SLIDER

Food
Affichage des articles dont le libellé est Food. Afficher tous les articles

Crèmes brûlées mandarine et thé Earl Grey pour le dessert

29 mars 2019


Aujourd'hui, je vous retrouve pour le dessert.
Pas pour le goûter.
Pas autour d'un cake et d'une tasse de thé.

Mais pour le DESSERT. Celui qu'on apprécie après un bon repas, sans télévision allumée ni téléphone sur la table. Celui qu'on partage avec les gens que l'on aime en refaisant le monde.

Parce que, quand j'invite des amis à la maison, c'est souvent la première chose à laquelle je pense.
Et je vais vous faire une confession : je peux écarter une idée de plat juste parce qu'il n'ira pas avec le dessert que j'ai envie de préparer...

J'aime le temps passé à le cuisiner.
Comme une douceur que l'on offre à ses invités à la fin d'une bonne soirée.
Accompagné d'un petit verre de vin, pour le plaisir des papilles.
Marier le sucré et, souvent, un cru un peu plus sec, pour équilibrer les saveurs en bouche.

Alors aujourd'hui, je me suis associée au site Millésima pour vous proposer une recette de dessert très gourmand, des crèmes brûlées à la mandarine et au thé Earl Grey, servies avec un verre de Gewurztraminer (que l'on boit avec modération, toujours).


Ingrédients


Pour 6 personnes

- 60 cl de crème liquide
- 1 c. à soupe de thé Earl Grey
- 3 mandarines
- 8 jaunes d’œufs
- 80 g de sucre en poudre
- du sucre roux pour caraméliser

Recette


1. Faire chauffer la crème dans une casserole, à feu doux, en faisant infuser le thé et le zeste d'une mandarine pendant 20 minutes.

2. Préchauffer le four à 120°C.

3. Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre en poudre. Puis ajouter le jus des 3 mandarines.

4. Filtrer la crème puis l'ajouter au mélange œufs + sucre. Fouetter à nouveau.

5. Verser la préparation dans des ramequins et faire cuire pendant 1h. Les crèmes brûlées seront encore tremblotantes à la sortie ; c'est normal !

6. Laisser refroidir et réserver au frigo, 3h minimum.

7. Juste avant la dégustation, saupoudrer les crèmes brûlées de sucre et faire caraméliser avec un chalumeau de cuisine ou au four, en mode gril.


Le vin


Au fil des années, j'ai découvert que j'appréciais beaucoup cette association de SAVEURS, si particulière, qui se fait lorsque l'on mange une bouchée d'un plat ou d'un dessert juste après avoir bu un petit peu de vin.

Ce fameux accord mets et vins qui ajoute une nouvelle couche de saveurs à la gastronomie.

Épaulée par le bûcheron (j'avoue, j'aime bien avoir un peu d'aide quand il s'agit de choisir une bouteille), on a choisi un Gewurztraminer de la Maison Huguel, un vin blanc sec d'Alsace pour contrebalancer l'onctuosité et le goût sucré de la crème brûlée.

Ce fut l'occasion de découvrir le site Millésima, une cave en ligne sur laquelle on peut retrouver de très grands crus, des vendanges tardives, des vins de jubilées... tout comme des bouteilles beaucoup plus abordables.

Selon les crus, on peut les acheter par carton de 6 ou 12 bouteilles.
Mais aussi à l'unité en composant soi-même sa caisse de vins.

La sélection est vraiment très large (de nombreuses appellation françaises mais aussi du monde entier) et contient de belles références en vins biodynamiques et biologiques, ce qui n'est encore pas toujours évident à trouver.


Bref, il y a une crème brûlée qui m'attend...!

En partenariat avec Millésima.

Mes bonnes adresses à Copenhague

6 mars 2019


Est-ce que j'étais déjà un peu obsédée par les SMØRREBRØD avant de partir à Copenhague ?
Oui.

Et est-ce que j'en suis revenue avec une envie d'en manger bien plus souvent, et une quête perpétuelle du pain parfait pour les faire à la maison ?
Re-oui.

Alors pour clore cette série d'articles sur Copenhague et ses alentours, j'avais envie de vous parler des (nombreuses) adresses où nous nous sommes régalés pendant tout le séjour. 

Autour de smørrebrød ; une obsession, je vous avais prévenu !
De délicieuses pâtisseries à la cannelle.
De boissons chaudes aussi, parce que c'est hyggelig. Et que se réchauffer en tenant sa tasse entre ses mains, même en plein mois d'août, c'est parfois nécessaire...


Déguster des smørrebrød


Smørrebrød, littéralement ça signifie : pain et beurre.
Mais autant dire qu'on est bien loin de la simple tartine de pain beurrée.
Légumes, viandes, poissons, fruits, fromages, sauces... je pense qu'il existe autant de combinaisons que de danois. 

D'ailleurs, on a nous même testé et validé une recette (le soir, après une longue journée de visite et de promenade, on mange souvent dans notre logement) : poulet, poire, roquette et mayonnaise.

Et à l'heure du déjeuner, on s'est régalé aux :

- Designmuseets café, le restaurant du musée du design, qui est une excellente surprise. Les smørrebrød sont préparés avec des produits de saison tout en étant très abordables (les moins chers des trois adresses testées),

- Orangeriet Kongens Have se situe dans une ancienne orangerie ; les smørrebrød sont excellents et raffinés (gros coup de cœur pour celui aux crevettes marinées, avocat, citron vert, cream cheese fumé
et aneth), et ce fut parfaitement agréable de déjeuner dans cette salle très lumineuse, avec vue sur le parc, alors que la pluie s'abattait sur les carreaux ; les prix y sont cependant beaucoup plus élevés qu'au Designmuseets café,

- Restaurant Schonnemann est une institution danoise où toute la carte est faite de plats traditionnels ; on y retrouve donc des smørrebrød plus classiques mais dont les recettes changent encore véritablement des deux premiers. Le restaurant est autant prisé par des hommes d'affaires que par les touristes, donc la réservation en ligne est obligatoire pour avoir une place.

