Que cherchez-vous ?

Affichage des articles dont le libellé est Hygge. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Hygge. Afficher tous les articles

24 avr. 2018

Mes activités hyggelig du printemps

Le mardi, avril 24, 2018

Le printemps est sans doute la saison qui me donne le plus envie de retrouver l'extérieur.

D'ouvrir les fenêtres de l'appartement.
De PROFITER des rayons du soleil qui réchauffent ma terrasse.
De me laisser aller à humer l'air, et écouter les oiseaux chanter jusque devant ma fenêtre.

Même en ville, les odeurs des fleurs peuvent embaumer l'air. Le citronnier que l'on vient d'ajouter sur notre terrasse est un délice pour l'odorat, et il y a plus d'une rue, dans Lyon, qui sent bon le printemps. Sans parler des effluves d'herbe fraîchement coupée... !

Bras nus, vêtements fluides.
Il fait ni trop chaud, ni trop froid.
Le compromis parfait pour la frileuse que je suis qui ne supporte pas, non plus, les grosses chaleurs.

Et le temps idéal pour vivre le hygge dehors. Sortir un peu de ce petit cocon que je me suis fait chez moi, et trouver le plaisir de ralentir, de profiter du grand air. Toujours en bonne compagnie, avec une douceur à se mettre sous la dent, dans un coin de sac ; éléments indispensables pour un moment vraiment hyggelig !


Pique-niquer

POUR LE DÉJEUNER


En semaine.
Avec ses collègues de travail, des amis ou sa moitié. 

Juste comme ça. Parce que le temps est magnifique. Que sortir du bureau, entre midi et deux, peut donner l'illusion d'être en week-end, et nous REBOOSTER pour le reste de la journée. 

On a fait le nôtre, notre tout premier pique-nique de la saison, la semaine dernière. Un peu prévu au dernier moment, on s'est pris des burgers chez Big Fernand que l'on a dégusté au parc de la Tête d'Or. Mais avec un peu plus de préparation, c'est une salade de riz que j'aurais voulu manger. LA salade de riz ; celle de ma tante, upgradée comme jamais, qui réconcilie tout le monde avec ce plat des pique-niques de l'école primaire.

Pour 6 personnes :

- 500 g de riz basmati
- tomates
- crevettes
- 1/2 concombre
- une boîte d'ananas en morceaux
- noix de cajoux
- 1 oignon nouveau
- coriandre fraîche
- 3 c. à soupe d'huile d'olive
- 2 c. à soupe de vinaigre de cidre
- 2 c. à café de sauce soja sucrée
- sel, poivre

Recette :

1. Faire cuire le riz.
2. Couper le concombre en morceaux et le faire dégorger dans du sel.
3. Ciseler l'oignon et la coriandre. Couper les tomates.

4. Préparer la sauce en mélangeant l'huile d'olive, le vinaigre et la sauce soja, et ajouter un fond d'eau présent dans la boîte d'ananas en morceaux. (Plus ou moins selon ses préférences.) Saler et poivrer.

5. Mélanger le tout. Réserver minimum 1h au réfrigérateur pour permettre aux saveurs de parfumer l'ensemble de la salade de riz.



Lire dehors

À LA TOMBÉE DE LA NUIT


C'est un fait : à moins d'être en vacances, je lis plus facilement en fin de journée. Même le week-end. J'ai toujours quelque chose à faire, si bien que le moment de lecture que je m'étais promis arrive rarement avant 18h. Mettant à mal mes chances de lire plus de 10 minutes sur ma terrasse, avec le soleil pour me réchauffer (frileuse, soleil qui descend dans le ciel, petite brise... tout ça.)

Alors je me suis dit que j'allais sortir le plaid.

Le plaid, et la bougie.
Les petites lumières style guinguette accrochées à la pergola. 
Et que j'allais faire ça : lire tranquillement en fin de journée, lovée dans mon plaid comme en automne, tout en profitant de mon petit cocon de verdure. Des oiseaux qui s'aventurent sur la rambarde. Et des odeurs du jasmin, si tôt qu'il sera en fleurs.

