SLIDER

Food
Affichage des articles dont le libellé est Food. Afficher tous les articles

Mes bonnes adresses à Copenhague

6 mars 2019


Est-ce que j'étais déjà un peu obsédée par les SMØRREBRØD avant de partir à Copenhague ?
Oui.

Et est-ce que j'en suis revenue avec une envie d'en manger bien plus souvent, et une quête perpétuelle du pain parfait pour les faire à la maison ?
Re-oui.

Alors pour clore cette série d'articles sur Copenhague et ses alentours, j'avais envie de vous parler des (nombreuses) adresses où nous nous sommes régalés pendant tout le séjour. 

Autour de smørrebrød ; une obsession, je vous avais prévenu !
De délicieuses pâtisseries à la cannelle.
De boissons chaudes aussi, parce que c'est hyggelig. Et que se réchauffer en tenant sa tasse entre ses mains, même en plein mois d'août, c'est parfois nécessaire...


Déguster des smørrebrød


Smørrebrød, littéralement ça signifie : pain et beurre.
Mais autant dire qu'on est bien loin de la simple tartine de pain beurrée.
Légumes, viandes, poissons, fruits, fromages, sauces... je pense qu'il existe autant de combinaisons que de danois. 

D'ailleurs, on a nous même testé et validé une recette (le soir, après une longue journée de visite et de promenade, on mange souvent dans notre logement) : poulet, poire, roquette et mayonnaise.

Et à l'heure du déjeuner, on s'est régalé aux :

- Designmuseets café, le restaurant du musée du design, qui est une excellente surprise. Les smørrebrød sont préparés avec des produits de saison tout en étant très abordables (les moins chers des trois adresses testées),

- Orangeriet Kongens Have se situe dans une ancienne orangerie ; les smørrebrød sont excellents et raffinés (gros coup de cœur pour celui aux crevettes marinées, avocat, citron vert, cream cheese fumé
et aneth), et ce fut parfaitement agréable de déjeuner dans cette salle très lumineuse, avec vue sur le parc, alors que la pluie s'abattait sur les carreaux ; les prix y sont cependant beaucoup plus élevés qu'au Designmuseets café,

- Restaurant Schonnemann est une institution danoise où toute la carte est faite de plats traditionnels ; on y retrouve donc des smørrebrød plus classiques mais dont les recettes changent encore véritablement des deux premiers. Le restaurant est autant prisé par des hommes d'affaires que par les touristes, donc la réservation en ligne est obligatoire pour avoir une place.

* * *


Pour la pause déjeuner


Il faut bien l'avouer, la vie est chère au Danemark. Et la restauration fait partie des gros pôles de dépense dans un voyage à Copenhague. D'où l'intérêt d'avoir un logement avec un coin cuisine pour éviter de manger tous les jours à l'extérieur.

On a tout de même délaissé quelques fois les smørrebrød pour déjeuner aux :

- Atelier September, un coffee shop lumineux avec un personnel chaleureux et une ambiance "comme à la maison" où l'on retrouve bien sûr le traditionnel (mais très bon) avocado toast

- Palaeo Pilestraede comme un fast food nouvelle génération, avec des produits les plus naturels possibles ; burgers et hot dogs sont au menu. Peu de place en intérieur et beaucoup de commandes à emporter ; l'attente peut être assez longue.

* * *


Coffee shop & pâtisserie


Le goûter, c'est sacré.
C'est la pause de la journée, celle qui permet de se (re)poser pour mieux repartir.

Et à Copenhague, il y a de quoi faire.
De bonnes adresses pour jouer les gourmands. Boire (beaucoup) de café.

En revanche, pour le thé, le choix est plus limité, alors je me suis rabattue sur les chocolats chauds et les chaï latte qui ont toute leur place sur la carte des coffee shops. Avec, en bonus, le bonheur de trouver des laits végétaux sur toutes les cartes, et sans supplément !

- Emmerys, c'est une enseigne de pâtisserie et café entièrement bio, avec plusieurs établissements dans Copenhague et dans quelques autres grandes villes danoises ; l'ambiance est ultra cocooning, avec des plaids sur la terrasse et des bougies sur chaque table. Les roulés à la cannelle sont excellents, et si, comme le bûcheron, le skyr islandais vous manque... ils en ont !

