Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Lifestyle. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Lifestyle. Afficher tous les articles

18 août 2017

Se sentir comme chez soi à l'hôtel

Le 18 août
Ambiance cocooning à l'hôtel Hilton Paris Opéra

Assise dans le lit de ma chambre d'hôtel au Hilton Paris Opéra, devant ma tasse de thé et mon magazine, je me suis fait cette réflexion : quand je voyage, je n'ai pas toujours la chance de me sentir autant chez moi qu'à cet instant précis.

Dans cette chambre baignée de lumière, avec le lit ultra confortable qui me tendait les draps et une salle de bain comme j'en rêve (avec une grande fenêtre ; je rêve d'une salle de bain avec une grande fenêtre !), j'étais dans un véritable COCON.

Alors j'ai commencé à lister mentalement tout ce qui était parfait et qui pourrait, à l'avenir, m'éviter quatre jours de déprime dans une chambre d'hôtel froide à la vue encombrée par un échafaudage (les aléas des déplacements pro...) ou qui pourrait me donner tout de suite l'impression d'être chez moi, dans notre prochain logement loué pour les vacances.


Adoucir l'ambiance

PAR LA LUMIÈRE


Il ne faut pas attendre plus loin que le chapitre 1 pour que Meik Wiking évoque le rôle que joue la lumière sur notre humeur, dans son Livre du Hygge, et il ne fallait pas plus de deux pages pour m'en convaincre. Surtout après avoir expérimenté, il y a quelques années, les néons fluorescents au travail, que j'éteignais systématiquement au profit du lampadaire de salon chaque fois que j'étais seule dans le bureau.

À l'hôtel ou dans un appartement de vacances, c'est pareil. Il y a la lumière crue du couloir et la petite lampe chaude au-dessus du lit ; le néon au-dessus de la gazinière et la lampe jaune derrière les rideaux. 

Depuis, je pose à peine les valises que je suis déjà en train d'ÉTEINDRE toutes les lumières bleues au profit des jaunes ; l'ambiance se tamise, et une chambre d'hôtel un peu triste peut alors vite se retrouver plongée dans une douce lueur cocooning.

Une petite astuce de secours : emporter avec soi une bougie (classique ou à LED qui reproduit bien la lumière vacillante d'une flamme) pour les cas extrêmes de chambre d'hôtel à éclairage néon.

Thé et magazine en chambre à l'hôtel Hilton Paris Opéra

Apprivoiser les lieux

AVEC UNE TASSE DE THÉ


J'ai d'autant plus besoin de me sentir comme chez moi quand je passe quelques jours à l'hôtel pour raisons professionnelles, sans monsieur ni mon petit chien. 

En faisant ma valise, je glisse toujours plusieurs sachets de thé et capsules de lait, ainsi qu'un mug, pour pouvoir me préparer une boisson réconfortante, le soir venu. La plupart des hôtels ont au minimum une petite bouilloire, un verre et quelques sachets de thé Lipton ; je leur emprunte la bouilloire mais je préfère me préparer un de mes thés en vrac rapporté de la maison (qui a largement ma préférence), dans mon mug de voyage préféré.

Et même si, quand je suis seule, je retourne souvent à ma chambre juste après avoir dîné, j'aime emporter un petit paquet de shortbreads pour en savourer un ou deux avec une tasse de Earl Grey ; juste pour retrouver l'ambiance COCOONING de la maison, qui passe aussi par la gourmandise.

(ça marche aussi avec du chocolat chaud ou un bon café, selon vos préférences !)

Je vous parle de mes thés préférés les plus gourmands, pour l'automne ou même pour l'hiver... et de tous les autres ici.

Peignoir bleu nuit du site LePeignoir.fr

S'installer confortablement

DANS UNE TENUE POUR COCOONER


Pendant que le thé infuse, je me mets à l'aise comme je le ferais à la maison, c'est-à-dire que je quitte mes vêtements de la journée qui ont emporté avec eux tous les petits tracas du quotidien, et je me glisse dans une tenue cocooning d'intérieur : T-shirt loose, pantalon souple...

Et pour gagner de la place dans la valise, j'ai adopté un petit peignoir léger mais ENVELOPPANT, que j'ai personnalisé d'une phrase qui doit éloigner tous mes cauchemars de la nuit : Expecto Patronum. 

C'est un très joli modèle qui m'a été offert par le site Lepeignoir.fr, qui me connaît grâce à l'une d'entre vous d'ailleurs ! Chaque modèle est personnalisable, avec une phrase et/ou un logo, brodé à l'emplacement de notre choix.

