SLIDER

Chien
Affichage des articles dont le libellé est Chien. Afficher tous les articles

Promenade d'automne avec son chien - et les dangers à éviter

29 oct. 2019


Ma saison préférée pour me promener en forêt avec Glasgow ? Ou dans un parc ?
L'automne. 
Pour les couleurs magnifiques qui règnent parmi les arbres.
Le bruit de ses petites pattes qui s'enfoncent dans les feuilles mortes.
La douceur des températures de saison.
Et les odeurs de feu de bois sitôt qu'une maison avec une cheminée se trouve dans les parages.

Les promenades d'automne sont sans doute les plus belles.
Et celles durant lesquelles je ramasse le plus de choses.

Entre la CUEILLETTE de champignons et de châtaignes pour la cuisine, et le ramassage de pommes de pin et de glands pour la décoration, on a vite fait de finir avec un panier bien rempli !
Et un chien épuisé d'avoir laissé traîner sa truffe un peu partout sur le sentier.

Mais si la saison est merveilleuse pour les promenades avec son chien, il y a aussi quelques petits dangers à éviter. Alors, dans la lignée de mon article comment je voyage avec mon chien, et en partenariat avec l'assurance pour animaux Agria, je voulais partager avec vous quelques conseils et astuces pour profiter au mieux de ces beaux moments.


Prévenir les intoxications


J'adore ramener quelques GLANDS que je dispose dans ma décoration (après avoir vérifié qu'ils n'ont pas de trous, indiquant la présence d'un intrus). Mais je veille toujours à ce qu'ils restent hors de portée de Glasgow.

Les glands sont consommés par certains animaux, comme le sanglier et l'écureuil. 
Alors on ne s'en méfie pas toujours.
Mais ils sont hautement toxiques pour nos chiens.

Leur forte teneur en tanin entraîne des inflammations de l'estomac et de l'intestin, ainsi que de sérieux dommages sur les reins et le foie. L'intoxication se manifeste notamment par un excès de bave, des vomissements et des diarrhées. Il faut alors contacter un vétérinaire au plus vite pour traiter l'empoisonnement.

Heureusement, ce n'est pas forcément mortel.

Un seul gland consommé ne fera certainement pas de dégâts aussi importants sur un chien (quoi que, avec Glasgow et ses 2,8 kg, je me méfie même de la moindre miette de chocolat qui traîne, par exemple), mais nos chiens sont souvent si curieux qu'une intoxication peut vite arriver si on ne garde pas un œil sur eux durant une promenade.


Même chose avec les marrons d'Inde, que l'on trouve absolument dans tous les parcs, en ville.
J'ai d'ailleurs récemment appris que les bourgeons et les feuilles de marronniers aussi, étaient toxiques.
Et comme Glasgow aime particulièrement mâchouiller de l'herbe, il n'y aura jamais de marronnier dans notre jardin. Mieux vaut prévenir que guérir !

Les symptômes sont similaires à l'intoxication aux glands : vomissements, diarrhées, mais aussi convulsions ou paralysie. 

Dans tous les cas, chaque fois que le comportement d'un chien (ça vaut aussi pour les chats et autres animaux bien sûr) change, je ne peux que vous recommander d'appeler un vétérinaire. Au moindre doute, je n'hésite jamais à appeler le mien en qui j'ai une totale confiance, et qui nous a toujours très bien informé - ou rassuré quand il n'y avait pas de quoi s'inquiéter !


À glisser dans son sac


Je bois assez peu (et c'est mal) (j'essaie d'y remédier), et ce n'est pas quand le temps se rafraîchit que je vais penser à prendre une gourde pour moi.

Mais si on prévoit une promenade un peu plus longue, un après-midi dans les bois ou même au parc, un peu d'EAU et une petite gamelle ne sont jamais en trop pour Glasgow. Surtout quand il passe son temps à marquer son territoire, le long des arbres, pour laisser des messages à ses potes à quatre pattes !

On privilégie aussi la laisse à enrouleur, beaucoup plus longue, pour lui permettre de naviguer avec plus de liberté.
La laisse permet de garder un œil sur lui (et elle est obligatoire dans la plupart des parcs, en dehors de certaines zones consacrées aux chiens) tout en lui permettant d'aller explorer les environs.


