Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Lifestyle. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Lifestyle. Afficher tous les articles

10 oct. 2017

Booster sa créativité au quotidien

Le mardi, octobre 10, 2017
5 idées pour stimuler sa créativité au quotidien

Chaque fois que je m'installe pour écrire un article, je me confronte à LA PAGE BLANCHE.
À cette petite angoisse de ne pas trouver les mots pour le commencer.

J'aime tellement les mots qu'ils me donnent du fil à retordre. Comme si les aimer, c'était devoir souffrir un peu pour les faire sortir de dessous mes doigts.

Souvent, je ne sais pas comment débuter.
Je me torture l'esprit avant de m'y mettre. Et j'écris des paragraphes que je ne rature plus (merci la technologie) mais que je fais disparaître peut-être encore plus cruellement. Je les efface, en un "souligné / suppr". Et il n'y a alors qu'à tout recommencer.

Avoir besoin de me STIMULER pour continuer à écrire, cela fait partie de mon quotidien. Et quelque part, je dois être un peu masochiste, de continuer comme ça, à aimer les mots, et à leur donner mon entière bénédiction quand il s'agit de me torturer.

Autant que ça serve, je me suis dit.
Autant vous faire partager ces petits trucs de marionnettiste qui me permettent, un peu, de dégripper la machine et d'en reprendre les rennes. Que ce soit pour écrire, peindre, trouver de nouvelles idées au bureau...


Instaurer

UN RITUEL


J'ai longtemps cru que la créativité était synonyme de spontanéité. 
C'est vrai. 
Parfois.

Mais c'est une vision un peu romantique de la création, que j'avais étant plus jeune. J'imaginais de grands élans poétiques qui auraient surgi de l'esprit de Rimbaud ou Victor Hugo, et je me refusais un peu à croire au travail qu'il y avait derrière ; à la réflexion du choix du bon mot ou de la bonne rime. Comme si cela enlevait de la magie à la création.

Aujourd'hui, je préfère un peu d'organisation à la spontanéité. Il parait que la créativité a besoin d'un rituel, pour se mettre en route, et je n'en doute plus. J'écris presque systématiquement mes articles le matin, entre 9h30 et 12h, assise derrière mon bureau, avec une tasse de thé à portée de main. Un petit rituel presque réglé comme du papier à musique, qui indique à mon cerveau qu'il est temps de commencer.

(Mais tout ça, sur un bureau dans le plus grand des DÉSORDRES; c'est la science qui le dit : le désordre aide à la créativité.)

Lire pour booster sa créativité

Lire

QUELQUES PAGES


Quand tout est bloqué, je lis.
Quelques phrases, deux-trois paragraphes, sur un sujet qui m'inspire, une langue qui me parle... pas toujours du français ; l'anglais sonne différemment et me nourrit d'autre chose.

J'ai passé trois ans en licence de lettres, à être abreuvée de mots, et je sais qu'aujourd'hui, toutes ces lectures sont quelque part en moi.

D'ailleurs, lire, ça vaut aussi pour le photographe ou le chef cuisinier en panne d'inspiration ; des études ont montré que lire 5 à 6 pages par jour aide à DÉBLOQUER la créativité ! Et pas seulement : ça diminue le stress, augmente l'empathie et le bonheur, et ça démultiplie notre vocabulaire. Une bonne raison de faire le plein de lecture feel good, de thriller et d'un peu de magie.

Lire 5 pages par jour peut changer votre vie


Marcher

AVANT DE S'Y REMETTRE


Il y a un endroit peu commun où, je me suis rendue compte, l'inspiration me venait facilement. C'était quand je ne travaillais pas encore à mon compte ; je prenais souvent le MÉTRO pour rentrer chez moi, tout en réfléchissant à l'article que j'allais écrire, une fois à la maison.

Souvent, une phrase faisait tilt.
La première de l'article. Toujours la plus difficile à trouver.
Je sortais alors mon téléphone et je commençais à écrire mon article, dans le métro, avec le brouhaha alentour et les mouvements du wagon.

J'étais dans ma bulle. Et je venais juste de marcher pour parvenir jusqu'au métro.