* * *


Pour la pause déjeuner


Il faut bien l'avouer, la vie est chère au Danemark. Et la restauration fait partie des gros pôles de dépense dans un voyage à Copenhague. D'où l'intérêt d'avoir un logement avec un coin cuisine pour éviter de manger tous les jours à l'extérieur.

On a tout de même délaissé quelques fois les smørrebrød pour déjeuner aux :

- Atelier September, un coffee shop lumineux avec un personnel chaleureux et une ambiance "comme à la maison" où l'on retrouve bien sûr le traditionnel (mais très bon) avocado toast

- Palaeo Pilestraede comme un fast food nouvelle génération, avec des produits les plus naturels possibles ; burgers et hot dogs sont au menu. Peu de place en intérieur et beaucoup de commandes à emporter ; l'attente peut être assez longue.

* * *


Coffee shop & pâtisserie


Le goûter, c'est sacré.
C'est la pause de la journée, celle qui permet de se (re)poser pour mieux repartir.

Et à Copenhague, il y a de quoi faire.
De bonnes adresses pour jouer les gourmands. Boire (beaucoup) de café.

En revanche, pour le thé, le choix est plus limité, alors je me suis rabattue sur les chocolats chauds et les chaï latte qui ont toute leur place sur la carte des coffee shops. Avec, en bonus, le bonheur de trouver des laits végétaux sur toutes les cartes, et sans supplément !

- Emmerys, c'est une enseigne de pâtisserie et café entièrement bio, avec plusieurs établissements dans Copenhague et dans quelques autres grandes villes danoises ; l'ambiance est ultra cocooning, avec des plaids sur la terrasse et des bougies sur chaque table. Les roulés à la cannelle sont excellents, et si, comme le bûcheron, le skyr islandais vous manque... ils en ont !

- Andersen & Maillard, ce coffee shop qui torréfie lui-même son café, et qui a un succès tel que les danois font la queue pour prendre ne serait-ce qu'un café à emporter. Ce que nous avons fait (un très bon chocolat chaud pour moi) lors de notre session de chine au marché aux puces de Nørrebro avant de se promener dans le parc/cimetière où l'on peut notamment voir la tombe H.C. Andersen.

- Conditoriet La Glace, la plus vieille pâtisserie de la ville... et aussi le seul véritable salon de thé que nous avons fait (deux fois !). Des gâteaux à plusieurs étages, des recettes toutes plus gourmandes les unes que les autres (je prendrais bien, la tout de suite, une part de ce gâteau au praliné amandes/noisettes, abricot, croustillant de chocolat/amandes)... la salle est très grande mais en demi-sous-sol donc très peu lumineuse.

- The Coffee Collective, un torréfacteur qui a de nombreux coffee shop dans tout Copenhague. Il est même possible d'acheter du café sur place, et de le faire moudre différemment selon la machine que l'on a à la maison !

* * *


Début de soirée dans un bar à cocktails


Notre petite tradition quand la destination s'y prête : découvrir un ou deux bars à cocktails pour voir - et surtout déguster - ce qui se fait à l'étranger ; souvent l'occasion de faire de très belles découvertes.

- Lidkoeb, plutôt excentré, avec une entrée pas forcément facile à trouver... mais une fois à l'intérieur, on se retrouve plongé dans une ambiance 100% hyggelig, avec lumière tamisée, bougies à tous les coins de la salle, du mobilier en bois... et même un (excellent) cocktail nommé hyggelig Martini : gin Tanqueray Ten, Hygge Akvavit, Lillet blanc et bitters pamplemousse.

- Ruby est, à l'inverse, en plein centre de Copenhague. L'ambiance y est cosy, avec vue sur une partie du château de Christiansborg, et les cocktails y sont également très bons. Pour ma part, je me suis régalée avec un (dont j'ai oublié le nom) à base d'Amaro Nonino Quintessentia, bourbon Bulleit 10 ans, select aperitivo et jus de citron jaune.

* * *


Mais aussi...


Pour terminer cette (un peu longue...) liste de mes belles adresses testées à Copenhague, je voulais vous parler de ces deux dernières :

- Osterlandsk Thehus si vous aimez, comme moi, vous rapporter du thé de tous vos voyages ; l'Imperial Earl Grey Med Jasmin, ainsi que le Orange Med Skal sont bio et excellents ; le Kanel, en revanche, n'est pas assez fort en cannelle à mon goût.

- Meyers Bageri est une toute petite boulangerie bio créée par Claus Meyer qui est à l'origine du mouvement de la nouvelle cuisine nordique (dixit mon Lonely Planet de poche) ; c'est ici que nous avons pris du pain (absolument excellent) pour préparer nos smørrebrød maison, et nous nous sommes même laissés tenter par des pâtisseries à la cannelle, tout aussi bonnes !

* * *

Copenhague est une ville riche de bonnes adresses, et pas uniquement en restauration / bars et pâtisseries. Il y a plein de très jolies boutiques de décoration, des antiquaires un peu partout également. Alors si ce genre d'adresses vous intéresse aussi, je vous glisse le lien de mon compte Mapstr. C'est l'application que j'utilise depuis je-ne-sais-plus-combien-d-années pour y consigner tous ces endroits que je repère avant mes voyages, et ceux que j'ai beaucoup apprécié après les avoir testés. Alors n'hésitez pas à me les piquer, c'est fait pour ça !


