Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Sport. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Sport. Afficher tous les articles

9 mars 2018

Pourquoi je continue le sport... (toujours) en douceur

Le vendredi, mars 09, 2018

Je ne vois aucune contradiction au fait d’aller au sport et de rentrer me préparer un bon gros chocolat chaud.
Parce que je ne fais pas de sport pour maigrir.
Juste pour me sentir bien dans mon corps.
Littéralement.

Il y a trois ans, je m’y suis mise à cause d’un accident de ski, et je vous avais parlé des débuts, de ce que j’aimais, et des premiers bienfaits ressentis.

Trois ans plus tard, la chute de ski est loin. Je ne peux plus dormir sur le côté droit. Je ne pourrai jamais faire le poirier sur la tête. J’ai une vertèbre abîmée et j’ai très régulièrement mal aux cervicales. Mais les séances de sport ont fini par réparer tout ce qu’elles pouvaient réparer. Et j’ai pris la décision de ne surtout pas arrêter tellement ça m’a apporté bien plus qu’une (simple) guérison.

Pourtant, je ne vous en ai jamais parlé !
Je ne sais pas pourquoi.
Un oubli. Très certainement.

Parce que c’est une chose que j’avais vraiment envie de partager avec vous. En espérant que, vous aussi, vous trouverez le sport qui vous apportera tous ces BIENFAITS. (Non sportive comme j’ai toujours pensé l’être - et je n’arrive toujours pas à me voir autrement - je suis convaincue qu’il existe un sport pour chacun, et qu’il suffit de le trouver.)


Me détendre l'esprit


Je pense que c'est la première chose que j'ai ressentie, en me mettant au Body Balance : du BIEN-ÊTRE. Au sens le plus littéral possible.

45 minutes sans penser à la to-do-list de la journée, à la paperasse administrative, à la boîte mails toujours trop pleine, aux réseaux sociaux sur lesquels il faut être actif pour exister...

Juste 45 minutes pour soi.
À se concentrer sur les mouvements dictés par la prof, sur des musiques douces, ou parfois plus rythmées. À ressentir son corps. Les zones tendues. Les exercices qui font travailler (et suer...). Ou ceux qui font du bien.

C'est un bon exercice de pleine conscience, le sport.
Et la cerise sur le gâteau, c'est la dose d'endorphine que l'on sécrète après l'effort. Une hormone du plaisir, un anti-stress naturel... une preuve scientifique, finalement, que le bien-être du corps et de l'esprit sont étroitement liés.


Renforcer mon corps


J'ai l'impression d'avoir toujours eu mal au dos.
Déjà, parce que j'ai eu un début de scoliose. Mais que je suis aussi très cambrée. Que le milieu de ma colonne vertébrale est plate. Et parce que j'ai eu un lumbago en cours de danse, à la fac, que j'ai mis 5 ans à faire soigner.

J'avoue, je ne suis pas très tendre avec mon corps. À 24 ans, un kiné s'est même ouvertement moqué de ma SOUPLESSE digne d'une femme de 45 ans...

Aujourd'hui, autant dire que j'ai pris ma revanche !

Je ne sais pas faire le grand écart mais je fais le pont sans trop d'effort.
Et je crois que c'est ça, le plus jouissif : voir les progrès que l'on fait, semaine après semaine.

Après, bien sûr, avoir eu la joie de voir que 90% de mes douleurs dorsales s'étaient éclipsées de ma vie ! Fini d'être obligée de m'asseoir toutes les dix minutes pour soulager mes lombaires ; j'ai retrouvé ma jeunesse de corps, en somme.


Me faire du bien


Les bienfaits sur le corps n'arrivent pas en une séance. Ni cinq.
Il faut de la régularité pour que le travail paie. Bien qu'en l'espace d'un mois, à raison de deux cours par semaine, je voyais déjà des progrès.

Mais soyons honnête, j'ai un peu souffert au début.
J'ai eu des courbatures de l'espace après les premiers cours. Et j'ai cru ne jamais réussir à faire plus de dix abdos.

(D'ailleurs, je ne suis toujours pas une grande fan des abdos, bien que la chanson sur laquelle on les fait doit durer quatre minutes à tout casser...)

