SLIDER

Featured
Affichage des articles dont le libellé est Featured. Afficher tous les articles

Quels outils choisir pour débuter en jardinage ?

11 avr. 2019

Choisir ses outils pour débuter en jardinage

L'avantage du jardinage, c'est que l'on peut commencer avec très PEU de matériel.

Nos deux mains étant déjà un outil en soi !
Même si, j'avoue, j'étais réticente à l'idée de plonger mes mains dans le terreau enrichi en fumier dans les premiers mois de vie de notre petit jardin urbain. J'avais repéré une paire de gants à fleurs absolument adorable dans un magasin, et comme bien souvent dans ces cas-là, je ne l'ai pas prise tout de suite, et il n'y en avait plus quand j'y suis retournée.

Et....
Tant mieux !

Parce qu'aujourd'hui, je prends la terre à pleines mains.
Avec un plaisir immense.
Et si j'avais commencé en portant des gants, je pense que je n'aurais jamais goûté à ce plaisir simple.

Alors finalement, la liste des outils à acheter pour commencer est vraiment très courte. Tellement que je ne pensais pas vous en faire un article, mais puisque la question revient souvent, notamment sur instagram, je me suis dit qu'il était temps de vous en parler et de vous donner mon retour sur ceux que j'ai chez moi.


Un sécateur à lames tranchantes


Sans doute pas le premier outil auquel on pense quand on débute, parce que la taille des plantes arrive seulement après une ou deux saisons. Mais c'est aussi l'outil pour lequel on ne peut pas trouver d'alternative si on veut prendre soin de ses plantes.

Actuellement, on en a trois : 

- Un premier sans marque qui vient d'une jardinerie, que l'on n'avait pas payé très cher à l'époque, et que je n'utilise plus que pour mettre en pièces les branches après les avoir coupées avec un bon sécateur parce qu'il est rapidement devenu inutilisable ; il commençait à hacher les tiges.

- Un de la marque Opinel : à Noël dernier, on a donc décidé de mettre un peu plus d'argent dans un bon sécateur, et on a choisi celui-ci qui m'a été recommandé par plusieurs professionnels sur instagram. En plus d'être fabriqué en France, il a l'avantage d'avoir 3 positions pour s'adapter au diamètre des branches à couper (jusqu'à 2 cm).

- Un de chez Nature & Découverte, offert par la marque. Il est très léger et entièrement en bois, donc très beau ; je ne l'utilise que pour les petites tailles sur du bois vert, pour le romarin par exemple.


Un ciseau pinceur


Un outil que je trouve beaucoup trop beau, avec son aspect très vintage quand on le choisit en métal noir, mais qui est surtout très pratique pour récolter les herbes aromatiques avec précision, et faire les pincements sur le basilic par exemple, ou les bonsaïs.

J'ai acheté le mien sur la boutique en ligne de l'échoppe végétale, et je suis très contente de sa qualité.

Ciseau pinceur pour jardiner

Un petite pelle


Même si j'apprécie mettre les mains dans la terre, quand il s'agit de vider ou remplir un bac de 50 L, l'aide d'une pelle est la bienvenue ! Bien que l'on puisse la remplacer par un grand récipient dans ce cas-là, ou une cuillère de cuisine pour les tout petits pots.

On en a deux avec manches en bois, ce que je préfère pour la prise en main : une de la marque Orla Kiely que l'on utilise depuis plusieurs années et une Nature & Découvertes qui fait également office de plantoir.


Un arrosoir


Ou deux, quand on a un peu de place pour les stocker sur sa terrasse ou son balcon.
Petite astuce : les choisir agréables à l’œil pour les intégrer à la décoration et gagner de la place dans le placard de jardin !

- Le premier que l'on a acheté, chez Bouchara, n'est pas d'une grande qualité. Il est blanc avec la anse et la pomme d'arrosoir dorés, donc très beau, mais il a déjà tendance à fuir au niveau du pas de vis de la pomme d'arrosoir.

- Le second de la marque Haws est tout petit, en plastique, avec une pomme d'arrosoir aux trous très fins pour "recréer la douceur d'une pluie londonienne" ; un débit très pratique pour doucher les cactus et arroser avec délicatesse les semis en pot.


Un râteau à main


L'outil que l'on utilise le plus rarement mais qui s'avère très pratique au moment de surfacer les pots. Cela permet de gratter la terre en douceur pour retirer les quelques centimètres à remplacer.

