Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Recette. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Recette. Afficher tous les articles

4 juil. 2018

Carrot cake et chaï latte pour un goûter façon coffee shop

Le mercredi, juillet 04, 2018

J'adore les coffee shop.
Alors que, paradoxalement, je n'aime absolument pas le café.

Moi, j'y vais pour l'ambiance qu'il y règne. Leurs pâtisseries anglo-saxonnes
Et leurs énormes tasses de chaï latte, avec la mousse et parfois un petit dessin fait à la poudre de chocolat.

On s'installe dans un grand fauteuil, ou sur une banquette avec quelques coussins.
Et on prend le temps. De papoter. De savourer chaque gorgée. Chaque bouchée.

C'est ce que j'aime retrouver à la maison, à l'heure du goûter, quand je sors ma tasse à CHAÏ LATTE. Coup de foudre au premier regard, je savais que cette tasse serait LA tasse pour mes chaï. Sans rire, je n'ai jamais rien bu d'autre dedans !

Quand il faut beau, je sors sur ma terrasse, et quand il fait frais, c'est enroulée dans un plaid que je savoure le contenu de ma tasse.

Mais ce que j'aime le plus, c'est lorsque l'on est deux, ou plus, à l'heure du goûter. Parce que là, je me mets aux fourneaux pour vraiment faire comme dans un coffee shop, avec un carrot cake au menu !


De l'eau... filtrée et fruitée


J'adore vivre à Lyon. C'est une belle ville, qui bouge mais qui a aussi un cadre de vie paisible à offrir.

Mais une chose m'a choquée, quand j'ai emménagé il y a bientôt 10 ans : l'eau.
Très calcaire.
Que l'on ne peut absolument pas boire après qu'elle soit restée 15-20 minutes dans un verre, hors du frigo. Le goût est vraiment désagréable.

Et comme je vise à réduire mes déchets - et à ne pas utiliser d'eau à tort et à travers (produire une bouteille en plastique, c'est utiliser 3 L d'eau...), on n'achète jamais d'eau en bouteille.

Alors BRITA a eu la bonne idée de m'envoyer une carafe permettant de FILTRER le chlore, le tartre, les impuretés qu'il peut traîner et certains métaux lourds comme le plomb (ce qui n'est pas négligeable si on vit dans un vieil immeuble ou une ancienne maison dont les canalisations n'ont pas encore été mises aux normes !).

Bref j'ai choisi le modèle Style pour son design très épuré, mais il en existe d'autres, selon les préférences. 

Elle se range dans le frigo, et on peut la sortir à l'heure du goûter pour remplir la bouilloire et préparer le chaï latte ; filtrer l'eau permet, non seulement de la rendre meilleure en goût, mais aussi de sublimer les arômes du thé - et du café. (Et cela évite aussi d'entartrer trop vite les appareils ménagers ; avec l'eau du robinet, je pourrais détartrer ma bouilloire absolument tous les jours... !)

Quand il fait bien chaud, je remplis mon verre de rondelles de citron vert pour une eau fruitée express sans rajouter de sucre (contrairement aux citronnades). L'avantage du citron : il libère ses arômes dans l'eau très rapidement, alors qu'il faut laisser infuser une bonne heure si on utilise des fruits rouges.

Carafe filtrante BRITA fill&enjoy
Plus d'infos sur les carafes filtrantes par ici


Des mélanges pour chaï


Quand je suis chez moi, je bois absolument tous les jours une tasse de chaï latte. C'est mon petit rituel cocooning de fin d'après-midi. Donc forcément, j'ai la meilleure excuse du monde pour en goûter plein et avoir plusieurs sachets différents à la maison. 

Voilà d'ailleurs mon secret le moins bien gardé !

On me demande très souvent comment je prépare mon chaï latte, et je n'ai absolument aucune recette à partager puisque je vais plutôt acheter des mélanges tout prêts, qui ont déjà un équilibre parfait et une variété de saveurs idéale. Je ne ferais pas aussi bien !

Parmi mes petits préférés :

- Chaï Perché de Oh my Tea,
- Chia Chaï de Human & Tea,
- Anichaï de Damman frères.