Au milieu de tous ces efforts à fournir, il y a malgré tout ces exercices qui font tellement de bien. Je crois que je suis complètement ACCRO au twist de la colonne vertébrale, qui la fait tourner en douceur en fin de séance. Ou à ces positions de yoga dans lesquelles on sent tout le squelette s'étirer.

D'ailleurs, quand je loupe deux - trois cours pendant les vacances, les premières minutes du cours sont toujours un peu difficiles (après les excès de l'été...), mais ensuite, j'ai comme l'impression que mon corps se réveille d'une longue nuit dans une très mauvaise position ; vous voyez l'idée ?


Stimuler mon système immunitaire


Et puis, il y a la santé.
Et comment le corps réagit à certaines maladies.

Sans parler de tout ce qui touche aux problèmes cardio-vasculaires ; je ne suis clairement pas qualifiée. Mais toutes ces bactéries et ces virus que l'on côtoie au quotidien. Dans le métro ou dans les boutiques. Qui nous atteignent pas vraiment de façon très équitable.

Je n'ai jamais été trop touchée par les gastros, et je crois bien que je n'ai jamais eu la grippe. Mais je me prenais bien une crève, chaque année, qui durait deux ou trois jours. Alors qu'aujourd'hui, si une bactérie (ou un virus) me fait du mal plus d'une journée par an, c'est déjà pas mal.

Le sport est connu pour BOOSTER le système immunitaire ; et certaines études affirment que faire du sport régulièrement permettraient d'être malade moins longtemps, et de façon moins virulente. Pour moi, ça a plutôt l'air de fonctionner !

19 févr. 2016

J'ai testé les cours de ski en intérieur

Le vendredi, février 19, 2016

Quand tu habites à Lyon, et que tu dis que tu ne skies pas, tu as parfois l'air d'un extraterrestre. 

Allô, tu as des stations à 2h de voiture, et tu ne sais pas skier ? Oui, Louise Grenadine à l'appareil. Les pistes vertes ne sont pas toujours mes meilleures amies, et je préfère une bonne suée au sauna avec vue sur la neige qu'une bonne suée sous ma combinaison en MANGEANT de la neige. 

Parce que tenir sur des skis avec une pente de toboggan de Télétubbies, ce n'est pas facile. Brisons le mythe tout de suite.

Mais glisser... c'est plaisant.
Tourner en bas de la piste pour s'arrêter ; faire de petits slaloms pour apprendre à bouger sur ses skis, c'est quand même grisant. 

Alors j'ai décidé de remonter dessus. 
Mais en douceur.
10 mois pour me remettre totalement de ma première chute de ski, c'est long. Et je n'avais aucune envie de remettre ça (bon, ça m'a au moins permis de me mettre au sport ; tout n'est pas perdu !).

Donc à quelques jours d'un week-end à la montagne avec mes cousins, je suis allée prendre un petit cours de ski en intérieur, avec OnlySki, pour me rassurer un peu. J'étais invitée à découvrir ce concept installé à une trentaine de minutes de Lyon, alors j'ai saisi ma chance d'avoir un moniteur pour me guider, et de rechausser les skis en toute sécurité.

Cours de ski indoor


Ici, pas de canon à neige (la planète s'en portera mieux !) mais un tapis roulant conçu pour donner la sensation de glisse, et pour être modulable en fonction du niveau de chacun. En face de soi : un moniteur pour nous guider, un miroir pour corriger plus facilement ses postures (ça, c'est VRAIMENT bien), et une barrière en bas qui m'a tellement rassurée !

Parce que ma plus grande peur, c'est de ne pas m'arrêter. J'ai énormément de mal à réguler ma vitesse (même en position de chasse la neige), et la présence de cette barre m'a mise en confiance parce que je savais que j'allais forcément pouvoir me rattraper quelques mètres plus bas. Ça, et puis la télécommande du moniteur pour stopper le tapis au moindre souci ; de quoi rechausser dans de bonnes conditions.

La session dure une heure : 10 minutes de cours, 10 minutes de récupération ; trois fois. C'est assez court, et pour réellement apprendre à skier, il faut en prévoir plusieurs. Mais l'avantage, c'est que l'on peut espacer cela sur plusieurs jours / semaines pour digérer ce que l'on a appris.

Application en montagne


J'ai essayé de mettre en pratique ce que j'ai appris pendant cette session, le week-end dernier, et je me suis vraiment AMUSÉE sur la petite piste veste ; assez courte (exactement ce qu'il me faut ; j'ai besoin de voir qu'il y a des paliers, et que je vais pouvoir m'arrêter, et pas dévaler la piste en prenant de plus en plus de vitesse), avec des descentes parfaites pour mon niveau de débutante.

