SLIDER

Humeur
Affichage des articles dont le libellé est Humeur. Afficher tous les articles

Dix ans de blogging !

19 juil. 2017


DIX ANS.
Cela fait dix ans que j'ai attrapé ce bout d'espace web pour en faire un blog. Un espace détente même, si je reprends le titre de mon tout premier article.

À l'époque (et là je me sens vieille), c'était un peu comme ouvrir un journal intime en ligne.

Pour moi, c'était le résultat d'une envie toujours plus pressante d'ÉCRIRE. Un jour, j'ai attrapé le virus de l'écriture, et il n'a eu de cesse de se multiplier jusqu'à coloniser tout mon esprit.

Est-ce que je vous ai déjà dit que j'ai écrit ma première histoire sur une petite machine à écrire, blanche et violette, que mes parents m'avaient offert ? Je devais avoir 7 ans. J'avais tapé 5-6 phrases à propos de deux boutons d'or qui tombaient amoureux.

Bref,

J'AI ÉCRIT


Ouvert des dizaines de sites internet et plusieurs forums. Et puis cet espace est resté. A grandi. M'a permis de faire de belles rencontres. Et de prendre part à de beaux projets.

Honnêtement, si on m'avait dit que mon blog me permettrait de rencontrer ma BFF ou d'imaginer une cuisine qui se retrouverait sur le vrai catalogue d'une vraie chaîne de magasins... je n'y aurai jamais cru !

Et tout ça, grâce à ce qui a commencé par être une sorte de journal intime en ligne. Ce qui est assez drôle quand je pense que je n'ai jamais réellement réussi à tenir de journal intime, même si j'ai essayé. Plusieurs fois ; ça ne devait juste pas être mon truc.

Mais en souvenir à ces premiers articles, qui ont continué pendant plusieurs années à s'écouler comme un fleuve de paroles sans barrage pour le contenir, j'avais envie de prendre mon clavier, sans réfléchir à ce que j'allais vous dire ; j'avais juste envie de laisser mes doigts courir sur les touches AZERTY. Je me demande d'ailleurs si c'est un même sentiment de LIBERTÉ et de FRÉNÉSIE qu'un pianiste ressent quand il laisse juste vagabonder ses mains, sans partition pour les guider.

Je crois que j'aurais aimé savoir jouer du piano. Et de la batterie. J'ai un sens terrible du rythme, mais je me soigne. Et puis j'aime tellement la batterie...

C'est là que vous vous demandez où je veux en venir, et là où je me dis que j'ai parfois intérêt à me brider. À me recadrer, plutôt. Parce qu'en dehors de ce plaisir fou de faire couler les mots comme ils me viennent, comme "à l'époque", je voulais vous dire merci.

Merci

D'ÊTRE LÀ


De partager chaque jour vos commentaires avec moi. Sur ce blog, mais aussi sur les réseaux sociaux. 
D'être au rendez-vous quand je vous ponds des articles de 3 km de long, même si je sais que l'on lit de moins en moins, sur internet. 

J'avais envie de vous le dire, et j'avais aussi envie de vous gâter.

Il y a quelques mois, maintenant, j'ai imaginé à quoi pourrait ressembler un concours pour les 10 ans de mon blog. Et il n'y avait qu'une chose qui me paraissait tomber sous le sens : vous offrir des essentiels COCOONING. Pour vous créer vos petits moment détente et hyggelig. Parce que c'est ça, pour moi, le dénominateur commun de chacun de mes articles. Sûrement parce que, avant toute chose, j'ai envie de penser que l'essentiel, dans la vie, c'est d'arriver à en profiter. D'essayer (en tout cas) de profiter de chaque petit moment. De chaque petit bonheur du quotidien. Aussi utopiste cela puisse-t-il sembler. Aussi naïf que cela puisse sonner. Et aussi difficile que cela puisse être. 

Comme nous fêtons les 10 ans du blog, je vous organise 10 concours sur 10 jours ; et ça commence dès aujourd'hui ! Il y aura des lots à remporter sur le blog, mais aussi sur instagram, sur facebook et sur snapchat, afin de vous remercier de me suivre ici et là-bas.

