Que cherchez-vous ?

8 nov. 2017

Vers une vie plus lagom


Autant j'avais décidé de ne pas suivre le mouvement en achetant le livre du hygge comme tout le monde semblait le faire, autant j'ai immédiatement voulu en savoir plus sur le lagom quand on a commencé à vraiment en entendre parler.

Pas que je me sentais plus proche de l'art de vivre suédois que danois.
Au contraire.

Vivre mieux avec moins...
Ni trop, ni trop peu...

Contrairement à l'ambiance cocooning et réconfortante du hygge, qui est absolument tout ce que j'essaie d'amener dans mon quotidien, le lagom semblait plus éloigné de moi. Mais aussi ce vers quoi je voulais aller. Un art du SLOW LIVING qui m'attire.

Et puis, j'y ai pris goût, à ces lectures feel good, très positives, qui nous font voyager et découvrir de nouvelles cultures autrement que par l'image.

Alors j'ai lu.
Deux livres, très différents bien qu'ils portent sur le même sujet.

- Lagom, vivre mieux avec moins, la méthode suédoise d'Anne Brones m'a permis de mettre un pied dans la culture suédoise, sans m'y faire vraiment adhérer. Le ton, didactique et parfois un peu culpabilisant (sur les sujets de l'environnement), était moins en adéquation avec mon envie de me faire du bien en lisant, bien que j'ai beaucoup aimé certaines recettes partagées dans l'ouvrage, à tester très vite.

- Le livre du lagom, l'art suédois du "ni trop, ni trop peu" d'Anne Thoumieux m'a fait faire le grand saut, le soir avant de m'endormir, ou à l'heure du fika ; il m'a fait découvrir une société suédoise que j'avais touché du doigt en allant à Stockholm, et fait approfondir ce que j'en avais un peu appris.

Ces deux lectures m'ont laissé un sentiment très lagom je crois, de ni trop ni trop peu ; je n'ai pas envie d'adopter le lagom dans tout ce qu'il implique, contrairement au hygge, mais il y a des aspects de ce mode de vie qui me parlent énormément, et pour lesquels j'ai envie d'être plus lagom. 

Et c'est ce que j'avais envie de partager avec vous. 
Je ne vais pas vous parler de cette culture sociétale dans laquelle il faut rester à sa place, être dans la norme, ne pas trop se démarquer... ce n'est pas quelque chose dont je me sens proche. En revanche, tout cet autre aspect du lagom, très "slow life", a complètement trouvé une résonance en moi.


Un rythme de vie

PLUS DOUX


Sans doute la chose que j'essaie de faire avec le plus d'ardeur, et qui me donne le plus de mal. Parce que ce n'est pas facile de nager à contre-courant et de ne pas se laisser embarquer dans le tourbillon de la vie quotidienne.

Mais c'est aussi ce que je recherche le plus.
Adopter un rythme moins soutenu pour vraiment PROFITER de la vie.

C'est prendre un dimanche après-midi pour se promener dans les bois, loin du brouhaha de la ville qui ne s'endort jamais.
Se lancer dans une recette de brioche qui demande de la patience et du temps pour lever toute une nuit avant de pouvoir être dégustée.
Lâcher les réseaux sociaux et les tweets qui défilent pour se plonger dans un roman...

Lever un peu le pied pour ne pas toujours chercher à abattre plus de travail, faire plus d'activités... mais rechercher plutôt l'expérience d'un moment simple et de qualité, dont on va pleinement profiter.


Une décoration d'intérieur

DOUILLETTE


J'adore les intérieurs Pinterest très scandinaves et épurés.

Mais chez moi, j'ai besoin de me sentir dans un petit cocon très enveloppant ; pas trop chargé, mais pas trop vide non plus. Finalement, assez lagom dans l'idée mais pas vraiment dans les faits. Mon appartement est loin d'être minimaliste, et il ne le deviendra certainement jamais. Ce ne serait pas moi.

En revanche, j'aime cette idée du design scandinave au service de la fonctionnalité ; l'abandon du plastique au profit de matières plus nobles comme le bois, le cuir ou le textile ; et la mise en avant de quelques belles pièces choisies avec soin.


Une consommation

RAISONNÉE


Je l'avoue : j'ai trouvé, au fond de mon dressing, un ou deux vêtements que je n'avais jamais réellement porté. C'est un peu le coup dur quand on cherche à mieux consommer, mais c'était aussi un constat nécessaire pour confirmer ma volonté d'acheter plus raisonné.

Et plus DURABLE.
Un peu plus cher aussi, forcément, mais au profit de la qualité.
Ce qui peut être l'occasion de jolis cadeaux d'anniversaire ou de Noël !

Du coup, j'ai décidé de me mettre en quête de deux indispensables de ma garde-robe automne/hiver, que je porte tous les ans et que je rachète trop souvent : un beau manteau gris clair ou beige, et une paire de bottes camel ou cognac. 

En espérant trouver deux pièces de belle qualité, quitte à y mettre un peu plus le prix, mais à y garder au fil des années.

Mes petits gestes pour mieux acheter mes vêtements


Une vision

DURABLE


Il y a quelques temps, j'ai fait ma première teinture de vêtement ! Un short qui était bons pour faire des chiffons tellement la couleur était passée, mais dont le tissu était encore en parfait état.

Et je crois que ça m'a fait encore plus plaisir, de le voir ressortir comme neuf, que si j'en avais racheté un.