Mes dernières lectures :


- La Servante écarlate, mon énorme coup de cœur de ces derniers mois. Pas tant pour l'histoire en elle-même, bien que captivante, mais surtout pour l'écriture de Margaret Atwood ; sa façon de mener le récit, de dévoiler son univers bribe à par bribe... tout coule si naturellement... tout est d'une fluidité folle ; le présent et le passé s'entremêlent sans cesse. Et on découvre ainsi le quotidien d'une jeune femme dans une société où le sexe féminin est enfermé dans trois fonctions : celui de maîtresse de maison, de bonne à tout faire, ou de reproductrice.

- Le Livre du Lykke, dans un tout autre style ; il s'agit du nouveau livre de Meik Wiking sur le bonheur à travers le monde. Une belle façon de voyager de cultures en cultures, à travers la lentille du bonheur.

- Les Belles est déroutant, au premier regard. Le résumé nous laisse imaginer un roman historique qui se passerait à Orléans, sous la monarchie. Mais dès les premières pages, on comprends qu'Orléans n'est pas la ville que nous connaissons. L'histoire oscille entre merveilleux et récit presque mythologique. Dans ce monde, le dieu du ciel a créé l'humanité avec un teint gris, des yeux rouges, et une profonde mélancolie dans le cœur. Alors la déesse de la beauté a créé des Belles pour les rendre beaux, dans un monde obsédé par l'apparence.


Cueillir

DES FLEURS


Depuis quelques temps, ça me démange.
J'ai envie d'avoir un joli BOUQUET de fleurs dans la maison. Un bouquet de fleurs sauvages, que j'aurai confectionné moi-même lors d'une promenade à la campagne.

Des bouquets qui durent, comme celui de lavande que j'ai depuis bientôt deux ans. Ou quelques tiges de graminées ; certaines ressemblent à du blé et poussent partout en bordure de route ! J'ai bien envie, aussi, d'utiliser nos plantes aromatiques comme le romarin pour faire quelques bouquets séchés.

Mais aussi des bouquets plus éphémères, avec de petites fleurs sauvages ramassées le long des sentiers. (Avec modération, puisque la cueillette est réglementée à un bouquet par personne, en règle générale.) Ce week-end, on s'est d'ailleurs arrêté pour cueillir quelques jonquilles, dans un champ !



Do-it-yourself

À PLUSIEURS


Quand je pense aux DIY, j'ai plutôt tendance à voir cette activité comme solitaire. Alors qu'en réalité, je trouve ça bien agréable de la PARTAGER avec quelqu'un.

Il y a quelques semaines, on a tenté de confectionner des petits "panneaux" pour indiquer le nom de nos plantes (et distinguer, notamment, nos deux myrtilliers d'espèces différentes). Vaste échec. La pâte durcissante que j'avais faite pour remplacer la fimo (un peu trop chimique, comme matière), n'a pas résisté à une nuit en terre humide.

Mais c'était chouette, de faire ça à deux.
Le soir, après le travail. Sans télévision ni smartphone.

Tellement qu'on a aussi passé un week-end à rénover des meubles : la coiffeuse de notre chambre, mais aussi un coffre et un valet en bois.

Prochain projet ? En cours de réflexion !

23 févr. 2018

Hygge entre amis autour d'un jeu de société

Le vendredi, février 23, 2018
Après-midi hygge entre amis autour d'une partie de Monopoly

Un jour, j'aimerais avoir ce qui semble être contradictoire : une grande table basse.
Carrée. En bois massif.
Et pas trop neuve.

Ancienne serait l'idéal, parce qu'elle aurait déjà vécu ce genre d'après-midi parfait. Avec une poignée d'amis tout autour pour refaire le monde, manger plus que nos estomacs peuvent encaisser, et faire des parties de jeux de société.
Longues, les parties. Pour ne pas les laisser partir tout de suite.

Je ne sais pas pourquoi, mais pour moi, les jeux de société, on y joue sur une table basse.
Assis sur un tapis ou un petit pouf pour les fessiers les plus délicats.
C'est plus CONVIVIAL, je crois.

Avec la pluie battante au dehors. Les volets qui claquent. Les éclairs qui commencent à gronder. Et la cheminée qui crépite. 

Je m'emporte un peu, mais c'est pour vous faire entrer un peu dans ma tête.
Parce que je vous écris souvent, dans mes articles que, en automne, ou pour rendre les jours de pluie un peu plus beaux, j'aime ces après-midis tea time et jeux de société. Mais je ne vous ai jamais dit comment ça se passait !