- Andersen & Maillard, ce coffee shop qui torréfie lui-même son café, et qui a un succès tel que les danois font la queue pour prendre ne serait-ce qu'un café à emporter. Ce que nous avons fait (un très bon chocolat chaud pour moi) lors de notre session de chine au marché aux puces de Nørrebro avant de se promener dans le parc/cimetière où l'on peut notamment voir la tombe H.C. Andersen.

- Conditoriet La Glace, la plus vieille pâtisserie de la ville... et aussi le seul véritable salon de thé que nous avons fait (deux fois !). Des gâteaux à plusieurs étages, des recettes toutes plus gourmandes les unes que les autres (je prendrais bien, la tout de suite, une part de ce gâteau au praliné amandes/noisettes, abricot, croustillant de chocolat/amandes)... la salle est très grande mais en demi-sous-sol donc très peu lumineuse.

- The Coffee Collective, un torréfacteur qui a de nombreux coffee shop dans tout Copenhague. Il est même possible d'acheter du café sur place, et de le faire moudre différemment selon la machine que l'on a à la maison !

* * *


Début de soirée dans un bar à cocktails


Notre petite tradition quand la destination s'y prête : découvrir un ou deux bars à cocktails pour voir - et surtout déguster - ce qui se fait à l'étranger ; souvent l'occasion de faire de très belles découvertes.

- Lidkoeb, plutôt excentré, avec une entrée pas forcément facile à trouver... mais une fois à l'intérieur, on se retrouve plongé dans une ambiance 100% hyggelig, avec lumière tamisée, bougies à tous les coins de la salle, du mobilier en bois... et même un (excellent) cocktail nommé hyggelig Martini : gin Tanqueray Ten, Hygge Akvavit, Lillet blanc et bitters pamplemousse.

- Ruby est, à l'inverse, en plein centre de Copenhague. L'ambiance y est cosy, avec vue sur une partie du château de Christiansborg, et les cocktails y sont également très bons. Pour ma part, je me suis régalée avec un (dont j'ai oublié le nom) à base d'Amaro Nonino Quintessentia, bourbon Bulleit 10 ans, select aperitivo et jus de citron jaune.

* * *


Mais aussi...


Pour terminer cette (un peu longue...) liste de mes belles adresses testées à Copenhague, je voulais vous parler de ces deux dernières :

- Osterlandsk Thehus si vous aimez, comme moi, vous rapporter du thé de tous vos voyages ; l'Imperial Earl Grey Med Jasmin, ainsi que le Orange Med Skal sont bio et excellents ; le Kanel, en revanche, n'est pas assez fort en cannelle à mon goût.

- Meyers Bageri est une toute petite boulangerie bio créée par Claus Meyer qui est à l'origine du mouvement de la nouvelle cuisine nordique (dixit mon Lonely Planet de poche) ; c'est ici que nous avons pris du pain (absolument excellent) pour préparer nos smørrebrød maison, et nous nous sommes même laissés tenter par des pâtisseries à la cannelle, tout aussi bonnes !

* * *

Copenhague est une ville riche de bonnes adresses, et pas uniquement en restauration / bars et pâtisseries. Il y a plein de très jolies boutiques de décoration, des antiquaires un peu partout également. Alors si ce genre d'adresses vous intéresse aussi, je vous glisse le lien de mon compte Mapstr. C'est l'application que j'utilise depuis je-ne-sais-plus-combien-d-années pour y consigner tous ces endroits que je repère avant mes voyages, et ceux que j'ai beaucoup apprécié après les avoir testés. Alors n'hésitez pas à me les piquer, c'est fait pour ça !


Egalement sur le Danemark : 


Cake poire, noisette et chocolat pour le goûter

1 mars 2019


Peut-être bien le cake le moins photogénique de tous.

Sombre, parce qu'il y a plus de poudre de noisettes dedans que de farine.
Tout nu, parce qu'il a tout ce qu'il faut dedans - donc pas besoin de lui rajouter un glaçage !

Le genre de cake avec lequel on ne fait pas l'unanimité... tant qu'il n'a pas été goûté. Ou tant que la cloche en verre n'a pas été soulevée : l'ODEUR de noisette qu'il dégage est absolument dingue.