Je ne sais pas où je serai dans 10 ans ; je ne sais pas même ce que je ferai dans 5 ans. Alors en attendant, profitons juste de l'instant présent !

#concourscocooning


1. On se détend, avec une routine de soins pour se chouchouter : sur instagram (terminé)
2. Impossible de passer un moment hyggelig sans une tenue très confortable : sur facebook (terminé)
3. Pâtisser puis déguster, une activité slow life par excellence : sur le blog (terminé)
4. Une pause lecture qui fait du bien pour une journée parfaitement cocooning : sur instagram (terminé)
5. Mais pas sans une tasse de thé bien chaud dans la main : sur facebook (terminé)
6. Le soir venu, on allume une petite lumière douce et chaleureuse : sur snapchat (terminé)
7. Ou on fait sa valise, et on passe la nuit à l'hôtel : sur le blog (terminé)
8. Le chocolat donne le sourire, et c'est presque scientifiquement prouvé : sur instagram (terminé)
9. Pour être hygge même en vacances en alliant confort et praticité : sur facebook (terminé)
10. Un jour pluvieux, on se pose devant GOT, et on attend le plateau repas : sur instagram (terminé)

Joyeux Noël !

25 déc. 2015


Du chocolat pour embrumer le cerveau dans un petit nuage sucré, des cadeaux sous le sapin pour se laisser retomber en enfance et un peu de magie dans l'air because Christmas is all around ; je vous souhaite tout ça pour cette belle journée du 25 décembre.

Profitez (à fond).
Mangez (beaucoup trop).
Riez (ça fait les abdos).
Buvez (avec modération).

Bref,

Joyeux Noël !

Dans ma bucket list : le dîner croisière

25 sept. 2015


En vivant à Lyon, je croise très régulièrement des restaurants/péniches le long du fleuve. Le personnel de bord est toujours tiré aux quatre épingles, et l'intérieur, de jour comme de nuit, a toujours attiré mon œil.

Parce qu'il faut que je vous dise, j'ai "un truc" avec les bateaux.

Depuis l'adolescence. Depuis Titanic même. Et pas le film, mais le jeu PC. On remontait le temps pour empêcher le bateau de sombrer ; une suite d'enquêtes et d'actions qui nous promenait dans l'ensemble du paquebot que j'avais l'impression de connaître comme ma poche.

Alors quand je vois des péniches aux tables nappées en blanc et son équipage sur le pont, ça me ramène quelques années en arrière, quand je vadrouillais virtuellement à bord du majestueux Titanic.

Pour moi, les croisières ont ce petit côté fantasmé plein d'élégance et de raffinement ; des conversations à voix basses et des plats aux petits oignons ; une ambiance de vacances mais intimiste à la fois.

Bref, lorsque l'on s'organisera enfin une semaine de vacances à Paris, en amoureux, je crois qu'un dîner croisière sera définitivement au programme. C'est tellement cliché, mais voguer sur la Seine en admirant la ville illuminée et ses plus beaux monuments, c'est quand même classe ! Et côté cuisine, je pense que miser sur un MOF derrière les fourneaux, comme sur la péniche Capitaine Fracasse, c'est pas une mauvaise idée. Parce que profiter du spectacle offert par la Seine, je dis oui, mais pour la gourmande que je suis, le faire en mangeant bien, c'est encore mieux.

En attendant nos vacances à Paris, j'ai pioché quelques inspirations croisière sur Pinterest ; ça pourrait faire un dîner à thème sympa !


Et vous, vous avez déjà fait une croisière ? ou un dîner croisière ?

Article partenaire

On ne dit plus... mais on dit...

29 mai 2015


J'avoue : parfois, j'ai un peu peur de ressembler à ma vieille-arrière-grande-tante-germaine-par-alliance qui me prend pour une physicienne quantique quand je parle de MP3 et qui utilise encore son téléphone pour téléphoner (non mais allô quoi ?!).

En pleine crise d'angoisse face à ce vide abyssal qu'il pourrait un jour régner entre moi et les jeunes (l'approche de ma 27ème année creuse d'autant plus l'écart qui me fait désormais répondre "26-35 ans" dans les sondages), j'ai mentalement listé toutes ces expressions désuètes qui doivent sonner aussi étrangement aux oreilles des ados que le patois aux miennes.

