Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Mode. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Mode. Afficher tous les articles

2 févr. 2018

Une nuit dans un chalet, en toute intimité

Le vendredi, février 02, 2018
Séjour dans un chalet à Courchevel - tenue confortable et féminine

Plus les années passent, plus la neige devient une obsession.
La voir, encore une fois.
Puis encore une fois.
Et une dernière.

J'y pense chaque semaine d'hiver.

La faute à toute cette ambiance COCOONING que la présence de la neige implique : de grosses chaussettes, un pull douillet (et une belle pièce de lingerie dessous...), une tasse de thé entre les mains, un plaid sur les genoux, les pages d'un livre qui défilent sous les doigts, le crépitement d'une cheminée et l'odeur du feu de bois...

Alors samedi, on a pris la voiture, direction Courchevel.

Les moon boots dans le coffre, la grosse écharpe autour du cou, et l'esprit déjà formaté pour un week-end très hyggelig, avant même d'avoir franchi la porte du chalet, plus parfait que parfait.

Séjour à Courchevel dans un chalet très cocooning - tenue avec lingerie apparente

Cocooning & féminité


J'aurais pu rester là une semaine entière.

À alterner entre le balcon, lorsque le soleil aurait généreusement tapé dessus, et l'angle du canapé, avec une tasse d'Earl Grey posé sur le coin de la table. Je n'aurais porté que mes vêtements les plus confortables et mes chaussettes les plus douces et épaisses, avec un petit détail plein de FÉMINITÉ, pour le plaisir.

Je suis une timide de la lingerie.
Pas du genre à laisser dépasser une dentelle de soutien-gorge, aussi beau que cela puisse être.

Et pourtant, ce week-end, j'ai sauté le pas.
Et j'ai adoré.

Adoré pouvoir porter une belle pièce de lingerie apparente que l'on peut montrer aussi facilement. Un soutien-gorge brassière, celui de la collection "Nymphéa" de la marque Chantal Thomass, absolument parfait sous un petit pull à col V, qui aurait presque l'air de faire partie intégrante du vêtement.

Un petit détail qui devient un véritable accessoire de mode, sans effort. Juste pour donner un peu plus de caractère à une tenue cocooning ; tout ce que j'aime.

Soutien-gorge brassière Chantal Thomass - Pull Promod - Jean Le Temps des Cerises

Détail de tenue avec lingerie apparente sous un pull à col V

Un très joli modèle vendu sur le site Glamuse, dédié à la vente en ligne de lingerie et de maillots de bain, pour lequel j'ai tout de suite eu un coup de cœur. Et que j'ai immédiatement imaginé porté très simplement, avec un petit décolleté.

Le site regorge de belles pièces pour toutes les tailles, et notamment de très jolis body à porter de la même façon, on même juste avec un jean et un petit gilet. (Oui, sauter le pas m'a donné plein d'idées... et d'envies de shopping ! Surtout que la livraison et les retours sont gratuits ; pratique quand on ressent le besoin d'essayer, comme moi.)

Glamuse.com

60 grandes marques de lingerie, homewear, maillots de bain, collants...
De belles photos à retrouver sur leur compte instagram

Soutien-gorge brassière Chantal Thomass

Dans un chalet enneigé


Une cheminée au centre de la pièce, une grande table d'hôtes pour le petit déjeuner du lendemain matin, un immense canapé avec une dizaine de petits coussins que j'aurais tout à fait imaginé chez moi, et une vue folle sur la montagne.

Le vide.
Une étendue de blanc immaculé.
Un gros nuage de coton ou une mer de marshmallow à la vanille.

Chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Arrivés en fin d'après-midi, c'était le timing parfait pour voir le coucher de soleil, boire une dernière tasse de tisane en profitant de la vue...

Une belle soirée dans un chalet, au pied des pistes de ski, à Courchevel

.... avant de s'endormir enroulée dans une couette si épaisse et moelleuse que j'aurais pu ne jamais la quitter.