Egalement sur le Danemark : 


Cake poire, noisette et chocolat pour le goûter

1 mars 2019


Peut-être bien le cake le moins photogénique de tous.

Sombre, parce qu'il y a plus de poudre de noisettes dedans que de farine.
Tout nu, parce qu'il a tout ce qu'il faut dedans - donc pas besoin de lui rajouter un glaçage !

Le genre de cake avec lequel on ne fait pas l'unanimité... tant qu'il n'a pas été goûté. Ou tant que la cloche en verre n'a pas été soulevée : l'ODEUR de noisette qu'il dégage est absolument dingue.

J'ai remarqué ça, moi qui adore les cakes : c'est un gâteau un peu mal-aimé, à première vue.
La faute aux cakes industriels, peut-être ?
Il faudrait presque le préparer dans un autre type de moule, comme un moule à savarin, pour le rendre plus sexy.

Mais j'aime le cake.
Le bon vieux cake traditionnel, avec sa forme habituelle, que l'on décline en mille versions qui cachent souvent de très bonnes surprises.

Comme celui-ci, aux noisettes, poires et chocolat.
Le premier que j'ai fait n'a pas tenu plus de 15 minutes sur la table.
Et comme il a connu le même succès à chaque fois... je ne pouvais pas décemment garder la recette pour moi.


Ingrédients


C'est une recette issue du magazine Saveurs de mars 2012.

Avec quelques petits ajustements que je vous précise, si jamais vous voulez essayer la recette de base : j'utilise des noisettes entières que je passe au mixeur car elles dégagent plus d'arômes et de saveurs que la poudre de noisette achetée dans le commerce. J'opte pour des poires qui viennent du jardin de la famille du bûcheron, mises en bocaux. Elles sont ainsi très tendres, et on peut en faire toute l'année (jusqu'à épuisement des stocks !). Et j'ai remplacé le sucre vergeoise par du sucre blond.

Pour 6-8 parts - préparation dans un moule de 25x11x6cm.

- 125 g de noisettes entières
- 115 g de farine
- 5 g de levure chimique
- 175 g de beurre pommade
- 110 g de sucre blond
- 2 gros œufs
- 2 grosses poires en bocal
- 100 g de chocolat noir coupés en morceaux
- 1 c. à soupe d'extrait de vanille


Recette


1. Préchauffer le four à 160° C.

2. Mixer les noisettes entières, puis mélanger la poudre obtenue avec la farine, la levure et le beurre.

3. Ajouter ensuite le sucre, la vanille et les œufs. Fouetter jusqu'à obtention d'une texture bien homogène.

4. Couper les poires en gros dés.

5. Incorporer le chocolat, et mélanger. Puis ajouter les poires, sans trop fouetter pour éviter qu'elles ne s'écrasent.

6. Beurrer le moule à cake, verser la pâte, et enfourner pendant 50 minutes.

7. Vérifier la cuisson avec une lame ; elle doit ressortir propre (mais elle peut être légèrement humide si elle a traversé un poire, donc ne pas hésiter à faire la vérification à deux endroits).

8. Laisser refroidir avant de démouler.

Puis faire chauffer la bouilloire et déguster avec un bon thé noir !

Granola sirop d'érable, chocolat et fruits secs pour le petit-déjeuner

5 févr. 2019


Cela faisait partie de mes envies pour l'année 2019 : faire mon granola maison.
Ce qui n'avait pas l'air bien compliqué - et spoiler alert : ça ne l'est pas - mais que je n'avais toujours pas fait. Faute de penser à rassembler les quelques ingrédients nécessaires.

Alors la semaine dernière, je me suis lancée.

J'ai épluché des dizaines de recettes, françaises et anglaises, pris des notes sur les différentes proportions de chacune, retenu des idées, mis de côté celles qui correspondaient moins à mes goûts... et finalement, je suis passée derrière mon plan de travail, couteau en main, prête à découper fruits secs et carreaux de chocolat.

L'ODEUR qui s'échappait du four était folle.
Et ce goût... toute la gourmandise dont j'ai envie au petit-déjeuner.

Bref, je vous glisse ma recette, mais aussi quelques conseils si vous avez envie de vous lancer avec vos ingrédients préférés !


Ingrédients


- 350 g de flocons d'avoine
- 2 c. à soupe d'huile d'olive
- 6 c. à soupe de sirop d'érable
- 100 g de noisettes entières
- 100 g d'amandes entières
- 80 g de cranberries
- 1/2 c. à café de fleur de sel
- 4 c. à café de cannelle en poudre
- 200 g de chocolat noir


Recette


1. Couper en morceaux, avec un couteau de cuisine, les noisettes, les amandes et les cranberries.

2. Préchauffer le four à 150°C.

3. Dans un saladier, mélanger les flocons d'avoine, les noisettes, les amandes, les cranberries, la cannelle et le sel ainsi que l'huile et le sirop d'érable. Bien mélanger.

4. Recouvrir une plaque de cuisson de papier sulfurisé, et verser le mélange dessus. L'étaler de façon à avoir au maximum 1 cm d'épaisseur. (Avec ces proportions, je dois personnellement faire deux fournées.)


5. Faire cuire environ 30 minutes en mélangeant toutes les 10 minutes. Le granola doit alors prendre une petite couleur dorée.

6. Pendant ce temps, couper les carreaux de chocolat en pépites.

7. Lorsque le granola est cuit, sortir la plaque du four et laisser refroidir complètement avant d'ajouter le chocolat.

Pour le conserver, un bocal en verre, et le tour est joué !


