SLIDER

Hôtel
Affichage des articles dont le libellé est Hôtel. Afficher tous les articles

Un moment convivial au Rocky Pop Hotel

12 avr. 2017


Quand je pars en vacances, je loge rarement à l'hôtel ; je préfère bien souvent un petit appartement réservé sur Airbnb et compagnie, que je choisis bien COSY.

Parce que, dans la vie, j'apprécie deux sortes d'hôtel (pas plus) (oui, je suis pénible) : ceux qui nous en mettent plein la vue avec leurs quatre ou cinq étoiles, leur spa de folie et leur chambre plus grande que mon appartement, ET ceux où l'on se sent immédiatement, comme chez soi, où l'ambiance est conviviale et décontractée, peu importe le nombre d'étoiles au tableau.

Mais : les premiers coûtent un bras et font exploser le budget vacances ; et les seconds sont des perles rares qu'il n'est pas si facile de trouver. À défaut, je me rabats 90% du temps sur les appartements de particuliers.

Alors, quand on met la main sur ces petits COCONS hôteliers, on peut avoir envie de garder l'adresse pour soi ; ce serait dommage que l'endroit soit complet quand on voudra y retourner ! Ou alors, on peut se dire que ça sert à ça, un blog (ou des amis, ou la famille, ou ce que vous voulez d'autre) : partager ses coups de cœur, quitte à se faire rafler la dernière place.

Dernièrement, je suis partie prendre un grand bol d'air à Chamonix, juste avant que le printemps ne fasse complètement fondre la neige. C'était PARFAIT. Et c'était l'occasion de découvrir un hôtel complètement hors du commun, où vous vous faites accueillir par des ballons de plage géants suspendus dans les airs, si ce n'est pas par R2-D2 et C-3PO (qui est le grand-père de Sheldon, on est d'accord ?).


Petit tour
DU PROPRIÉTAIRE

Ma chambre n'était pas aussi grande que mon appartement, mais je me suis véritablement sentie BIEN dedans. 

J'ai essayé de vous expliquer pourquoi, en écrivant puis en supprimant mes phrases les unes après les autres, mais je n'y arrive pas. Parce que ça ne s'explique pas. Peut-être que c'est grâce à ces quelques touches de couleur rouge et chaudes dans la chambre, parfaitement dosées ; peut-être parce que cette salle d'eau à petits carreaux blancs à un côté rétro et réconfortant... C'est un ressenti avant tout.

Et le sentiment se prolonge dans les parties communes. Depuis le bar, on peut aussi bien apercevoir l'espace cuisine en libre service (avec tisanes à toute heure...), le coin détente avec les canapés en tissus, mais aussi les grandes et longues tables conviviales où l'on peut venir dîner... Un bel ensemble qui fait place, avant tout, au confort et à la convivialité.



On passe
À TABLE

Mais l'endroit que j'ai préféré, pour manger en tout cas, c'était sûrement cette salle qui semble presque suspendue à quelques mètres au-dessus du sol extérieur, avec ses tables basses inspirées de la culture japonaise (avec une petite surprise pour les européens que nous sommes : un espace creux sous la table pour laisser passer nos jambes !). On y a pris le petit-déjeuner aussi bien que le dîner, avec la montagne en arrière-plan.

Je crois d'ailleurs qu'on a goûté une bonne partie de la carte : burgers, pizzas, plats savoyards et gastronomie française. Et honnêtement, je me suis RÉGALÉE. Mention spéciale pour le baba au génépi, avec sa mousse si légère qu'on en reprendrait bien deux fois !

Et le petit-déjeuner ? Il passe haut la main l'épreuve du feu. Des œufs brouillés et du bacon grillé, c'est (presque) tout ce qu'il faut pour que je sois comblée dès le réveil. Les viennoiseries étaient aussi au rendez-vous pour mes envies de sucré, et j'ai même pu avoir bonne conscience en rajoutant quelques fruits dans un petit bol.

Je vous avoue qu'on s'est aussi laissé tenter par un verre au bar... deux soirs de suite. Mais pour la bonne cause ! Parce que je peux maintenant vous dire que j'ai été ravie des deux cocktails que j'ai goûté : le Rocky Sour (génépi, citron et griottines), local et original ; le Chambord Margarita (téquila, Chambord et citron vert), plus corsé mais très savoureux.


C'est l'heure
DE LA RÉCRÉATION

Le séjour s'est achevé par une victoire écrasante au baby foot, et une victoire mentale sur le ping pong dont je gardais le souvenirs de mes désastreux scores du lycée !