J'ai remarqué ça, moi qui adore les cakes : c'est un gâteau un peu mal-aimé, à première vue.
La faute aux cakes industriels, peut-être ?
Il faudrait presque le préparer dans un autre type de moule, comme un moule à savarin, pour le rendre plus sexy.

Mais j'aime le cake.
Le bon vieux cake traditionnel, avec sa forme habituelle, que l'on décline en mille versions qui cachent souvent de très bonnes surprises.

Comme celui-ci, aux noisettes, poires et chocolat.
Le premier que j'ai fait n'a pas tenu plus de 15 minutes sur la table.
Et comme il a connu le même succès à chaque fois... je ne pouvais pas décemment garder la recette pour moi.


Ingrédients


C'est une recette issue du magazine Saveurs de mars 2012.

Avec quelques petits ajustements que je vous précise, si jamais vous voulez essayer la recette de base : j'utilise des noisettes entières que je passe au mixeur car elles dégagent plus d'arômes et de saveurs que la poudre de noisette achetée dans le commerce. J'opte pour des poires qui viennent du jardin de la famille du bûcheron, mises en bocaux. Elles sont ainsi très tendres, et on peut en faire toute l'année (jusqu'à épuisement des stocks !). Et j'ai remplacé le sucre vergeoise par du sucre blond.

Pour 6-8 parts - préparation dans un moule de 25x11x6cm.

- 125 g de noisettes entières
- 115 g de farine
- 5 g de levure chimique
- 175 g de beurre pommade
- 110 g de sucre blond
- 2 gros œufs
- 2 grosses poires en bocal
- 100 g de chocolat noir coupés en morceaux
- 1 c. à soupe d'extrait de vanille


Recette


1. Préchauffer le four à 160° C.

2. Mixer les noisettes entières, puis mélanger la poudre obtenue avec la farine, la levure et le beurre.

3. Ajouter ensuite le sucre, la vanille et les œufs. Fouetter jusqu'à obtention d'une texture bien homogène.

4. Couper les poires en gros dés.

5. Incorporer le chocolat, et mélanger. Puis ajouter les poires, sans trop fouetter pour éviter qu'elles ne s'écrasent.

6. Beurrer le moule à cake, verser la pâte, et enfourner pendant 50 minutes.

7. Vérifier la cuisson avec une lame ; elle doit ressortir propre (mais elle peut être légèrement humide si elle a traversé un poire, donc ne pas hésiter à faire la vérification à deux endroits).

8. Laisser refroidir avant de démouler.

Puis faire chauffer la bouilloire et déguster avec un bon thé noir !

Granola sirop d'érable, chocolat et fruits secs pour le petit-déjeuner

5 févr. 2019


Cela faisait partie de mes envies pour l'année 2019 : faire mon granola maison.
Ce qui n'avait pas l'air bien compliqué - et spoiler alert : ça ne l'est pas - mais que je n'avais toujours pas fait. Faute de penser à rassembler les quelques ingrédients nécessaires.

Alors la semaine dernière, je me suis lancée.

J'ai épluché des dizaines de recettes, françaises et anglaises, pris des notes sur les différentes proportions de chacune, retenu des idées, mis de côté celles qui correspondaient moins à mes goûts... et finalement, je suis passée derrière mon plan de travail, couteau en main, prête à découper fruits secs et carreaux de chocolat.

L'ODEUR qui s'échappait du four était folle.
Et ce goût... toute la gourmandise dont j'ai envie au petit-déjeuner.

Bref, je vous glisse ma recette, mais aussi quelques conseils si vous avez envie de vous lancer avec vos ingrédients préférés !


Ingrédients


- 350 g de flocons d'avoine
- 2 c. à soupe d'huile d'olive
- 10 c. à soupe de sirop d'érable
- 100 g de noisettes entières
- 100 g d'amandes entières
- 80 g de cranberries
- 1/2 c. à café de fleur de sel
- 4 c. à café de cannelle en poudre
- 200 g de chocolat noir


Recette


1. Couper en morceaux, avec un couteau de cuisine, les noisettes, les amandes et les cranberries.

2. Préchauffer le four à 150°C.

3. Dans un saladier, mélanger les flocons d'avoine, les noisettes, les amandes, les cranberries, la cannelle et le sel ainsi que l'huile et le sirop d'érable. Bien mélanger.