Et avec d'autres ingrédients ?


L'idée de base du granola, c'est un mélange de flocons de céréales, d'huile et de liquide sucrant. Et pour ma part, j'ai opté pour ces proportions :

- 350 g de flocons de céréales (avoine, épeautre, sarrasin...),
- 2 c. à soupe d'huile (d'olive, de colza, d'arachide, de noisette, de noix de coco...),
- 6 c. à soupe de liquide sucrant (sirop d'érable, d'agave, de coco, miel...).

Et on peut ensuite ajouter :

- des fruits secs (amandes, noisettes, noix de cajou, noix de pécan, raisins, cranberries, figues, bananes, abricots...), 
- des graines (de chia, de tournesol, de lin, de courge, de chanvre...),
- des épices moulues (cannelle, cardamome, vanille, mélange pour pain d'épices...),
- et des pépites de chocolat après cuisson.

Si vous vous lancez, vous me ferez partager vos recettes ?


Accompagnement 


Avant, je mangeais le granola avec du lait, comme les céréales étant petite, faute de trouver des yaourts sans lactose (je suis très intolérante depuis toujours) contrairement au lait qui existe depuis déjà longtemps, ou des yaourts au soja qui me plaisent.

Parce que j'en ai goûté pas mal, et j'étais toujours gênée par le goût de soja.
Jusqu'à essayer ceux de la marque Alpro qui m'ont complètement réconcilié avec le soja.

Résultat, je mange désormais mon granola avec un yaourt de soja aux fruits rouges (mûres, cerises, framboises ou myrtilles, selon mon humeur) ou avec un yaourt NATURE sans lactose. Parce que oui, maintenant, on peut en trouver ! Difficilement, mais la marque distributeur Auchan en produit. Ils ont même le beurre et la crème liquide sans lactose... autant dire que moi qui aime la chantilly et tous les gâteaux pur beurre, je ne suis que joie.

Bref, le granola avec un yaourt. Pour l'onctuosité.
Et des yaourts aux fruits pour les matins plus gourmands.


Prêt.e.s à passer aux fourneaux ?

Battenberg cake à l'heure du tea time

15 janv. 2019


J'ai mangé mon premier Battenberg à Londres.
C'était un mois de novembre et il faisait un froid terrible. 
Ce n'est pas si vieux. En 2015. Mais il faut croire que le réchauffement climatique était moins prononcé qu'aujourd'hui où l'on se promène encore en robe en plein mois de novembre.

Bref. On était rentrés se réchauffer dans le salon de thé / restaurant Dean Street Townhouse à l'heure du goûter.
L'endroit était superbe. Nappes blanches. Banquettes en cuir. 

J'ai commandé un thé et, ce que je n'avais encore jamais goûté de ma vie : du Battenberg cake.

Autant dire qu'il a tout de suite fait son petit effet, ce cake en DAMIER avec ses couleurs pastel jaune et rose que j'aurais presque eu des scrupules à manger.
Presque. Parce que la gourmandise, ça ne se contrôle pas.

Et j'ai adoré.
Ce gâteau moelleux au centre. Ce bon goût de confiture d'abricot. Et cette fine couche de pâte d'amande autour...

On est rentré en France (parce que les vacances ont toujours une fin), et je n'en ai jamais recroisés dans un salon de thé près de chez nous. Même dans les salons de thé plus anglophones.

Alors l'année passée, quand j'ai vu la recette dans mon British Baking (oui, c'est complètement devenu ma bible de la pâtisserie), j'ai hésité. Voulu tenter. Hésité encore. Puis je me suis lancée.

Un RÉGAL.
Un peu long à faire, oui, du fait des découpes, du montage...
Mais c'est aussi un gâteau que l'on fait à quatre mains, avec le bûcheron qui manie les couteaux et le rouleau à pâtisserie.

Et puis, quand on l'apporte sur la table, il intrigue.
Nos invités nous demandent comment on fait un damier (et vous allez voir, c'est tout bête finalement), sont parfois suspicieux quand ils apprennent qu'il s'agit d'une recette anglaise (tout le contraire de ma réaction, soit dit en passant), et puis se régalent quand ils ont enfin plongé la fourchette dedans.

Alors forcément, je ne vais pas garder plus longtemps cette recette pour moi !


Ingrédients


Recette pour environ 8 personnes préparée dans des moules de 11x25x6 cm.

Pour le cake :

- 200 g de beurre pommade
- 200 g de sucre en poudre
- 4 œufs
- 1 tsp d'extrait de vanille
- 240 g de farine
- 1 tsp de levure chimique
- 2/3 tbsp de lait
- 2 gouttes de colorant jaune
- 2 gouttes de colorant rouge

Pour l'assemblage :

- 8 tbsp de confiture d'abricot
- un trait de jus de citron jaune
- 300/350 g de pâte d'amande
- du sucre glace


Recette


Préchauffer le four à 180°C.

1. Dans un saladier, battre le beurre pommade et le sucre en poudre ensemble jusqu'à obtenir une texture pâle et crémeuse. 

2. Ajouter un oeuf à la fois, en mélangeant de façon à bien incorporer l'oeuf avant d'en rajouter un. Puis verser l'extrait de vanille et mélanger à nouveau.

3. Dans un grand bol, mélanger la farine et la levure chimique. Puis l'incorporer au saladier. Ajouter deux à trois tbsp de lait pour allonger un peu la pâte.

4. Diviser la pâte dans deux grands bols de même taille pour pouvoir plus facilement la séparer en deux quantités égales. Ajouter deux gouttes de colorant alimentaire jaune dans un bol et mélanger. Puis faire la même chose dans le second avec le colorant alimentaire rouge. 