On peut également l'utiliser pour nettoyer les massifs (retirer les feuilles mortes et fleurs fanées) et préparer la terre pour les semis.

Nous n'avons pas de véritable râteau mais plutôt une griffe ; cela marche très bien pour gratter la terre, mais le râteau est plus pratique pour le nettoyage de massifs.

Outils nécessaires pour commencer en jardinage

Produits d'entretien


Pour éviter la transmission des maladies, notamment au moment de la taille, il faut penser à nettoyer et désinfecter ses outils avant de passer à la plante suivante.

Le nettoyage peut se faire avec un peu de savon noir, et on désinfecte ensuite avec de l'alcool à 90° C. Il est aussi conseillé de huiler et affûter régulièrement les lames des sécateurs pour les garder le plus longtemps possible.

Et... c'est tout !
Pas besoin de plus pour commencer à se créer un petit cocon de verdure.




Et ensuite ?


que faire sur sa terrasse / son balcon en été
que faire sur sa terrasse / son balcon en fin d'hiver
premiers pas en jardinage : conseils

Une journée à Londres sur les traces de Harry Potter

3 oct. 2018


C'est l'histoire un peu folle d'un e-mail reçu dans mes indésirables.
Et qui manqua finir directement dans la poubelle.

Intitulé en anglais faisant référence à Instagram. Mon cerveau a survolé le sujet, pensant à une énième sollicitation pour m'aider à faire grandir mon compte (hem). Avant de se re-connecter deux secondes et comprendre l'affaire, qui n'avait absolument rien à voir : j'étais invitée au siège Instagram de Londres.

Voilà.
La folie pure.

De cet e-mail en a découlé une grande fiesta intérieure, et un plan en trois parties (thèse, anti-thèse, synthèse) pour organiser ma première journée, au programme libre, dans les rues de la capitale anglaise.

J'avais des adresses en tête, une envie immense de me promener parmi les façades en BRIQUES et de découvrir MinaLima, et puis cette idée un peu folle de faire du shopping placé sous le signe de Harry Potter en compagnie de ma BFF, elle restée à Lyon.

Bref, j'ai énormément marché, je me suis régalée et ma valise s'est considérablement remplie avec notre butin shopping à la sauce facetime... Et j'avais envie de vous faire partager cette journée dans Londres. Pas slow du tout cette fois-ci, même si j'ai pris le temps de me poser pour savourer un petit-déjeuner et un déjeuner parfait.



Petit déjeuner scandinave


Il y a plusieurs mois, j'ai acheté le livre Desserts Hygge, publié par une Danoise qui tient, à Londres, un salon de thé nommé ScandiKitchen.

Vous me voyez venir... j'ai commencé ma journée Londonienne par là. Un thé chaud et un gâteau à la pomme, moelleux et savoureux à souhait, exactement ce qu'il me fallait pour la journée de marche qui m'attendait. (Ou pas. Mais je trouvais que l'excuse n'était pas trop mal.)

ScandiKitchen
61 Great Titchfield St, Fitzrovia, London W1W 7PP

Site internet : scandikitchen.co.uk


Chez Harry Potter... ou presque


J'avais vu des photos, de la maison MinaLima, créée par les graphistes qui ont travaillé sur les films Harry Potter.

Mais je ne m'attendais pas à ça.
Une maison sur quatre étages entièrement plongée dans l'univers de la saga.
La cheminée avec les lettres en provenance de Poudlard. Les affiches "Wanted" placardées aux murs. L'ambiance colorée et décalée de chez Zonko... MAGIQUE !

Une belle façon de (re)découvrir le travail de ces graphistes qui ont donné vie à ces objets que l'on avait imaginé en lisant les livres : la Gazette du Sorcier, les paquets de dragées de Bertie Crochue ou encore les lorgnospectres et le Chicaneur.

J'avoue, je n'ai pas su résister et j'en suis ressortie avec un carnet qui trône actuellement dans mon bureau en guise de décoration, et une carte postale reprenant la une de la Gazette du Sorcier avec Dumbledore - "Daft or Dangerous?"

House of MinaLima
26 Greek St, Soho, London W1D 5DE

Site internet : store.minalima.com


Et à quelques centaines de mètres de là, le théâtre où se joue Harry Potter et l'Enfant Maudit.

À défaut d'avoir vu la pièce, je me suis arrêtée un moment pour voir cette impressionnante décoration sur le devant du bâtiment.


Des grillades pour le déjeuner


À l'heure du déjeuner, je me suis clairement laissée happer par les odeurs de grillades qui émanaient du restaurant Temper.