Chambre du chalet Portetta Le Chamois à Courchevel
Chambre cosy dans le chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Chalet "Chamois" Portetta
242 route des Avals, 73120 Courchevel 1650

Site internet : portetta.com

Balcon du chalet Portetta Le Chamois à Courchevel

Le lendemain matin, le petit-déjeuner nous attendait.
Du jus d'orange pressé et des œufs brouillés, préparés sur place par une chef à domicile.

Petit déjeuner avec vue sur les pistes à Courchevel

Je serais bien restée profiter du sauna au rez-de-chaussée, mais la neige nous attendait. Et je n'avais qu'une envie : enfiler mes bottes pour monter découvrir la station de Courchevel... où je vous emmène très vite !

Détail de tenue avec pull à col V et lingerie apparente

Article en partenariat avec Glamuse

17 nov. 2017

Oser vivre la vie dont on rêve

Le vendredi, novembre 17, 2017

Je crois que je n'ai jamais vraiment fait ce que l'on attendait de moi.
Ou ce que l'on essayait de prévoir pour moi.

Des études de médecine, un travail en C.D.I, une vie de famille avec un enfant avant 30 ans... Ce n'est pas moi. Pas la vie dont je rêve, mais celle que l'on colle à une très bonne élève ou à une jeune femme en couple depuis 11 ans.

Ce n'est pas toujours évident, mais j'ai toujours fait en sorte de CHOISIR mon chemin.
Pour n'avoir aucun regret.

Faire un bac S pour assouvir ma soif de connaissance en science ; partir en lettres et arts du spectacle pour mon amour des beaux mots et de la scène ; me laisser porter par la vie et mettre un pied dans le monde de l'intermittence du spectacle, et finir par accepter un C.D.I avant d'entamer un nouveau chapitre professionnel, à mon compte.

J'ai eu la bougeotte, envie de rattraper le temps et vivre à 1000 à l'heure.
Et puis de ralentir.
Profiter de la vie.

Dans un peu moins d'un an, je changerai de dizaine.
30 ans. C'est quelque chose. Une fête avec les proches. Un chiffre rond. Un cap peut-être.

Mais ce sera surtout dix années derrière moi à choisir la vie que je voulais vivre. Celle dont j'avais envie, même si tout n'est pas toujours parfait. Dix ans à toucher du doigt la vie dont je RÊVE; une vie faite de choix qui ne me sont pas dictés par la société.

Ce n'est pas toujours évident, mais j'ai toujours fait en sorte de choisir mon chemin.
Pour n'avoir aucun regret.

Et j'avais envie de partager avec vous ces quatre étapes par lesquelles, inconsciemment ou non, je suis passée chaque fois que j'ai ressenti le besoin de me lancer.


Écouter

SES ENVIES


C'est sans doute la chose la plus dure. Et le premier pas pour se lancer. 
Apprendre à s'écouter, oser rêver et surtout oser vouloir rêver.

Parfois, c'est le corps qui nous aiguille. Quand j'ai choisi de quitter mon C.D.I pour me mettre à mon compte, mon corps avait lancé les signaux d'alarme depuis des mois. Jamais malade, je choppais tous les microbes qui passaient. La fatigue s'accumulait, et un simple montage de dressing m'a valu une belle tendinite au poignet. Trop stressée, plus suffisamment bien dans mon quotidien... mon corps en a payé les conséquences.

Alors j'ai décidé d'y mettre un terme. Même si je n'aurais pas dû attendre autant.

Et parfois, écouter ce que les gens imaginent pour nous est un vrai DÉCLIC. On se rend compte que ce n'est pas de cette vie dictée par d'autres que l'on veut, et on décide alors de (re)découvrir ce que l'on souhaite vraiment.


Définir

SES OBJECTIFS


Je crois que c'est, quelque part par ici, que réside la clef du bonheur.
Ce moment où l'on réussit à déterminer quelle vie nous rendrait vraiment heureux. Parce que c'est alors tout un projet qui se met en place ; un peu comme quand on planifie les vacances d'été !