5. Beurrer les deux moules à cake, et verser chaque pâte dans un moule différent. Enfourner pour 40 à 45 minutes. Un couteau planté au centre des cakes doit ressortir propre quand ils sont cuits. Laisser alors refroidir 10 à 15 minutes avant de les démouler et de les laisser refroidir complètement.


6. Avec un long couteau bien aiguisé, couper le dessus bombé de chaque cake afin d'obtenir une surface bien plane. Les recettes conseillent généralement de le faire sur chaque côté, mais personnellement je trouve cela dommage dans la mesure où le reste est suffisamment droit. Les parties coupées se conservent comme un cake classique, et avec un peu de pâte à tartiner dessus, c'est parfait pour le matin.

7. Couper ensuite les cakes en deux, dans le sens de la longueur. On obtient alors quatre longues bandes de deux couleurs.

8. Dans une poêle, faire légèrement chauffer la confiture et le jus de citron.

9. Prendre une première bande de gâteau jaune, la badigeonner de confiture sur les quatre faces les plus longues. La déposer sur un plat, puis répéter l'opération avec une bande de gâteau rose que l'on va poser sur la bande jaune. De même avec les deux autres bandes afin d'obtenir un damier.

10. Sur une surface plane, saupoudrer du sucre glace et étaler la pâte d'amande à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. L'épaisseur (et la quantité de pâte d'amande utilisée) va dépendre de vos préférences.

11. Placer le gâteau au centre de la pâte d'amande, et rabattre celle-ci en prenant soin de bien la plaquer sur les différents côtés. Sceller en pinçant la pâte d'amande entre deux doigts sur le côté qui deviendra le dessous du Battenberg cake.

12. Laisser refroidir puis retirer l'excédent de sucre glace avec un pinceau. Et couper, sur les bords, la pâte d'amande en trop.

Puis déguster avec un bon afternoon tea !

 

Sablés cannelle, orange et fruits secs pour le thé de Noël

21 déc. 2018


J’adore les sablés.
Ces petits gâteaux que l’on mange sans faim - et sans fin - avec le thé.
Qui ont le même pouvoir réconfortant qu’une tranche de cake. Et toute la SIMPLICITÉ de la recette qui va avec !
Mais c'est surtout au moment des fêtes de fin d'année que je prends le temps d'en faire.
Je ressors les emporte-pièces de Noël, et je les façonne, l'un après l'autre, avec un film de Noël en fond.

Et cette année, le quartier lyonnais République Grolée Carnot m'a proposé de partager cette activité si hyggelig avec vous. Sous un lodge / verrière dans lequel résonnait les chants de Noël.
Un moment juste parfait !

Pour l'occasion, j'ai ressorti ma recette de sablés préférée, natures mais plein de beurre... que j'ai décidé de modifier pour lui donner comme un goût de Noël. Avec des épices dedans, de l'orange, et des fruits secs.

Chose promise, chose due, je vous glisse la recette.
Pour vous qui avez participé à l'atelier, et pour tous les autres qui n'ont pas pu.

À déguster avec un bon thé de Noël aux épices et aux agrumes !


Ingrédients :


Pour environ 14 (grands) bonhommes

- 250 g de farine + environ 50 g pour la confection
- 120 g de sucre en poudre
- 120 g de beurre à température ambiante
- 1 œuf entier et 2 jaunes d’œuf
- 1 c. à café de mélange pour pain d'épices ou de cannelle en poudre
- 1 grosse orange non traitée ou 2 petites
- 50 g de noisettes entières
- 50 g d'amandes entières
- 2 c. à soupe de noix de coco râpée


Recette :


1. Dans un saladier, verser la farine et le sucre en poudre puis ajouter, au centre, le beurre pommade, deux jaunes d’œuf et le mélange pour pain d'épices (ou la cannelle).

2. Zester l'orange au-dessus du saladier ; cela permet de donner d'autant plus de goût à la pâte.

3. Plonger les mains, et sabler le mélange. Prendre des petites quantités et frotter du bout des doigts voire même entre les deux paumes de ses mains, jusqu'à ce que le mélange soit complètent friable et qu'il ne reste plus de morceaux de beurre.

4. Dans un bol, casser un œuf entier, le fouetter et l'ajouter au saladier. Toujours à la main, mélanger afin de faire une boule de pâte et ajouter une cuillère à soupe de farine pour la rendre moins collante.

5. Préchauffer le four à 180°C.

6. Étaler la pâte sur un plan de travail fariné (l'abaisser jusqu'à 5 mm d'épaisseur environ), et la découper à l'aide d'emporte-pièces. Ne pas hésiter à prélever des petits morceaux de pâte, et étaler en plusieurs fois, pour éviter d'avoir une grande étendue de pâte plus difficile à décoller.

7. Couper avec un couteau, ou écraser à l'aide d'un pilon, les amandes et noisettes entières. Parsemer les sablés avec des morceaux de tailles différentes. Saupoudrer de noix de coco râpée. Et appuyer légèrement, avec la paume de la main, de façon à ce que les amandes et les noisettes s'enfoncent d'un petit millimètre dans la pâte.

8. Enfourner 10-12 min à 180° C. Sortir les sablés quand ils commencent à légèrement se colorer, et les laisser refroidir environ 5 min, le temps qu'ils durcissent.





Deux beaux ateliers réalisés place de la République avec vingt d'entre vous !

Le quartier République Grolée Carnot proposait également une quinzaine d'autres ateliers gratuits à l'approche des fêtes, et il y en a d'autres à venir jusqu'au 24 décembre.


