Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Spa. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Spa. Afficher tous les articles

11 juil. 2018

Un week-end spa & détente en thalasso à Hyères

Le mercredi, juillet 11, 2018

Je n’avais jamais fait de thalasso. 
Faire des soins au sel de mer, passer du temps dans un spa... oui. Mille fois oui. Mais un week-end complet en THALASSOTHÉRAPIE, c'était la première fois.

Et j'avais comme un a priori à combattre.
Une image peut-être un peu vieillissante de ce genre d'établissements. Avec des repas à la vapeur et des desserts allégés.

J'essaie de ne jamais trop avoir d'image pré-conçue sur ce que je ne connais pas.
Mais c'est clairement plus facile à dire qu'à faire.

Bref, quand on m'a proposé de sauter dans un train et de venir me faire chouchouter pendant un long week-end de trois jours à l'hôtel Ibis Hyères Plage Thalassa, avec la mer en arrière-plan, le chant des cigales qui irait forcément de pair, et le beau temps définitivement installé en France, je n'ai pas hésité longtemps.

C'était l'occasion de me faire ma propre opinion.
Et, vous vous en doutez si je vous en parle aujourd'hui : de repartir plus détendue que jamais ; mes a priori laissés au placard.


À l'hôtel


À peine sortie de la gare, je savais que j'étais arrivée dans le sud. Pourtant, Lyon, ce n'est pas franchement le nord.
Mais sur le chemin, ces rangées de palmiers suffisaient à planter le décor... et à donner un air de vacances à ces trois jours à venir.

Palmiers à gauche. Salins à droite. Cigales en stéréo.
Palmiers. Palmiers. Salins. Cigales. Palmiers. Cigales. Salins. Salins. Palmiers. Cigales. Cigales.

Pendant une dizaine de minutes, sur la route menant à l'hôtel.
Couleur ocre. Avec quelques touches de jaune. Des couleurs vives, chatoyantes, chaleureuses... le sud. Les vacances.


Je suis une fille de l'automne. Des températures plus fraîches. Plus à ma place au Royaume-Uni qu'en Italie. Mais tout ici était juste parfaitement à sa place. Exactement comme il fallait que ce soit. Ce que l'on attend de trouver dans le sud, avant de mettre les pieds dans la mer.

Parce que la MER, elle est juste là.
À une dizaine de mètres de l'hôtel.
Au pied du spa, de la piscine et de la terrasse de transats/parasols où l'on vient s'échouer entre deux soins, le corps plus détendu que jamais.


Les soins


Des soins, j'en ai testé quatre en deux jours. 
Programme de rêve.

J'ai commencé par la chromothérapie, allongée dans une cabine où le corps profite pendant six minutes de vapeurs d'eucalyptus puis de jets d'eau de mer pendant six minutes supplémentaires, avec une lumière bleue ou rouge pour détendre ou, au contraire, tonifier. 

Puis après dix petites minutes de hammam (pour ouvrir les pores), je me suis prise pour une papillote de poisson lors d'un enveloppement d'algues, toute enduite de crème et enroulée dans une couverture chauffante. Vingt minutes de détente totale ; tellement que je me suis assoupie à plusieurs reprises.

B.O.N.H.E.UR.

Et le lendemain, on remettait ça.

Modelage du corps après un bon petit-déjeuner. Vingt minutes passées beaucoup trop rapidement ; j'aurais pu rester vingt minutes de plus à me faire délasser le dos et les jambes.

Entre deux soins, le hammam et le transat étaient mes meilleurs amis. 

J'ai terminé par une session d'hydrojet musicôrelax ; un soin au nom quelque peu énigmatique mais tellement agréable. Vingt minutes dans une pièce à la lumière tamisée, allongée sur un matelas d'eau où le corps se fait entièrement masser par des jets, tandis que l'esprit se laisse happer par une musique au choix. (Pour ma part, j'ai opté pour de la musique classique, mais il y a un choix énorme : jazz, musiques du monde...)


J'étais tellement détendue, après chaque matinée de soins, que je me serais bien laissée aller à une petite sieste (ce que je ne fais jamais). Je crois que j'étais vraiment bien, dans ma chambre, qui était absolument tout ce que j'aime : épurée et minimaliste mais aussi très cocooning.


Au restaurant


À ce stade-là, j'avais déjà presque dépassé tous mes a priori.