Pour rester "in", on ne dit plus :


- des lunettes de soleil mais des sunnies
- une manucure mais un nailart
- une queue de cheval mais ponytail 
- des souliers mais des shoes
- un beau mec mais un B.G
- un bûcheron plein de charme mais un hypster
- un boulet mais un boloss
- être dans le vent mais être 'in'
- être cool mais avoir le swag
- être peinard mais être posey
- c'est chouette mais c'est top
- c'est tendance mais c'est hype
- glander mais chiller
- nickel mais ça passe crème
- carpe diem mais yolo
- ...

Vous continuez la liste ?



Les bons moments #2

7 janv. 2015


Un trajet en métro, même en mode semi-sardine, peut faire partie des bons moments d'une journée. Qu'importe le monde, la fournaise ou le manque d'oxygène, pourvu qu'on ait le bon compagnon : un livre à suspens, un livre fantastique, un livre historique... celui dont il suffit de lire trois lignes pour être transporté loin bureaucrates en sueur, des adolescents qui mâchent bruyamment leurs chewing gum et des gosses qui hurlent le nom des prochaines stations.

Mes bons moments de fin d'année : un bon livre donc, mais aussi quelques séances ciné très prenantes et une soirée avec des cocktails chauds parfaits pour cette saison trop froide (je vous donne les recettes plus bas) !

Les bons moments #1

31 oct. 2014


Aller au cinéma et être hyper enthousiasmée par un film, lire un roman et se perdre dans les méandres de son intrigue avec délice, déambuler entre les attractions de la si traditionnelle Vogue des Marrons et retomber en enfance devant la pêche aux canards... autant de choses qui ponctuent mon quotidien, qui me font passer de bons moments, et que je ne prends pas le temps de partager avec vous. 

Je vous annonçais, il y a quinze jours, trois nouveaux rendez-vous réguliers sur le blog, pour parler gourmandise, shopping et... bons moments ! Le voici, ce troisième, qui j'espère vous plaira et vous permettra de découvrir de belles choses pour passer, à votre tour, de bons moments.

L'automne dans mon smartphone

13 oct. 2014


Adieu plage de sable blanc et mer bleue turquoise à perte de vue ; bonjour les couleurs chatoyantes de l'automne, les camaïeux d'orange dans les arbres et la chaleur rassurante des troncs d'arbre en forêt.

L'été, j'ai besoin de fraîcheur, d'évasion, de vacances avant l'heure... alors j'habille l'écran de mon téléphone avec des photos de paradis sur terre. Mais quand on a le droit à un retour tonitruant de l'automne, avec ses pluies diluviennes, son monochrome de gris dans le ciel et ses températures à vous faire enfiler des couches de petit gilets, je m'empresse de télécharger des photos aux couleurs chaudes et cosy. Il m'en faut peu, mais c'est absolument indispensable pour que je me sente bien dans mon iPhone ; mon petit chez moi virtuel en somme.

L'heure est donc au partage de ces belles photos qui donnent envie de se pelotonner au fond de son canapé, avec un plaid doudou, une tasse de chocolat chaud entre les doigts, et une bonne série à la TV.

Instantanés du mois d'août

3 sept. 2014


Revenir à la réalité du quotidien, même après trois semaines à bourlinguer entre plusieurs villes de France et de Belgique, c'est bien plus facile qu'on le croit. Un matin, l'alarme stridente du téléphone (qui se réveille encore avec un réveil matin en 2014... ?) vous fait brusquement surgir hors du lit. Sans même s'en rendre compte, on se laisse happer par cette routine réglée au quart de seconde. On attrape tour à tour son petit déjeuner, une bonne douche et le métro qui nous emmène dans les entrailles de la ville. 