Article en partenariat avec République Grolée Carnot

Un dîner pour les fêtes de fin d'année entre ami.e.s

15 déc. 2018


Je ne sais pas combien de fois je l'ai écrit, ici ou sur instagram, mais je pense qu'aujourd'hui, mon plus grand rêve et projet pour les années à venir, est de déménager hors de la ville, avoir une maison, une véritable cheminée avec un feu qui crépite à l'intérieur, et une grande table d'hôtes pour accueillir mes proches à la moindre occasion.

Pas forcément pour des repas à dix têtes, mais plutôt en petit comité.
C'est plus hyggelig. Chaleureux. Convivial.

Et je pense que, le jour où nous aurons cette grande table d'hôtes en bois, l'un des premiers dîners que l'on fera sera celui de NOËL. Parce que j'aime follement cette période de l'année, où la maison se pare de lumières et de décorations festives (et parfois un peu kitsch) (en tout cas, chez moi c'est le cas).

Mais en attendant, on ne se prive pas pour autant du plaisir de recevoir. 
On voit simplement les choses en plus petit !

Il y a deux jours, je recevais d'ailleurs Marie, Johanna et Charlotte, trois copines blogueuses, pour mon tout premier dîner de Noël de l'année. Avec une montagne (je n'exagère pas) de victuailles sélectionnées avec Toupargel, et directement livrées chez moi, le matin-même. (Ce qui est bien pratique et qui le sera encore plus quand on partira vivre à la campagne, car ils livrent absolument partout en France ; pas seulement en ville !)

On a (trop) mangé.
Mais c'était bon.
Et je vous le dis tout de suite : la bûche, dont il reste une part ou deux, tombera au champ d'honneur d'ici ce soir !


Un atelier cookie jar


Quelques bulles dans des flûtes à champagne, on a trinqué devant le sapin illuminé en préparant, ensemble, une cookie jar chacune. Un joli cadeau à offrir, ou à se garder sous le coude pour la prochaine envie urgente de cookies tout chauds, juste sortis du four.

Autant dire que ma jar ne va pas rester bien longtemps pleine...

Alors, pour les gourmands, je glisse la recette avec les ingrédients utilisés, qui proviennent du site TOUPARGEL qui a désormais une (très) large gamme de produits d'épicerie fine, bio et frais.


Pour une trentaine de cookies :


Pour compléter la garniture, on a rajouté des cranberries bio, des amandes bio et des cerneaux de noix bio, en quantité variable selon nos envie.


Pour préparer les cookies : 

1. Verser le contenu de la cookie jar dans un saladier puis ajouter 125 g de beurre pommade et 1 gros œuf. Bien mélanger.

2. Faire des boules de pâtes à déposer (en les espaçant suffisamment) sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Petite astuce pour les boules bien régulières : utiliser une cuillère à glace !

3. Enfourner dans un four préalablement chauffé à 180 °C pendant une quinzaine de minutes.



Un menu de fêtes


Ma playlist de Noël résonnait en fond sonore.
Et le feu de cheminée crépitait doucement dans l'écran de télévision tandis que parler de cookies et imaginer notre mélange de noix, fruits secs et chocolat, nous avait clairement donné faim.

Alors on est passé à table.
Et on a fait défiler les petits plats dans les grands.


Apéritif

(dans lesquels j'avais planté des petits piques de Noël pour le plaisir des yeux)

Blinis, mousse d'avocat et suprêmes de pamplemousse
(Préparés les les produits frais livrés par Toupargel)


* * *

Entrée

(dont j'ai beaucoup aimé l'association avec la gelée de figue)

(une alternative végétarienne pour Charlotte)


* * *

Plat

(une viande parfaitement tendre)

(qui ajoutent un côté festif à l'assiette)



* * *

Dessert

(un régal, en plus d'être visuellement très belle)


(pour terminer sur une note fraîche et acidulée)



 
C'est le ventre bien plein que l'on a terminé la soirée...
Prêtes à remettre ça l'année prochaine ?

Et à l'approche des fêtes, j'ai une promo plutôt (très) intéressante à partager avec vous : 30 € de réduction dès 60 € d'achat avec le code grenadine30 pour les 100 premières commandes.

En partenariat avec Toupargel

English apple pie aux saveurs d'automne

24 oct. 2018


Il y a ces gâteaux, pas très complexes, parfaitement RÉCONFORTANTS, que l'on déguste une fois et qui s'imprègnent dans nos souvenirs.

Une part de dutch apple pie savourée à Amsterdam.
Puis une seconde, par gourmandise.
Encore tiède, avec une boule de crème à la vanille. Ou un peu de crème fouettée sans sucre.

Comme un goût de voyage, de façades en briques et de balades le long des canaux.

Une recette à retrouver, résolument. 
Et à tenter.

J'ai mis du temps, avant de me lancer. 
Et finalement, j'ai sauté le pas avec une recette anglaise. Pas de crumble sur le dessus mais une sweet crust pastry qui ne ressemble ni vraiment à une pâte brisée ni à une pâte feuilletée. Mais qui est délicieuse et termine parfaitement cette recette aux saveurs AUTOMNALES.


Ingrédients


Dans la recette traditionnelle anglaise, c'est la pomme Bramley qui est utilisée. J'ai fait notre tarte avec une variété ancienne qui provient du jardin en Ardèche, et dont je ne connais pas le nom. Alors je vous conseillerai simplement une pomme à chair plutôt ferme, ni trop acide ni trop sucrée.