LePeignoir.fr
Modèle porté : Bleu de minuit


Passer une soirée

COMME À LA MAISON 


Il ne me reste alors qu'à sortir un bon livre, un magazine FEEL-GOOD ou mon ordinateur pour une série zéro prise de tête afin de terminer la soirée en douceur ; un peu comme si j'étais à la maison, lovée dans mon plaid avec ma tasse de thé. 

Ma lecture préférée quand je suis en vadrouille : le magazine Simple Things, dont les articles rayonnent de bienveillance et d'ondes positives ; typiquement le genre de lecture qui me fait du bien et qui me rapporte un peu d'esprit hyggelig, où que je sois.

Si je suis plus d'humeur à regarder une série, j'évite les (excellentes mais flippantes) séries du genre de The Fall quand je suis seule le soir, et je me rabats sur des choses beaucoup plus légères : 

- The Big Bang Theory en format court, dont je viens de terminer la saison 10 qui se clôt sur une scène juste... "OMG" comme disent les américains,

- ou Jane the Virgin, que j'ai attendu longtemps avant de commencer par crainte du côté telenovela de la série... qui est justement tout ce qui en fait l'intérêt !


Photos prises à l'hôtel Hilton Paris Opéra que je remercie pour cette belle invitation.

1 août 2017

Se détendre avant les vacances pour mieux en profiter

Le 01 août
Se relaxer avant de partir en vacances pour revenir plus détendue

Personnellement, j'ai besoin de commencer les vacances AVANT de partir en vacances.
De me couper du monde professionnel, d'appuyer sur le bouton détente quelque part dans mon cerveau, et d'enclencher le mode veille pour tous les petits tracas du quotidien... 

En fait, j'ai besoin de me préparer à profiter des vacances.

Souvent, d'ailleurs, on met les voiles en début de semaine, après un week-end de transition entre le rythme effréné de la dernière semaine de boulot avant les congés, et le départ pour quelques jours loin de tout ça.

Mais cette année, on s'envole un vendredi.
Un vendredi juste après un jeudi.
Sans un petit jour pour préparer les valises ou réaliser que, le lendemain, les vacances commencent.

Cette année, on saute du train en marche : on passe directement du fauteuil du bureau à celui de l'avion, sans passer par la case départ.

Ce qui m'a fait réaliser que j'allais devoir faire les choses bien, en condensant tout un week-end de CHILL pour me préparer aux vacances en quelques heures, entre jeudi soir et vendredi midi.

Et parce que je suis sûre que je ne suis pas la seule à ne pas avoir un week-end (ou mieux, toute une semaine) pour commencer mes vacances en douceur, je me suis dit que j'allais vous faire partager mon plan d'action. En plus, ça marche aussi si vous avez plus de temps !

Détente avant de partir en vacances

Déconnecter

DU TRAVAIL ET DE SON QUOTIDIEN


Depuis que je suis freelance, je suis une mauvaise élève : j'ai tendance à répondre à mes e-mails professionnels même lorsque je suis en vacances. Le soir, quand le chéri est sous la douche... En fait, je me sens coupable de faire attendre mes interlocuteurs qui, eux, ne sont pas forcément en congé.

Mais l'année dernière, j'ai eu un déclic, en recevant une réponse automatique d'un de mes contacts pro, qui était en vacances, et qui me répondrait à son retour. Normal.

Depuis que j'étais à mon compte, je n'avais jamais mis en place de message d'absence. JAMAIS ! Ce qui était pourtant la base du départ en vacances, quand j'étais en entreprise.

Une fonctionnalité bête comme bonjour, qui a eu pour effet, sitôt activée, de me LIBÉRER d'un poids. Pas parce que j'ai immédiatement cessé de culpabiliser de ne pas répondre, mais parce que j'étais presque obligée, de ne pas le faire. Est-ce que ça n'aurait pas été bizarre, pour la personne d'en face, de recevoir un e-mail d'absence puis une réponse derrière ? SI !

Je remets donc ça cette année, la veille de mon départ vers 18h, pas plus tard, pour me laisser une longue soirée de début de vacances.

Et pour faire les choses jusqu'au bout, je prévois de couper toutes les notifications de ma boîte e-mails, et même de passer, pour la première fois de ma vie, la relève des nouveaux e-mails en manuel !