Grillades de viande, mais aussi de poisson et de légumes.

Assise au comptoir, j'étais aux premières loges.
De grandes flammes qui viennent lécher les poêles en fonte dans lesquelles cuisent des grains de maïs, des pièces du boucher ou des poissons entiers... un régal.

Temper Soho
25 Broadwick St, Soho, London W1F 0DF

Site internet : temperrestaurant.com


Toute la journée, j'ai sillonné les rues de Bloomsbury, Marylebone, Mayfair et Soho, passant des quartiers résidentiels aux rues commerçantes. J'ai terminé cette petite escapade par Carnaby Street, haute en couleur et so lovely comme disent les anglais !


Avant de retourner à l'hôtel où je logeais, le St Pancras Renaissance, j'ai fait un petit détour par la gare de KING'S CROSS, où j'étais venue une première fois douze ans plus tôt (ça ne me rajeunit pas !).

J'avais envie de revoir la voie 9 3/4 et ce chariot encastré dans un mur.
Il faut savoir qu'à l'époque, toute fan de Harry Potter que j'étais, je n'avais pas bien saisi que la photo serait d'autant plus intéressante si je faisais semblant de pousser le chariot. La jeunesse !

Aujourd'hui, le chariot n'est plus du tout posé là, comme si de rien n'était.
Il y a une queue d'une bonne cinquantaine de fans qui souhaitent se faire prendre en photo.
Avec des personnes officiellement équipées d'un appareil.
Et des écharpes, une pour chaque maison, prêtées le temps de la pause.
Mieux encore : une seconde personne peut même vous tenir l'écharpe pour donner l'impression qu'elle flotte dans l'air sous l'effet de la vitesse.

Et juste à côté, la boutique de la voie 9 3/4.
Avec beaucoup trop de goodies pour savoir où donner de la tête !


Après 20,2 km de marche effrénée dans tout Londres, j'étais fatiguée.
Mais contente de cette journée en terre britannique. À me régaler du bout de la fourchette mais aussi des yeux. Avec ces briques à foison et cette architecture anglaise que j'apprécie tant.

***

Liens utiles pour trouver un hébergement :

- Booking pour les hôtels, maisons d'hôtes, bed & breakfast, auberges de jeunesse...
- 25 € via ce lien de réduction sur votre première réservation Airbnb


Plus d'article sur Londres :


Promenade dans la ville
Warner Bros Studio Tour Harry Potter - côté Poudlard
Warner Bros Studio Tour Harry Potter - côté monde magique
Quatre musées incontournables à Londres
5 conseils pour son séjour londonien
La tour de Londres
Mes bonnes adresses

Ce qu'il y a à faire dans mon jardin urbain, en été

14 août 2018


Il y a encore un an, je disais à qui voulait l'entendre que je n'avais pas la main verte.
Aujourd'hui, je ne dis toujours pas l'inverse. Mais je raconte le plaisir que j'ai de faire un tour de mon jardin urbain, tous les matins, avant de prendre le petit-déjeuner.

Ou en le prenant.

J'inspecte pratiquement chaque plante. Les fleurs qu'il faut couper. Les tomates cerises qui mûrissent enfin. Les ipomées qui s'accrochent au treillis. Et les cactus qui ont pratiquement doublé de taille en l'espace d'un week-end de canicule.

J'ai même découvert le plaisir de mettre les mains dans la terre pour rempoter mes plantes.
D'avoir deux arrosoirs dont un au pommeau si fin qu'il reproduit une petite pluie fine londonienne.
Et je recherche activement un petit râteau pour mes faire mes semis !

Un activité véritablement SLOW, qui a le don de nous plonger dans un rythme différent du métro/boulot/dodo, que j'ai tout naturellement eu envie de partager avec vous. En commençant par imaginer une série de quatre articles sur ce qu'il y a à faire, dans mon jardin urbain, au fil des saisons.

Ma liste est loin d'être exhaustive, bien sûr ; elle est simplement le reflet des plantes sur ma terrasse. Alors surtout, n'hésitez pas à partager, dans les commentaires, ce que vous faites de votre côté, en été, pour la compléter !


Arrosage


Notre activité du soir : passer en revue la terre de nos plantes pour arroser celles qui en ont besoin. 

Une chose que j'ai apprise en discutant avec des personnes qui ont l'habitude de jardiner : mieux vaut arroser moins souvent, mais abondamment, que l'inverse. Cela permet notamment d'inciter les plantes à puiser dans les réserves d'eau situées plus en profondeur, et donc de les habituer si l'on part quelques jours en vacances !