Comme si bouger débloquait ma créativité.
Et pas seulement la mienne ; une étude aurait démontré que se mettre en mouvement stimulerait l'inspiration.

Aujourd'hui, je prends moins le métro, mais je ne manque jamais de réfléchir à mes articles sur mon vélo. D'ailleurs, j'ai déjà presque entièrement écrit mentalement cet article, en rentrant du sport, il y a une petite heure. Pas avec les mêmes mots, impossible, mais j'aime bien faire travailler la machine quand je le peux.

Stanford study finds walking improves creativity

Faire des listes et brainstorming pour stimuler sa créativité

Faire

UN BRAINSTORMING


Si les brainstormings ont autant de succès dans les réunions d'entreprise, ce n'est peut-être pas une coïncidence ; proposer des idées en amène d'autres, et commence alors un beau cercle vertueux.

Seul(e), ça marche aussi.
Avec un crayon et carnet ; écrire des mots, lancer des idées sur le papier, personnellement, ça m'aide beaucoup. 

J'ai d'ailleurs tout un carnet de BROUILLON sur lequel défilent mes prochains sujets d'article ; une page par sujet, avec le thème écrit en haut, et dessous, des listes. Des mots, des débuts de phrase, des classements... et j'y reviens chaque fois qu'une idée me vient ; je la consigne, et le jour où j'ai envie de vous parler d'un sujet, je reprends la page, et je peaufine avant de me lancer.

Cet article, par exemple, cela doit bien faire un an qu'il est en attente et qu'il s'est nourri de mon expérience et des études que j'ai lues sur le sujet. 


Écouter

DE LA MUSIQUE BAROQUE


Peut-être le plus inattendu des conseils ! Mais j'aime savoir ce que raconte la science, et je m'intéresse beaucoup à tout ce qui peut nous aider, dans notre quotidien.

Et un jour, je suis tombée sur cette hypothèse : écouter de la musique baroque, comme les 4 saisons par exemple, synchroniserait nos ondes cérébrales sur une fréquence qui accroît la créativité

Je ne sais pas si c'est un bienfait que l'on ressent après un certain temps d'écoute, mais personnellement, j'aime beaucoup l'esprit dans lequel ça me met, d'écouter de la musique classique. Mozart, en particulier, mais Vivaldi et ses 4 saisons est plutôt très agréable aussi. Alors pourquoi s'en priver ?

For greater creativity, go for baroque


Et vous, vous avez d'autres petits trucs
pour vous booster votre créativité ?


P.S : j'ai aussi remarqué que les idées me venaient souvent sous la douche ; peut-être que la chaleur enveloppante de l'eau délasse les muscles ET le cerveau ?

22 sept. 2017

Ce qu'on adore détester en automne

Le vendredi, septembre 22, 2017

L'automne ne dure décemment pas assez longtemps.

Les tourtes au potimarron en train de cuir lentement dans le four, les plaids en tartan qui refont surface, les tartes à la citrouille sur le bord de la fenêtre, les chocolats chauds que l'on boit entre amis sur la terrasse...

Cette jolie saison où la nature toute entière se pare de couleurs chatoyantes pour nous inviter au HYGGE, aux marches en forêt et au ramassage de châtaignes... cette saison-là dure bien trop peu de temps pour ne pas en profiter pleinement.

Inutile de dire combien c'est ma saison préférée. 
Celle que j'aimerais figer trois bons mois de plus.

D'ailleurs, je suis présentement en train de réfléchir à la plante grimpante que l'on pourrait faire courir tout le long de la barrière de notre terrasse en pensant aux belles couleurs qu'elle pourrait prendre en automne. Quitte à en abandonner l'idée d'un feuillage persistant en hiver.

Bref, rien de plus facile pour moi que d'ADORER ces petites choses qui font râler les amis de l'été quand arrive l'automne. Et oui, je l'avoue, je suis bien décidée à vous convaincre combien l'automne est une saison parfaite, malgré ces petites choses que l'on aime parfois un peu moins.


