette.seJulie Viktoriaa / Joseph Gonzaga

Ma routine pour commencer la journée du bon pied

29 janv. 2015


Le week-end, globalement, ça va. On peut s'enrouler dans les couettes et feindre de ne pas voir le jour passer à travers les volets. On peut enfoncer la tête dans l'oreiller pour faire mine de ne pas avoir entendu le petit chien gratter à la porte. Et on peut traîner au lit avec la tablette connectée à instagram sans avoir à surveiller l'heure toutes les deux minutes.

En semaine, c'est différent. Le réveil hurle de sa sonnerie stridente "qu'il est l'heure de se réveiller et plus vite que ça si tu ne veux pas arriver en retard au bureau". Le jour refuse de se lever en même temps que toi, parce que c'est l'hiver, et que lui, il repousse le moment de se lever comme toute personne dotée de bon sens le ferait pour son bien-être personnel. Et avec ce réveil forcé puis l'enchaînement répétitif et chronométré du programme de pré-départ au boulot, il faut caser quelque part une petite dose de bonne humeur pour commencer la matinée du bon pied et espérer que la journée glissera sur la même pente ascendante.

Je n'ai certainement pas la formule magique pour un lever facile (au contraire, j'ai l'impression de me lever plus fatiguée que je me suis couchée) (oui, j'ai un TRÈS TRÈS mauvais sommeil, mais c'est comme ça depuis toujours, donc je m'en accommode), alors justement, j'ai trouvé une parade pour m'auto-tromper et commencer la journée avec le sourire. J'vous en dit plus ? ^^

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007