Ne restaient que la cuisine de l'hôtel...
Des produits frais et locaux, donc beaucoup de poissons et de légumes très savoureux, toujours très bien préparés.

Je me suis régalée avec le ceviche de poisson, aussi bien qu'avec le tataki de bœuf d'ailleurs ou le risotto de tofu fumé. Et je leur ai piqué cette idée de servir une grande diversité de légumes crus (carottes mais aussi chou-fleur, radis...) à tremper dans la tapenade, le guacamole ou l'anchoïade, en guise de mise en bouche.


Promenade en mer


Le matin était dédié aux soins, et l'après-midi à la découverte des alentours.

Alors le samedi après-midi, on a mis le cap sur le port, je me suis (plus que généreusement) étalée de la crème solaire sur le corps, et on est parti en mer pour une promenade en bateau jusqu'à l'île de Porquerolles. 

C'était fou.

L'eau était si turquoise, par endroits, qu'on aurait dit qu'un petit malin s'était amusé avec Paint (ou photoshop, parce que Paint, c'est la vieille génération, toussa toussa).

J'ai plongé. Malgré ma frilosité extrême.
Et l'eau était, finalement et contre toute attente de ma part, très bonne.

On a ri. 
Fait des boomerangs plus ou moins réussis. 
Profité de l'instant présent.

C'était un moment parfait, et notamment parce que j'étais avec des personnes adorables : Nolwenn Crème, Tiboudnez, Valou ModeuzeVenus is naive et Alex !


Villa Noailles


On a terminé le séjour sur les hauteurs de Hyères, à la Villa Noailles. Un bel espace de vie où les gens viennent aussi bien s'installer sur les transats, flâner sur le petit marché d'objets vintage, que découvrir les expositions qui investissent les lieux. 

Personnellement, j'ai (sans surprise) beaucoup apprécié les expositions autour des plantes, dans le cadre du festival international du design.



Ensuite... il était déjà temps de se dire au revoir et de sauter dans le train du retour.

Merci à l'Ibis Hyères Plage Thalassa Sea & Spa et à toute l'équipe de l'hôtel pour ce très bel accueil.

31 mars 2017

Prendre un grand bol d'air à Chamonix

Le vendredi, mars 31, 2017

Ce n'est pas que l'hiver commençait déjà à me manquer ; mais la NEIGE, un peu. Ce crouch-crouch sous les bottes, ces paysages recouverts de blanc tellement apaisants...

Je ne skie pas. Mais j'aime la montagne en hiver.

Peut-être parce que j'avais l'habitude de passer l'hiver les pieds dans la neige, en Ardèche.
Et qu'à Lyon, la neige, je suis déjà heureuse quand elle recouvre un bout de mon balcon. À l'ombre. Pendant 5 minutes et demies. Sur 1/2 millimètre d'épaisseur.

Alors j'étais naturellement toute en joie à l'idée de passer trois petits jours près de Chamonix.

Doudoune sur les épaules, une grosse écharpe plaid autour du cou ; je me suis rendue à la gare TGV équipée comme jamais pour un après-midi où il ne faisait pas loin de 18°C au soleil dans les rues de Lyon. Normal.

Promenade
EN MONTAGNE

#LUNDI - 1h20 plus tard, j'arrivais à Bellegarde, prête à prendre le volant, direction Chamonix. Des voitures bien grandes pour mon petit gabarit nous attendait - des Kodiaq de la marque Skoda ; mais ça se laisse conduire avec une douceur folle, si bien que j'ai parfois eu du mal à faire descendre l'aiguille à 130 sur l'autoroute (je sais, c'est mal), et qu'en 1h30, j'étais à Chamonix, au milieu des montagnes enneigées et des paysages de FOLIE.

C'était lundi, en fin d'après-midi, et il était déjà presque l'heure de passer à table. 

#MARDI - Alors ce n'est que le lendemain que j'ai vraiment pu profiter de ces paysages de folie associés à un temps de dingue. Un ciel bleu comme jamais, un soleil qui me faisait presque tomber la doudoune...

C'est ce que je trouve agréable aussi, en montagne : les rayons du soleil cognent tellement qu'il fait hyper bon à cette période. (Et en plus, on évite les périodes de vacances scolaires, donc les lieux blindés de touristes ; donc c'est plus agréable #CQFD).