À la maison


De retour de promenade, Glasgow a le droit à une fouille en bonne et due forme !
Sous couvert de lui grattouiller le ventre, on inspecte chaque partie de son corps à la recherche... de tiques.

L'automne comme le printemps sont les deux saisons où les tiques sont le plus présentes.
Alors, même si nous le traitons avec une pipette anti-parasitaire pour limiter au maximum les risques, on vérifie toujours après les promenades en forêt ou dans les hautes herbes.

Sous les aisselles, entre les coussinets, autour des oreilles, sur le cou... elles affectionnent particulièrement les zones où la peau est plus fine.

L'arme secrète à dégainer si une tique vient élire domicile sur Glasgow : le crochet tire-tique.
Qui porte assez mal son nom car il faut dévisser la tique, et non la tirer !


L'assurance pour les animaux


Quand on a eu Glasgow, la question ne s'est pas posée.
Je ne me vois pas faire sans mutuelle pour moi, en cas de dépense importante liée à la SANTÉ.
Et il en allait de même pour mon chien.

D'ailleurs, dès que mes proches ont eu des chiens, je leur ai conseillé d'en prendre une.

Je sais que les frais vétérinaires peuvent rapidement grimper, ne serait-ce que lorsque des médicaments sont prescrits. Il n'y a pas de sécurité sociale, comme pour les humains, donc le moindre antibiotique peut coûter cher. Sans parler d'une hospitalisation si un chien se casse la jambe en promenade.

Agria, qui sponsorise cet article, fait partie de ces assurances dédiées aux chiens et aux chats.

Ils proposent plusieurs formules qui permettent d'adapter la couverture en fonction de son budget.

Et, une chose que je remarque forcément maintenant que Glasgow a plus de 8 ans : ils assurent tous les chiens, à tous les âges. (8 ans est souvent l'âge à partir duquel les assurances n'acceptent plus d'assurer un chien, donc on peut rarement en changer, passé cet âge, si on n'est plus satisfait.)


Et vous, quelle est votre saison préférée pour de longues promenades avec votre chien ?


En partenariat avec Agria

3 activités pour passer du temps de qualité avec son chien

30 janv. 2018

Activités pour entretenir la complicité avec son chien - blog Louise Grenadine

Je me demande si je ne savais pas déjà quels jouets on allait acheter à Glasgow avant même d'avoir choisi un modèle de gamelles.

Jouets au pluriel...

Parce qu'en adoptant un chien, je savais que je voulais jouer avec lui.
Et passer du bon temps ensemble.
Pour créer un véritable LIEN.

En six ans, autant dire qu'on en a fait, des choses. On a voyagé, fait des rencontres au parc à chiens, creusé des trous dans la terre fraîche d'un potager... Glasgow a même montré un certain intérêt pour se créer ses propres jeux, en lâchant sa balle au-dessus d'un tas de bois dans lequel il se faufile ensuite pour aller la chercher.

Bref, c'est un chien qui demande de l'attention.

Parce qu'on lui en a toujours beaucoup donné, soyons honnête.
Et parce qu'il aime ça, être entouré.

Alors on a commencé à avoir nos activités préférées, pour passer du temps de qualité ensemble. Et aujourd'hui, j'avais envie de vous faire partager cela, pour vous donner quelques idées d'occupations avec votre chien, petit ou grand, autant quand il fait beau dehors que lorsqu'il pleut à torrent !


Massage

MOMENT DE BIEN-ÊTRE


Sans doute le moment où Glasgow et moi sommes le plus CONNECTÉS.
Quand il s'allonge sur moi et que l'on prend cinq ou dix minutes juste tous les deux, pour faire un massage de son petit corps.

L'intérieur des oreilles, le museau, les côtés de la tête puis le dessus du crâne, sous son menton, le long de sa colonne vertébrale, sous son ventre, et même ses petits coussinets... je prends le temps de grattouiller, malaxer, gratter, masser toutes ces parties, ajustant mon geste et le temps que je passe en fonction de ses réactions.

Glasgow est un chien très vif. Parfois un peu nerveux si l'on s'absente un peu longtemps dans la journée, par exemple. Ces petits moments lui permettent de se détendre. Et moi aussi, par la même occasion !

Pour s'y mettre : 

- Repérer le moment de la journée le plus propice, en fonction du biorythme de son chien ; Glasgow est trop excité le matin, donc on fait ça le soir, quand il est plus calme. 