Actuellement, j'ai aussi un chaï de la marque Chabiothé, qui est bon mais beaucoup plus léger. Cela peut être un bon mélange pour commencer, si vous avez peur du côté épicé de la boisson.


Le carrot cake


C'est l'un de mes gâteaux préférés et je n'en avais jamais fait par peur d'être déçue de la recette. Mais j'ai récemment commandé le livre de pâtisserie British Baking de Peyton and Byrne (trouvé grâce à l'une d'entre vous, alors mille mercis, vraiment), et il y avait cette recette dedans.

Je vous reparlerai du livre une prochaine fois, quand j'aurai 3-4 recettes à partager avec vous... mais en attendant, je vous donne celle-ci, qui est excellente même si j'ai fait quelques petites rectifications (moins de sucre pour le glaçage, notamment).


Pour le gâteau - 8 personnes, plat rond de 20 cm de diamètre pour 7 cm de hauteur

- 225 g de beurre pommade
- 225 g de sucre cassonade
- 4 œufs
- 200 g de "self-raising flour" ou 1/3 de cup de farine, 2 tsp de levure chimique
- 1 tsp de cannelle en poudre
- 1/4 de cup de sel
- 1 tsp de levure chimique
- 225 g de carottes fraîchement râpées
- 150 g de noix
- 50 g de raisins secs (j'ai une préférence pour les blonds)

Pour le glaçage

- 250 g de sucre glace
- 100 g de beurre pommade 
- 300 g de cream cheese (type Philadelphia)
- 1 tbsp de miel doux, type bruyère ou lavande


Recette

1. Préchauffer le four à 170°C. Beurrer les bords du plat et mettre un cercle de papier cuisson dans le fond.

2. Dans un saladier, battre le beurre et le sucre jusqu'à obtenir une consistance crémeuse puis ajouter les œufs, un par un, en battant bien entre chaque.

3. Dans un second saladier, tamiser la farine, la levure chimique et la cannelle. Puis incorporer  au mélange beurre / sucre.

4. Peler et râper les carottes. Hacher les noix et les raisins secs. Mélanger les trois avant de l'ajouter à la préparation pour le cake.

5. Verser dans le moule à gâteau en lissant le dessus avec le dos d'une cuillère. Enfourner pour 45-55 min. Vérifier la cuisson en plantant la lame d'un couteau au centre ; elle doit ressortir propre.

6. Laisser le cake refroidir une dizaine de minutes avant de le démouler. Puis attendre jusqu'à refroidissement complet (environ 2h) avant de passer au glaçage.

7. Préparer ensuite le glaçage en battant le beurre jusqu'à ce qu'il soit lisse et crémeux. Ajouter le cream cheese, et battre à nouveau.

8. Incorporer le sucre glace, un tiers par un tiers, en battant chaque fois doucement la préparation.

9. Une fois que l'on obtient une texture crémeuse, ajouter le miel. Réserver au réfrigérateur.

10. Quand il a complètement refroidi, couper le gâteau en deux, dans le sens de la longueur, afin d'obtenir deux étages.

11. Monter le gâteau en étalant du glaçage sur le premier disque, puis sur le second. Et même sur les côtés, si on le souhaite.

Et après... on se régale !

Article sponsorisé

8 juin 2018

Un tea time autour des fleurs de sureau - recettes

Le vendredi, juin 08, 2018

Vous voyez, comment font les enfants qui s'impatientent en voiture ?
J'ai fait pareil avec les sureaux. Depuis le début du printemps, je n'arrêtais pas de demander "C'est quand qu'ils fleurissent ?"

Après avoir loupé la FLORAISON de l'année dernière, j'étais bien trop décidée à ne pas me faire avoir une seconde fois. Si bien qu'on a fait deux récoltes : une première sous un orage avec un escabeau métallique entre les mains (ce qui n'est pas vraiment recommandé...), et une seconde, la semaine suivante, juste après la rosée du matin.

On les a triées, faites sécher, laissées infuser, bues avec trois glaçons et une paille, transformées en GÂTEAU terriblement moelleux... Tout ça à partir de petites fleurs blanches et sauvages à l'odeur enivrantes, qu'il a suffit de récolter et de travailler avec un peu (beaucoup) de patience.