Pour la pâte

- 170 g de beurre doux pommade
- 100 g de sucre glace
- 2 jaunes d’œuf
- 200 g de farine
- un peu de sucre cassonade à saupoudrer 


Pour le gâteau - 8 personnes, plat de 20 cm de diamètre et 7 cm de profondeur

- 900 g de pommes
- 120 g de sucre cassonade
- 1/2 tsp de cannelle en poudre
- 2 tbsp de farine
- le jus d'un citron jaune
- 1 œuf
- 1 tbsp de lait


Recette


1. Dans un bol, battre le beurre jusqu'à ce qu'il devienne crémeux. Puis incorporer le sucre glace. Ajouter le premier jaune d’œuf. Mélanger. Puis le second, et mélanger de nouveau. Incorporer la farine en une seule fois, jusqu'à obtenir un mélange homogène.

2.. À la main, former une boule de pâte et laisser reposer au réfrigérateur pendant au moins 30 minutes.

3. Préchauffer le four à 200° C. Beurrer le plat à tarte et réserver au réfrigérateur.

4. Diviser la pâte en deux. Aplatir la première sur une surface farinée pour faire le fond de tarte dans le plat beurré, puis remettre au réfrigérateur.

5. Peler et découper les pommes en cubes. Les mélanger avec le sucre, la cannelle, la farine et le jus de citron.

6. Rouler la seconde moitié de pâte et l'enrouler grossièrement autour d'un rouleau à pâtisserie. Sortir le plat du réfrigérateur, le remplir avec les pommes, et déposer le second disque de pâte par-dessus. Puis souder, entre ses doigts, les deux disques.

7. Dans un petit bol, casser un œuf, ajouter le lait et fouetter. À l'aide d'un pinceau, recouvrir l'ensemble de la pâte en insistant sur les bordures afin de bien sceller la soudure. Saupoudrer d'un peu de sucre cassonade.

8. Enfourner pour 50 à 60 minutes. Après 25-30 minutes de cuisson, lorsque la tarte a pris une belle couleur dorée, recouvrir d'une feuille de papier aluminium.

10. Servir encore chaude, tiède ou froide. Avec une boule de glace vanille, un peu de crème fouettée ou de la clotted cream. Et surtout, se régaler !



Livre de recettes


Carrot cake, millionaire's shortbread, Battenberg cake, Elderflower and poppy seed cake... autant de recettes réalisées avec ce livre de pâtisserie britannique que je ne quitte plus : British Baking de Peyton and Byrne.

Il n'est apparemment plus édité et atteint parfois des prix record sur Amazon, alors n'hésitez pas à regarder régulièrement si vous voulez l'acheter sans avoir à vendre un rein ! On peut également trouver des exemplaires neufs et d'occasion sur abebooks.co.uk ou en format Kindle.


Mesures anglaises


On trouve assez facilement les équivalences de cup en grammes sur internet, mais il est parfois assez difficile de mesurer précisément les quantités quand il s'agit de teaspoon (ou pire, de quart de teaspoon). 

Pour me simplifier la vie, j'ai acheté un set de tasses et de cuillères à mesurer sur Amazon. Je les ai choisies en acier couleur cuivre, mais il existe plein d'autres modèles (argentés, dorés, plastique coloré...).

Un gâteau aux figues pour la semaine

5 oct. 2018


J'aime prendre le temps, le week-end, de préparer un gâteau.
Avec un base de cake ou une génoise pour pouvoir en manger toute la semaine.

Mais j'aime encore plus faire un gâteau avec ce que j'ai moi-même RÉCOLTÉ.

Un peu comme si je passais du sachet de préparation minute pour des madeleines ou des cookies, à leur préparation de A à Z. Comme un sentiment d'avoir vraiment tout fait maison, cueillette y compris !

Fin août, on a passé le week-end en Ardèche, et on en a ramené une cagette pleine de petites figues violettes terriblement savoureuses que je n'avais qu'une idée en tête : mettre dans un gâteau.

Et comme la saison des figues touche à sa fin en ce mois d'octobre, c'est l'excuse toute trouvée pour se mettre aux fourneaux et faire un dernier cake aux figues et aux amandes !


La recette


J'ai cherché, en vain, une recette dans mes livres de cuisine, avant de tomber sur cette recette du blog mattersofthebelly.com que j'ai très légèrement modifié. Vous me demandez régulièrement s'il est possible de traduire et de faire les conversions tsp / g des recettes anglophones que je teste... donc c'est parti !

***

Ingrédients pour un moule de 18 cm de diamètre :

- 130 g de beurre doux à température ambiante
- 100 g de sucre en poudre
- 2 gros œufs
- 2,5 ml d'extrait de vanille
- 120 g d'amandes entières
- 65 g de farine
- une pincée de sel
- 1 g de cannelle en poudre
- 65 g de crème fraîche épaisse
- 11-12 petites figues ou 5-6 de taille classique

***


***

1. Préchauffer le four à 200° C.

2. Dans un saladier, couper le beurre en petits dés puis fouetter avec le sucre jusqu'à ce que le mélange devienne crémeux et homogène. Ajouter le premier œuf. Fouetter jusqu'à incorporation. Répéter avec le second. Puis ajouter l'extrait de vanille.

3. Dans un second saladier, mixer les amandes jusqu'à obtenir une poudre grossière (plus épaisse que celle achetée dans le commerce). Mélanger avec la farine, le sel et la cannelle.

4. Incorporer le contenu du second saladier au premier et battre jusqu'à obtenir une pâte homogène. Ajouter la crème épaisse et battre à nouveau.

5. Beurrer le moule. Tapisser le fond avec du papier cuisson si vous utilisez un moule à fond amovible. Puis verser la préparation dedans et aplanir le dessus avec le dos d'une cuillère.

6. Couper les figues : en deux dans le sens de la hauteur pour les petites, ou en quatre pour les plus grosses. Puis les déposer sur le gâteau en appuyant très légèrement dessus pour les enfoncer de quelques millimètres dans la pâte.