Pour passer des vacances encore plus sereines : 5 astuces simples, du quotidien, pour être encore plus déconnecté 

Soin du visage au concept-store Oh My Cream !

Détendre

SON CORPS POUR REPOSER L'ESPRIT


La semaine dernière, alors que j'étais allongée sur un lit de massage pour un soin du visage, le compteur détente au maximum, je me suis dit que ÇA, c'était exactement ce qu'il fallait pour un REPOS éclair du corps, quand on n'a pas trois jours devant soi pour se détendre !

Une musique douce en fond sonore, des mouvements lents qui nous laissent petit à petit sombrer dans un état cotonneux à mi-chemin entre l'éveil et le sommeil... en l'espace d'une heure, ma to-do-list pro était déjà bien loin, et la citronnade sirotée sur la terrasse était tout ce sur quoi je voulais me concentrer.

Pour cette heure de détente parfaite, j'étais chez Oh my cream ! qui a ouvert sa nouvelle adresse à Lyon, à deux pas de Bellecour. Une boutique cocooning et mignonne au possible, avec des produits de beauté naturels de belles marques venues d'un peu partout, qui propose également des soins du corps, à l'étage, dans ce qui ressemble à un petit appartement ultra cosy, où l'on se sent immédiatement comme chez soi.

Oh My Cream !
17 Rue Émile Zola, 69002 Lyon

Site internet : ohmycream.com*

Et quand on n'a pas la possibilité de s'offrir un moment de détente en institut, on peut aussi faire ça chez soi, avec quelques gestes simples pour délasser son corps depuis son salon !

Détente estivale - siroter une boisson et feuilleter un magazine

Commencer

LES VACANCES AVANT LES VACANCES


J'achète toujours un petit guide papier de notre destination. Avec quelques photos et descriptions ; juste ce qu'il faut pour attiser ma curiosité sans me spoiler. Je le feuillette pour préparer nos vacances mais aussi juste avant de partir... et parfois même sur le trajet !

Que l'on parte 5 ou 8 jours, on arrive toujours trop vite à la fin.
Mais si je parle du voyage 5 jours avant de partir, et que je pars 5 jours, le plaisir aura duré 10 jours. Ou comment je trompe mon esprit, parce qu'après tout, il semblerait que le bonheur réside tout autant dans l'ATTENTE d'un projet que dans sa concrétisation !

Et pour décupler l'effet, je fais appel à toutes mes petites madeleines de Proust qui me donnent l'impression d'être en vacances : une tasse d'un thé bu et acheté lors d'un précédent voyage, ou un petit-déjeuner sur la terrasse avec un œuf à la coque et un verre de jus d'orange comme à l'hôtel...

(D'ailleurs, ça marche aussi pour le savon à la noix de coco sous la douche et la crème après-soleil au monoï ; deux odeurs qui me rappellent mes vacances à la mer, étant enfant.)

11 juil. 2017

Comment je voyage avec mon chien

Le 11 juillet

Chaque année, on y a le droit, à cette fichue campagne contre l'ABANDON.

Cette campagne annuelle qui m'énerve, parce que si elle existe, c'est que chaque été, il y a encore des gens qui abandonnent leur animal pour pouvoir partir en vacances. 

Rien que l'idée me fait mal au cœur.
Alors quand on me dit que c'est en moyenne 60 000 animaux abandonnés chaque année, à cette période... j'avoue, j'ai du mal à comprendre.

Accueillir un animal chez soi, c'est une responsabilité ; une responsabilité avec un cœur énorme qui nous redonne au centuple l'amour qu'on lui témoigne.

Et partir en VACANCES avec lui, c'est une chouette expérience, qui demande juste un tout petit peu plus d'organisation. Glasgow part régulièrement en voyage avec nous, depuis six ans ; alors comme les vacances approchent, j'avais envie de partager avec vous tous les conseils et astuces que j'ai lus et appris au cours des dernières années, pour voyager en toute sérénité avec mon loulou.


La consultation

CHEZ LE VÉTÉRINAIRE



Mon chien a un joli passeport bleu, hyper classe, que l'on doit glisser dans notre valise chaque fois que l'on part avec lui. Pas de passage en mairie pour le faire : le passeport européen est délivré lors de la première vaccination contre la rage.