Le quotidien m'a rattrapée, fin août, alors que les derniers vacanciers prenaient la route, direction le Sud, l'Est, l'Ouest, mais surtout pas le Nord. Dans mon iphone, ce mois-ci, du quotidien qui essaie de rattraper les vacances disparues. Un brin de nostalgie, mais toujours beaucoup de plaisir. (: 

Clichés de Juillet

12 août 2014


Hier, quelques minutes tout juste avant aujourd'hui, on rentrait de cette belle semaine passée en Belgique, épuisés de nos vacances chargées en découvertes, le dos ankylosé par les 4h de train et les chevilles tendues par les heures de marche sur les pavés... mais la tête vidée, reposée et pleine de souvenirs. Des centaines de clichés attendent sagement dans l'appareil photos : un peu de tri à faire avant de vous faire découvrir Bruxelles et Bruges à travers mon objectif. 

En attendant, et puisqu'ici le soleil et la pluie jouent au chat et la souris, laissant tantôt le devant de la scène à l'un, tantôt à l'autre, j'évite les gouttes en prenant le temps de faire un petit retour sur le mois de juillet, lui aussi, riche de belles choses.

Je vous souhaite de belles vacances et un beau mois d'août !

1 août 2014


Le compte a rebours a commencé : à 18h ce soir, je serai en VACANCES ! Trois semaines à profiter du (je l'espère) beau temps, de ces nouvelles villes à visiter, des soirées entre amis et des nombreuses gourmandises de l'été, ces amies qui veulent du mal à notre ligne. 

Un programme plutôt chargé qui commence dès demain, et qui annonce un ralentissement des publications sur le blog. Mais comme vous êtes déjà tous en vacances, ça ira, on se retrouvera à la rentrée ! An attendant, je vous donne rendez-vous sur instagram pour découvrir au jour le jour mes jolies visites. 

Mon top 5 des pires raisons pour faire son ménage

23 juil. 2014


L'autre jour, ma grand-mère me disait qu'elle adore faire le ménage et prendre soin de sa maison. Elle aime quand tout est propre et rangé... j'avoue, moi aussi ça me plait.

Mais AIMER faire le ménage ? Honnêtement, je crois qu'un chromosome s'est fait la malle de ma séquence ADN. Nettoyer, balayer, astiquer... une fois par an, pour le nettoyage de printemps, c'est pas suffisant ?

Les tendances de l'été sur lesquelles je n'aurais pas parié

18 juil. 2014


Parmi les dizaines de nouvelles tendances qui sortent chaque semaine, il y a celles que l'on adopte immédiatement sans se poser de question, et celles qui nous laissent perplexes. Comme les poches au motif léopard qui descendent cinq centimètres en-dessous du short, en plein milieu des cuisses. La première fois, ça m'a fait un choc. Un peu comme si les poches retournées avaient un soudain quart d'heure de gloire inexpliqué. Cette année, j'avoue, ça me choque moins. J'ai dû m'y habituer. 

L'été 2013 n'a pas échappé à la règle. Avec quelques touches so 2014, on retrouve les même tendances, en presque mieux. L'habitude en plus, l'oeil (trop) critique en moins. Alors pour finir la semaine, retour sur trois tendances de l'été sur lesquels je ne misais pas gros l'année dernière, et finalement...

Quatre idées pour changer de la traditionnelle carte postale de l'été

16 juil. 2014


Je ne saurais dire combien d'heures j'ai passé à écrire des cartes postales, chaque année, au moment des vacances d'été. Pour les parents, grands-parents, oncles, tantes, cousins, copains d'école... Un petit bonjour depuis la mer, on donne la température de l'eau trooop bonne, on dit qu'on s'amuse dans les vagues et on termine par des bisous salés. Le grand classique qu'il faut essayer de faire varier avec un synonyme ou deux pour ne pas envoyer le même texte formaté à tout le monde. 

Avant, ce petit exercice était un bon entraînement pour mon écriture de pattes de mouche et mon cerveau endormi par l'air chaud et humide de la Méditerranée. Aujourd'hui, plus de cartes postales dans les enveloppes, mais de vrais morceaux de vacances dans les boites aux lettres de mes proches. 

Mon chien, ce tendeur d'embuscades

14 juil. 2014


Après trois ans de coups de langue sur le nez, de jouets disséminés dans tout l'appart et de bruits de petites pattes qui courent sur le parquet, Mr. Toutou nous surprend encore avec ses facéties de petit chien qui comprend très bien ce qu'il se passe autour de lui.