De chaque côté de l'hôtel, en terrasse abritée en somme, il y a quelques tables et canapés / fauteuils pour prendre l'air, profiter de la vue sur la montagne, ET organiser un petit tournoi amical de baby foot, ping pong, et même de pétanque. Ce qui est bien, c'est que ça nous amuse à (vraiment) tout âge.

Et j'avoue, je suis allée faire ma GEEK aussi : il y a deux bornes d'arcade à l'intérieur ; pas des bornes vintage, elles fonctionnent avec un émulateur (oui, c'est l'instant geek), ce qui fait qu'il y a quasiment 500 jeux dessus. Alors je me suis fait des petites parties de Mrs Pacman et de Arkanoïd (casse-briques) ; c'était trop tentant !

(D'ailleurs, si vous avez 2 ou 20 minutes de votre vie à perdre, il y a un Pacman en bas de la page du site de l'hôtel ! Vous me dites votre meilleur score ?) (ne m'en voulez pas, moi non plus j'ai pas su résister, et je n'avais pas envie d'être la seule...)



Rocky Pop Hotel
1476 Avenue des Alpages, 74310 Les Houches

Site internet : rockypop-chamonix.com

On termine sur une petite vidéo du séjour ?



Encore un grand merci à Laurence de l'agence Fort et Clair pour cette belle invitation.

Mon séjour au Sofitel Lyon Bellecour *****

22 juin 2016


Toujours en vadrouille, ces derniers jours, je fais et défais ma valise en un temps presque record. Tout juste rentrée de Hambourg, c'est pourtant dans un hôtel à Lyon que je m'apprête à vous emmener.

Une petite semaine avant ce long week-end allemand, j'ai eu la chance de découvrir et séjourner au Sofitel de Lyon Bellecour *****, et de me faire chouchouter comme jamais (toute ressemblance syntaxique avec une chanson entêtante étant totalement fortuite).

C'est toujours amusant, étonnant, surprenant... de jouer les touristes dans sa propre ville. 
Mais agréable. 

Une chambre superbe avec une literie à donner envie de faire les siestes les plus longues au monde (je VEUX un édredon en plumes au-dessus du matelas ; je crois que c'est le détail ultime pour la princesse au petit pois - et au dos en bois - que je suis) ; une cabine de douche immense avec un pommeau qui laisse tomber l'eau en une fine pluie bien chaude ; des petits produits de voyage signés Hermès, et une vue sur les berges du Rhône... PAR-FAIT.





Pause détente au spa


Mais je crois que la cerise sur le gâteau revient à la petite heure que j'ai passée au spa de l'hôtel. Bordé par une petite cour intérieure parfaitement calme, pourtant en plein centre de Lyon, on est immédiatement plongé dans une atmosphère reposante. 

Le massage de 25 minutes, aux mouvements enveloppants reprenant certains gestes du massage thaï, était à la fois doux et appuyé ; juste ce qu'il fallait pour détendre les tensions sans brusquer le corps, et laisser à l'esprit le temps de se relaxer parfaitement.

Je suis ensuite passée au parcours de douches sensorielles qui est, de loin, le plus complet que j'ai testé. Habituellement, les douches sensorielles se limitent à un peu de lumière. Alors qu'ici, on commence par choisir un des trois parcours qui va recréer une ambiance de promenade en forêt tropicale sous un ciel tranquille ou orageux.

La pression des jets, la chaleur de l'eau, la bande sonore et l'éclairage du parcours évolue selon le scénario choisi. Des bruits d'oiseaux, de cascade d'eau ou de coups de tonnerre (accompagnés de flash lumineux) ; l'expérience est surprenante ! À alterner avec une petit pause dans le hammam, pas très grand, mais très agréable.


Un ballet venu de Corée


Chouchoutés jusqu'au bout, nous avions rendez-vous avec les Nuits de Fourvière pour terminer la soirée. La compagnie nationale de danse de Corée était à Lyon pour faire découvrir son spectacle Scent of Ink sur fond de musique traditionnelle Sanjo. 

Peu habituée à ces sonorités, j'ai parfois été déroutée, mais toujours agréablement surprise par la beauté de la chorégraphie. Un seul tableau m'a moins convaincue, mais l'ensemble fut une belle découverte ; une petite pause poétique d'une heure dans le bel espace du théâtre antique de Fourvière.

Rentrés à l'hôtel aux alentours de 23h30, l'appel du bar au huitième étage était fort, mais remis à une autre fois. La fatigue (et le froid, parce qu'il ne se passe plus un seul jour sans que nous prenions la pluie à Lyon), ont eu raison de notre motivation. Mais ce n'est que partie remise !