Parce que oui, il y a quelques FORMALITÉS à prendre en compte, et dont il faut s'occuper plusieurs mois avant un départ à l'étranger, pour ne pas avoir de mauvaise surprise à l'aéroport. Notre chien globe-trotteur doit :

- être identifié par tatouage ou puce électronique,
- avoir ses vaccins à jour,
- être vacciné contre la rage (non obligatoire en France, mais obligatoire pour quitter le sol français),
- souvent passer en consultation une semaine avant pour obtenir une attestation de bonne santé.

Certains pays, comme le Royaume-Unis, ajoutent également quelques conditions comme la prise d'un traitement contre les vers entre 5 à 1 jour avant d'arriver à destination. Bref, avant de partir avec Glasgow, on vérifie toujours la réglementation en vigueur dans le pays de nos vacances !

En France, c'est plus simple. La vaccination antirabique est encore requise dans certains campings, mais ce n'est plus une obligation. Et il n'y a généralement aucune demande particulière, en dehors des vaccins classiques, à jour.

Sites utiles : 

- Service-public.fr : voyage à l'étranger avec un animal de compagnie
- Société Centrale Canine : voyager avec son chien


Un logement

PET FRIENDLY



Passer chez le vétérinaire, c'est un peu la partie la plus pénible de l'affaire. Plusieurs formalités à remplir auxquelles il faut faire attention, mais ensuite, on peut commencer à organiser ses vacances de la façon la plus normale qu'il soit, et trouver un logement !

Les sites type Hotel.com, Booking ou encore Airbnb, proposent tous le filtre "animaux acceptés". On est d'accord, ça fait un bon tri, mais le côté positif, c'est qu'on n'a pas besoin d'aller lire chaque petite ligne pour savoir si les chiens sont acceptés, ou non.

Personnellement, j'ai une préférence pour les appartements loués entre particuliers pour pouvoir laisser Glasgow toute une matinée dans le logement sans craindre le passage de la femme de ménage, comme à l'hôtel.

Si vous avez déjà réservé, que le logement n'accepte absolument pas votre animal, et que vous n'avez aucun moyen de le faire garder par vos proches, et pire, que vous ne l'apprenez qu'à l'arrivée (on ne sait jamais, un changement soudain de réglementation...), il existe des pensions pour chiens un peu partout !

Sites utiles : 

Airbnb : locations de logements entre particuliers ; 35 € offerts sur une première réservation
- PetTravel.com : hôtels pet friendly dans le monde
Camping-and-co.com : campings qui acceptent les chiens
Holidog.com ou Dog Buddy : garde de chien chez soi ou chez le pet sitter



Des activités

AVEC SON CHIEN



Quand Glasgow est avec nous, on essaie de repérer, à l'avance, l'emplacement de parcs où l'on pourra se promener avec lui.

L'idée n'est pas de lui faire faire la moindre visite de musée avec nous (sans intérêt aucun pour lui, et contraignante pour nous), mais de profiter des moments de FLÂNERIE de notre programme de vacances, pour l'embarquer ! Nous, on est certain qu'il s'éclate à découvrir de nouvelles odeurs, un peu partout ; et puis quel chien n'aime pas se promener ?

En montagne, l'été, ils risquent aussi d'adorer les petites rivières pour se rafraîchir. Et pour ceux qui aiment vraiment l'eau, si vous partez à la mer, il se peut qu'ils soient ravis d'aller sauter dans les vagues (en tout début de matinée ou en fin de journée, pour éviter les grosses chaleurs).

Sites utiles : 

- Plages.tv : plages autorisées aux chiens en France
Bring Fido : meilleures plages pour les chiens dans le monde


La valise

DE SON POILU



On essaie toujours de faire le plus léger possible, quand on boucle notre valise, sans omettre tout de même l'essentiel. Donc quand il s'agit de partir avec Glasgow, on fait pareil. Mais on est bien obligé d'avouer qu'en dehors des croquettes, il y a d'autres petites choses sur lesquelles on ne peut pas faire l'impasse :

- une gourde pour chien ou une gamelle de transport, que l'on peut facilement glisser dans un sac pour le faire boire pendant nos promenades,

- un sac de transport, très pratique quand on a un petit chien comme le nôtre, notamment pour aller au restaurant ; ça lui fait un panier d'appoint pour dormir, pendant que l'on mange,

- un de ses jouets préférés, pour qu'il puisse s'amuser dans le logement quand on est absent, comme il le ferait à la maison (on lui laisse aussi un vêtement avec notre odeur, pour qu'il se sente bien dans un environnement encore inconnu).

L'été, on peut aussi prévoir un brumisateur, à glisser dans le sac, pour pouvoir le rafraîchir en cours de journée. Idéalement au niveau du ventre et des coussinets, là où il a le moins de poils.