La dernière en date ? Les embuscades qu'il me tend pour jouer à la balle !

Clichés de Juin

7 juil. 2014


Assise sur une terrasse en Ardèche, avec le bruit des cigales et le piaillement des oiseaux en fond sonore, et la perspective de l'après-midi piscine qui m'attend, je me dis que le mois de juin, c'était ça : un préambule à toutes ces mini vacances sous forme de week-end qui nous font patienter jusqu'aux vraies vacances, au mois d'Août. 

On est dimanche. Une légère brise s'engouffre sous mon chemisier fluide d'été. J'écris ces quelques lignes comme un petit retour sur le mois qui vient de passer, ses belles découvertes et (toujours) ses instants gourmands qui ponctuent mes semaines.

Clichés de mai

4 juin 2014


Tandis que je réfléchis à la façon d'entamer mon article, je cherche autour de moi les mots qui se seraient coincés dans un coin de l'appartement. Mon regard se pose sur la boule de poils friponne qui a fêté ses trois ans le premier du mois. Il me regarde de loin, tassé sur son coussin sur lequel il pourrait rentrer six fois, avec ses yeux charmeurs. Un vrai sacripant, qui a profité que nous ayons le dos tourné pour grignoter la baguette de pain oubliée sur le bord du canapé...

Mai, c'est ça : un mois malicieux qui nous a trempé jusqu'aux oreilles et fait sortir les petites robes d'été le jour suivant. Le mois du changement aussi, à commencer par le blog qui a légèrement enflé pour laisser la place à des photos plus larges et un background devenu gris clair. 

Et puis, un mois gourmand. Toujours. Avec de nouvelles adresses lyonnaises testées et ultra approuvées.

On "petit déj" ?


 

L'une des découvertes du mois, c'est la tuerie intergalactique de la planète Pâtisserie Eric Kayser avec son cookie pépites de chocolat au lait, amande et orange confite. À côté, ceux du Starbucks peuvent aller se rhabiller ! 

Mais malgré mon amour inconditionnel des petits biscuits, des tendres brioches et des viennoiseries de mon cœur, en mai, j'ai décidé de me mettre au petit déjeuner salé ! Pas tous les jours, mais régulièrement tout de même, je troque les tartines de beurre/cacao contre un oeuf à la coque et une tranche de jambon... et c'est un vrai bonheur !

Fish & fish


 

Imouto, c'est la fausse découverte du mois : un restaurant que je connais depuis son ouverture, qui m'a fait baver devant mon écran à dix mille reprises, mais chez qui je n'avais jamais eu l'occasion de planter ma fourchette. 

On y est allé. On a mangé. On a adoré. De la mise en bouche au dessert, tout était absolument parfait : sashimi de poissons, billes de miel acidulées au yuzu en entrée, tartare de thon (yuké), pommes vitelottes, pommes granny smith et sa salade en plat, et tarte sablée frangipane, rhubarbes et fraises en dessert.

On y retourne très vite, ça c'est sûr !

Shopping time !


 

À mon poignet : un nouveau charm pour faire étinceler mon bracelet Pandora et étoffer ma petite collection. Et au bout de mes doigts : * roulements de tambour * du vernis

(attention, instant solennel et rempli de questions existentielles sur le but de la vie et les difficultés qu'elle nous amène à surmonter.)

Pas que je sois anti-vernis. Au contraire, je trouve ça très beau... sur les autres. Mes mains et moi, on n'est pas forcément en bon terme. Avec mes ongles cassants au possible, c'est encore pire. Donc les badigeonner de couleur, j'ai toujours eu du mal. Mais comme c'était trop dommage de lorgner les belles manucures des autres et de ne pas arriver à s'y faire sur soi, j'ai décidé de me lancer. 