- Instaurer une petite routine, plusieurs fois par semaine, en commençant par une ou deux minutes, et en allongeant le temps au fur et à mesure ; avec Glasgow, je m'arrête lorsqu'il montre qu'il veut se lever pour faire autre chose.

- Essayer différents mouvements sur différentes parties du corps pour tester les réactions de son chien, sans jamais trop appuyer comme pour un véritable massage (on laisse ça aux professionnels). Glasgow aime particulièrement le massage doux et circulaire de l'intérieur des oreilles par exemple, ou quand je lui gratte doucement le crâne du bout des ongles.

Et on peut aussi, avec un chien de petit gabarit, l'inviter à s'allonger sur notre torse afin de caler nos deux respirations ; relaxation garantie !

Jouer et passer du temps avec son chien - idées d'activités pour créer du lien - blog Louise Grenadine

Cache-cache

JEU D’ÉVEIL ET DE STIMULATION


On aime beaucoup jouer au traditionnel "va-chercher" avec Glasgow.

Mais je crois que ce que l'on aime encore plus, c'est jouer à "cache-cache". Sa queue FRÉTILLE, autant que sa truffe qu'il utilise pour localiser la peluche que l'on vient de cacher, et on s'amuse de le voir fouiner partout dans l'appartement.

D'ailleurs, on y joue même entre amis !

Quand Glasgow réclame de l'attention et qu'entre deux discussions, tout ce que l'on a à faire est de se passer sa peluche et de la caler sous la table basse ou derrière un coussin pour le divertir (et nous aussi, au passage).

Pour commencer, deux techniques que l'on a mélangées pour lui apprendre le jeu : 

- Choisir son jouet préféré et faire semblant de le lancer pour qu'il aille le chercher, puis le cacher dans sa main ou à ses pieds ; un endroit très facile, à portée de regard.

- Ou lui faire sentir le jouet, lui demander de ne pas bouger dans une pièce, poser le jouet dans une autre, et l'activer en lui disant "va-chercher" en le guidant jusqu'au jouet.

- Une fois la mécanique du jeu comprise, on augmente la difficulté avec des cachettes moins visibles, qui demandent au chien de se baisser, de se lever, de passer la truffe sous un plaid... quitte à lui montrer quand il ne trouve pas ; au prochain tour, il s'en souviendra !

Et on peut même décliner le jeu en extérieur, en alternant "va-chercher" avec de faux lancers pour cacher en douce le jouet sur un tronc d'arbre ou une table de pique-nique.


Apprendre un tour

COMMUNICATION ET PARTAGE


Loin de moi l'idée de transformer Glasgow en chien savant ou d'épater la galerie.

Il sait donner la patte, marcher sur ses pattes arrières, faire un tour sur lui-même, marcher entre mes jambes, faire un high five ou encore s'enrouler dans une couverture. Et pourtant, je n'ai jamais trouvé l'utilité de montrer à tout-va ses petits tours, qui sont adorables comme tout, mais que finalement, je garde un peu égoïstement pour moi.

Parce que ces moments où Glasgow a appris à faire ces tours, ce sont des petits moments rien qu'à nous
De partage et de communication. 
Où il essaye de comprendre ce que je veux lui apprendre, et où il propose des choses en retour ; ça va dans les deux sens. Et je peux voir à son langage corporel qu'il ADORE ça !

Pour se lancer : 

- Être au calme, seul avec son chien, sans bruit parasite autour (ou toute autre chose qui attirerait son attention), et choisir un moment où il est détendu et à l'écoute.

- Poser des bases de communication claires : un ou deux mots clefs et un geste d'accompagnement. Pour que Glasgow s'allonge, on a choisi "couché" (classique) et une main à plat sur le sol. Plus le geste est proche du résultat attendu, plus le chien va naturellement faire ce que l'on attend de lui. (Il faut juste être patient.)

- Faire les choses ensemble ; pour apprendre à rouler sur le côté, une fois Glasgow couché, je lance l'impulsion en approchant ma main de son flanc, dans un mouvement ample et lent pour commencer, afin que ce soit bien visuel. On peut également tenir une friandise entre ses doigts pour inciter le chien à la suivre, et à rouler sur lui-même !

- Récompenser avec une petite croquette, de temps en temps, des caresses et ne pas être avare en félicitations à chaque petite victoire.