J'ai essayé une piste verte plus longue (et finalement assez raide pour une verte !), mais c'était trop pour moi. Il me faudrait plus de cours sur tapis pour continuer l'apprentissage de la technique, et appréhender la vitesse dans un environnement sécurisé.

Donc... y a plus qu'à prendre des cours, et dans deux ans, je dévale les pistes noires ! (non, je rigole, je ne suis pas très casse-cou dans l'âme en fait !)

OnlySki
195 avenue de l'Industrie, 01120, Dagneux

40 € la séance découverte / 50 € les suivantes / tarif dégressif à partir de 3 séances

Merci Julie et l'équipe de OnlySki pour cette expérience !

5 oct. 2015

Comment je me suis mise au sport... en douceur

Le lundi, octobre 05, 2015

Faire un jogging ? Plutôt sentir un tas de chaussettes sales ! Je déteste ça, et depuis aussi longtemps que je m'en souvienne. Le cross du collège puis celui du lycée ne m'auront pas fait porter le sport dans mon cœur. Pourtant, je n'étais pas mauvaise. Au contraire même. Comme je haïssais la course, je courrais vite pour la finir plus rapidement.

L'année de mon bac fut donc la dernière qui me vit courir / faire du pentabond et tenter de me positionner sur un terrain de foot. 

Il m'aura donc fallu 9 ans pour me remettre au sport !

On aurait pourtant pu croire qu'un lumbago non soigné, un dos ramolli par l'excès de manque de sport et des douleurs lombaires récalcitrantes m'auraient mis la puce à l'oreille.

Mais non.
J'aurai attendu 9 ans, et... une chute de ski. 
Sur piste verte.
(pour ma défense, c'était ma toute première fois)

Verdict : une vertèbre du haut du dos amochée, une mauvaise rotation d'un nerf, et une extrême crispation des muscles qui ont nécessité pas moins de 12 séances de kiné après 2 séances d’ostéopathie. 5 mois plus tard, je pouvais enfin porter mon sac à l'épaule sans risquer une douleur lancinante dans les trapèzes ; alléluia !

Cette fois, j'ai compris le message. Et de toute façon, ma kinésithérapeute m'a bien fait entendre que sans renforcement musculaire, je ne pourrais pas aller bien plus loin dans la rééducation de mes trapèzes. J'ai donc suivi son conseil : faire de la gym douce pour (re)muscler tout ça.

Sur instagram, vous avez été plusieurs à me demander un article à ce sujet : quel sport ? où ? quand ? comment ? pourquoi ? Donc après mon intro de 303 mots (je suis définitivement TROP bavarde), je vous dis tout.


Le renforcement musculaire


Pour être bien dans son corps, pas besoin d'avoir les tablettes de chocolat qui se dessinent. Du moins, pas pour moi. En revanche, j'ai appris (à mes dépends) que des abdos en mousse font supporter toute la charge de notre corps à ce cher vieux dos qui se rouille pour un rien. Et ça, ça fait mal.

Ma kiné m'a conseillé de me tourner vers le Pilates ou le Yoga ; avec une préférence pour le premier qui permet un travail de renforcement musculaire en profondeur. Le yoga va vraiment dépendre de l'approche du coach (il existe plusieurs types de yoga) mais sera très bon pour développer sa souplesse.

Pour ma part, j'ai totalement adhéré au Body Balance qui est un cours associant Taï-chi, Yoga et Pilates. C'est à la fois très relaxant, plutôt dynamique, et même si c'est une méthode douce, on sent que le corps travaille. Les exercices sont fait en musique (plutôt chouettes d'ailleurs !), ce qui est d'autant plus entraînant. Le cours débute par des mouvements d'échauffement, de respiration et d'étirement. On travaille ensuite le renforcement musculaire des abdos, des cuisses et du dos. Il y a également des exercices sur l'équilibre, qui permettent de renforcer tous les petits muscles posturaux (avec l'âge, ça permet d'ailleurs de garder son autonomie) et des exercices visant à améliorer la souplesse. Et pour terminer (et selon le coach), il y a un petit temps de relaxation.