Le soleil qui se couche plus tôt

UN APPEL AUX SOIRÉES COCOONING


Les journées à rallonge et les parties de Molki jusqu'à 22h entre amis, les promenades quasi en plein jour à 21h avec un cornet de glace acheté au détour d'une rue... ça fait partie de ces petits plaisirs d'été que l'on va progressivement laisser de côté.

À la place, on ressort les bons vieux JEUX de société autour d'un tea time à l'anglaise, qui se prolonge jusque tard dans la soirée d'un dimanche pluvieux. Trois jeux - dans des styles complètement différents - que je vous conseille sans hésiter :

- Seven Wonders Duel, la version pour deux joueurs du Seven Wonders, qui est une vrai pépite de jeux à deux ; c'est d'ailleurs assez rare d'en trouver un aussi bien ficelé pour si peu de joueurs.

- Tu es un sorcier, pour les Potterheads comme pour les amateurs de jeux de rôle qui ont envie de se plonger dans un nouvel univers ; avec nos amis, on débute tous, et ça tombe bien, certains univers sont complètement adaptés aux débutants (le scénario sort progressivement, ce qui permet de faire de courtes sessions de jeu, pour commencer).

- Sherlock Holmes Détective Conseil, qu'il faut absolument jouer du début à la fin avec le même groupe de personnes (une bonne excuse pour se retrouver régulièrement) car une enquête ne peut parfois être résolue qu'en se rappelant une info trouvée dans une enquête précédente.

Et pour innover un peu, cet automne, on s'est lancé comme idée de démarrer un Wizard's book club ; des soirées de lecture à voix haute des sept livres de Harry Potter !


La surabondance de courges

À CUISINER DE MILLE FAÇONS DIFFÉRENTES


Personnellement, je rêve d'avoir un jour mon propre potager, rempli de potirons, citrouilles, pâtissons, potimarrons, mini-Jack-be... et de toutes ces cucurbitacées si différentes, colorées et délicieuses. En automne, je mange, je vis, je pense et je respire courge. C'est dit.

Mais pour éviter l'overdose (qui peut arriver sans crier gare) (parlez moi du jus de pomme dont je raffolais et que je ne peux plus boire depuis 8 ans...), j'essaie de trouver un maximum de recettes différentes, sucrées comme salées. Impossible de me lasser, après ça :

- tarte au potiron et pignons de pin pour un pique-nique automnal,

- pumpkin cake avec glaçage au philadelphia à l'heure du goûter,

- velouté de pâtisson, potimarron ou encore de butternut, au dîner,

- tarte au potiron épicée et aux amandes caramélisées en dessert,

- risotto au potiron ou à la citrouille et huile de truffe pour une envie de comfort food.

Et j'ai encore cinq bonnes recettes de gratins (sucré et salé), tourte, crème et crumble à tester... que je vous partagerai dans un prochain article si elles s'avèrent aussi délicieuses qu'elles en ont l'air !


La chute des températures

L'EXCUSE POUR DE FUTURES VIRÉES SHOPPING 


Je vous avoue que je suis loin d'être mécontente de quitter la canicule et la chaleur étouffante de l'été (qui commence aux alentours de 28° C pour moi...) même si je suis toujours un peu triste de devoir reléguer les petits shorts en jean et les débardeurs au second rang.

Ce qui me redonne futilement le sourire face au mercure qui descend et aux journées pluvieuses qui apparaissent plus souvent dans mon application météo, c'est l'idée de retrouver mes vêtements les plus cocooning (lien) : le long gilet DOUDOU sur un T-shirt, le petit pull fin tout confort juste pour la maison, et mes bottes de pluie motif tartan (avec lesquelles je peux mettre les deux pieds dans les flaques d'eau, et sourire intérieurement de ce petit geste enfantin mais tellement plaisant).

C'est aussi l'excuse toute trouvée pour (re)faire un peu de shopping et craquer sur des vestes en tweed, des écharpes tartan (parce que je n'en ai pas assez de huit...) et de beaux manteaux qui descendent jusqu'aux genoux. J'avoue, j'ai déjà commencé les repérages (et craquages) que j'essaie de vous recenser, dès que possible, juste ici.