4. Recouvrir une plaque de cuisson de papier sulfurisé, et verser le mélange dessus. L'étaler de façon à avoir au maximum 1 cm d'épaisseur. (Avec ces proportions, je dois personnellement faire deux fournées.)


5. Faire cuire environ 30 minutes en mélangeant toutes les 10 minutes. Le granola doit alors prendre une petite couleur dorée.

6. Pendant ce temps, couper les carreaux de chocolat en pépites.

7. Lorsque le granola est cuit, sortir la plaque du four et laisser refroidir complètement avant d'ajouter le chocolat.

Pour le conserver, un bocal en verre, et le tour est joué !


Et avec d'autres ingrédients ?


L'idée de base du granola, c'est un mélange de flocons de céréales, d'huile et de liquide sucrant. Et pour ma part, j'ai opté pour ces proportions :

- 350 g de flocons de céréales (avoine, épeautre, sarrasin...),
- 2 c. à soupe d'huile (d'olive, de colza, d'arachide, de noisette, de noix de coco...),
- 10 c. à soupe de liquide sucrant (sirop d'érable, d'agave, de coco, miel...).

Et on peut ensuite ajouter :

- des fruits secs (amandes, noisettes, noix de cajou, noix de pécan, raisins, cranberries, figues, bananes, abricots...), 
- des graines (de chia, de tournesol, de lin, de courge, de chanvre...),
- des épices moulues (cannelle, cardamome, vanille, mélange pour pain d'épices...),
- et des pépites de chocolat après cuisson.

Si vous vous lancez, vous me ferez partager vos recettes ?


Accompagnement 


Avant, je mangeais le granola avec du lait, comme les céréales étant petite, faute de trouver des yaourts sans lactose (je suis très intolérante depuis toujours) contrairement au lait qui existe depuis déjà longtemps, ou des yaourts au soja qui me plaisent.

Parce que j'en ai goûté pas mal, et j'étais toujours gênée par le goût de soja.
Jusqu'à essayer ceux de la marque Alpro qui m'ont complètement réconcilié avec le soja.

Résultat, je mange désormais mon granola avec un yaourt de soja aux fruits rouges (mûres, cerises, framboises ou myrtilles, selon mon humeur) ou avec un yaourt NATURE sans lactose. Parce que oui, maintenant, on peut en trouver ! Difficilement, mais la marque distributeur Auchan en produit. Ils ont même le beurre et la crème liquide sans lactose... autant dire que moi qui aime la chantilly et tous les gâteaux pur beurre, je ne suis que joie.

Bref, le granola avec un yaourt. Pour l'onctuosité.
Et des yaourts aux fruits pour les matins plus gourmands.


Prêt.e.s à passer aux fourneaux ?

Battenberg cake à l'heure du tea time

15 janv. 2019


J'ai mangé mon premier Battenberg à Londres.
C'était un mois de novembre et il faisait un froid terrible. 
Ce n'est pas si vieux. En 2015. Mais il faut croire que le réchauffement climatique était moins prononcé qu'aujourd'hui où l'on se promène encore en robe en plein mois de novembre.

Bref. On était rentrés se réchauffer dans le salon de thé / restaurant Dean Street Townhouse à l'heure du goûter.
L'endroit était superbe. Nappes blanches. Banquettes en cuir. 

J'ai commandé un thé et, ce que je n'avais encore jamais goûté de ma vie : du Battenberg cake.

Autant dire qu'il a tout de suite fait son petit effet, ce cake en DAMIER avec ses couleurs pastel jaune et rose que j'aurais presque eu des scrupules à manger.
Presque. Parce que la gourmandise, ça ne se contrôle pas.

Et j'ai adoré.
Ce gâteau moelleux au centre. Ce bon goût de confiture d'abricot. Et cette fine couche de pâte d'amande autour...

On est rentré en France (parce que les vacances ont toujours une fin), et je n'en ai jamais recroisés dans un salon de thé près de chez nous. Même dans les salons de thé plus anglophones.