Au huitième ciel


Le lendemain matin, on ne s'est pas fait prier pour profiter au maximum de la vue FOLLE et totalement imprenable sur la ville de Lyon. Au huitième étage, dans le très joli restaurant étoilé des Trois Dômes, nous avons pris le petit déjeuner face aux baies vitrées qui entourent la salle. Le Rhône et Lyon à nos pieds, avec un riz au lait tellement parfait dans l'assiette.

Le buffet est complet et classique, salé et sucré bien sûr, avec des produits locaux et quelques spécialités lyonnaises. On retrouve notamment du fromage de la Mère Richard et des brioches aux pralines.

Mon seul regret, quand tout me fait envie dans ce genre de buffet : ne pas avoir assez de place dans mon estomac pour pouvoir tout goûter !



Sofitel Lyon Bellecour
20 Quai Dr Gailleton, 69002 Lyon

Site internet : www.sofitel.com

Article en collaboration avec Sofitel

Une nuit à l'Hôtel du Collectionneur Paris

18 avr. 2016


​En février dernier, j'ai eu la chance de passer une nuit dans un magnifique hôtel parisien qui s'affiche avec ses 5 étoiles bien méritées. À 10 minutes à pieds des Champs Elysées, de l'Arc de Triomphe et de la boutique Louis Vuitton... difficile de ne pas être franchement BIEN !

J'étais à l'Hôtel du Collectionneur (de son petit nom qu'il porte bien) ; les plafonds de l'entrée ont une hauteur indécente et sont habillés de lustres somptueux tandis que les canapés en velours de la réception côtoient les grandes colones en bois qui structurent l'espace et les oeuvres d'art venues du monde entier. 

Un musée. 

Un musée privé, calme et distingué, c'est l'impression que m'a donné cet établissement dès que j'en ai foulé le premier tapis. Même topo dans les chambres. Salle de bain en marbre, robinets anciens, mobilier en bois massif... un cadre d'un autre temps où le design n'était ni blanc, ni scandinave. 

Un charme à l'ancienne auquel je n'ai pas été insensible !


Vue sur la cour intérieur avec son petit jardin à la française et sa fontaine en son centre ; la chambre était parfaitement paisible, sans un bruit de rue à l'horizon. En plein cœur de la capitale ! Un vrai bonheur.

La télévision, limite anachronique dans ce décor, me souhaitait la bienvenue, m'affichait la météo, m'indiquait les services de l'hôtel, et me laissait entrevoir la prochaine parfaite heure que j'allais passer au spa.


Sauna, jacuzzi, hammam... j'ai alterné les trois avec un bonheur non dissimulé. Après une matinée et un début d'après-midi à déambuler dans les rues parisiennes au pas de couse, l'ambiance était radicalement différente. Chaleur, détente, calme...

Le hammam oriental est d'ailleurs le plus beau que j'ai vu jusqu'à présent ; spacieux, avec une belle mosaïque à l'intérieur, mais surtout, un plafond noir illuminé. Avec un système de LED, peut-être. En tout cas, le résultat "ciel étoilé" était là.



Le lendemain matin, au petit déjeuner, je n'ai pas trop osé sortir l'appareil photo, et j'ai plutôt profité de ce petit moment gourmand pour commencer la journée. Le buffet était parfait ; de quoi se faire un bon petit-déjeuner continental (viennoiseries, céréales, tartines, fruits, yaourts...) ou de se laisser tenter par les spécialités plus anglo-saxonnes (porridge, baked beans, saucisses...).

Les batteries complètement rechargées, Paris nous attendait, monsieur et moi, pour une belle journée de promenade

L'Hôtel du Collectionneur Arc de Triomphe
51-57, rue de Courcelles, 75008 Paris

Encore un grand merci à Augis 1830 Lyon pour cette superbe invitation.

Un après-midi au Spa by Carita de l'Hôtel Chassieu

23 déc. 2015


Passer deux heures à se faire masser, se relaxer dans le jacuzzi et se détendre dans l'ambiance paisible d'un spa ; difficile de visualiser un après-midi plus serein. Début décembre, j'étais invitée par Balinea à découvrir leur concept et le Spa by Carita de l'Hôtel Chassieu ; et je vous laisse deviner : j'ai adoré !

Balinea


Avant de me glisser dans un peignoir blanc et de me fondre dans le calme qui règne au spa, j'ai pianoté sur Balinea. L'idée : regrouper sur un même site internet les adresses dédiées au bien-être.