- Mettre fin à l'activité dès que son chien montre des signes de déconcentration pour que cela reste un jeu, et jamais une corvée.


Et vous, quelles activités aimez-vous faire avec vos compagnons à quatre pattes ?

Comment je voyage avec mon chien

11 juil. 2017


Chaque année, on y a le droit, à cette fichue campagne contre l'ABANDON.

Cette campagne annuelle qui m'énerve, parce que si elle existe, c'est que chaque été, il y a encore des gens qui abandonnent leur animal pour pouvoir partir en vacances. 

Rien que l'idée me fait mal au cœur.
Alors quand on me dit que c'est en moyenne 60 000 animaux abandonnés chaque année, à cette période... j'avoue, j'ai du mal à comprendre.

Accueillir un animal chez soi, c'est une responsabilité ; une responsabilité avec un cœur énorme qui nous redonne au centuple l'amour qu'on lui témoigne.

Et partir en VACANCES avec lui, c'est une chouette expérience, qui demande juste un tout petit peu plus d'organisation. Glasgow part régulièrement en voyage avec nous, depuis six ans ; alors comme les vacances approchent, j'avais envie de partager avec vous tous les conseils et astuces que j'ai lus et appris au cours des dernières années, pour voyager en toute sérénité avec mon loulou.


La consultation

CHEZ LE VÉTÉRINAIRE



Mon chien a un joli passeport bleu, hyper classe, que l'on doit glisser dans notre valise chaque fois que l'on part avec lui. Pas de passage en mairie pour le faire : le passeport européen est délivré lors de la première vaccination contre la rage.

Parce que oui, il y a quelques FORMALITÉS à prendre en compte, et dont il faut s'occuper plusieurs mois avant un départ à l'étranger, pour ne pas avoir de mauvaise surprise à l'aéroport. Notre chien globe-trotteur doit :

- être identifié par tatouage ou puce électronique,
- avoir ses vaccins à jour,
- être vacciné contre la rage (non obligatoire en France, mais obligatoire pour quitter le sol français),
- souvent passer en consultation une semaine avant pour obtenir une attestation de bonne santé.

Certains pays, comme le Royaume-Unis, ajoutent également quelques conditions comme la prise d'un traitement contre les vers entre 5 à 10 jours avant d'arriver à destination. Bref, avant de partir avec Glasgow, on vérifie toujours la réglementation en vigueur dans le pays de nos vacances !

En France, c'est plus simple. La vaccination antirabique est encore requise dans certains campings, mais ce n'est plus une obligation. Et il n'y a généralement aucune demande particulière, en dehors des vaccins classiques, à jour.

Sites utiles : 

- Service-public.fr : voyage à l'étranger avec un animal de compagnie
- Société Centrale Canine : voyager avec son chien


Un logement

PET FRIENDLY



Passer chez le vétérinaire, c'est un peu la partie la plus pénible de l'affaire. Plusieurs formalités à remplir auxquelles il faut faire attention, mais ensuite, on peut commencer à organiser ses vacances de la façon la plus normale qu'il soit, et trouver un logement !

Les sites type Hotel.com, Booking ou encore Airbnb, proposent tous le filtre "animaux acceptés". On est d'accord, ça fait un bon tri, mais le côté positif, c'est qu'on n'a pas besoin d'aller lire chaque petite ligne pour savoir si les chiens sont acceptés, ou non.

Personnellement, j'ai une préférence pour les appartements loués entre particuliers pour pouvoir laisser Glasgow toute une matinée dans le logement sans craindre le passage de la femme de ménage, comme à l'hôtel.

Si vous avez déjà réservé, que le logement n'accepte absolument pas votre animal, et que vous n'avez aucun moyen de le faire garder par vos proches, et pire, que vous ne l'apprenez qu'à l'arrivée (on ne sait jamais, un changement soudain de réglementation...), il existe des pensions pour chiens un peu partout !

Sites utiles : 

Airbnb : locations de logements entre particuliers ; 35 € offerts sur une première réservation
- PetTravel.com : hôtels pet friendly dans le monde
Camping-and-co.com : campings qui acceptent les chiens
Holidog.com ou Dog Buddy : garde de chien chez soi ou chez le pet sitter



Des activités

AVEC SON CHIEN



Quand Glasgow est avec nous, on essaie de repérer, à l'avance, l'emplacement de parcs où l'on pourra se promener avec lui.