Je ne suis pas toujours très patiente quand il s'agit de me régaler. J'aimerais pouvoir commencer un gâteau et le déguster dans l'heure qui suit. Mais les fleurs de sureau demandent un peu plus de temps. Parce qu'on part d'un produit vraiment brut.

Et j'ai adoré ça.
Et je sais déjà quels bourgeons je vais guetter, l'année prochaine au printemps !


Récolter


Il existe différents sureaux, mais le plus commun pousse partout en France (un peu moins en région méditerranéenne) ; c'est le sureau noir avec une floraison en mai / juin. On le trouve souvent autour des maisons, des haies ou des sols en friche.

Nous, on le récolte en Ardèche.
On y descend souvent pour rendre visite à notre famille ; c'est pratique.
Mais j'en ai aussi bien croisé dans le Vaucluse qu'en Normandie !

L'idéal est de repérer un arbuste suffisamment grand pour que les ombelles de fleurs de sureau ne soient pas trop proches du sol ; cela permet de sauter la case "nettoyage" et de perdre trop de pollen dans lequel réside majoritairement son arôme.

D'ailleurs, je vous déconseille aussi la cueillette par temps humide.
On l'a testé, et nous avons aussi dû nettoyer nos fleurs sur lesquelles de petits insectes étaient restés.


Trier


Les fleurs de sureau sont très fragiles ; si on secoue l'ombelle, la moitié des fleurs de tombent... ce qui est pratique pour trier puisque, avant de les transformer en sirop ou de les faire sécher pour le thé, il faut enlever un maximum de tige (qui n'a pas d'intérêt gustatif).



Sirop de fleur de sureau


J'adore ça.
On a toujours une bouteille de sirop Bigallet à la maison. 
C'est rafraîchissant et gourmand à la fois.

Alors ma première idée était de faire, avec ma récolte, mon propre sirop de fleurs de sureau.
Pour le boire avec de l'eau, mais également pour cuisiner.

J'ai donc tout de suite mis de côté huit belles ombelles de fleurs de sureau, qu'il faut utiliser lorsqu'elles sont les plus fraîches possibles.


Ingrédients

- 8 ombelles de fleurs de sureau
- 2 citrons jaunes non traités
- 500 ml d'eau
- 750 g de sucre


Recette

1. Trier les fleurs de sureau pour enlever un maximum de tige.

2. Couper le citron en rondelles.

3. Choisir une bouteille au goulot suffisamment large pour pouvoir faire passer les fleurs de sureau sans les écraser ainsi que les rondelles de citron.

4. Faire bouillir de l'eau et verser 500 ml d'eau bouillante sur le mélange fleurs + citron.

5. Laisser macérer pendant 48h minimum en recouvrant la bouteille d'un linge propre.

6. 48h plus tard, filtrer le liquide au-dessus d'une casserole, à l'aide d'un chinois

7. Ajouter le jus d'un citron filtré (sans pulpe) et le sucre. Puis faire chauffer jusqu'à dissolution complète du sucre.

8. Verser le sirop dans une bouteille. Fermer et conserver au réfrigérateur.


Cake à la fleur de sureau


Après avoir longtemps déprécié les cakes, je me suis clairement prise de passion pour ces gâteaux.

Moelleux à souhait.
Gourmands.
Facile à préparer.
Et qui se conservent bien.

Un dernier point non négligeable puisque j'aime préparer un gâteau le dimanche et en profiter toute la semaine, à l'heure du goûter.

J'ai repéré cette recette sur Mademoisellecuisine.com ; elle provient d'un livre de pâtisserie britannique qui me fait terriblement de l’œil mais dont l'édition semble s'être arrêtée (il va falloir que j'aille faire les librairies d'occasion à Londres !). 

Recette aussitôt adoptée - avec juste deux petits ajustements au niveau de la quantité des graines de pavot et l'ajout d'un sirop sous le glaçage pour conserver le moelleux plus longtemps.


