Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Portugal. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Portugal. Afficher tous les articles

25 juil. 2018

Mes bonnes adresses pour se régaler à Lisbonne

Le mercredi, juillet 25, 2018

Du poulpe.
Avant de partir à Lisbonne, j'avais une idée en tête : manger du poulpe.

Parce que c'est terriblement bon... à condition d'être bien frais et bien préparé. Et quelque chose me disait que c'était exactement ce que j'allais trouver durant ces petites vacances de printemps au Portugal.

Je m'étais aussi armée de quelques adresses pour les envies sucrées et les sorties à la nuit tombée ; de quoi passer (pour changer), un séjour aussi riche culturellement que gastronomiquement, et découvrir la cuisine portugaise.


Enoteca de Belém


Notre tout premier repas dans la ville ?
Avec du POULPE au menu. Le plus tendre que j'aie jamais mangé. Fondant presque sur la langue malgré les ventouses. Servi, notamment, avec une petite purée de patates douces / carottes absolument délicieuse.

Le restaurant est dans un coin (très) touristique mais dans une ruelle perpendiculaire à la rue principale ce qui en fait presque une adresse cachée, qui mérite tout de même de réserver pour assurer le coup ; la salle n'étant pas très grande. (Nous, on a eu de la chance : une table réservée jamais réclamée.)

Le dessert fut l'occasion de goûter une spécialité conventuelle portugaise : le papo de anjo, à base de jaunes d’œufs et de sucre. Léger et savoureux.

Enoteca de Belém
Tv. Marta Pinto 10, 1300-083 Lisboa

Page facebook : fb.com/EnotecaBelem


Oficina do Duque


Une adresse en plein cœur de Lisbonne, dans l'une de ces interminables montées d'escaliers qui nous font regretter de ne pas avoir pris un billet de tram ! Elle se mérite, c'est vrai, mais elle mérite aussi complètement que l'on se fasse les cuisses pour y arriver.

(Sinon, on peut aussi partir de la rue du-dessus, et y aller en descendant, mais il y a moins de challenge.)

La décoration est très épurée, avec un comptoir en béton et de belles tables en bois ; tout ce que j'aime. Surtout quand la carte suit : des intitulés sobres, avec seulement le nom des ingrédients qui composent les plats, pour redonner toute son importance au choix des bons produits.

Locaux. Frais. De saison.
Les poissons étaient divins, et les accompagnements aussi.

Oficina do Duque
Calçada do Duque 43, 1200-155 Lisboa

Site internet : oficinadoduque.pt


Double 9


Ce soir-là, on avait repéré une adresse qui nous faisait gravir mille collines mais la carte des cocktails semblait en valoir la chandelle. Sauf que, arrivés devant la porte, nous n'avons jamais pu entrer. Le bartender participait à une compétition ; l'établissement était donc fermé.

C'est là que j'ai vu, sur google map, le Double 9. À une quinzaine de minutes à pied, nous demandant de traverser encore mille collines, mais estampillé "Tea cocktail bar". Tout ce qu'il me fallait pour dépasser ma déception et foncer découvrir une nouvelle adresse.

La spécialité de ce bar : préparer des cocktails à base de thé. Les recettes étaient originales, pas très dosées en alcool, et à environ 8 € le verre.

Gros coup de cœur pour le Almond Sour, noté comme étant un classique portugais : whisky Chivas infusé au thé à l'amande, liqueur d'amande portugaise, jus de citron, sirop de thé à l'amande et bitters à l'amande.

Double 9
R. da Misericórdia 78, 1200-385 Lisboa

Page facebook : fb.com/Double9Lisbon


Foxtrot bar


Ce serait mentir si je disais que le nom du bar ne m'avait pas déjà à moitié convaincue.

En arrivant, pas de grande devanture ni d'enseigne en néon ; juste une petite porte noire à laquelle il faut sonner pour qu'on vienne nous ouvrir... et nous transporter immédiatement dans les ANNÉES 30.

Je me suis laissée tenter par un cocktail dont je n'ai pas conservé le nom, mais très original et plein de caractère, à base de : Mezcal Vida qui lui donnait un goût fumé, Maraschino, agave, citron vert, orgeat et cardamome.