7. Faire cuire pendant 15 minutes à 200° C puis 45 minutes à 170°C. Vérifier la cuisson en insérant la pointe d'un couteau qui doit ressortir propre. (La cuisson peut varier en fonction de la taille du moule.)

8. Laisser refroidir avant de démouler et de déguster !

***

Pour faire encore plus gourmand, à l'heure du goûter, on peut le servir avec une crème fouettée très légèrement sucrée. Et il se conserve très bien, plusieurs jours, sous une simple cloche en verre.

Un dîner entre amis pour prolonger l'été à la rentrée

12 sept. 2018


J'adore l'automne et je l'attends avec impatience.

Mais quand arrive le mois de septembre, je n'ai qu'une envie : PROFITER de chaque dernier petit-déjeuner, déjeuner et dîner sur la terrasse. Comme si le simple fait que ces moments allaient bientôt se terminer leur donnait d'autant plus de valeur.

Ce qui est le cas. J'en suis persuadée.

Alors on sort une dernière fois la plancha et les bouteilles de rosé.
On s'équipe d'un petit gilet et d'un plaid en fin de soirée.
Et, avec quelques amis, on trinque à l'été prolongé.

C'est une de ces choses qui me font apprécier la rentrée. Retrouver le plaisir de cuisiner de bons petits plats, profiter encore des saveurs estivales, ouvrir une bonne bouteille à déguster (toujours avec modération) en se racontant nos vacances... pour les prolonger encore un peu !


Une sélection de bouteilles


Chaque année, Intermarché organise une foire aux vins pour la rentrée. L'occasion de découvrir de nouvelles références, des plus petits producteurs, ou simplement des crus que l'on trouve moins facilement à d'autres périodes de l'année.

Et chaque fois que nous en avons l'occasion, en faisant nos courses, nous y jetons un œil.
Pour trouver un bon vin blanc qui accompagnera les toasts de saumon au nouvel an.
Pour dénicher un vin de garde que l'on mettra en cave plusieurs années.
Ou juste pour nos prochaines soirées entre amis.

Un petit rituel très français, peut-être ?

Et cette année, Intermarché remet ça du 11 au 30 septembre, et à cette occasion, ils nous ont fait découvrir quelques références que l'on a accompagné de deux recettes à la plancha que j'avais envie de partager avec vous.

- Vin blanc de Loire : Menetou-Salon Cuvée Sélectionnée 2017, Patient Cottat
- Vin rosé Pinot Noir d'Alsace : Nuit Sauvage Blanc de Noir 2016, Etienne Simonis
- Vin blanc de Bourgogne : Montagny Blanc, Les Bassets 2017, Château de Cary Potet


La plancha


À Noël dernier, on a voulu une plancha.
À défaut de pouvoir faire des barbecues en ville, on trouvait l'alternative parfaite pour l'été.

Tout ce qui peut GRILLER y est passé dessus : saucisses, poissons, champignons de paris... c'est fou comme le simple bruit de la viande en train de griller, et l'odeur qu'elle dégage, nous donne immédiatement l'impression d'être en vacances !

Pour varier un peu les plaisirs, on est allé feuilleter quelques livres de cuisine, et on est reparti avec Incroyable Plancha, qui propose des recettes assez simples et rapides à préparer du début à la fin du repas (oui, il y a même des desserts, dont un clafoutis que j'avais très envie d'essayer !).

Et je vous en livre deux que l'on a particulièrement apprécié.


Brochettes de crevettes à l'avocat


Pour 6 brochettes :

- 12 crevettes
- 2 avocats pas trop mûrs
- 1 gousse d'ail
- huile d'olive
- sel et poivre
- 12 piques de bambou

1. Décortiquer les crevettes et hacher finement la gousse d'ail. Mélanger dans un saladier en ajoutant un filet d'huile. Saler et poivrer.

2. Faire des billes d'avocat avec une cuillère parisienne.

3. Enfiler les crevettes et les billes d'avocat sur les piques en bambou, en alternant (deux crevettes, deux billes).

4. Faire chauffer la plancha pour maintenir une chaleur moyenne, puis huiler avec un pinceau et faire cuire les brochettes 8 minutes en les retournant à mi-cuisson.


Pizza blanche et caviar d'aubergine minute


Pour 4 à 6 personnes :

- 1 boule de pâte à pizza
- 8 olives noires
- 1 aubergine
- 1 oignon
- 1 grosse tomate
- coriandre fraiche
- huile d'olive
- sel et poivre

1. Dénoyauter et hacher les olives noires avant de les incorporer à la pâte à pizza. Puis étaler et découper des disques, à l'aide d'un emporte-pièce de 6 cm de diamètre environ. Réserver.

2. Couper l'aubergine en petits cubes et émincer finement l'oignon. Réserver.

3. Couper également la tomate en petits cubes et hacher grossièrement une cuillère à soupe de coriandre. Réserver.

4. Verser un filet d'huile d'olive sur la plancha à feu vif, mettre les cubes d'aubergine et remuer en continu. Ajouter l'oignon puis assaisonner.

5. Quand l'aubergine est bien compotée, la placer sur un côté de la plancha et baisser la plancha.

6. À l'aide d'un pinceau, badigeonner les disques de pâte à pizza avec de l'huile d'olive. Faire cuire environ 3 min de chaque côté.

7. Dans le même temps, mélanger les cubes de tomate avec l'aubergine, l'oignon et la coriandre. Servir aussitôt avec les mini-pizzas.


Article sponsorisé
Louise Grenadine - blog slow lifestyle à Lyon depuis 2007