Ingrédients pour le cake :

- 165 g de beurre pommade
- 100 g de sucre
- 2 œufs entiers
- le zeste d'un citron jaune non traité
- 20 g de graines de pavot
- 1 c. à soupe de sirop de fleur de sureau
- 1 c. à soupe d'arôme de fleur d'oranger
- 200 g de farine
- 1 sachet de levure chimique
- 140 ml de lait

Ingrédient pour le sirop :

- 3 c. à soupe de sirop de fleur de sureau

Ingrédients pour le glaçage : 

- 125 g de sucre glace
- 4 c. à soupe de sirop de fleur de sureau
- une pincée de graines de pavot


Recette

1. Préchauffer le four à 180°C.

2. Mélanger le beurre pommade et le sucre en poudre jusqu'à l'obtention d'une crème bien lisse.

3. Ajouter un œuf et mélanger. Ajouter le second et mélanger.

4. Zester le citron au-dessus du mélange pour l'imprégner des arômes. Puis incorporer les graines de pavot, le sirop de fleur de sureau et l'arôme de fleur d'oranger. Mélanger.

5. Terminer en ajoutant la farine, la levure chimique et le lait. Bien mélanger pour obtenir une pâte homogène. 

6. Beurrer et fariner le moule. Verser la pâte et enfourner pour 45 minutes environ.

7. Faire chauffer les 3 c. à soupe de sirop de fleur de sureau jusqu'à frémissement, et les verser sur l'ensemble du cake à la sortie du four.

8. Laisser refroidir et démouler. 

9. Préparer le glaçage en mélangeant le sucre glace et le sirop de fleur de sureau. Étaler et mettre au réfrigérateur une dizaine de minutes pour faire prendre le glaçage.


Tisane et thé


Le reste des fleurs de sureau récoltées, nous l'avons fait sécher.
N'ayant pas de grille très fine, nous avons utilisé deux couvercles grilles de casserole, légèrement rehaussés pour laisser passer l'air, sur lesquelles nous les avons bien étalées.

On les a laissées sécher quatre jours, en les retournant régulièrement pour que toutes les fleurs sèchent bien. Le temps de séchage risque cependant de varier en fonction de l'humidité ambiante et de l'aération de la pièce.

Et c'est tout, il n'y a rien d'autre à faire !

On les conserve désormais dans un ancien bocal à thé (verre fumé anti-UV pour protéger les arômes ; mais ça marche aussi très bien dans une boîte métallique) pour faire des tisanes, des décorations de cocktails... et la prochaine étape va être de trouver un bon thé noir pour faire mon propre mélange.



Et les baies ?


Pour pouvoir également profiter des baies, il faut penser à laisser des ombelles sur l'arbuste, ou à trouver un autre arbuste pour la récolte des fruits ! (Cela parait évident, mais dans un élan de gourmandise, on peut parfois oublier.)

Nous avons deux arbustes très faciles d'accès en Ardèche, donc nous n'avons pris les fleurs que sur l'un des deux. Et maintenant, il va falloir patienter jusqu'au mois d'août pour tenter une gelée ou une confiture de baies !

20 avr. 2018

Une forêt-noire pour un tea time à la maison

Le vendredi, avril 20, 2018

J'aurai 30 ans cette année, et je continue à prendre quotidiennement un goûter.
Je prends le temps de faire chauffer de l'eau, d'infuser un thé dans une de mes jolies tasses en porcelaine, et j'aime avoir une part de gâteau pour l'accompagner.

Souvent, je fais un cake, le week-end, pour en avoir toute la semaine.

Mais il y a quinze jours, j'ai plongé le nez dans mes magazines de cuisine, et j'ai pris envie de faire une forêt-noire. Le gâteau impossible à garder une semaine, mais qui est du coup une excellente excuse pour faire les gourmands matin, midi ET soir. Ce serait dommage d'en gaspiller !

On s'est RÉGALÉ.

Le montage n'était pas parfait. Mais ce n'est qu'une raison supplémentaire pour en refaire une très vite. Histoire de m'améliorer !

Bref, aujourd'hui j'avais envie de vous inviter à boire le thé pour partager ce plaisir du tea time ensemble.