Foxtrot bar
Tv. Santa Teresa 28, 1200-405 Lisboa

Site internet : barfoxtrot.pt


Hello, Kristof


J'ai toujours du mal à résister à l'appel d'un coffee shop (ça marche aussi pour les salons thé, soit dit en passant...), d'autant plus quand ils sont à cinq minutes de l'appartement où je loge.

On a donc fait une escale par ce coffee shop à la décoration plus scandinave que portugaise, réputé pour son café et ses pâtisseries. Les buveurs du premier n'ont pas été déçus, et de mon côté, je me suis régalée avec le thé glacé maison dans lequel flottait un bâton de cannelle (il faut d'ailleurs que je teste ça chez moi !), et la part de carrot cake à laquelle je n'ai pas su résister. 

Et pour ne rien gâcher, les prix sont tout doux ; on en a eu pour moins de 20 €... à quatre ! Chacun ayant pris une boisson ainsi qu'une pâtisserie.

Hello, Kristof
R. do Poço dos Negros 103, 1200-076 Lisboa

Site internet : hellokristof.com


There coffee in Alfarrabista


On avait soif.
Et envie de glace.

Mais comme la glace risquait de donner encore plus soif, on a fait une halte dans le premier petit salon de thé qui s'offrait à nous, avec sa décoration absolument trop mignonne (murs bleus, carrelage en damier, tables en marbre...).

On y a juste bu, mais la citronnade à la framboise était parfaite, et si j'avais eu faim, je me serais bien installée pour goûter un peu plus longuement la carte.

There coffee in Alfarrabista
R. da Madalena 80D, 1100-010 Lisboa


Manteigaria


Les Pastéis de Belém sont réputés pour être parmi les meilleurs de Lisbonne.
Leur packaging est, qui plus est, absolument adorable. Et leur boutique est située dans une zone (très) hautement touristique.

Donc tout naturellement, il y avait une file d'attente d'une bonne heure, les deux fois où nous sommes passés devant.

Honnêtement, nous n'avons pas eu le courage, et nous avons décidé de goûter les pastéis de Nata dans l'autre pâtisserie du top 2 ; chez Manteigaria, que l'on trouve en plein centre ville.

Je ne pensais pas aimer ça, les pastéis. J'avais un a priori.
Peut-être parce que, visuellement, ça me faisait juste penser à un flan. Et j'avais peur que ce soit lourd.

Verdict : nous avons mangé six en l'espace de quatre jours, et nous en avons même rapporté deux de plus chacun, pour le retour en avion et le petit-déjeuner du lendemain matin.

Un RÉGAL. Léger. Savoureux.
Et c'est aussi le bon plan ultime pour un dessert local sans se ruiner : 1 € le pastéis.

Manteigaria
Rua do Loreto 2, 1200-108 Lisboa

Site internet : manteigarialisboa.com


Gelato Therapy


La dernière gourmandise que l'on s'est offert dans les rues de Lisbonne, pour dire au revoir à la ville avant de repartir en direction de l'aéroport .

Il faisait chaud, et la carte m'avait interpellée : du stracciatella, un classique auquel je suis incapable de résister, et une boule de glace à l'amande... première fois que je croisais ce parfum qui fut une pure régalade ! Le parfum stracciatella, en revanche, n'était pas dingue ; la glace manquait d'onctuosité. 

Gelato therapy
1100 332, R. da Madalena 83, Lisboa

Également sur Lisbonne :


5 juin 2018

Promenade dans la ville de Lisbonne

Le mardi, juin 05, 2018

Je n’avais qu’une chose en tête en venant à Lisbonne : les AZULEJOS.
Les admirer, partout dans la ville, et en rapporter un ou deux dans ma valise.

Et à peine arrivée, c’est ce que j’ai fait : commencer à m’extasier devant la moindre façade du quartier, un peu en décrépitude mais typique, où nous logions. Glasgow au bout de la laisse pour une promenade bien méritée après deux heures de vol et tout autant d’attente l’aéroport.

Pour tout vous dire, j’ai failli vous faire un « découvrir Lisbonne à travers les azulejos » avant de me raviser, parce que j’avais aussi très envie de vous emmener dans un tour d’horizon de la ville en passant par les bords du fleuve où ils se font plus rares.

Bref, nous sommes partis cinq jours à Lisbonne, sous un magnifique ciel bleu de mai après avoir quitté la pluie Lyonnaise. La douceur de vivre, de l’excellent poisson dans les assiettes (et le poulpe en guest star du séjour)... une belle parenthèse printanière avant les vacances d’été !