Quand l'arrosage devient nécessaire, nous attendons la fin de journée pour limiter l'évaporation qu'il y aurait si nous le faisions le matin, avec les fortes chaleurs qu'il y a certains jours. Et ainsi, si les feuilles sont mouillées au passage, elles ne risqueront pas de brûler au soleil.

Et avant de partir en vacances ? On arrose abondamment nos plantes, et on installe un système de goutte à goutte pour celles qui en auront le plus besoin. Il en existe en terre cuite, chez Botanic notamment mais on peut aussi le faire soi-même avec des bouteilles en plastique dont on perce finement le bouchon pour lui donner un débit lent.

Pour retenir l'humidité, on peut également PAILLER la terre. De notre côté, nous avons choisi un paillis de chanvre beige 100% biodégradable qui, en plus d'être esthétique et de limiter le besoin en arrosage, enrichit le sol en humus en fin de vie.


Entretien


Même si ce n'est pas une saison où l'on taille nos plantes, à proprement parler, je joue quand même beaucoup du ciseau pour COUPER:

- Les fleurs fanées de la plupart des plantes afin de favoriser leur floraison, en coupant la fleur à sa base. Petite exception faite pour notre Gaura à qui il faut éliminer l'ensemble de la tige sur laquelle la fleur s'est fanée, et pour les rosiers remontants auxquels il est conseillé de ne pas toucher.

- Les boutons floraux de certaines plantes aromatiques comme le basilic et la ciboulette, pour éviter que la plante ne s'épuise en produisant des graines. Dans le cas du basilic, les poussées florales sont très abondantes durant les grosses chaleurs ; j'en coupe parfois plusieurs par jour, en coupant la tige au-dessus d'une paire de feuilles à 2-3 nœuds du sol. Cela permet de faire un pincement qui provoquera le départ de nouvelles ramifications.

Certaines plantes ont également besoin d'être accrochées le long d'un tuteur ou d'un treillis, durant leur croissance, comme nos tomates cerises, pour éviter qu'elles se cassent avec le vent. 


Récolte


Le moment le plus gratifiant pour la gourmande que je suis : la récolte. Notamment celle des tomates cerises qui mûrissent enfin, quand des merles ne viennent pas nous les piquer juste avant !

Pour les plantes aromatiques, on se sert en fonction des besoins de la cuisine ; les couper sur la plante juste avant de les cuisiner permet de conserver un maximum d'arômes. Idéalement juste avant les grosses chaleurs pour le basilic (plutôt le matin, donc) ou au contraire quand il est pleinement gorgé de soleil pour le romarin.

Dans le cas du basilic, les jeunes pousses sont celles qui auront le plus de saveur, mais il faut tout de même les récolter MODÉRÉMENT pour ne pas épuiser la plante, et faire un mélange de plus jeunes et moins jeunes feuilles si on en cuisine très régulièrement.

Et à la fin de l'été ? Ce sera le moment de faire une dernière récolte avant les saisons froides, pour conserver le persil, la ciboulette et le basilic au congélateur, ou de faire sécher du romarin et du thym pour les plats en sauce à venir.



Plantation


En règle générale, c'est plutôt au printemps ou en automne que nous faisons le maximum de nos plantations pour leur laisser le temps de faire de bonnes racines avant la floraison/la production ou avant le retour du froid.

Mais en été, on peut tout de même :

- Planter les légumes d'automne et d'hiver comme certains choux, radis, ou encore la laitue.

- Rempoter les plantes qui sont à l'étroit après avoir trop grossi (comme nos cactus qui ont doublé de taille) ou celles que l'on achète en jardinerie qui ont généralement épuisé les ressources du godet en plastique dans lequel elles sont vendues. Et je vous donne quelques conseils pour rempoter une plante, en vidéo, sur IGTV.

- Bouturer ses plantes ; selon les espèces, on peut le faire à différents moments de l'année, mais fin août est un moment propice pour nombre d'entre elles comme le romarin ou le rosier, par exemple.


Et vous, que faites-vous dans votre jardin, en été ?


Comment j'ai commencé à jardiner sur ma terrasse : mes conseils de débutante pour débutants.

Mes articles sur le même thème :


que faire sur sa terrasse / son balcon en automne
que faire sur sa terrasse / son balcon en fin d'hiver
quels outils choisir pour débuter en jardinage ?
premiers pas en jardinage : conseils
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007