La vaisselle


Je me demande si c'est l'approche de la trentaine.
Ou le fait d'avoir passé tant de vacances dans les palais royaux, avec leurs magnifiques tables de banquet dressées.

Mais ces dernières années, j'ai vraiment pris goût à la belle vaisselle.
Aux tasses délicates avec leurs détails dorés.
Aux assiettes vintage sorties d'un autre temps.

Chaque fois que je pars en voyage, j'ai le secret espoir de ramener une belle tasse. Comme celle de Hollóháza Hungary Porcelain (ma préférée), trouvée à l'étage des Halles centrales de Budapest.

Et pour compléter ma table, j'ai CHINÉ des assiettes à dessert. Parfois un peu trop fragiles.
Alors je me suis résolue à trouver des assiettes récentes, qui ne soient pas fragilisées par le temps.

La belle découverte : certaines faïenceries produisent de nouvelles assiettes d'après leurs propres archives. Celle avec l'oiseau est une reproduction d'un modèle de la faïencerie de Gien datant du XIXème siècle. Tout à fait le style que je rêvais d'avoir !


La recette


Dans ma bibliothèque, j'ai une petite collection de magazines Saveurs.

Jamais déçue par leurs recettes, on achète de temps en temps leurs éditions Hors-Série.
Mes préférées.
Les plus complètes.
Surtout au moment des fêtes de fin d'année, où l'on retrouve des recettes de gâteaux plus festifs, comme cette forêt-noire.

Pour le gâteau - 8-10 personnes 

- 6 œufs
- 150 g de sucre en poudre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 55 g de farine
- 55 g de fécule de maïs
- 3 c. à soupe de cacao en poudre (pur et non sucré de préférence)

Pour la garniture 

- 40 cl de crème liquide entière bien froide
- 30 g de sucre glace
- 1 bocal de cerises au sirop
- 200 g de chocolat noir


1. Préchauffer le four à 150°C. 

2. Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Battre les jaunes avec le sucre en poudre et le sucre vanillé, ajouter la farine, la fécule de maïs et le cacao. Bien mélanger.

3. Monter les blancs en neige ferme et les incorporer délicatement à la pâte.

4. Beurrer un cercle à pâtisserie de 18 cm de diamètre sur 10 cm de hauteur (j'ai, et je préfère, les moules à charnière avec fond amovible ; le mien fait 7 cm de hauteur, et c'était suffisant). Le déposer sur une plaque couverte de papier cuisson (s'il ne possède pas de fond amovible) et y verser la préparation. Enfourner pour 40 min de cuisson.

5. Couper le chocolat en copeaux à l'aide d'un économe. Réserver les copeaux au frais jusqu'au moment de servir.

6. Laisser refroidir le gâteau pendant 5 min avant de le démouler sur une grille.

7. Lorsqu'il est froid, égaliser au couteau pour qu'il soit plat, si besoin. Le couper en deux (ou en trois si l'épaisseur du gâteau le permet ; ce que je ferai la prochaine fois pour avoir des couches de gâteau plus fines).

8. Battre la crème en chantilly en ajoutant le sucre glace progressivement.

9. Égoutter les cerises et réserver le sirop.

10. Procéder au dressage du gâteau. À l'aide d'un pinceau, imbiber les deux faces des deux disques du gâteau avec le sirop réservé. Poser la base de gâteau sur un plat de service puis le napper de chantilly. Ajouter des cerises puis les recouvrir de chantilly. Déposer ensuite le second disque de gâteau et le napper de chantilly à l'aide d'une spatule (par gourmandise, j'ai également ajouté des cerises sous cette couche de chantilly). Parsemer la surface de copeaux de chocolat et décorer avec quelques cerises égouttées.

Servir et se régaler !


Sans lactose


La forêt-noire est une véritable bombe quand on ne produit pas de lactase.
D'où l'intérêt de la faire soi-même. Pour en faire disparaître toute trace, ou presque.

En France, on a encore du mal à trouver des produits enrichis en lactase, mais dernièrement j'ai été en veine : il y a désormais de la crème liquide et du beurre sans lactose chez Auchan (marque distributeur). Et j'en ai également eu trouvé chez Carrefour (toujours marque distributeur).