Et pour les chiens sans poils, ou au pelage clairsemé, on peut également leur appliquer une crème solaire, à condition d'en choisir une conçue pour eux. Leur peau est plus sensible que la nôtre, et n'a pas le même pH, donc nos produits ne sont pas adaptés.


Pourquoi j'aime voyager

AVEC MON CHIEN



Depuis six ans, Glasgow nous accompagne en voyage dès que c'est possible. Et malheureusement, depuis l'année dernière, on a réussi à ne l'emmener qu'une seule fois avec nous, notamment parce qu'Easyjet n'accepte pas les chiens en cabine !

Et même s'il faut prévoir un peu de place pour ses affaires dans la valise et organiser notre emploi du temps en fonction de ses balades, partir en vacances avec lui, ça nous manque.

Parce que voyager avec son chien, ce n'est vraiment pas tant de contraintes que ça. Et c'est surtout l'occasion de :

- partager de bons moments avec lui,
- profiter de la ville comme les locaux qui flânent en promenant leur chien,
- avoir une bonne raison de se poser dans un parc et de profiter du moment présent, même si on souffre un peu du syndrome FOMO en voyage.

D'ailleurs, l'un de mes meilleurs souvenirs de notre premier voyage à l'étranger, c'était à Amsterdam, dans le Vondelpark. On avait passé toute la semaine à sillonner la ville de long en large, et pour le dernier après-midi sur place, on s'était installé à une terrasse au milieu de la verdure, à siroter une boisson fraîche, Glasgow auprès de nous, en train de sociabiliser avec un chien Amstellodamois.

* * * 

J'écris rarement des articles lifestyle qui incluent les chiens, bien que mon loulou fasse partie intégrante de ma vie, et qu'il la rend, sans aucun doute, meilleure par sa présence. Mais si ça vous plait, je serais ravie de vous en faire plus. En tout cas, celui-ci me tenait particulièrement à cœur.

Et bien sûr, si je n'ai parlé que de vacances avec son chien, il est tout aussi possible de voyager avec d'autres animaux de compagnie, qui souffrent eux aussi des abandons de l'été ; je ne connais juste par personnellement le sujet pour pouvoir vous conseiller. Alors si VOUS voyagez avec votre chat ou votre NAC, n'hésitez pas à partager vos conseils dans les commentaires !

30 juin 2017

Mes petits gestes pour mieux acheter mes vêtements

Le 30 juin

Je ne sais pas si on peut dire que je consomme mieux, mais ce qui est sûr, c'est que depuis un an ou deux, j'ai décidé d'acheter mes vêtements de façon plus RAISONNÉE... en fonctionnant au coup de cœur, la plupart du temps.

Et ça peut paraître paradoxal d'allier la raison et le cœur, mais je crois que c'est la meilleure façon que j'ai trouvé pour moins acheter, et pour ne plus faire des achats qui restent au fond du dressing avec l'étiquette encore accrochée dessus, un an plus tard.

Parce que ça, c'est sans doute ce qui me fait sentir le plus coupable.
D'acheter sur un coup de tête. 
Pour rien.

Pour tout dire, mes coups de cœur, je crois bien que je les PROVOQUE, en sachant à l'avance ce que j'aimerais de trouver lors de mes sessions shopping. Ce qui fait que 1°, je n'achète pas ce qui n'entre pas dans mes envies du moment, et 2°, je suis encore plus contente quand je trouve.

C'est une démarche très personnelle, à la base, que j'ai entamée après avoir fait cinq tris quasi successifs de mon dressing, qui ont tous mené à de grands sacs plein de vêtements à donner ; je me suis dit que ce n'était plus possible, et que j'avais envie d'acheter mieux, en jetant mon dévolu sur des pièces qui me plairaient encore, deux mois après leur achat.

Et je me suis dit que, peut-être, ça pourrait vous intéresser. 
Vous donner des idées aussi, si vous êtes dans cette même démarche.


J'identifie

MON STYLE


Et quand je dis style, c'est à prendre avec les plus grosses pincettes du monde. Parce qu'en vrai, je ne crois pas avoir vraiment de style, si ce n'est : m'habiller dans des vêtements qui me font sentir bien. Qui me ressemblent.

Je crois que la sensation la plus désagréable pour moi, en terme de mode, c'est de me sentir déguisée.