Et je pense d'ailleurs qu'il faut voir cette quête de notre vie rêvée comme nos vacances : viser un objectif idéal mais ATTEIGNABLE pour ne pas se décourager et avoir la satisfaction d'y parvenir... avant de passer à l'étape suivante.

(Avoir des supers pouvoirs, c'est sympa, mais a priori, difficile à atteindre. Et d'ailleurs, est-ce que ça nous rendrait vraiment heureux ?)

C'est une démarche très personnelle : peut-être que c'est un film ou un livre, qui va nous faire prendre conscience que l'on rêve de plus voyager, d'avoir une belle carrière professionnelle ou de fonder une famille.

Ce petit shoot de bonheur, pour ma part, je le retrouve chaque fois que je me plonge dans une lecture feel good : un magazine ou un livre qui parle de slow life et de petits bonheurs du quotidien. Une vie plus proche de l'instant présent, qui est aujourd'hui la vie vers laquelle je tends.


Lister

LES ÉTAPES


J'adore les listes.
Cette satisfaction de rayer une étape et de passer à la suivante, rien de tel pour visualiser l'avancement de son projet.

Mais on peut aussi la faire mentalement.
L'important, c'est de garder en tête chaque petite chose à faire pour atteindre son but, que ce soit épargner pour acheter une maison, développer son réseau professionnel pour obtenir un poste qui nous tient à coeur, ou rencontrer des associations pour faire du bénévolat.

Et quand je butte, quand je doute ou quand je ne suis plus sûre de pouvoir me lancer, je me pose deux questions (qui peuvent donner sujet à deux nouvelles listes, on ne se refait pas !) : 

- au pire, si j'échoue, qu'est-ce qu'il peut arriver ?
- et au mieux ?

Oser

CHANGER D'AVIS


Mais surtout, je pense fermement qu'oser vivre la vie que l'on rêve, ce n'est jamais une fin en soi.
C'est un projet, un voyage, qui en appelle d'autres.

On n'a pas les mêmes envies à 20 ou 30 ans.

J'ai longtemps rêvé vivre en ville, moi qui suis originaire d'Ardèche. Pouvoir sortir au cinéma ou au restaurant en semaine, découvrir les riches programmations des théâtres et profiter des dernières nouveautés des boutiques qui n'existaient pas chez moi. 

Et maintenant, j'y vis, depuis 8 ans.
Je suis bien, mais j'ai aussi envie, dans quelques années, d'avoir une maison en dehors de la ville, avec un potager rempli de potimarrons à l'automne...

Peut-être que les gens diront que je ne sais pas ce que je veux.
Moi, au contraire, je crois que je sais exactement ce que je veux : écouter mes envies et me lancer le DÉFI de les réaliser.



Viser

(PLUS) HAUT


Parce qu'on peut être une femme et avoir de l'ambition professionnelle.
Être créative.
Avoir envie de fonder une famille ou pas.
Dépasser ses limites et devenir athlète de haut niveau...

En somme, on peut vouloir Viser Haut comme le dit très bien la campagne Cache-Cache qui met à l'honneur des femmes ambitieuses qui ont décidé, un jour, de se surpasser et de s'épanouir dans la vie qui les faisait rêver.

La vision de la femme dans la société me tient à cœur (vous l'avez peut-être remarqué avec les tweets que je partage régulièrement sur le sujet), alors je suis TRÈS heureuse de faire partie de ce beau projet qui, j'espère, vous donnera envie, vous aussi, de vivre votre vie comme vous l'entendez.



Manteau, pull et écharpe Cache-Cache - Jean Le Temps des Cerises - Sac Lancaster - Bottes Eram

Article en collaboration avec Cache-Cache

13 oct. 2017

Le motif prince de galles pour l'automne

Le vendredi, octobre 13, 2017
Look d'automne : pull en cachemire et short prince de galles

Je dis souvent que je suis née dans le mauvais pays.
Que j'aurais dû naître dans des draps en tartan avec un biberon de thé au lait dans la bouche.