L'idée n'est pas de lui faire faire la moindre visite de musée avec nous (sans intérêt aucun pour lui, et contraignante pour nous), mais de profiter des moments de FLÂNERIE de notre programme de vacances, pour l'embarquer ! Nous, on est certain qu'il s'éclate à découvrir de nouvelles odeurs, un peu partout ; et puis quel chien n'aime pas se promener ?

En montagne, l'été, ils risquent aussi d'adorer les petites rivières pour se rafraîchir. Et pour ceux qui aiment vraiment l'eau, si vous partez à la mer, il se peut qu'ils soient ravis d'aller sauter dans les vagues (en tout début de matinée ou en fin de journée, pour éviter les grosses chaleurs).

Sites utiles : 

- Plages.tv : plages autorisées aux chiens en France
Bring Fido : meilleures plages pour les chiens dans le monde


La valise

DE SON POILU



On essaie toujours de faire le plus léger possible, quand on boucle notre valise, sans omettre tout de même l'essentiel. Donc quand il s'agit de partir avec Glasgow, on fait pareil. Mais on est bien obligé d'avouer qu'en dehors des croquettes, il y a d'autres petites choses sur lesquelles on ne peut pas faire l'impasse :

- une gourde pour chien ou une gamelle de transport, que l'on peut facilement glisser dans un sac pour le faire boire pendant nos promenades,

- un sac de transport, très pratique quand on a un petit chien comme le nôtre, notamment pour aller au restaurant ; ça lui fait un panier d'appoint pour dormir, pendant que l'on mange,

- un de ses jouets préférés, pour qu'il puisse s'amuser dans le logement quand on est absent, comme il le ferait à la maison (on lui laisse aussi un vêtement avec notre odeur, pour qu'il se sente bien dans un environnement encore inconnu).

L'été, on peut aussi prévoir un brumisateur, à glisser dans le sac, pour pouvoir le rafraîchir en cours de journée. Idéalement au niveau du ventre et des coussinets, là où il a le moins de poils.

Et pour les chiens sans poils, ou au pelage clairsemé, on peut également leur appliquer une crème solaire, à condition d'en choisir une conçue pour eux. Leur peau est plus sensible que la nôtre, et n'a pas le même pH, donc nos produits ne sont pas adaptés.


Pourquoi j'aime voyager

AVEC MON CHIEN



Depuis six ans, Glasgow nous accompagne en voyage dès que c'est possible. Et malheureusement, depuis l'année dernière, on a réussi à ne l'emmener qu'une seule fois avec nous, notamment parce qu'Easyjet n'accepte pas les chiens en cabine !

Et même s'il faut prévoir un peu de place pour ses affaires dans la valise et organiser notre emploi du temps en fonction de ses balades, partir en vacances avec lui, ça nous manque.

Parce que voyager avec son chien, ce n'est vraiment pas tant de contraintes que ça. Et c'est surtout l'occasion de :

- partager de bons moments avec lui,
- profiter de la ville comme les locaux qui flânent en promenant leur chien,
- avoir une bonne raison de se poser dans un parc et de profiter du moment présent, même si on souffre un peu du syndrome FOMO en voyage.

D'ailleurs, l'un de mes meilleurs souvenirs de notre premier voyage à l'étranger, c'était à Amsterdam, dans le Vondelpark. On avait passé toute la semaine à sillonner la ville de long en large, et pour le dernier après-midi sur place, on s'était installé à une terrasse au milieu de la verdure, à siroter une boisson fraîche, Glasgow auprès de nous, en train de sociabiliser avec un chien Amstellodamois.

* * * 

J'écris rarement des articles lifestyle qui incluent les chiens, bien que mon loulou fasse partie intégrante de ma vie, et qu'il la rend, sans aucun doute, meilleure par sa présence. Mais si ça vous plait, je serais ravie de vous en faire plus. En tout cas, celui-ci me tenait particulièrement à cœur.

Et bien sûr, si je n'ai parlé que de vacances avec son chien, il est tout aussi possible de voyager avec d'autres animaux de compagnie, qui souffrent eux aussi des abandons de l'été ; je ne connais juste par personnellement le sujet pour pouvoir vous conseiller. Alors si VOUS voyagez avec votre chat ou votre NAC, n'hésitez pas à partager vos conseils dans les commentaires !

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007