Un week-end à Besançon, entre patrimoine et nature

30 juin 2021


C'était une drôle de coïncidence.
Je n'avais jamais que vaguement entendu parler de Besançon et n'avais jamais songé à y séjourner.

Alors, c'était une drôle de coïncidence que, l'année même où des amis partaient y vivre, on me proposât de découvrir la ville lors d'un voyage de presse.

Une ville à deux facettes.

Avec ces grandes (et magnifiques) façades en pierres de taille, son arc de triomphe du IIème siècle ou encore son quai Vauban bordé de bâtiments du XVIIème...
Mais aussi cette nature à portée de main avec ses sept collines (comme à Rome, pour la petite anecdote !) qui l'encerclent.

Pendant deux jours, nous avons navigué entre ville et nature.
Tantôt à battre le pavé, l'appareil photo en main pour immortaliser les rues pleines de charme que l'on empruntait.
Tantôt en promenade dans les bois, profitant du bruit de l'eau et du chant des oiseaux avec la ville en arrière-plan.



La citadelle


Ce fut notre porte d'entrée dans Besançon.
Notre tout premier aperçu de la ville, à quelques centaines de mètres de hauteur, au-dessus des toits, surplombant le Doubs et les collines alentour. 


La citadelle de Besançon fait partie de ces lieux tellement chargés d'histoire que l'on ne peut s'empêcher d'essayer d'imaginer ce qu'ils étaient autrefois. Lors de leur construction mais aussi au fil des siècles.

Une forteresse, dessinée par Vauban, à des fins militaires, mais aussi une prison d'état (notamment pour certains prisonniers de la célèbre affaire des poisons sous Louis XIV), un site où une centaine de résistants ont également été fusillés durant la seconde guerre mondiale (d'où la présence d'un musée de la Résistance au sein de la citadelle) avant de devenir un monument classé au patrimoine mondial de l'UNESCO où l'on peut venir s'y promener de longues heures durant. 

La Citadelle de Besançon

Monument Vauban, musée de la réssistance et de la déportation, musée comtois
Site internet : citadelle.com

Certains coins se prêtent d'ailleurs volontiers à un petit pique-nique à l'ombre des arbres !
Pour prendre des forces avant de replonger au cœur de l'histoire, de repartir quelques siècles en arrière, pour tenter de préserver la réputation de Mme de Montespan dans l'affaire des poisons...

Au bas d'une volée de marches, une grande porte verrouillée par un système dont je ne vous dévoilerai pas la clef, s'ouvre sur une pièce pleines de mystères qu'il faudra percer en une heure de temps ; c'est un escape game qui a pris place dans les entrailles de la forteresse.

Les énigmes sont variées et font appel à des mécanismes différents : logique, adresse, écoute...
Une belle salle, bien pensée, que j'ai pris beaucoup de plaisir à tester et à vaincre, puisque nous en sommes sortis avant la fin du temps imparti !

Escape game : l'affaire des poisons

Informations pratiques : citadelle.com/activites/escape-game-laffaire-des-poissons/

Côté ville


Sillonner la ville au fil de l'eau...
C'est assez rare d'en avoir l'occasion. Amsterdam s'y prêtait bien par exemple.
Et Besançon aussi.

À bord d'un petit bateau électrique, pas très facile à prendre en main il faut bien l'avouer. Mais une fois lancé, la promenade est délicieuse.
Douce.
Paisible.

On passe entre les quais bordés de ces beaux bâtiments parfaitement alignés du XVIIème siècle dont je vous parlais plus haut.
On découvre le Poudlard local aussi : la résidence universitaire Canot.
On longe les remparts et les sous-bois qui entourent la ville.
Et on peut même chausser les bottes d'un éclusier en faisant fonctionner une très ancienne écluse manuelle avant de rentrer au port ! 

Doubs plaisance - location de bateaux électriques

Halte du Moulin St Paul – 4 Pont de la République 25 000 Besançon
Site internet : doubsplaisance.com


Il nous aurait fallu une journée de plus sur place pour prendre d'avantage le temps de se promener dans le centre-ville et découvrir chacune de ses rues. 