Ce que j'aurais dû écrire, c'est que j'identifie DES styles qui me plaisent, et dans lesquels je me reconnais. Des styles de tenue précis, et pas des courants fashion dans lesquels je me perds et qui deviennent vite flous et abstraits (du genre : sportswear chic, preppy, glam' rock...).

Je sors alors la planche Pinterest, et j'épingle.

Je m'étais fait un énorme moodboard, il y a deux ans, avec du tartan, des bottes en cuir camel, des doudounes sans manches... des looks très cocooning qui ont complètement inondé d'images mes envies shopping, et qui m'ont fait craquer sur ces pièces, en magasin, qui constituent désormais l'essentiel de ma garde-robe automnale.


Je trie

MON DRESSING


Ensuite, je m'attaque au dressing. J'en profite pour le ranger, repérer les achats qui furent inutiles (pour ne pas les reproduire) et pour faire table en marbre du passé en me séparant de tous les vêtements :

- dans lesquels je ne suis pas physiquement bien (le CONFORT avant tout, c'est un peu ma devise vestimentaire) (bref, adieu les shorts devenus trop petits et les coutures qui font mal),

- qui ne correspondent plus du tout au style que j'ai envie de porter (tous les vêtements de mes années lycée et fac y sont passés),

- qui ne me procurent pas de bonheur (a.k.a la méthode du rangement de Marie Kondo) (si je ne suis pas contente à l'idée d'avoir une pièce dans mon dressing, ou si m'en séparer me fait ni chaud ni froid, elle passe dans la pile "à donner").

Et dès que j'ai le moindre doute, j'enfile le vêtement en question pour vérifier ces trois points ; le plus difficile étant sans aucun doute de ne pas laisser influencer son choix par la petite voix qui nous dit "oui, mais on ne sait jamais, ça peut toujours servir..." ; ce qui m'amène au point suivant.


Je liste

MES BESOINS


... en fonction de mes envies ! Parce que pour mieux acheter, pour moi, c'est comme pour mieux manger. Si on se frustre, on se jette sur le premier paquet de gâteaux venu, et ce n'est pas le but. 

Alors je fais ça au quotidien ; quand je me rends compte que c'est le troisième petit haut de mon dressing qui irait mieux avec un short en jean foncé que je n'ai pas, qu'avec le short en jean clair que j'ai, je sors l'iPhone, et je le consigne dans ma liste shopping.

C'est à la fois une façon de répertorier les achats de basiques (pour lesquels on prend souvent moins de plaisir, mais qui sont nécessaires) et de mettre nos envies à l'épreuve du temps. Cela doit faire plus de six mois que j'ai noté "un beau parapluie", que je n'ai pas pris le temps d'en chercher un, mais auquel je repense chaque fois que je sors avec mon parapluie - qui se retourne au moindre coup de vent. Il va peut-être falloir que je profite des soldes pour le rayer de ma liste, du coup !


J'achète

PLUS RAISONNÉ


Je suis sûre que j'ai encore beaucoup de chemin à faire pour pouvoir réellement dire que je consomme mieux. Mais maintenant, quand je passe en cabine, je me pose (sans m'en rendre réellement compte), toute une petite série de QUESTIONS qui va me guider en caisse, ou pas.

Si le vêtement fait partie de ma liste shopping, je ne réfléchis pas 36 ans ; sinon, et si le vêtement me ressemble, je détermine : 

- à quelle occasion je vais le porter ; je départage les vêtements d'intérieur / décontractés, que je mets pour un après-midi jeux de société entre amis ou un week-end au vert, et les vêtements un peu plus habillés,

- quelle tenue je vais créer avec ; si j'apprécie une jupe mais que je n'ai aucune idée du style de haut avec lequel je vais l'associer, je passe mon tour,

- si j'apprécie autant la pièce dans le miroir qu'en me regardant sans miroir ; il m'est notamment arrivé de craquer sur un haut dont j'aimais beaucoup l'effet dans le miroir, mais quand je regardais les manches hors miroir, je me rendais compte que l'effet ne me plaisait pas autant, de près.

Et finalement, à connaître avec plus de précision mes véritables envies vestimentaires, j'essaie moins de choses, je me disperse moins quand je fais les boutiques, et ça laisse plus de place au vrai coup de cœur !

D'ailleurs, ce n'est pas ça qu'on leur demande, aux sessions shopping ? Des coups de cœur futiles pour s'éloigner quelques heures de nos petit tracas du quotidien ?

Et vous, vous shoppez comment ?