1. Rassembler des amis


Un nombre hyggelig d'amis, c'est encore mieux. Pas trop nombreux pour que cela reste intime.
Six maximum, d'après Meik Wiking.
Comme quoi, on était très bons élèves sans le savoir ; on est toujours cinq !


2. Installer un jeu de société


... et oublier le reste du monde pendant plusieurs heures !
C'est ce que l'on fait au jour de l'an, dans un chalet (presque) perdu en pleine Auvergne, avec les chaussettes enneigées en train de sécher devant la cheminée.

Mais aussi à la maison, absolument en toute saison.

Il y a un jeu auquel on n'a cependant encore jamais joué, entre amis, et qui m'a pourtant valu des heures de très bons moments quand j'étais petite : le MONOPOLY.
À croire qu'Hasbro savait qu'il m'en fallait un pour y remédier, car ils m'ont envoyé l'édition spéciale France que nous avons inauguré à deux, la semaine dernière, avec le bûcheron.

Et je le dis tout de suite : je me suis faite plumer ! Après des dizaines de rebondissements ; moi chantant "money money money" parce que mon bassin d'Arcachon était son lieu de séjour favori... avant de me faire sucrer trois fois de suite mes gains de la case départ pour cause de séjour en prison et d'impôts sur le revenu exorbitants.

(Si vous ne connaissez pas le jeu, parce que c'est possible après tout, et que vous vous demandez peut-être de quoi je parle : l'objectif est de rester le dernier joueur en lice... après que tous les autres aient fait FAILLITE. Pour ça, on achète des cases et on se bat bec et ongles pour avoir les deux ou trois de la même couleur, nous donnant droit au St Graal : construire des maisons - et même un hôtel - pour que les autres joueurs paient un max en venant séjourner chez nous !)

Hygge entre amis autour d'un jeu de société

Je crois que c'est le jeu avec lequel j'aurais le plus d'anecdotes à vous raconter !

- Comme le fait que je ne connais les vraies règles que depuis quelques années parce que je n'ai toujours connu que celles de mon grand-père, transmises par ma mère. (Et elles n'ont juste RIEN à voir avec les vraies...)

- Ou que j'ai vu ma grand-mère s'amuser comme jamais en saignant à blanc toute la famille, criant "par ici la sauce" à plus minuit, un soir de Noël.

- Et même que j'y jouais des heures entières, avec mon autre grand-mère, en additionnant sa dette sur une calculatrice tellement elle me devait de l'argent. Systématiquement. Parce qu'elle n'achetait absolument rien.

Bref, on a enfin un Monopoly à la maison.

Un tout joli, tout neuf, sans Rue de la Paix ni Vaugirard puisque celui-ci est une édition spéciale qui met à l'honneur les plus beaux sites et monuments de France. (Et m'a donné envie de visiter tous ces coins que je ne connais pas encore, comme les Gorges du Verdon et Lille !)

D'ailleurs, il annonce déjà de nombreuses et épiques batailles, au sein de notre couple. Parce que Chenonceau, d'accord, je ne l'ai pas eu cette fois. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot !

(Parce que oui, on a vraiment eu tous les deux un gros coup de cœur pour ce château ! En même temps, les cuisines sont folles, les jardins sont spectaculaires... et il y a avait ces courges qui m'appelaient dans le potager... on peut y retourner et s'installer ?)

Partie de Monopoly France
Château de Chenonceau
Souvenir souvenir...


3. Sortir les victuailles


Je crois que la belle bande de Karadocs que nous formons ne peut absolument pas imaginer un après-midi jeux de société sans de bonnes choses autour de la table.

Parce que ce ne serait pas hyggelig sans une boisson chaude : du thé, du chocolat ou du jus de pomme chaud ! Et un gâteau réconfortant à portée de main ; cakes, brownies et cookies géants.


4. Allumer un feu de cheminée (facultatif)


À défaut d'avoir la cheminée dans l'appartement, on a un DVD de feu de cheminée (véridique !). Mais ça marche aussi avec une vidéo youtube lancée sur la télévision. 

Et si vous avez un vidéo projecteur, là je crois qu'on touche à la perfection.
D'ailleurs, c'est certainement quelque chose qui pourrait être un beau cadeau si, cette année, on ne payait pas nos impôts !