Presque pas par hasard du tout, notre promenade du matin dans les petites routes de montagne nous a mené vers l'Auberge de Boerne, au milieu d'une toute petite commune de quelques maisons parfaitement TYPIQUES, à la jolie architecture de montagne que j'aime tant, où l'on a croisé des totems sculptés sur des troncs d'arbre, et de la neige blanche sans une trace de pas dedans.

Le repas était simple mais avec de bons produits dedans : une salade de noix et de fruits secs, une tarte à l'aubergine, et un fromage blanc avec de la confiture de myrtilles ; je me suis régalée. Le petit moment hygge parfait pour clôturer ce repas : le thé bu au soleil sur le muret en pierre devant l'auberge, avec la montagne enneigée sous les yeux.

Auberge de Boerne - Gîte et refuge
288 Trélechamps, 74400 Argentière

Site internet : la-boerne.fr



On chausse
LES RAQUETTES

Et puis, on s'est envolé tout là-haut sur les pistes. Avec le balancement du téléphérique pour nous bercer. J'adore cette sensation : voir le sol nous échapper, et la montagne se rapprocher. On aurait presque l'impression de voler !

Sur les raquettes, c'était une autre histoire. On était, au contraire, bien accroché au sol. J'ai bien manqué de finir fesses premières dans la neige, mais mon sens de l'équilibre hors paire ma chance insensée m'a permis de rester à la perpendiculaire, et de continuer à progresser dans la neige.

On a appréhendé quelques pentes à la montée, on a profité de la vue folle sur la chaîne du Mont Blanc, on a fait des descentes un peu plus abruptes, et puis on s'est arrêté pour échanger, aussi, avec notre guide de haute montagne. Et c'était hyper intéressant, de parler de la NATURE, de l'évolution du climat, du pourquoi cette zone est balisée parce qu'aller y marcher dérangerait trop la faune et la ferait mourir... 

C'était la deuxième fois, que je faisais des raquettes. Mais c'était mieux que la première fois. On ne longeait pas les pistes ; on était légèrement à l'écart, avec les SAPINS pour compagnons de route. Et c'était chouette ; tellement que je n'ai pas vu passer la bonne heure et quart de promenade, qui s'est soldée par une tasse de thé bien chaude.

Compagnie des guides de Chamonix
Site internet : chamonix-guides.com


La détente
POUR TERMINER

Ce n'est pas que j'étais complètement épuisée, après la sortie raquette, mais quand même, le soir, je ne me suis pas faite prier pour filer sous la couette.

#MERCREDI - Et c'est peut-être pour ça que, le lendemain matin, c'était encore plus agréable d'avoir un programme de pure détente ; un petit moment au SPA Nuxe de l'hôtel Heliopic à Chamonix. 

L'endroit est juste parfait ; calme et reposant, avec le bruit de l'eau qui descend le long de la fontaine murale quand ce n'est pas le bruit des bulles du jacuzzi. 

Grande piscine et espace tisanerie - avec vue sur les sommets enneigés -, sauna, bain vapeur, hammam et bain bouillonnant... avec tout ça, on aurait presque du mal à savoir par où commencer si des panneaux ne nous suggéraient pas un parcours pour profiter au maximum des bienfaits du spa. 

Parcours qui commençait, pour mon plus grand bonheur, par le sauna. Fermer les yeux et profiter de sa chaleur enveloppante ; je ne connais rien de plus RELAXANT. S'en est suivi le bain vapeur puis la grotte de glace... où j'avoue, je ne suis pas restée plus de deux minutes. Je suis trop frileuse, alors j'ai terminé par une petite séance de hammam et de bain bouillonnant, avant de devoir retourner à la vraie vie, avec un corps tout mou tellement il était détendu.

Quelques heures plus tard, après un déjeuner à l'hôtel (dont je vous parle très vite), il était temps de rentrer à Lyon, et de faire le chemin en sens inverse, de la gare à chez moi, avec ma doudoune, le soleil qui tapait, et les 21°C annoncés en plein soleil. #Leprintempsestarrivé !

Spa by Nuxe de l'hôtel Heliopic
50 Place de l'Aiguille du Midi, 74400 Chamonix-Mont-Blanc

Site internet : heliopic-hotel-spa.com



Un grand merci à Laurence de l'agence Fort et Clair pour cette belle invitation.