Et pourtant, je suis plus une fille du nord.

Attirée par les îles plus britanniques que caribéennes et par le mode de vie scandinave plutôt que par la dolce vita (bien que grande amatrice de pizza).

Mais Lisbonne m’a séduite.
Par sa ville colorée, son rythme de vie, la présence de l’eau qui apaise...



C’est d’ailleurs par là que nous avons commencé ; aux abords du Tage par un dimanche ensoleillé. Le pont du 25-avril en toile de fond, glissant l’impression que nous avions volé jusqu’à San Francisco. Un pont comme un pied de nez à l’histoire et surtout à la dictature, anciennement pont Salazar, aujourd’hui estampillé de la date de la liberté retrouvée par le peuple portugais.

Et juste au-dessus, surplombant le fleuve, le CRISTO REI qui donne un faux-air Brésilien au paysage environnant. Construit par la communauté catholique pour leurs prières exaucées ; des prières demandant à ce que le Portugal soit épargné durant la seconde guerre mondiale.


Quelques jours plus tard, le temps d’un après-midi, nous avons traversé le Tage en direction d’Almada pour nous rendre au pied du Cristo Rei, sur sa colline d’où la vue sur Lisbonne est magnifique.

Panoramique.
Impressionnante.


C’est d’ailleurs dans une petite boutique de la ville d’Amalda que j’ai trouvé mes deux azulejos. La Casa da Avó Berta, dédiée au « made in Portugal » avec des créations artisanales locales mais aussi le thé façon Pasteis de Nata que l’on voit un peu partout. Très gourmand (oui, je m’en suis ramenée une boîte, je suis faible...) mais je n’y retrouve pas forcément le goût du Pasteis.

Des compagnies touristiques proposent de faire la traversée, mais je vous recommande de prendre le ferry qui fait partie des transports en commun de la ville. Pour le prix d’un ticket de métro, vous arrivez au port de Cacilhas qui se trouve à une trentaine de minutes à pied du Cristo Rei (que nous avons fait à la descente ; en montée, on a plutôt opté pour le bus !). ​

 
Riche d’histoire, de culture et d’art ; c’est aussi cette image de Lisbonne que m’a laissé ce voyage.

Je crois que c’est au fil de mes visites, dans les châteaux et les musées de la ville, que je me suis vraiment rendue compte du lien étroit entre le Portugal et leurs voisins. L’omniprésence de la civilisation mauresque dans les vestiges jusque dans la ville actuelle.

Et, on revient à eux : dans l’art de l’azulejos.


Ce que j’aime, quand je visite une ville pendant plusieurs jours, c’est lorsque je commence à retrouver mon chemin sans GPS ni carte.

À reconnaître des rues dans lesquelles nous sommes déjà passés.
À avoir mon chemin préféré...
Parce que je me dis que j’ai bien visité.
Que je commence à M'IMPRÉGNER des lieux.



Après quatre pleines journées de visite, nous avons terminé notre séjour en jouant les touristes que nous étions, à bord d’un ELÉCTRICO ; ces tramways jaunes qui sillonnent les rues.


Malgré son surnom bien mérité de ville aux sept collines (on en a monté, des chemins droits comme des murs, et on a avalé des escaliers !), nous n’avons pris le tramway que le dernier jour. Pour terminer par un petit tour tranquille de Lisbonne.

​Mais ce n’est pas dans le tram 28, le plus célèbre, que nous sommes montés. En travaux sur une partie du trajet, il était remplacé par des bus beaucoup moins typiques.

On a donc opté pour son petit frère : le 12, moins prisé par les touristes (avec donc plus de places assises disponibles), qui fait une boucle d’une quinzaine de minutes, passant dans des petites rues aux façades entièrement recouvertes d’azulejos.


Bon à savoir : les tickets pour le tramway sont moins chers si on les achète dans le métro qu’à bord du tram. Pensez aussi à garder la carte : elle est rechargeable et fonctionne également pour le métro et la ligne de transport en commun fluvial qui mène à Almada. Cela permet de réduire ses déchets (même en vacances !) et d’économiser les 0,50 € facturés par carte.


Après ce petit tour d’horizon de la ville, je vous donne rendez-vous pour la suite... les belles visites et les bonnes adresses Lisboètes !

Également sur Lisbonne :