Une question d'habitude, j'en suis convaincue. Comme le jour où j'ai décidé de remettre des boucles d'oreille après des années d'abstinence. Et depuis quinze jours que j'ai commencé, je dois dire que je commence à drôlement aimer avoir les ongles vernis. ^^ 

On met la pain à la pâte


 

Un gâteau hyper moelleux, rapide à faire et sans lait : le gâteau de Savoie. Une recette inratable dénichée sur Marmiton, avec une petite adaptation pour un résultat ultra aérien : remplacer la totalité de la farine par de la fécule de maïs. Et y ajouter un peu de zeste de citron, c'est encore plus bon. ^^ 

Pour un gâteau de 6 - 8 personnes, j'ai personnellement doublé les proportions. Parce que la première fois, je me suis retrouvée avec un gâteau parfait en texture, mais relativement fin. Et les gâteaux de Savoie, pour ma part, je les ai toujours vus bien épais. 

Cric, crac, croc, miam !


 

Pour le déjeuner, une adresse qui fait bar à tartare : la brasserie de la Bourse du Travail. Dans mon assiette, un tartare de saumon fresca : pamplemousse, concombre, pomme verte, aneth, échalote et jus de citron, un régal ! Servi avec des frites maison.

Je suis aussi retournée faire ma gourmande chez Thé Où, en goûtant cette fois-ci leur carrot cake et sa chantilly à la verveine. Léger en bouche, gourmand à chaque bouchée : parfait, voilà tout. (: 

Lugdunum by night


 

Et vous, votre mois de mai ? Gourmand et malicieux ?

Les adresses mentionnées dans l'article :

Eric Kayser - Lyon ou Paris (www.maison-kayser.com)
Imouto - 21 rue Pasteur, 69007 Lyon 
Brasserie de la Bourse du Travail - 69 rue Moncey, 69003 Lyon 
Thé Où - 9 rue Chavanne, 69001 Lyon

Clichés d'avril

2 mai 2014


Les apparences sont trompeuses. Des giboulées de mars en avril, du muguet bien avant le mois de mai et le mercure qui n'a jamais autant grimpé qu'en mars alors que le mois de mai commence sous la cohabitation peu joyeuse du ciel bleu et des nuages gris. 

En avril, ne te découvre pas d'un fil mais mange tout ce qu'il te plait. Je crois que le mois dernier, j'ai encore fait ma gourmande... oops. ^^ 

Si les objets pouvaient parler, ils diraient...

28 avr. 2014


Si les objets qui ponctuent notre quotidien pouvaient parler, ils en diraient tellement sur nous, cette personne qui est bien plus qu'un être de consommation, cachée derrière ses habitudes et son rythme métro - boulot - dodo.

Le vieux Nokia qui nous sert de réveil matin s'arracherait les touches avec notre manie de le faire crier trois fois, entre 7h22 et 7h42. Mais la couette continuerait de nous envelopper de sa chaleur, sournoise, nous susurrant un doux et langoureux "aie confiance". 

Les 5 outils pour survivre à la jungle de l'achat immobilier

23 avr. 2014


Depuis quelques semaines, nous sommes propriétaires. Propriétaires de deux plans papiers correspondants à un tas de molécules de béton, passé du statut de chose informe à un presque appartement et un presque garage en sous-sol. 

Bref, on a signé des centaines de papiers, épuisé nos poignets et sérieusement endommagé nos canaux carpiens contre le bord d'une dizaine de bureaux différents... Comme quoi, le bonheur, ça ne tient pas à grand chose. 

Le tout, pour se lancer dans la folle aventure de l'achat, est d'être bien outillé. Les cinq s à avoir dans sa manche pour devenir propriétaire, les voilà.

Lyon à la tombée de la nuit

11 avr. 2014


Les "entre-deux" ont quelque chose de magique. Entre deux pièces, on passe une porte, et pfiout ! On oublie ce que l'on va chercher, ce que l'on devait annoncer et le lait en train de bouillir sur leu feu. Entre deux jours, il y a cette heure si particulière - minuit - où l'on ne sait pas très bien si on est aujourd'hui, ou si on est déjà demain. 

Et entre le jour et la nuit, il y a le crépuscule. Cet instant si éphémère où le ciel est strié de blanc, bleu pâle, jaune et orange. Une lumière perçante, aux beaux jours, qui donne une ambiance apaisante aux rues. Tout semble soudain plus calme et tranquille. 

Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007