Je fais aussi du Pilates, cours plus technique car il y a un véritable apprentissage à faire sur la respiration, mais cela s'avère très utile pour le Body Balance ensuite (ou tout autre cours de renforcement musculaire). La méthode Pilates est moins chorégraphiée que le Body Balance, même si c'est toujours en musique. C'est moins dense - on prend plus de temps pour se concentrer sur sa respiration et sur la réponse du corps aux exercices - mais tout aussi intense lorsque l'on commence les crunches qui brûlent carrément les abdos, haha ! Et, du coup, je pense que c'est un excellent complément au Body Balance si on veut se muscler en douceur.


La salle de sport


Même si ma kiné m'avait donné 2-3 exercices à faire chez moi, je me suis rapidement tournée vers la salle de sport. Faire un cours collectif, avoir un coach qui explique les mouvements et être hors de chez moi, je trouvais ça bien plus motivant que faire mes exercices, seule, dans mon salon. Et surtout, j'en fais bien plus longtemps.

Une amie était très contente de L'Appart Fitness, donc je l'ai suivie pour un cours d'essai, et je me suis inscrite dans la foulée. 

L'avantage : il y a plusieurs tarifs selon la plage horaire choisie (matin, début d'après-midi, toute la journée...), ce qui permet de moduler le prix de son abonnement en fonction de ses disponibilités et des cours qui nous intéressent.

Pour vous donner une idée : un abonnement "matinée" (jusqu'à 13h) coûte 29,90 € / mois, et celui du début d'après-midi (13h - 17h), 19,90 € / mois. Ce qui fait des prix assez bas, par rapport à d'autres salles de grandes villes, qui proposent des cours avec coachs, des cours sur grand écran (je ne fais que ceux avec un coach, pour ma part), et des machines en libre service. Avec, en plus, la possibilité d'aller dans n'importe quelle salle de la franchise.

Je fais donc deux cours de Body Balance (lundi et vendredi) et un cours de Pilates (mardi) par semaine. J'ai moins accroché au Yoga qui est un peu trop lent pour moi. Mais il faudrait peut-être que j'essaie dans une autre salle, avec un coach différent, puisqu'il existe plusieurs méthodes !

Verdict après deux bons mois : j'adore ! Surtout qu'en travaillant depuis la maison, ça me motive à sortir de chez moi dans la journée, et je rentre pleine d'énergie pour me remettre au boulot.


Commencer chez soi / conseils


Si vous n'avez pas de salle de sport près de chez vous, ou que vous n'avez pas beaucoup de temps pour y aller, il y a une application pas mal pour faire quelques exercices : Runtastic Six Pack. Monsieur l'utilise depuis déjà pas mal de mois, et j'avais aussi commencé les exercices avant de prendre un abonnement à la salle de sport.

Ce qui est bien : l'entraînement évolue avec le temps (et on peut déjà en faire une bonne partie gratuitement) et on fait les exercices en même temps que le coach virtuel pour avoir un bon rythme.

Mais ce qu'il manque, c'est toutes les informations que l'on apprend auprès d'un vrai coach, notamment pour ne pas se blesser. Dont ces deux petites choses importantes :

- pour les abdos, il faut toujours les garder contractés à 30 % ; cela permet de protéger son dos et d'améliorer le travail de renforcement profond. On a mal plus vite, et on fait moins d'exercices, mais on les fait mieux ; on muscle à l'intérieur plutôt que de se contenter de dessiner les tablettes,

- du coup, il faut apprendre à respirer avec la cage thoracique (sinon, on fait tout en apnée) et non avec le ventre lorsque l'on travaille le renforcement.


Et vous, vous faites du sport ? Vous avez envie de vous y mettre ? 
Qu'est-ce qui vous tente ? Dites-moi tout !



Crédit photo : michellearenal.com

16 avr. 2014

Le jour où j'ai acheté un step

Le mercredi, avril 16, 2014

"Pratiquez-vous un sport ?" doit être la question préférée des médecins : généralistes, allergologues, kinésithérapeutes... c'est limite si ça ne brûle pas les lèvres des ophtalmologues.

Alors quand tu te retrouves chez le kiné, que tu réponds "non" et qu'il te conseille fortement de te bouger les fesses si tu ne veux pas terminer avec de l'arthrose au genou à 35 ans, tu finis la semaine devant ton step, fraîchement acheté chez Decathlon.