22 juin 2016

Mon séjour au Sofitel Lyon Bellecour *****

Le mercredi, juin 22, 2016

Toujours en vadrouille, ces derniers jours, je fais et défais ma valise en un temps presque record. Tout juste rentrée de Hambourg, c'est pourtant dans un hôtel à Lyon que je m'apprête à vous emmener.

Une petite semaine avant ce long week-end allemand, j'ai eu la chance de découvrir et séjourner au Sofitel de Lyon Bellecour *****, et de me faire chouchouter comme jamais (toute ressemblance syntaxique avec une chanson entêtante étant totalement fortuite).

C'est toujours amusant, étonnant, surprenant... de jouer les touristes dans sa propre ville. 
Mais agréable. 

Une chambre superbe avec une literie à donner envie de faire les siestes les plus longues au monde (je VEUX un édredon en plumes au-dessus du matelas ; je crois que c'est le détail ultime pour la princesse au petit pois - et au dos en bois - que je suis) ; une cabine de douche immense avec un pommeau qui laisse tomber l'eau en une fine pluie bien chaude ; des petits produits de voyage signés Hermès, et une vue sur les berges du Rhône... PAR-FAIT.





Pause détente au spa


Mais je crois que la cerise sur le gâteau revient à la petite heure que j'ai passée au spa de l'hôtel. Bordé par une petite cour intérieure parfaitement calme, pourtant en plein centre de Lyon, on est immédiatement plongé dans une atmosphère reposante. 

Le massage de 25 minutes, aux mouvements enveloppants reprenant certains gestes du massage thaï, était à la fois doux et appuyé ; juste ce qu'il fallait pour détendre les tensions sans brusquer le corps, et laisser à l'esprit le temps de se relaxer parfaitement.

Je suis ensuite passée au parcours de douches sensorielles qui est, de loin, le plus complet que j'ai testé. Habituellement, les douches sensorielles se limitent à un peu de lumière. Alors qu'ici, on commence par choisir un des trois parcours qui va recréer une ambiance de promenade en forêt tropicale sous un ciel tranquille ou orageux.

La pression des jets, la chaleur de l'eau, la bande sonore et l'éclairage du parcours évolue selon le scénario choisi. Des bruits d'oiseaux, de cascade d'eau ou de coups de tonnerre (accompagnés de flash lumineux) ; l'expérience est surprenante ! À alterner avec une petit pause dans le hammam, pas très grand, mais très agréable.


Un ballet venu de Corée


Chouchoutés jusqu'au bout, nous avions rendez-vous avec les Nuits de Fourvière pour terminer la soirée. La compagnie nationale de danse de Corée était à Lyon pour faire découvrir son spectacle Scent of Ink sur fond de musique traditionnelle Sanjo. 

Peu habituée à ces sonorités, j'ai parfois été déroutée, mais toujours agréablement surprise par la beauté de la chorégraphie. Un seul tableau m'a moins convaincue, mais l'ensemble fut une belle découverte ; une petite pause poétique d'une heure dans le bel espace du théâtre antique de Fourvière.

Rentrés à l'hôtel aux alentours de 23h30, l'appel du bar au huitième étage était fort, mais remis à une autre fois. La fatigue (et le froid, parce qu'il ne se passe plus un seul jour sans que nous prenions la pluie à Lyon), ont eu raison de notre motivation. Mais ce n'est que partie remise !


Au huitième ciel


Le lendemain matin, on ne s'est pas fait prier pour profiter au maximum de la vue FOLLE et totalement imprenable sur la ville de Lyon. Au huitième étage, dans le très joli restaurant étoilé des Trois Dômes, nous avons pris le petit déjeuner face aux baies vitrées qui entourent la salle. Le Rhône et Lyon à nos pieds, avec un riz au lait tellement parfait dans l'assiette.

Le buffet est complet et classique, salé et sucré bien sûr, avec des produits locaux et quelques spécialités lyonnaises. On retrouve notamment du fromage de la Mère Richard et des brioches aux pralines.

Mon seul regret, quand tout me fait envie dans ce genre de buffet : ne pas avoir assez de place dans mon estomac pour pouvoir tout goûter !



Sofitel Lyon Bellecour
20 Quai Dr Gailleton, 69002 Lyon

Site internet : www.sofitel.com

Article en collaboration avec Sofitel