Soin du visage, maquillage, coiffure, modelage du corps, massage ou remise en forme ; autant de prestations que l'on peut réserver en ligne, directement depuis le site internet (et offrir en bon cadeau si on est vraiment à la bourre pour Noël !), en bénéficiant des réductions de la plateforme. Un genre de LaFourchette du bien-être, en somme.

Spa by Carita


Épuré, zen, élégant et calme ; la première impression est la bonne. L'atmosphère douce et reposante dégagée par les photos du site internet se confirme une fois sur place. On a envie baisser la voix et de papoter en chuchotant tandis que l'on troque nos habits de ville pour un maillot de bain, un peignoir douillet une paire de chaussons.

Première étape : le massage. Californien pour moi. Doux et enveloppant, il était tout ce dont j'avais envie ; 45 minutes à se faire dorloter et à laisser son esprit vagabonder.

Le temps s'est écoulé bien vite, et le massage m'a laissé dans le corps une belle sensation de détente. Mais je n'ai pas été autant transportée que lors de la balade gourmande au Spa Azium. Le massage crânien n'était pas maîtrisé : pression vraiment trop forte, et utilisation très étrange du masseur de tête (j'en ai un à la maison, et je trouve que c'est un bonheur de passer les petites boules au bout des tiges sur le cuir chevelu. Mais là, je ne sentais que la pression des tiges et des doigts sur mon crâne, donc rien d'agréable). Bref, le massage Californien, oui ! Mais le massage crânien est à revoir.

La tisanerie nous a ensuite accueilli pour un petit rooïbos bien chaud avant de passer l'heure suivante dans l'espace Aquazen (et majoritairement dans le jacuzzi) à papoter. Parce que oui, pour moi, spa = rendez-vous entre copines. Détente et bavardage, ça va forcément de paire, non ? Avec Marie (du blog Picamour), nous avons eu la chance d'avoir le spa à nous toutes seules, en y allant aux alentours de 16h, un mardi. Bon à savoir, donc, si vous avez la possibilité de prendre un après-midi en semaine !

Le petit bémol du spa : l'absence de visite guidée des lieux, même rapide. Nous n'avons pas eu de mal à rejoindre la piscine et le jacuzzi puisqu'ils sont juste en face des cabines de soin ; en revanche, nous n'avons pas trouvé le hammam et le sauna, peut-être quelque part au fond de la salle fitness ?

Spa by Carita - Hôtel Best Western Plus Chassieu
82 Route de Lyon, 69680 Chassieu

Prestation : massage du corps (45 min) et accès à l'espace AquaZen (1h) en duo : 120 €



Une soirée carniente signée Bœuf Lovers au Gourguillon

27 nov. 2015


Un réseau social pour carnivores ? Amoureux des côtes de bœuf, d'entrecôte et de rumsteck ? C'est l'idée un peu folle de Boeuf Lovers, un site de rencontres qui organise de chouettes soirées carniente, pour se retrouver entre gourmets et cuisiniers amateurs.

J'ai découvert le concept début novembre, lors d'un plan cru au Gourguillon, un établissement lyonnais entre chambre d'hôtes et hôtel. Une belle vue sur Lyon depuis la terrasse perchée sur la colline qui monte à Fourvière, des chambres aux univers romantiques, modernes, poétiques, zen... toutes différentes mais toutes équipées d'un jacuzzi privé ; que demander de plus pour un parfait cinq à steak en amoureux ?

J'avais envie de partager tout ça avec vous puisque c'était l'occasion de vous faire part de deux belles découvertes en une :

- Boeuf Lovers, une communauté à la croisée des chemins entre réseau social et site de rencontre ; des recettes à découvrir, des conseils cuisine à échanger, et des discussions à prolonger lors d'une soirée derrière les fourneaux ou les pieds sous la table, organisée par Boeuf Lovers ou par les membres.

- Le Gourguillon, un petit cocon parfait pour un séjour à Lyon. Nous avons dormi dans la chambre La Caborne, un vrai nid douillet à l'équilibre parfait entre le côté authentique apporté par les pierres et le parquet, et l'élégance moderne du mobilier.


La soirée


Une soirée Boeuf Lovers, ça peut donc ressembler à ça : un beau décor pour déguster de la viande, des jeux de mots décalés qui mettent de bonne humeur et d'excellents plats à savourer.