Alors que mes proches rêvent de plages de sable blanc en été, mon esprit s'évade du côté du Royaume-Uni, de ses petites maisons en briques et de son ambiance plus fraîche mais toujours très COCOONING.

Autant dire qu'en automne, c'est un peu la saison fatale.
Celle où je pourrais prendre un billet d'avion sur un coup de tête pour passer une semaine de l'autre côté de la Manche, avoir ce bel accent anglais dans l'oreille et faire des afternoon tea un jour sur deux.

À défaut de tout plaquer pour m'installer dans un vieux cottage anglais, je collectionne : les écharpes et les chemises à motif tartan, les petits pulls douillets et ceux à grosses mailles, et les plaids pour la maison.

De façon raisonnée, ou autant que possible.
Parce que je sais que ce sont des pièces que je n'achète pas sur un coup de tête, que je porte et re-porte d'année en année.

Inspiration mode d'automne : pull en cachemire, short prince de galles et low boots

L'année dernière, à la même époque, j'ai fait des dizaines de boutiques avant de trouver LE manteau prince de galles parfait, avec de la laine dedans, et suffisamment épais pour rappeler ce beau tissu anglais que j'aime tant.

Et cette année, j'ai craqué sur le short.

Le motif était tellement partout, dès le mois d'août, que je n'ai pas eu trop de mal à trouver mon bonheur. (Bien que j'aurais adoré trouver une version plus épaisse, pour l'hiver, avec la petite bande bleue ou rouge que j'apprécie beaucoup).

Je me suis aussi laissée séduire par l'appel du CACHEMIRE ; la faute à Uniqlo qui est venu s'installer à Lyon et qui a un stand complet de pulls à cols ronds, cols V et cols roulés, dans cette matière si douce et cosy.

Non seulement, j'ai pris le bleu marine, mais j'ai aussi jeté mon dévolu sur le gris clair...
Mais ça va, je sais d'avance que je vais passer mon automne/hiver lovée dedans !

Inspiration automnale : pull en cachemire Uniqlo, short prince de galles Missguided et sac Lancaster

Pull Uniqlo - Short Missguided - Boots Only
Sac Lancaster - Montre Les Partisanes - Collier Les Tatillonnes x Emma & Chloé




Look d'automne : cachemire et motif prince de galles


28 juin 2017

La salopette - tenue cocooning de l'été

Le mercredi, juin 28, 2017

 Ce week-end, je disais encore "le confort avant tout". C'est une chose profondément ancrée dans mes choix de vêtements ; tellement que la salopette short est devenue mon INDISPENSABLE de la saison.

Courte, pour ne pas tenir chaud.
Pas moulante pour un sou, pour pouvoir se mouvoir dedans.
Caméléon, pour être mariée avec 90% de mes petits hauts.

J'aurais aussi pu rajouter sans prise de tête, puisque je n'ai qu'à sortir le plus basique de mes t-shirts pour une style complètement décontracté, une blouse blanche à volants pour décaler un haut plus habillé, ou un polo rose pour me glisser dans une tenue très COCOONING.

Et puis, on en parle de cette grande poche kangourou sur le ventre ? Dans laquelle on peut faire rentrer sa vie (a.k.a son smartphone, le plan de la ville où l'on passe les vacances, et un paquet de mouchoirs) pour soulager son épaule avec un sac en bandoulière plus léger ?

Bref, j'ai adopté la salopette - et je ne suis pas prête de la lâcher - et j'ai ressorti les Bensimon pour me sentir plus légère du bout des pieds qu'avec mes Stan Smith (que je continue cependant à porter sans relâche, 50 ans après que tout le monde les ai rangées au fond du dressing) (le confort, y a que ça de vrai !).


Salopette : Jennyfer
Blouse : H&M
Tennis : Bensimon (couleur amande ; collab' avec l'Occitane)

Sac : Michael Kors (en noir)
Montre : Christian Paul
Bracelet : Christian Paul