Et parce qu'il risque de pleuvoir pas mal, dans les prochains mois : Comment rendre les jours de pluie plus agréables ?


Et vous, qu'aimez-vous détester en automne ?

18 sept. 2017

Partager un sourire

Le lundi, septembre 18, 2017

À bien y réfléchir, ce serait presque égoïste d'échanger un sourire avec un passant, dans la rue.
Au sens où cette simple mise en action de nos zygomatiques a le pouvoir étonnant de nous apporter un peu de plaisir et de satisfaction personnelle.

Quand on se déplace en vélo, en ville, on ressent souvent l’agressivité de la rue : les automobilistes qui se klaxonnent entre eux,  les gens énervés au téléphone, les piétons qui se jettent sur la piste cyclable et te font les gros yeux d'être passés à côté...

Et puis, il y a cette femme qui fait la même chose, parce qu'elle ne m'a réellement pas vue, et qui s'excuse sincèrement avec un grand sourire sur le visage qui me donne une BANANE d'enfer pour le reste du trajet.

Oui, je suis une éponge.
Une éponge à émotions. Bonnes comme mauvaises.

Et je crois que l'on porte tous, un peu, la fatigue, la frénésie et l'énervement des passants que l'on croise. Parce qu'on va se faire pousser à la sortie du métro ou qu'une personne qui peste contre le retard du bus va nous faire prendre conscience que, nous aussi, on en a marre d'attendre.

Mais parmi tout ça, il y a le sourire.
COMMUNICATIF.
Que l'on échange avec la femme d'un certain âge à qui l'on cède sa place, mais qui refuse de la prendre en vous disant qu'elle n'est pas fatiguée puisqu'elle est à la retraite.

Dans notre société actuelle, on ne parle pas avec son voisin ; on prend l'ascenseur avec lui en évitant son regard. Et c'est ainsi ; ce sont les conventions, ou juste la vie.
Mais on peut aussi lui dire bonjour avec un sourire en le croisant dans le couloir. Et ça change déjà tout.

Il parait qu'un sourire échangé avec un passant dans la rue entraînerait une chaîne de 500 sourires dans la journée.

Et si je pense que ce n'est qu'un chiffre lancé à la volée, je me dis aussi que sourire aura déjà eu le mérite de m'avoir fait du bien grâce à toutes les hormones du bonheur que cela aura libéré dans mon corps...

Ce qui n'est déjà pas si mal !

11 sept. 2017

Mieux vivre le lundi

Le lundi, septembre 11, 2017

Parfois, je me demande si les personnes qui sont en week-end le dimanche et le lundi ressentent la même pression mentale du début de semaine, le mardi. Il n'y a qu'à taper #lundi ou #MONDAY sur internet : pluie de gif en déconfitures et d'inspirational quotes pas si inspirantes que ça.

#mardi, en revanche, c'est la fête du gif psychédélique et du chaton qui te souhaite une bonne journée (parfois même les deux mélangés).

On est presque conditionné à subir le lundi.

Et quand on sait que plus on met l'accent sur le négatif, moins on voit le positif, ça donne envie de changer un peu les choses : d'essayer de mettre du positif dans son lundi, pour recommencer la semaine sur des bonnes bases.

Parce qu'on a quand même 5 jours sur 7 de travail !
Et je me dis que démarrer la semaine en traînant les pieds, c'est comme couper un énorme gâteau en 7 et se forcer à manger les 5 premières parts en n'ayant déjà plus faim, dans l'espoir d'apprécier les deux dernières.

Alors j'ai arrêté de soupirer le dimanche en prévision du lendemain ; j'ai essayé de prendre le lundi avec plus de LÉGÈRETÉ, et j'ai mis en place quelques petites astuces pour d'autant plus apprécier cette journée.


Se fixer

UN RENDEZ-VOUS AGRÉABLE


En général, quand j'ai hâte d'être en week-end ou en vacances, ce n'est pas juste parce que ça sonne mieux, mais parce que je sais que je vais faire des activités qui me plaisent : retrouver mes proches, aller au ciné, faire une belle balade...