Pour commencer, pétales de cœur de rumsteck en carpaccio et ses vinaigrettes de framboise, sauce soja et gingembre, servies en terrasse ; ambiance tamisée, majordomes d'un soir aux petits oignons avec les invités, et un chef qui sait manier la viande, Hubert Vergoin du Substrat.

Un tirage au sort nous attribue nos suites pour la nuit et nous guide vers la suite des festivités : repas en chambre avec un menu qui fait frétiller les papilles : bouillon d’huîtres et moules façon thaï avec de fines tranches de bœuf, faux-filet de blonde d’Aquitaine et 3 accompagnements à déguster les yeux bandés, et banane croquante caramélisée, fruits exotiques dans leur sirop de miel et gingembre, chocolat fondu épicé.

Chaque plat arrive avec sa petite explication donnée par le majordome (jeux de mots corrects exigés !), toujours plein d'humour ; et quand il commence à se faire tartare, on nous laisse profiter des lieux jusqu'au petit matin (vive le jacuzzi privé !!). 

Les viennoiseries, tartines et fruits frais ont remplacé la star bovine de la soirée, à l'heure du petit-déjeuner. Un panier gourmand et copieux pour démarrer la journée accompagne la sortie de la couette et referme cette belle expérience d'un soir.



Le Gourguillon
46 Montée du Gourguillon, 69005 Lyon

Un grand merci à Boeuf Lovers, Geek & Food et au Gourguillon pour cet excellent moment.

Lodge Landscape, une chambre d'hôtel dans un container

11 nov. 2015


Mettre tout en pause : le linge à repasser, les clients à relancer, les meubles à poncer, le dressing à trier ; parfois, ça fait du bien. On ferme la porte de chez soi, on ne se retourne pas, et on s'octroie une longue soirée parfaite. On déjeune en extérieur, on découvre sa chambre d'hôtel, on prend une douche bien chaude, on se fait un film depuis le lit ultra confortable et sa horde de coussins indécemment moelleux... et au petit matin, on savoure le petit déj' de folie sans savoir par où commencer ; viennoiserie ou orange, céréales ou pain et confiture.

Ce week-end, c'était ça : une parenthèse dans le quotidien pour simplement profiter du moment présent. On a découvert l'insolite : dormir  dans un container signé Sens' Art et Novotel Confluence ; rencontre entre l'hébergement modulaire et l'hôtellerie 4*.

Une nuit dans un container


Deux containers pour une chambre de 26 m², soit la superficie de mon premier appartement à Lyon. Les oreillers attirent immédiatement mon œil. Ils sont beaux, ils font chics, et ils ont ce petit côté "naturel" de la laine travaillée par la maison Arpin. Je pensais bien avoir reconnu leur style, découvert lors d'un séjour au M de Megève ; pas manqué !

Mon petit nécessaire d'une nuit rangé dans le dressing à la capacité suffisante pour un séjour de trois semaines, je m'échappe vers la douche avant que le lit m'appelle. Les produits du nécessaire de toilettes sont à base de sucre de canne fair trade, une belle initiative bien que je préfère les délaisser au profit de mes propres produits : le gel douche a une odeur un peu trop masculine, et l'après-shampoing ne fait pas très bien son boulot après le shampoing un peu rude avec mes cheveux qui nécessitent plus de douceur. 

Le lit ne se fait pas prier pour m'accueillir. L'édredon et mon corps ne font plus qu'un. Je m'enroule dans la couette et profite de cette nuit, pas si loin de chez moi, pourtant propice à l'évasion. Au petit matin, on profite du City Breakfast apporté en chambre ; généreux et sans fausse note, le petit déjeuner du Novotel a absolument tout bon.

Une véritable chambre d'hôtel


Un espace douche spacieux, ouvert sur la chambre, avec le traditionnel porte-serviettes pour chauffer son peignoir (j'adore !), une literie absolument délicieuse, un mobilier choisi avec soin, la télécommande à portée de main et le room service au bout du fil ; tous les éléments de la chambre d'hôtel de standing sont là. 

Le seul petit bémol : l'insonorisation. Le lodge lansdcape est prévu pour s'exporter dans les grands parcs verts des hôtels (entre autres) ; un peu moins pour le rez-de-chaussée sur voirie lyonnaise. Mais comme il s'agit d'un lieu de découverte éphémère dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain, on lui pardonne !

Alors forcément, on attend avec impatience la prochaine étape. Une nuitée en forêt ? Au pied des montagnes ? Il y a de belles possibilités à imaginer !


Un grand merci à Maïté, Patricia et au Novotel pour cette belle découverte.
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007