Alors l'année passée, quand j'ai vu la recette dans mon British Baking (oui, c'est complètement devenu ma bible de la pâtisserie), j'ai hésité. Voulu tenter. Hésité encore. Puis je me suis lancée.

Un RÉGAL.
Un peu long à faire, oui, du fait des découpes, du montage...
Mais c'est aussi un gâteau que l'on fait à quatre mains, avec le bûcheron qui manie les couteaux et le rouleau à pâtisserie.

Et puis, quand on l'apporte sur la table, il intrigue.
Nos invités nous demandent comment on fait un damier (et vous allez voir, c'est tout bête finalement), sont parfois suspicieux quand ils apprennent qu'il s'agit d'une recette anglaise (tout le contraire de ma réaction, soit dit en passant), et puis se régalent quand ils ont enfin plongé la fourchette dedans.

Alors forcément, je ne vais pas garder plus longtemps cette recette pour moi !


Ingrédients


Recette pour environ 8 personnes préparée dans des moules de 11x25x6 cm.

Pour le cake :

- 200 g de beurre pommade
- 200 g de sucre en poudre
- 4 œufs
- 1 tsp d'extrait de vanille
- 240 g de farine
- 1 tsp de levure chimique
- 2/3 tbsp de lait
- 2 gouttes de colorant jaune
- 2 gouttes de colorant rouge

Pour l'assemblage :

- 8 tbsp de confiture d'abricot
- un trait de jus de citron jaune
- 300/350 g de pâte d'amande
- du sucre glace


Recette


Préchauffer le four à 180°C.

1. Dans un saladier, battre le beurre pommade et le sucre en poudre ensemble jusqu'à obtenir une texture pâle et crémeuse. 

2. Ajouter un oeuf à la fois, en mélangeant de façon à bien incorporer l'oeuf avant d'en rajouter un. Puis verser l'extrait de vanille et mélanger à nouveau.

3. Dans un grand bol, mélanger la farine et la levure chimique. Puis l'incorporer au saladier. Ajouter deux à trois tbsp de lait pour allonger un peu la pâte.

4. Diviser la pâte dans deux grands bols de même taille pour pouvoir plus facilement la séparer en deux quantités égales. Ajouter deux gouttes de colorant alimentaire jaune dans un bol et mélanger. Puis faire la même chose dans le second avec le colorant alimentaire rouge. 

5. Beurrer les deux moules à cake, et verser chaque pâte dans un moule différent. Enfourner pour 40 à 45 minutes. Un couteau planté au centre des cakes doit ressortir propre quand ils sont cuits. Laisser alors refroidir 10 à 15 minutes avant de les démouler et de les laisser refroidir complètement.


6. Avec un long couteau bien aiguisé, couper le dessus bombé de chaque cake afin d'obtenir une surface bien plane. Les recettes conseillent généralement de le faire sur chaque côté, mais personnellement je trouve cela dommage dans la mesure où le reste est suffisamment droit. Les parties coupées se conservent comme un cake classique, et avec un peu de pâte à tartiner dessus, c'est parfait pour le matin.

7. Couper ensuite les cakes en deux, dans le sens de la longueur. On obtient alors quatre longues bandes de deux couleurs.

8. Dans une poêle, faire légèrement chauffer la confiture et le jus de citron.

9. Prendre une première bande de gâteau jaune, la badigeonner de confiture sur les quatre faces les plus longues. La déposer sur un plat, puis répéter l'opération avec une bande de gâteau rose que l'on va poser sur la bande jaune. De même avec les deux autres bandes afin d'obtenir un damier.

10. Sur une surface plane, saupoudrer du sucre glace et étaler la pâte d'amande à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. L'épaisseur (et la quantité de pâte d'amande utilisée) va dépendre de vos préférences.

11. Placer le gâteau au centre de la pâte d'amande, et rabattre celle-ci en prenant soin de bien la plaquer sur les différents côtés. Sceller en pinçant la pâte d'amande entre deux doigts sur le côté qui deviendra le dessous du Battenberg cake.

12. Laisser refroidir puis retirer l'excédent de sucre glace avec un pinceau. Et couper, sur les bords, la pâte d'amande en trop.

Puis déguster avec un bon afternoon tea !

 
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007