Déjà parce que j'ai besoin d'en essayer 156 avant d'en trouver un seul qui me va réellement. Et parce que celui-là, je l'ai déjà porté des centaines de fois, et que je sais que je suis réellement bien dedans.

Réparer plutôt que racheter semble être une notion plus présente dans la société suédoise (d'ailleurs, leur gouvernement veut baisser les taxes sur les réparations et les rendre déductibles des impôts), parce que c'est lagom ; plus respectueux de l'environnement et plus durable.

Ce sont des petits gestes que l'on a oublié, comme recoudre un bouton perdu ou faire refaire une semelle de chaussures ; des petits gestes que j'ai envie de retrouver.


Une nature

PLUS PROCHE DE NOUS


Ce qui m'a le plus surprise lorsque j'ai survolé la Suède avant d'atterrir à Stockholm, c'est le vide. Ou l'omniprésence de la nature. Des lacs gelés ; des terres pas toujours cultivées... pour seulement une ferme ou deux séparées par des dizaines de kilomètres.

C'est peut-être ça qui fait que les suédois sont plus proches de la nature que nous.
Et plus ATTACHÉS à elle.

Ils ont naturellement tendance à y passer leurs week-ends ou leurs vacances, parce qu'elle les entoure.

Vider l'eau usagée d'un vase dans une plante qui a besoin d'eau, donner une seconde vie à ses vêtements en faisant un vide-dressing... autant de petits gestes simples mais qui contribuent à moins épuiser les ressources de notre planète.

Mes petites habitudes éco-responsables du quotidien : partie 1 et partie 2.


Un équilibre de vie

À (RE)TROUVER


Finalement, ce que je retiens de ces deux lectures, et ce qui me plait dans le lagom, c'est cette recherche d'un équilibre de vie pour mieux vivre sans forcément avoir plus ; une démarche très SLOW LIVING qui touche aussi bien le rythme de notre quotidien que notre impact écologique. Une façon de réduire tout cela pour (ré)apprendre à profiter de ce que l'on a déjà.

En somme, c'est trouver la juste dose.
Et (re)trouver le bonheur.

Ce qui ne veut pas dire, pour moi en tout cas, qu'il faut se contenter d'un appartement si on rêve de vivre dans une maison ; d'avoir trois plantes si on veut se créer un cocon végétal de dix plantes... mais plutôt qu'il peut être bon de trouver un équilibre (qui nous est propre), et qui parvienne à pleinement nous satisfaire.

Et si vous avez envie de (re)découvrir le mode de vie danois : Le hygge mis en pratique.

10 commentaires:

  1. Je crois que c'est quelque chose qui se répand de plus en plus et je trouve ça vraiment bien, cette envie de retrouver quelque chose qui semble finalement plus "authentique", je crois. Après l'effervescence effrayante des réseaux sociaux et du toujours plus, on cherche peu à peu à reprendre le contrôle de nos vies, à prendre du temps pour nous. Le lagom explique tout ça, d'une certaine façon, mais c'est un mode de pensée ou en tout cas des envies qui se répandent lentement, sans qu'il soit nécessaire de l'apprendre par les livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, à force d'être en permanence hyper-connecté, on a besoin de souffler et de retrouver des moments loin de tout ça. :)
      Et je suis tout à fait d'accord, il n'y a pas besoin de livres pour l'apprendre ; ce sont plus des livres qui permettent de (re)découvrir ce mode de vie à travers une autre culture. J'ai beaucoup appris sur la société suédoise à travers ces livres sur le Lagom, mais je n'en parle pas particulièrement dans cet article car ce n'est pas ce que je vais "mettre en pratique" ; c'est plus une découverte, plutôt enrichissante je trouve. :)

      Supprimer
  2. Je trouve que le mode de vie suédois est très inspirants, je m'y intéresse un peu, et ton article m'a fait découvrir de nouvelles choses. Ca me donne encore plus envie de me pencher sur le sujet. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie d'avoir un peu contribué à te faire découvrir des choses sur la culture suédoise ! :)
      Les deux livres sont très riches de connaissances sur la société suédoise d'ailleurs.

      Supprimer
  3. J'ai également lu le livre écrit par Anne Thoumieux et l'air trouvé très inspirant.

    Audrey
    https://chicetpetite.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est une lecture inspirante et qui fait du bien. :)

      Supprimer
  4. Superbe article ma jolie <3 Contente de voir que toi aussi tu es amoureuse de l'art de vivre suédois <3
    Bisous
    Plume d'Auré
    www.plumedaure.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Auré ! :)
      Tout ne me convient pas dans cet art de vivre, mais le côté slow life, c'est exactement ce que je veux pour ma vie. :)

      Supprimer
  5. Coucou,
    J'hésite vraiment à m'acheter un ou plusieurs livres sur le Hygge. La tendance m'intéresse, mais j'ai l'impression que je ne vais absolument rien apprendre de nouveau. Du coup j'ai un peu peur de jeter mon argent par les fenêtres ...

    Merci pour ton article et passe une bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ma lecture du livre sur le hygge de Meik Wiking ; c'est une lecture riche en informations, donc j'ai appris des choses, mais j'ai aussi et surtout passé un bon moment. Peut-être qu'il faut plus voir ce type de livre comme un objet qui nous ouvre les portes d'une lecture "feel good", qui nous fait sentir bien, plus que comme un manuel plein d'infos. :) Même s'il l'était ! :)

      Supprimer