Le kirsch


C'est la première question que m'a posée le bûcheron : il n'y a pas de kirsch dans ta recette ?
Non.
Étonnamment.

Mais on peut facilement en ajouter en faisant mariner les cerises dedans pendant que l'on fait le gâteau. Et/ou en ajouter une cuillère à soupe dans le sirop.


Cerises en bocal


Tant qu'à avoir des cerises en Ardèche, autant les utiliser !

Résultat : on avait des cerises en bocal, de l'été dernier, mais pas de cerises au sirop. J'ai donc utilisé l'eau du bocal pour faire un SIROP en le faisant chauffer avec le même poids de sucre.

2 mars 2018

Un afternoon tea à la maison - recettes

Le vendredi, mars 02, 2018

Je crois qu’il y a une chose que j’aime plus que le goûter : c’est l'afternoon tea. 
Le plaisir du sucré et du bon thé, allié à celui du salé. 

J’ai goûté à cette tradition britannique à Édimbourg, et il m’aura fallu un an et demi à avant de me lancer à la maison. Ne me demandez pas ce que j’ai attendu.

Le manque. 
Les recettes parfaites pour débuter. 
Je ne sais pas. 

Mais cette farandole de petits sandwichs so British, les SCONES bien moelleux généreusement tartinés de MARMELADE, le thé noir adouci avec un nuage de lait... est-ce qu’on ne devrait pas faire ça plus souvent ? Décréter qu’un dimanche après-midi par mois, minimum, on prend le temps de préparer ces bonnes petites choses et de les déguster tout au long de l’après-midi ? 

Bref, il y a quelques semaines de ça, j’ai mis la main sur ce livre « Tea fit for a queen »... et je me suis lancée. Avant-hier à l’heure où vous me lisez. Et je n’ai eu que deux envies : partager avec vous ces petites choses délicieuses de mon premier afternoon tea à la maison. Et recommencer !


Le thé


Dans le calendrier de l’Avent, mon bûcheron avait glissé une boîte de thé siglé Buckingham Palace. (Avec des shortbreads de Holyrood Palace. Si vous ne vous l’étiez pas déjà dit, oui, il semblerait que j’étais faite pour vivre au Royaume-Uni...) 

Un thé noir fort mais délicat en même temps. Parfait pour accompagner le salé comme le sucré.

Thé - Buckingham Palace afternoon tea

Les recettes


Pas étonnant, finalement, que ce soit un recueil de recettes créé en association avec les « Historic Royal Palace » de Grande-Bretagne, qui ait retenu mon attention. 
Pur hasard. 
Mais pas si étonnant. 

Des photos magnifiques (avec un superbe service à thé en porcelaine de Chine, turquoise, en guest star sur la plupart des photos), des recettes classiques souvent introduites par quelques mots sur leur histoire ou les préférences de la reine en ce qui les concerne, et plusieurs pages de présentation des principales demeures royales. 

Bref, j’adore. Et à défaut d’avoir pu déguster le célèbre tea time de l’orangerie de Kensington Palace, quand j’étais à Londres, j’ai désormais leur recette de scones à la maison.

Et la meilleure recette de marmelade que j'aie jamais goûtée !

Livre Tea fit for a queen


Marmelade au whisky


Pour 1,8 kg : 

- 750 g d'oranges non traitées
- 1,75 l d'eau
- 1,5 kg de sucre de canne
- 3 tbsp de whisky

1. Couper les oranges en deux et presser le jus. Retirer les pépins et récupérer toute la chair avec une cuillère à soupe.
2. Dans une grande casserole, porter à petite ébullition le jus d'orange, la chair, les moitiés d'oranges et l'eau. Puis laisser mijoter doucement pendant une heure.
3. Retirer la casserole du feu ; sortir les moitiés d'oranges et laisser refroidir. Puis couper en lamelles lorsqu'elles ont suffisamment refroidi pour ne pas se brûler.
4. Remettre la casserole sur le feu, rajouter les lamelles de peau dedans, et ajouter le sucre. Mélanger jusqu'à dissolution, à feu doux.
5. Porter à nouveau à petite ébullition puis laisser mijoter 15 minutes.
6. Mettre deux soucoupes au congélateur.
7. Pour savoir si c'est prêt, prendre une cuillère à soupe de marmelade, la déposer sur une soucoupe bien froide, et remettre deux minutes au congélateur. Passer une cuillère en bois sur la marmelade à la sortie du congélateur ; si elle se froisse au passage de la cuillère, elle est prête. Sinon, faire cuire cinq minutes de plus et refaire l'expérience.
8. Ajouter le whisky et mettre en bocal comme pour une confiture. Conserver au réfrigérateur lorsque le pot est ouvert.

