SLIDER

(Re)trouver un sommeil plus paisible


C'est un fait : je n'ai jamais eu un bon sommeil. Je tournais déjà plusieurs heures dans mon lit avant de trouver le sommeil à l'école primaire, et mes nuits d'enfant de 6-7 ans étaient ponctuées de terreurs nocturnes.

Mon tout premier souvenir date même d'une nuit, levée dans mon lit à barreaux, soulevant le rideau qui séparait à l'époque ma chambre du salon, pour regarder ce qu'il se passait de l'autre côté.

Et pour couronner le tout, je suis somnambule.

Voilà, en quatre phrases, l'histoire de ma vie nocturne agitée, qui vous donne certainement une bonne idée du pourquoi du comment il m'était devenu ESSENTIEL de prendre le problème par les cornes et le taureau à bras le corps.

Surtout qu'aujourd'hui, après des années de travail sur mon sommeil, ça va mieux. Il m'arrive encore de me réveiller toutes les heures (quand je ne dors pas chez moi généralement) et je me lève toujours aussi épuisée d'un sommeil pas tout à fait réparateur MAIS, je m'endors mieux et je passe des nuits bien plus paisibles. Et, étant donné que je partais de très loin, on peut dire que c'est plutôt une réussite (mais le combat n'est pas terminé ; je continue, et il m'arrive même de faire, une fois tous les 36 du mois, une nuit presque réparatrice ; comme quoi, rien n'est jamais perdu d'avance !)

Bref, ça doit faire plus de six mois que j'ai envie de vous faire cet article, mais je le repousse toujours, en me disant que peut-être, dans quelques mois, j'aurais plus avancé sur telle ou telle chose. Autant dire que je peux repousser à l'infini.

Donc cette fois, c'est la bonne. Peut-être que je vous ferai un état des lieux dans un an, pour voir ce qui a changé. Mais voilà, aujourd'hui, je vous partage toutes ces petites choses qui m'ont permis de rendre mon sommeil plus paisible.


Trouver

SON RYTHME


23h30 - minuit a toujours été l'heure à laquelle je succombais à l'appel de Morphée. Même quand je tournais des heures dans mon lit, étant petite. Alors tout naturellement, j'ai pris ce rythme, et hier encore, je me suis endormie à plus de 00h45. 

L'année dernière, après avoir lu des articles qui recommandaient de retrouver un rythme de sommeil plus "classique" pour mieux dormir en essayant progressivement de se coucher plus tôt, j'ai pensé que c'était peut-être pour ça, que j'étais fatiguée, le matin. Alors j'ai tenté. Et j'ai passé les nuits les plus longues de ma vie, à tourner, me réveiller, tourner, et me réveiller encore jusqu'à ne plus trouver le sommeil à 6h du matin. Résultait : j'étais plus fatiguée qu'avec une nuit plus courte.

Je pense que chacun a son propre rythme interne qui lui convient naturellement, SANS FORCER les choses. Le mien me fait aller au lit un peu tard, même si le réveil sonne à 7h22, mais je compense un peu en me levant 1h ou 1h30 plus tard le week-end.


Être bien

DANS SON CORPS


Pour moi, il est impensable que je me couche sans être : démaquillée et douchée. L'eau bien chaude m'aide à DÉLASSER mon corps, et c'est mon petit rituel indispensable avant de passer sous la couette. Même si je rentre d'une soirée à 4h du matin (ce qui ne réjouit pas toujours monsieur, on est d'accord).

J'ai aussi besoin de ne pas avoir froid. Surtout aux pieds. Donc, oui, j'assume : je dors avec des chaussettes une grande partie de l'année si je veux éviter de me faire réveiller par mon propre corps dix fois dans la nuit.

Et puis, je ne sais pas vous, mais m'endormir avec le ventre encore trop plein d'une orgie de burgers, c'est pas la sensation la plus agréable au monde. Donc pour bien dormir, j'essaie de dîner plus léger ou plus tôt.


Et bien installé

DANS SON LIT


Je ne sais pas si ça parait évident, ou pas, mais bien dormir, ça passe aussi par la LITERIE. Être mal installé, avoir mal au dos ou à la nuque, c'est aussi l'une des raisons qui font que nos nuits peuvent être tout, sauf réparatrices. Et je le remarque souvent en voyage, quand on prend un logement où le matelas est trop dur / trop mou / trop fin.