Hasbro a décidé de payer les impôts de cinq chanceux !

Ou plus exactement, de leur faire un chèque du montant moyen de l'impôt sur le revenu payé par les français en 2016, soit 4750 €. Pour tenter sa chance, il suffit d'acheter un Monopoly et de remplir le formulaire sur monopoly-impots.fr d'ici le 30 mars 2018.

Jeu de société - partie de Monopoly

Article en partenariat avec Hasbro

6 févr. 2018

Comment apporter un peu de hygge au bureau ?

Le mardi, février 06, 2018
Apporter un peu de hygge au bureau - slow living - blog lifestyle Louise Grenadine

On me dit souvent que j'ai de la chance, de travailler de chez moi.
Que ça doit être agréable.

Et je vous l'avoue, ça l'est.

Je peux tamiser la lumière pour créer une ambiance plus douce dans le bureau. Faire les corvées de paperasse avec un plaid sur les genoux. Et me glisser dans le canapé, en fin de journée, pour répondre à mes e-mails.

J'ai beaucoup de chance, je le sais.

Alors j'avais envie de partager un peu de cette chance avec vous. En vous donnant quelques astuces pour recréer dans votre bureau, qui est peut-être en open space, un environnement plus COSY... et avoir presque l'impression d'être chez vous !


Apporter

UN MUG DE LA MAISON



Il y a toujours, dans un coin, une vieille machine à café ou un distributeur d'eau avec ses gobelets en plastique fin. Pas agréable à porter aux lèvres. Toujours à grincer entre les doigts. Et qui donne cette envie irrésistible de mordiller l'encolure avec les dents.

Alors qu'à la maison, se servir une boisson chaude, c'est agréable.
C'est un petit moment de DÉTENTE ; une pause dans la journée.

Pour recréer cet instant de douceur, rien de tel que d'apporter sa tasse préférée au bureau. Celle que l'on aime garder au creux de ses mains pour sentir la chaleur à travers sa paroi en céramique. 

Cela peut paraître futile, et pourtant, la science le dit : on mange aussi avec les yeux. On ressent d'avantage le goût d'un chocolat chaud dans un mug orange, par exemple. Alors personnellement, entre le gobelet en plastique et le mug de la maison, j'ai vite fait mon choix !

Et si en plus, on boit du thé, on peut apporter ses préférés, de la maison, qui seront bien meilleurs que celui du distributeur automatique !

Rendre ses heures de travail plus hyggelig - slow living - blog lifestyle Louise Grenadine

Tricher avec

UNE ÉCHARPE PLAID



En dehors des mois de juillet et août, je crois que je ne sais pas vraiment vivre sans plaid. Plus ou moins épais, selon la saison. Mais il y en a toujours un à portée de main, pour pouvoir m'envelopper dedans en fin de journée.

Au bureau, mis à part dans ces grandes sociétés asiatiques où les gens apportent même leurs pantoufles, apporter un plaid pourrait paraître bizarre.

Mais en automne/hiver, on peut facilement tricher.

Avec une grande écharpe plaid que l'on enroule autour de son cou le matin, pour se protéger du froid en attendant le bus. Et qui termine sur nos épaules, presque comme un plaid, une fois au bureau. Ni vu, ni connu ; on travaille enroulé dans son plaid.





Allumer

UN FAUX FEU DE CHEMINÉE



J'adore écrire mes articles avec une bougie à côté de moi. Qui sent la brioche ou le feu de bois. Ou les sapins en forêt, parce que celle-ci, elle a une mèche en bois qui produit un petit crépitement que j'adore.

Il y a certainement des sociétés qui ne seraient pas contre un peu plus de hygge dans leurs locaux, mais pour les autres, j'ai trouvé une alternative il y a quelques semaines. Parce que, j'avoue, je n'aime pas passer des heures à aérer l'appartement après avoir fait brûler une bougie ; ce serait meilleur pour la santé, mais les bruits de la ville ne sont jamais très agréables pour travailler.

Alors plutôt que de laisser mes bougies brûler toute la journée, j'alterne avec un petit crépitement de cheminée qui s'élève de mon iPhone grâce à une APPLICATION (gratuite) que j'ai téléchargée. Terriblement addictif ; je travaille avec quasiment toute la journée. En bureau partagé, il suffit de le garder juste à côté de soi, le bruit est très discret, ou de l'écouter avec des écouteurs.