Se pencher sur les détails.
Comme les gargouilles de la façade de l'hôtel de Champagney (et le passage absolument charmant qui le traverse).

Pour les amateurs de street art, la ville accueille chaque année de nombreux artistes dans le cadre de son festival Bien Urbain. Certaines œuvres sont éphémères (comme les constructions en Lego® de Jan Vormann que j'aurais beaucoup aimé voir), d'autres restent des années sur les trottoirs ou les façades de la ville.


Le musée des Beaux-Arts et d'archéologie


J'ai toujours beaucoup de plaisir à arpenter les musées.

Ceux qui ont pour objet les sciences et la technologie dans lesquels je passe beaucoup de temps à lire pour comprendre et apprendre.

Et les musées d'arts, particulièrement ceux qui offrent de belles et grandes galeries de tableaux, me donnent envie d'errer, de peinture en peinture, pour me plonger dans une époque ou une atmosphère particulière. Sans doute la raison pour laquelle j'apprécie particulièrement les galeries à l'ancienne, avec des tableaux accrochés partout, sur plusieurs niveaux, avec tapisserie aux murs et banquettes en velours au centre. Plus que les scénographies contemporaines.

Le musée des Beaux-Arts de Besançon, c'est à la fois cette ambiance que j'apprécie particulièrement dans les galeries des peintures du XVII, XVIII et XIXème...

Mais aussi un mélange avec une architecture plus contemporaine, en béton, pensée par un élève de Le Corbusier. Et le résultat est assez épatant. Les œuvres se croisent dans les différentes perspectives, on tourne, lève la tête, pour en découvrir de nouvelles ; j'ai adoré.

J'aurais aussi beaucoup aimé passer plus de temps dans la section archéologie où il y a notamment de superbes mosaïques. Je suis toujours impressionnée devant ce travail, à la fois minutieux et gigantesque !

Musée des Beaux-Arts et d'archéologie

1 place de la Révolution, 25000 Besançon
Site internet : mbaa.besancon.fr


Côté nature


Parce que Besançon est véritablement entourée par la nature, il fallait absolument prendre le temps de se faire un bain de sous-bois.

Le temps d'une promenade en vélo électrique le long des berges du Doubs, mais aussi à l'occasion d'une petite randonnée matinale vers le fort de Chaudanne.

Pour écouter le vent dans les arbres qui fait craquer les branches.
Les chants des oiseaux qui se taisent sur notre passage pour reprendre ensuite de plus belle.
Plus un seul bruit de la ville, qui est pourtant à portée de main.

MyCycle - location de vélos

7 Rue Victor Hugo, 25000 Besançon
Page facebook : fb.com/mycyclefranchecomte


Bonnes adresses


- L'hôtel Le Sauvage avec son hall magnifique et le restaurant où l'on dîne si bien, presque dans les arbres. Une cuisine bistronomique préparée avec de bons produits de saison par un chef qui a de belles références, comme la Mère Brazier à Lyon, où il a précédemment travaillé.


- Marotte et Charlie, un salon de thé (où l'on peut également déjeuner). Les pâtisseries sont toutes plus appétissantes les unes que les autres, et je me suis véritablement régalée avec la tarte crème de coco / amande, si légère en bouche !

- Le Parc, un restaurant gastronomique absolument superbe, à faire en soirée pour profiter des jeux de lumières et de réflexions entre la cuisine, les tableaux et l'éclairage à la bougie qui se reflète sur les baies vitrées qui entourent le bâtiment. Et dans l'assiette, les saveurs se marient à la perfection.


- Terres de Vin, caviste et bar à vin spécialisé en vin bio où j'ai eu l'occasion de déguster une spécialité locale : le Savagnin, un vin jaune du Jura très différent de tout ce que je connaissais, mais vraiment très bon. 

 

Article en collaboration avec la citadelle de Besançon

2 commentaires

  1. Je n'aurais pas pensé à aller à Besançon moi non plus alors que je n'habite pas très loin. Mais ça donne envie de découvrir la ville!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh super alors !
      Surtout si c'est proche de chez toi. :)

      Supprimer