Chez nous, on a un matelas Eve* à mémoire de forme, ce qui fait qu'il n'est ni trop ou pas assez dur puisqu'il s'adapte à notre corps ; c'est un matelas qui se commande en ligne mais que l'on peut essayer chez soit pendant 100 jours avant de l'adopter définitivement. Acheter son matelas en ligne, ça peut faire reculer, mais honnêtement, les 100 jours d'essai versus les 5 minutes d'essai en magasin, j'ai plutôt envie de dire que je n’achèterai mes matelas plus que comme ça dorénavant ! (Mais en attendant, j'ai encore de bonnes nuits de sommeil sur celui-ci, que l'on m'a offert pour tester, et qu'on a déjà recommandé à notre famille...)

Et puis, je dors avec deux coussins, pour avoir le maintient de celui en plumes et la hauteur de celui en mousse. C'est ce qui me convient personnellement, mais là encore, il faut trouver ce qui nous permet d'avoir la position la plus CONFORTABLE possible, qui n'occasionnera aucun maux de dos ou de nuque au réveil.


S'endormir

SANS FORCER


Le meilleur ami de l'insomnie ? Vouloir dormir à tout prix. Ou la réunion du lendemain qui se prépare dans notre tête une fois la lumière éteinte.

Quand j'ai enfin compris que, pour s'endormir paisiblement et rapidement, il fallait LÂCHER PRISE, se laisser envahir par la fatigue, ET trouver l'heure correspondant à son rythme de sommeil naturel, j'ai vraiment réussi à laisser derrière moi l'insomnie.

Maintenant, quand il m'arrive de ne pas trouver le sommeil rapidement, je fais un petit check up mental de ce qui ne va pas, et souvent c'est : le corps, encore trop réveillé parce que je me suis activée comme jamais juste avant de dormir (mauvaise idée) ou des pensées parasites sur ce que j'ai à faire le lendemain. 

Pour DÉTENDRE le corps, il suffit de faire quelques petits exercices de relaxation : se focaliser mentalement sur chaque partie du corps pour les laisser se relâcher et s'enfoncer dans le matelas, puis se concentrer sur la respiration. Pour moi, vider ma tête de toute pensée est encore trop difficile, alors je pense à des choses positives qui pourraient amorcer un rêve.

Et pour les to-do-lists qui n'en finissent plus, plutôt que de tout ressasser dans sa tête, le mieux est encore de sortir un carnet et de tout noter une bonne fois pour toute.


Diriger

SES RÊVES


Voilà donc l'étape in progress ; où j'en suis actuellement : apprendre à diriger mes rêves. Je vous en avais rapidement parlé dans mes envies pour 2017, et c'est pour moi l'étape cruciale pour parvenir à des nuits plus paisibles (sans cauchemars).

C'est un sujet hyper vaste, qui me fascine beaucoup, et qui m'a déjà énormément aidé. Je suis toujours en train de lire l'ouvrage dont je vous avais parlé ; j'avance petit à petit. Et, je vous ferai vraiment un article complet là-dessus quand j'aurai encore plus avancé.

Mais c'est quelque chose qui fonctionne ! Avant d'avoir découvert ce livre en fin d'année dernière, j'essayais déjà depuis 2 ans environ de reprendre le contrôle de mes cauchemars en essayant de me retourner chaque fois que j'étais poursuivie ; un conseil que j'avais lu, et qui m'a aidé à avoir déjà un peu de contrôle sur mes rêves.

Si vous ne vous sentez pas de lire le livre (j'avoue, il ne se lit pas comme un roman policier ; il date de 1867 donc l'écriture peut dérouter si on n'a jamais lu de livres un peu ancien), et que vous aimeriez commencer avant que je vous parle de tout ça en détail, vous pouvez démarrer par quelque chose de très simple : NOTER vos rêves, tous les matins.

Cela fait travailler la mémoire, aide à repérer comment la pensée passe d'une image à l'autre, et permet de mettre le doigt sur les petits détails absurdes qui auraient dû nous faire tilt et nous faire comprendre notre statut de rêveur. Depuis que je le fais, j'ai noté une disparition progressive de mes cauchemars, plusieurs succès à me réveiller en me disant "je rêve" et quelques rares moments de lucidité et de contrôle des rêves. De 5 cauchemars par semaine, je suis passée à 1, voir aucun certaine semaine. Et, j'ai découvert, malgré moi, qu'un relâchement dans cet exercice les fait revenir.