(Mais si vous êtes plus bruits de forêt, d'orage ou de pluie, il y a ça aussi. D'ailleurs, on peut même mixer plusieurs sons ! Personnellement, je garde le crépitement de cheminée pour le moment... mais la pluie associée à l'orage devrait bien me plaire cet été !)

Relax Sounds sur iOS - application similaire sur Android


Retrouver

DES MATIÈRES CHALEUREUSES



Dans ma cuisine, j'ai choisi un plan de travail en bois pour toujours avoir une matière chaude sous les doigts. Ce qui n'est pas le cas au bureau, parce que j'en voulais un rond (pour qu'aucun chevalier ne soit assis dans un angle, ou en bout de table...), et que je n'en ai pas trouvé en bois massif.

Mais en règle général, j'aime être entourée de matières chaleureuses.
C'est pour ça qu'on a d'ailleurs du parquet dans tout l'appartement ; c'est plus cosy.

En entreprise, on choisit rarement la matière de son bureau. Et on se retrouve souvent avec du plastique, du verre ou du mélaminé sous les doigts ; on est un peu loin de l'idée de faire entrer la nature dans une pièce pour la rendre plus HYGGELIG.

On peut cependant le faire à plus petite échelle, en s'entourant de quelques objets plus agréables au toucher : le mug en céramique rapporté de la maison, une rondelle de bois en guise de dessous de verre, un set de bureau en feutrine ou même un organiseur en cuir.


Et à midi...


... on fait un break.
Un vrai.

Parce que tout cosy que soit devenu notre bureau, on y est cinq jours sur sept, toute l'année. Alors autant profiter du déjeuner pour s'aérer l'esprit. Et pour ça, je vous donne mes petites astuces pour vraiment profiter de sa pause déjeuner

16 janv. 2018

Mes activités hyggelig de l'hiver

Le mardi, janvier 16, 2018

Par essence, l'hiver est une saison du hygge.

Avec ses bûches dans l'antre de la cheminée, ses grosses chaussettes très douces, ses plaids qui le sont encore plus, et ses énormes bourrasques de vent que l'on entend parfois jusque dans son lit.

C'est agréable, d'ailleurs, quand la nature se fait entendre, et que l'on est bien au chaud chez soi, pour en profiter.

Mais, et c'est tout à fait paradoxal, le HYGGE semble s'échapper par la moindre interstice, en ce début d'année. Avec les tournées des maisons qui s'enchaînent pour se souhaiter la bonne année en coup de vent, les achats presque compulsifs en période de soldes, et ce redémarrage de mille projets qui font filer le temps encore plus vite.

Alors la semaine dernière, on a pris le temps de se poser.

De faire les soldes aussi, de façon raisonnée.
Mais surtout de s'installer tranquillement autour de la table basse, et faire une partie de jeu de société, à deux, après avoir bu un bon chocolat chaud accompagné d'une madeleine.

Peut-être que je ne peux pas totalement échapper au démarrage de l'année en trombe.
Mais j'ai envie de m'y aménager ces petits moments hyggelig qui rendent le quotidien plus doux, et plus extraordinaire.


Profiter

D'UN FEU DE BOIS


Il y a une chose qui me manque plus que tout dans notre appartement : une cheminée. Avec l'odeur du feu de bois qui remplit le salon, sa chaleur tellement enveloppante, et la vue des braises qui craquent dans le foyer ; hypnotisant !

Alors chaque fois que je descends en Ardèche, chez les parents du chéri, je passe du temps devant leur cheminée. Avec une tasse de thé ; cliché au possible, et pourtant l'une des choses que j'aime le plus faire quand je ne fais rien... si ce n'est profiter de ce petit moment absolument délicieux.

Et quand on revient à la maison, Glasgow qui a traîné du côté de la cheminée, sent encore un peu le feu de bois sur le dessus de la tête, et j'adore !