Alors du coup, je fais pareil le lundi ! 
Je prévois au moins une chose que je veux faire, et qui va me donner envie de recommencer la semaine ; ça peut être un déjeuner pour découvrir une nouvelle adresse, une soirée entre amis ou encore une sortie au cinéma juste après un goûter chez Starbucks (c'est un peu mon Q.G d'avant ciné, j'avoue).

Et nul besoin de s'arrêter au lundi ! J'aime beaucoup faire des listes, et rien de tel que d'écrire (ou de visualiser mentalement) sa liste des petites choses qui vont nous RÉJOUIR tout au long de la semaine, comme :

- s'arrêter à son coffee house préféré pour prendre un café après le travail,
- passer en librairie pour acheter un nouveau livre,
- préparer un cake rapide mais gourmand en rentrant le soir,
- se chouchouter avec gommages et masques pour le corps et le visage...


Traîner

5 MINUTES DE PLUS AU LIT


Est-ce qu'il y a plus agréable que s'autoriser à rester quelques minutes de plus dans sa couette après que le réveil ait sonné ? 

Je ne sais pas si c'est pareil chez vous, mais mon lit n'est jamais plus confortable que pendant ces quelques minutes qui me séparent du petit-déjeuner. (Encore un sombre complot des usines de literie !)

Alors quand je programme mon alarme, je prévois toujours cinq petites minutes de battement pour pouvoir traîner un tout petit peu ; le réveil n'en est que plus doux. (Par contre, on ne désactive pas le mot "repeat" du réveil, au cas où on se rendormirait.)


Reporter

LES CORVÉES DE LA MAISON


C'est une idée que j'ai lue sur internet, il y a quelques temps, et qui a tout de suite fait tilt dans mon esprit : le lundi, pas de grosse corvée. 

Les factures à payer, le tas de linge à repasser, le salon de jardin à réparer... on zappe toutes les tâches non professionnelles que l'on peut reporter sans risquer de mourir de faim jusqu'au lendemain. Ce qui laisse une soirée plus LIBRE en perspective, idéale pour se fixer ce rendez-vous agréable hebdomadaire du premier point.


S'éviter

LE COUP DE FEU DU LUNDI


Pour éviter de prendre le rush du lundi en pleine figure, après deux jours de détente, je retarde un peu. 

J'ai la chance de pouvoir aménager mon emploi du temps, ce qui me permet de commencer la semaine par une séance de sport qui défoule un petit peu mais qui détend aussi beaucoup (je fais du body balance, un mélange de taï chi, yoga et pilates).

Et si je ne peux pas aller au sport ce lundi-là, je démarre la journée un peu plus en douceur, en commençant par les tâches que je préfère ; ce que l'on peut aussi faire quand on n'est pas libre de son emploi du temps, et qui rend la transition plus progressive entre le repos du week-end et le travail de la semaine.

En plus, REPORTER ne serait-ce que de 30 minutes / 1h le plongeon dans la boîte e-mails ,quand on est très sollicité, permet de rayer une ou deux tâches de sa to-do-list : ce qui est toujours très gratifiant (et qui fait du bien au moral !).


Profiter

AU MAXIMUM DU WEEK-END


Quand on a commencé à prévoir quelques soirées entre amis, le dimanche soir, autour d'un jeu de société et d'un bon repas, je me suis rendue compte que mon week-end semblait durer plus longtemps.

Plus personne n'attendait le lundi comme une fatalité, puisque l'instant présent était agréable, et une fois le début de semaine venu, j'avais l'impression d'avoir vraiment profité de mon week-end jusqu'au bout.

Et il n'est pas indispensable de sortir pour avoir cette sensation, parce que finalement, tout se passe dans la tête. Promis, il suffit de se sentir (peut-être de se forcer un peu, au début) en week-end jusqu'au lundi matin, pour en profiter. 

Parce qu'au fond, le week-end aussi a ses propres to-do-list à remplir : on a toujours un peu de vaisselle qui traîne, un service à rendre à un proche, des courses à faire pour remplir le frigo et des repas à préparer... mais le fait de savoir que c'est le week-end les rend tout de suite plus légères, non ?


À votre tour de nous donner envie d'aimer le lundi !