Bref, c'est un vrai travail sur soi, mais c'est passionnant.
Et c'est donc là que j'en suis, dans cette vaste entreprise à rendre mes nuits plus paisibles.

13 commentaires

  1. C'est bien que tu aies trouvé ton rythme et que tu aies su écouter ton corps et l'adapter à tes besoins de sommeil. Moi, c'est maintenant à la quarantaine que j'ai de plus en plus de problème de sommeil. Il me faudra trouver les trucs pour retrouver un sommeil paisible et réparateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un long travail qui demande beaucoup de patience, mais diriger ses rêves permet d'y être plus attentif ; je suis toujours très souvent fatiguée en me réveillant, mais quand j'applique toutes ces petites choses et qu'en plus, je porte une attention particulière à mes rêves pour essayer de les diriger, mon sommeil est un peu plus réparateur.
      Peut-être une piste à explorer ? :)

      Supprimer
  2. Je dors bien, j'ai cette chance de faire la plupart du temps des nuits complètes et les quelques nuits où le sommeil n'est pas au rendez-vous ou pas réparateur me plonge dans une vraie détresse. En ce moment je n'arrive pas à me reposer, je me lève toujours fatiguée, et j'ai un peu de mal à trouver la cause, merci pour cet article :)
    Courage à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est passager, peut-être est-ce un coup de stress ? Trop de choses à faire en attente ? Un peu de surmenage ? :)
      J'espère, en tout cas, que tu trouveras vite la cause pour retrouver ton sommeil habituel ! :)

      Supprimer
  3. Merci pour ces bons conseils ! C'est vrai que selon les périodes de l'année, mon sommeil est plus ou moins profond et réparateur !

    Bisous, et à bientôt !

    Manon ♥ -
    www.chouquettes-mascara.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est "amusant" (entre guillemets hein), que ton sommeil change en fonction des périodes de l'année.
      Peut-être à cause de la chaleur qui varie chez toi ? Ou de la charge de travail / de stress ? :)

      Supprimer
  4. Oh c est un article pour moi! Je cogite bcp quand je suis stressée: je dors tres mal 😔 je vais tester tes petits exercices de relaxation 😋
    En ce moment, avant de me coucher, je mets de la brume d'oreiller (je l ai trouvée chez l'Occitane) et c est vrai que je m endors mieux et me relaxe 😄
    Merci pour cet article et à bientôt!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes les brumes d'oreiller, tu peux aussi essayer les huiles essentielles ; la lavande est connue pour aider à trouver le sommeil. :)
      Et n'hésite pas à noter tout ce qui tourne en boucle dans ta tête pour être plus ouverte aux exercices de relaxation. :)

      Supprimer
  5. moi j'aime bien lire un bon livre avant de me coucher, et surtout il faut éloigner le portable!

    www.letiziabarcelona.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que normalement, les écrans sont déconseillés car la lumière bleue dérègle notre cycle de sommeil naturel ! :)
      Du coup, lire est une bonne alternative pour s'occuper avant de trouver le sommeil (et en plus, c'est agréable de lire un peu avant de se coucher. ^^ )

      Supprimer
  6. J'y penserais quand ça m'arrive
    Et d'ailleurs je note précieusement le conseil du ne pas forcer
    Car c'est ce que je fais tout le temps :(
    www.mademoisellevi.com

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui, à côté, je minimise vraiment mes insomnies. Moi en période de stress ou de fatigue (paradoxale je sais), je n'arrive pas à m'endormir avant 2h du matin et ça depuis que je suis à mon compte. Je sais que je peux dormir le lendemain matin, au cas où, mais finalement je me lève à la même heure et les heures de fatigue s'accumulent. Je vais prendre note de tes conseils, surtout pour l'écriture de la to do list une bonne fois pour toute haha. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  8. Moi je me couche tard mais c'est mon rythme, j'ai déjà tenté de me coucher plus tôt et je n'ai pas dormi de la nuit ou à peine.
    Bisou ma belle

    RépondreSupprimer

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007