Je suis tellement accro que je me suis mise en quête d'une bougie qui sent le feu de bois. Je n'ai pas encore trouvé LA bougie parfaite, mais voilà mon petit retour sur deux dernièrement testées : 

- Feu de bois crépitant de la marque Yankee Candle sent plutôt le parfum quand on la fait brûler ; grosse déception donc. Mais je me suis rendue compte, quelques heures plus tard, qu'une odeur de feu de bois flottait dans l'appartement ; ce n'est pas l'idéal, mais je sais que je peux toujours la faire brûler une heure pour retrouver l'odeur que j'aime, quelques heures plus tard.

- Feu de bois des boutiques Muji, est assez discrète quand elle commence à brûler, et au début, j'avais un peu l'impression qu'elle ne dégageait aucune odeur. Mais si on la laisse suffisamment longtemps (une heure environ), le feu de bois se fait alors sentir dans la pièce.


Déguster

UN COCKTAIL CHAUD


J'adore les cocktails, mais ça n'a honnêtement rien de hygge.

En revanche, les cocktails chauds, que l'on sirote tout doucement du bout des lèvres pour ne pas se brûler, que l'on tient au creux de ses mains comme si on avait froid même en intérieur, que l'envie d'en déguster se fait d'autant plus sentir quand la neige tombe au-dehors... c'est HYGGELIG.

Prochainement, j'aimerais bien : 

- goûter le punch chaud au gin de (ma blogueuse préférée) Rosie,
- trouver la recette du Chaï Blazer (gin infusé au chaï, jus de citron jaune pressé, sirop de cannelle et jus de pomme) du bar Le Florian.


Se promener

DANS LA NEIGE


Il est vrai que le hygge, c'est plus chez soi qu'en extérieur. Mais je pense que l'on peut retrouver ce sentiment d'ambiance réconfortante, simple et dans l'instant, quand on prend le temps de faire une belle promenade, avec une poignée d'amis, le pique-nique dans le sac, et deux thermos de boisson chaude par personne.

Pour fêter la nouvelle année, nous sommes partis à cinq en Auvergne, dans un petit chalet (équipé d'une cheminée), à deux pas de la montagne. L'endroit idéal pour louer une paire de raquettes et déconnecter complètement ; profiter de ce "scrounch" si RELAXANT de la neige qui craque sous nos pas ; avoir un peu chaud dans les montées et sentir tous ses muscles du bas du corps en action ; puis se reposer quelques dizaines de minutes, avec la neige à perte de vue et une tasse de thé dans la main.

Et pour vraiment être hygge jusqu'au bout, je choisis toujours une paire de chaussettes bien épaisses et douces, un bonnet qui a une doublure en polaire hyper confortable, un pull cosy en grosses mailles, une écharpe/plaid enroulée autour du cou.


Fêter

LA CHANDELEUR & MARDI-GRAS


On a dit hygge, pas lagom.

Donc les excès de gourmandise sont largement permises, d'autant plus avec la chandeleur et mardi gras qui s'enchaînent à une vitesse folle.

J'avoue, j'aime tellement les crêpes qu'on n'attend jamais la chandeleur pour en faire. Mais c'est une occasion de plus pour ressortir la crêpière, disposer des petits bols d'ingrédients salés, des bocaux de confitures et de pâtes à tartiner, un peu partout sur la table... et inviter quelques amis pour se retrouver autour !

Et à mardi gras, on ressort les bugnes de Noël.
Parce que oui, dans ma famille, les bugnes, on les fait à Noël.
Mais j'aime bien l'idée de m'intégrer et prendre la tradition du reste de la France... et en faire une seconde fois !

La seule chose qui ne change pas : la recette. Celle de ma grand-mère, la meilleure ! (Oui... je ne suis pas objective.)

- 500 g de farine
- 100 g de sucre
- 2 sachets de sucre vanillé
- 4 gros oeufs
- 1/2 cube de levure de boulanger délayé dans un fond d'eau
- 125 ml d'arôme de fleurs d'oranger
- 125 ml de rhum
- de l'huile de tournesol pour la cuisson
- du sucre glace à saupoudrer sur les bugnes

Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et le sel. Ajouter ensuite la levure. Puis les œufs. Et le reste des ingrédients ensuite, avant de laisser poser la pâte entre 5h et une nuit entière.
Étaler la pâte finement ; découper des bandes et les faire cuire dans une huile très chaude, à la poêle.


Et vous, quelles sont vos activités hyggelig préférées, en hiver ?