J'ai utilisé le whisky Clan Campbell dark, qui est plutôt doux, moelleux, onctueux (sans goût tourbé).


Sandwichs œufs/mayonnaises


Pour 3 parts :

- 1 œuf dur
- 2 tsp de mayonnaise
- 2 brins de ciboulette
- 2 tranches de pain de mie
- du beurre
- sel et poivre

1. Écraser l’œuf dur entier et mélanger avec la mayonnaise et la ciboulette ciselée. Saler et poivrer.
2. Couper le pain de mie pour retirer la croûte. Beurrer une tranche. La tartiner avec le mélange œuf/mayonnaise.
3. Refermer le sandwich, et le couper en trois.


Toast de bœuf mariné


Pour 12 tranches :

- 1/2 tsp de grains de poivre
- une bonne pincée de piment de Cayenne en poudre
- 1/2 tsp de graines de fenouil
- 1 tsp de sel
- 150 g de filet de boeuf
- de l'huile d'olive
- 4 tbsp de mayonnaise
- 1 tsp de moutarde de Dijon
- 1 tsp d'estragon ciselé
- 12 tranches de pain
- 6 cornichons

Deux à trois jours avant, faire mariner le filet de bœuf :

1. À l'aide d'un pilon, moudre le poivre, le piment de Cayenne, le fenouil et le sel.
2. Frotter le filet, des deux côtés, avec le mélange obtenu. L'enrouler, bien serré, dans un film plastique, et conserver au réfrigérateur.

Le jour même :

1. Faire cuire le bœuf dans un poêle avec un fond d'huile d'olive ; il doit juste être marron de chaque côté pour rester rouge à cœur. Couper en lamelles. Laisser refroidir.
2. Mélanger la mayonnaise, la moutarde et l'estragon. Tartiner sur les toasts. Ajouter une à deux lamelles de bœuf et un demi-cornichon.

Pour faire plus traditionnel, on laisse de côté la mayonnaise et on utilise de la moutarde anglaise, beaucoup plus forte.

Scones à l'orange


Pour 16 :

- 500 g de farine fermentante 
(480 g de farine, 20 g de levure chimique et 1 pincée de sel)
- 100 g de beurre doux
- 48 g de sucre de canne
- le zeste de deux oranges non traitées
- 200 ml de buttermilk
(ou 200 ml de lait mélangé à 16 ml de jus de citron ; laisser reposer 10 min)
- 50 ml de lait

1. Préchauffer le four à 220°C.
2. Dans un saladier, frotter le beurre froid coupé en cube avec la farine, comme pour faire une pâte sablée. Ajouter le sucre de canne et les zestes d'oranges. Mélanger.
3. Faire un puits au centre et verser le buttermilk ainsi que le lait. Pétrir jusqu'à obtention d'une pâte bien lisse.
4. Aplatir la pâte sur 2 - 2,5 cm d'épaisseur. Découper des cercles avec un emporte-pièce de 6 cm de diamètre.
5. Badigeonner les scones avec un pinceau et du lait. Enfourner 15 min.

On les a dégusté avec la marmelade au whisky (que je pourrais manger à la petite cuillère...) ; il nous manquait juste la clotted cream qu'il faut que je cherche pour la prochaine fois ! C'est aussi possible de la faire, mais il faut compter 12h de cuisson (voire plus selon les recettes).

La recette originale prévoit d'ajouter 50 g de groseille, mais ce n'était pas la saison. Ils se conservent trois jours environ sous cloche ou dans un récipient dont on peut chasser l'air (encore mieux !)